Accéder au contenu principal

Les yeux morts mais l'esprit vif.

Il y a 800 ans cette année, mourait à Constantinople le 39e doge de Venise, le Noble Enrico Dandolo, presque centenaire, le vainqueur de l'Empire byzantin.

Tombeau du Doge à Saint-Sophie.

La tradition familiale établit que nos ancêtres seraient arrivés à sa suite en Turquie et qu'après la mort du vieux doge, ils se seraient définitivement installés à Galata où ils firent souche, jusqu'à l'expulsion par Mustapha Kemal des occidentaux, dans les années 1920. Marchands et militaires ? Où est la part de la légende et celle de la vérité ?
.
La vie du vieux potentat est passionnante. Aveugle, il sut, avec un art très abouti de la diplomatie et un sens commercial avéré, détourner la quatrième croisade de son objectif pour s'emparer de Byzance et devenir ainsi, au nom de Venise, le maître incontesté de la Méditerranée. Venise eut ainsi le choix - et la tentation- de prendre la couronne impériale et d'en ceindre le front de son doge. Avisés, les vieux sages du Conseil ont préféré demeurer marchands plutôt que devenir soldats. Ils renoncèrent vite à cet Empire d'Orient qui les aurait inexorablement entraîné avec lui dans sa chute. Ce choix judicieux, bien qu'il puisse sembler modeste et manquer de panache, a permis à Venise de demeurer forte, prospère et puissante pendant les 500 années qui suivirent... 
Mais l'histoire - certainement améliorée par la propagande de l'époque et un goût marqué pour le merveilleux - du doge est incroyable. Succédant le 1er janvier 1192 à Sebastiano Zani qui venait d'abdiquer, N.H. Enrico Dandolo serait né vers 1105, Au moment de son élection, il bénéficiait d'une grande réputation, liée certes à son âge (plus de 85 ans !), mais surtout à ses talents de négociateur et de diplomate. Grand marchand, stratège politique et habile parleur, il fut envoyé par la République en 1171 auprès de l'empereur Manuel Comnène à Constantinople, pour réclamer des vaisseaux et des vénitiens emprisonnés dans les geôles byzantines. On dit que l'empereur, vexé du discours du plénipotentiaire fit placer devant l'ambassadeur des bassins enflammés qui lui brûlèrent les yeux et le rendirent à peu près aveugle. Il n'aurait conservé la vue qu'à sa capacité connue pour verser des larmes facilement. Revenu à Venise il resta très apprécié, Peu de temps après son élection, lors d'une fameuse bataille navale, il reprit la ville de Pola en Istrie aux Pisans qui s'en étaient emparés par surprise. 

La fin de sa vie est intimement liée à l'histoire de la quatrième croisade qu'il sut faire détourner de sa mission originelle - la délivrance des lieux saints - depuis Zara, pour s'emparer de Byzance et s'emparer ainsi de l'ensemble de la Méditerranée et des revenus extraordinaires que cette main-mise signifiait. le chroniqueur Villehardouin, dans son célèbre ouvrage sur Venise conquérante, parle du Dandolo qu'il avait personnellement connu. Le doge mourut sans revoir Venise et fut enterré avec grande pompe dans la basilique Sainte Sophie où ses restes reposèrent jusqu'au XVIe siècle. Les archives conservent beaucoup de documents commerciaux mais aussi administratifs écrits ou signés par lui ou qui concernent sa famille, ses réseaux et son activité commerciale personnelle. Je vous en reparlerai. 

Commentaires