03 novembre 2005

Cambriolage chez le Comte Morosini

Quand on vit dans un lieu somme toute assez reclus comme est le centro storico de Vensie, on s'intéresse au quotidien de tous. Ragots et rumeurs se répandent au marché, sur le vaporetto, sur les campi, dans les boutiques. Cela participe de la vie en commun et n'est jamais bien méchant. Il y a aussi la lecture des faits divers que publie chaque jour le journal local ; leur commentaire autour du café matinal, dans le café en bas de chez soi. C'est ainsi que j'ai lu dans le Gazzettino d'aujourd'hui, la nouvelle suivante :

DORSODURO. Ladri in azione a San Trovaso, nell'edificio del nobile Agostino. Indagano i Cc di San Zaccaria
Svaligiato palazzo Nani Mocenigo
Sparite tele e preziose stampe per un valore complessivo di circa 150mila euro.

"Clamoroso furto in un prestigioso palazzo di Venezia, a San Trovaso, non distante dalla facoltà di filosofia di Ca'Foscari. A scoprirlo, ieri pomeriggio, è stato il nobile proprietario, Agostino Nani Mocenigo, e subito sono iniziate le indagini dei carabinieri della Compagnia di Venezia.
I ladri hanno approfittato del fatto che l'immobile è rimasto incustodito per alcuni giorni, e hanno trafugato tele e preziose stampe, il cui valore complessivo è stimato in circa 150 mila euro. Si tratta di cinque dipinti ad olio del Cinquecento e Seicento, raffiguranti nobili veneziani, nonché quattordici stampe di varie epoche e raffinati oggetti di argenteria. I ladri sarebbero entrati nel palazzo da una piccola finestra utilizzando una scala. Forse per la fuga si sono serviti di un barchino".

 
Époustouflant vol dans un prestigieux palais de Venise, à San Trovaso, à peu de distance de la faculté de Philosophie de la Ca'Foscari. C'est le propriétaire, le comte Agostino Nani Mocenigo qui l'a découvert hier après-midi et en a aussitôt informé les carabiniers. Les voleurs ont profité de l'absence des gardiens ces derniers jours, pour dérober des toiles et des gravures précieuses, pour un montant estimé à environ 150.000 euros. Il s'agit de cinq toiles du XVe et du XVIe représentant des nobles vénitiens, de 14 estampes de différentes époques et d'objets en argent. Les voleurs seraient rentrés dans le palais par une petite fenêtre en utilisant une échelle. Ils ont vraisemblablement utilisé une barque pour s'enfuir.
Connaissez-vous ce roman policier qui commence par une série de vol dans ce qui fut la ville la plus remplie d'objets d'arts et de joyaux et la moins cambriolée du monde ? Il s'achève par la destruction programmée de la ville et un coup d'état avorté. Nous n'en sommes certes pas là mais quelque chose a changé à Venise. Les touristes affluent toujours autant et d'une manière de plus en plus anarchique et préjudiciable pour la Cité des doges. La vie y est certes de plus en plus difficile, comme ailleurs mais dans des proportions démesurées parfois, pour ceux qui n'ont pas la chance d'être propriétaire de leur logement (à l'étage). 

Non, ce qui est préoccupant, c'est une atmosphère nouvelle qui pousse hélas les vénitiens, comme tous les italiens, au racisme. Des populations nouvelles, et peu souhaitées, de l'autre rive de l'Adriatique, chassées au début par la guerre, puis attirées par les aides et la qualité de vie, se sont installées un peu partout. Avec ces réfugiés qu'il était normal d'accueillir, est arrivée toute une faune de voleurs, d'escrocs, de petites frappes qui, se mêlant aux mêmes version nord-africaine qui sont remontés par la Siçile et Rome, envahissent toute la péninsule et commettent larcins sur larcins.
A Venise, ils mettent le feu aux poubelles, d'autres agressent les touristes et cassent les vitrines. Ils opèrent en bande, sont souvent très jeunes, déterminés, tous en situation irrégulière, arrogants et sans foi ni loi. La misère des pays d'où ils viennent ne les rend même plus sympathiques. Encore moins pardonnables.
Je me souviens en 1983 ou 84, avoir assisté à un gala à la Fenice. Grand tralala sur scène comme dans la salle. J'étais invité dans uen loge. Il y avait là cinq ou six femmes en robe longue. Après le spectacle, une vieille dame repartit seule vers sa maison. Elle portait un diadème de diamants avec le collier assorti et à ses doigts brillaient de somptueuses bagues anciennes. Célèbre figure de la société vénitienne, descendante de doges, elle possède des bijoux historiques somptueux. Il était presque une heure du matin. les rues étaient vides. Je fis un bout de chemin avec elle mais elle refusa que je fasse le détour jusqu'à sa porte. "On ne craint rien à Venise, Monsieur" me dit-elle en souriant. Aujourd'hui si la ville reste relativement sûre, il y a de plus en plus de cambriolages, de magasins pillés...
Qui parlait du retour des barbares ? Nous sommes restés à les attendre comme on attend le retour des saisons. Hélas, ils sont revenus et semblent bien installés et déterminés à faire parler d'eux...  De quoi alimenter les conversations à venir et faire l'affaire de politiciens extrémistes et revanchards...
posted by lorenzo at 21:11

Les veduti par Vera Lewijse

Je vous parle souvent de ce site vraiment très sympathique et parfaitement documenté qu’est La Panse de l'ours, je signale le lien aussi souvent que l’occasion se présente. Cette fois encore, notre auteur a déniché un article effectivement passionnant sur les vedutistes, ces artistes que je mentionnais l’autre jour dans mon article sur Bobo Ferruzzi. Irina, une amie danoise vivant à Venise, m'a aussi signalé ce texte publié dans la Lettre d'Art-Mémoires. Je cite le maître de la panse de l'ours : "Un article passionnant de Vera Lewijse dans la lettre mensuelle d'Art-Mémoires sur cet art pictural des représentations exactes de la ville de Venise(veduti) dont le grand initiateur fut Canaletto. Clair et lumineux, un article à lire absolument".

posted by lorenzo at 19:05
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...