Accéder au contenu principal

Berlusconi Par Ignacio Ramonet


Ignacio Ramonet, directeur du Monde diplomatique de 1990 à 2008 publia en février 2002 dans les colonnes du mensuel, cet article sur Silvio Berlusconi. Au moment où cet affairiste habile et manipulateur s'est emparé de nouveau du pouvoir et fait main basse sur l'économie, les finances et les médias de son pays, TraMeZziniMag qui défend la constitution italienne, la liberté du peuple italien et une vision de la société largement en phase avec celle du Monde Diplomatique a sollicité la faveur de pouvoir publier cet excellente analyse. Quand les loups - ou bien sont-ce des rats - s'emparent du pouvoir politique, la démocratie est en danger et avec elle les acquis sociaux, le droit et la liberté d'expression, l'égalité et la fraternité menacées.
 
De toutes les formes de « persuasion clandestine »,
la plus implacable est celle qui est exercée
tout simplement par l’
ordre des choses.
- Pierre Bourdieu.
En Italie, l’ordre des choses a persuadé de manière invisible une majorité d’électeurs que le temps des partis traditionnels était terminé. Cette conviction s’est enracinée dans un constat : le système politique connaît, depuis les années 1980, une dégénérescence accélérée. Certains parlent de « gangrène » et de « putréfaction ». La corruption s’est généralisée et a pris des proportions hallucinantes. Le système de pots-de-vin a coûté au pays plus de 75 milliards d’euros... Le financement occulte des partis a favorisé un fabuleux enrichissement personnel des principaux dirigeants politiques, en particulier des socialistes et des démocrates-chrétiens. « Quiconque avait des yeux pour voir, a pu affirmer Indro Montanelli, se rendait compte combien le niveau de vie des hauts responsables contrastait avec leurs déclarations de revenus (1). »

Dès 1992, une avalanche d’affaires sont révélées par l’opération « Mani pulite » (Mains propres) et le juge Antonio Di Pietro. L’ancien président du conseil et chef des socialistes, Bettino Craxi, accusé de s’être enrichi illégalement, démissionne dans le plus grand désordre, conspué par une foule hargneuse qui tente même de le lyncher... A son tour, M. Giulio Andreotti, lui aussi ancien président du conseil et principal dirigeant de la Démocratie chrétienne est inculpé, traîné dans la fange, accusé de « collusion avec la Mafia », de « complicité d’assassinat »...

La chute de ces deux géants fait tanguer l’ensemble du système politique, qui voit en l’espace de quelques mois des centaines de députés, de sénateurs et d’anciens ministres voués aux gémonies, frappés par les scandales, poursuivis par les juges et vilipendés par les médias... Accusée de malversations de toutes sortes, la classe politique au pouvoir se retrouve décapitée, désavouée par l’opinion publique, et sombre dans le discrédit. « Le vide est tel, la panique si forte, écrit Eric Joszef, que certains craignent ouvertement un coup d’Etat (2).  »

Au milieu de ce grand naufrage, ce n’est pas par un coup d’Etat, mais par le recours à une sorte d’hypnose télévisuelle collective, que M. Silvio Berlusconi, allié déjà aux postfascistes d’Alliance nationale et aux xénophobes de la Ligue du Nord, remporte une première fois les élections et devient président du conseil de mai à décembre 1994. Cette expérience du pouvoir sera un échec. Mais il n’a pas découragé M. Berlusconi, accusé lui-même d’affairisme, de combines louches et de tripotages, qui, pour redevenir chef du gouvernement en mai 2001, a pu compter sur ses nombreux atouts.

Quels atouts ? En premier lieu ceux que lui offre son immense fortune, la quatorzième du monde et la première d’Italie (3). Une fortune bâtie à partir de rien, grâce à la protection, au départ, de son ami socialiste Bettino Craxi. A coups de manigances, il réussit d’abord dans l’immobilier, puis dans la grande distribution et les supermarchés, ensuite dans les assurances et la publicité, et enfin dans le cinéma et la télévision. Il devient, avec le groupe Bertelsmann, Rupert Murdoch, Leo Kirsch et Jean-Marie Messier, l’un des empereurs des médias en Europe.

M. Berlusconi va mettre à profit sa richesse fabuleuse et la formidable puissance que lui confèrent, en matière de violence symbolique (4), ses chaînes de télévision pour démontrer, à l’heure de la mondialisation, une équation simple : quand on possède le pouvoir économique et le pouvoir médiatique, le pouvoir politique s’acquiert presque automatiquement (5). Et même triomphalement puisque son parti, Forza Italia, a obtenu le 13 mai 2001 environ 30 % des voix aux élections législatives, devenant ainsi la première formation politique d’Italie...

Démagogue et populiste, M. Berlusconi ne s’embarrasse pas de scrupules. En matière d’alliés, il n’a pas hésité à pactiser avec l’ex-fasciste Gianfranco Fini et le raciste Umberto Bossi. Ces trois hommes constituent le triumvirat le plus grotesque et le plus nauséeux d’Europe. Au point que, dès avant ces élections, un hebdomadaire britannique, rappelant les accusations portées par la justice italienne contre M. Berlusconi, estimait qu’un tel dirigeant n’était « pas digne de gouverner l’Italie », car il constituait « un danger pour la démocratie » et une « menace pour l’Etat de droit (6) ».

Ces sombres prédictions se sont révélées justes. Après le pitoyable effondrement des partis traditionnels, la société italienne, si cultivée, assiste assez impassible (seul le monde du cinéma est entré en résistance) à l’actuelle dégradation d’un système politique de plus en plus confus, extravagant, ridicule et dangereux. Avec la gouaille d’un bonimenteur de foire et grâce à son monopole de la télévision, M. Berlusconi met en place ce que Darío Fo qualifie de « nouveau fascisme (7) ». Toute la question est de savoir dans quelle mesure ce modèle italien si préoccupant risque de s’étendre demain à d’autres pays d’Europe...

© Ignacio Ramonet
Février 2002.
Avec l'aimable autorisation du Monde Diplomatique.

_________________

Notes

(1) Cité par Eric Joszef, Main basse sur l’Italie. La résistible ascension de Silvio Berlusconi, Grasset, Paris, 2001, p. 37.
(2) Ibid, p. 41.
(3) La revue américaine Forbes estime la fortune de M. Berlusconi à 14,5 milliards d’euros.
(4) « La violence symbolique est cette forme de violence qui s’exerce sur un agent social avec sa complicité. » Pierre Bourdieu (avec Loïc J. D. Wacquant), in Réponses, Seuil, Paris, 1992, p. 142.
(5) Démonstration également faite par M. Michael Bloomberg, milliardaire américain, propriétaire de la chaîne planétaire d’informations économiques en continu Bloomberg TV, qui a dépensé plus de 77,5 millions d’euros pour sa campagne électorale et a pu ainsi réaliser son rêve de devenir, depuis le 1er décembre 2001, maire de New York...
(6) The Economist, Londres, 28 avril 2001.
(7) Darío Fo, « Le nouveau fascisme est arrivé », Le Monde, 11 janvier 2002.

Commentaires