Accéder au contenu principal

Joyeux Anniversaire, Wolfi !





Il a 250 ans aujourd'hui et sa musique est toujours aussi jeune. Etait-il ce personnage fou, hirsute et iconoclaste, que nous dépeignait Forman dans son film"Amadeus", ou encore tel qu'il apparait d'après ses lettres, celles, délurées et presque obscènes à sa cousine, ou les nombreux compte-rendus, filialement corrects, envoyés à son père ? Je pensais ce matin à ce que purent dirent Leopold Mozart et sa femme devant le berceau de ce petit enfant fragile et tout rose... Auraient-ils pu imaginer qu'il deviendrait l'un des plus grands musiciens que la terre ait porté? Bien entendu, on ne saura jamais qui il fut vraiment. Tous les opus collationnés par Köchel sont-ils de lui ? Qu'aurait-il produit s'il avait vécu plus longtemps ? Aurait-il fini comme Da Ponte pionnier à New York, épicier ou patron d'une pizzeria. 

Ces propos peu respectueux n'entachent en rien l'admiration et le goût que j'ai pour sa musique. Presque trop moderne pour mon oreille habituée aux résonances baroques ou plus anciennes encore. Certaines de ses créations ont rythmé tellement de moments de ma vie, ici en France comme à Venise, certainement comme des millions d'individus de par le monde et depuis plus de deux cents ans : l'Andante du concerto n°21 pour clavier, l'air de la Reine de la nuit de la Flûte enchantée, l'aria si pur des Vêpres... Mais qui cela intéresse-t-il ? Nous avons tous nos madeleines et il est bien difficile d'en faire sentir la saveur dans un simple billet...

Mozart a séjourné à Venise avec son père pendant pratiquement deux mois, au début de l'année 1771. Il avait quinze ans. Une stèle apposée sur la façade du palazzo Basadonna sur le ponte di Barcaroli (Joli nom d'un bel endroit pour un musicien, les barcaroli étant le nom de la corporation des gondoliers qui a donné le joli mot de barcarole pour désigner ces chansons légères comme celles que chantaient autrefois les gondoliers...) 

C'est Mozart lui-même qui donne l'adresse dans une de ses lettres "...Venezia/Allogiato Rio San Fantin al Ponte di Barcaroli/in casa Cavalleti" (Venise, hébergé sur le canal San Fantin, pont Barcaroli/dans la maison Cavalletti). 


Le problème est que, en dépit de toutes les recherches, il n'y avait pas de famille Cavaletti à Venise. En revanche, une ca'Faletti existe bien. Située sur le même rio di San Fantin et portant le numéro 1823, on y accède par la calle qui prolonge le ponte di Barcaroli et que tout le monde connait, la Frezzeria, quelques mètres à peine après le pont sur la gauche. La stèle est placée sur la façade du palazzo Basadonna, son entrée est à proprement parler sur le pont. un petit renfoncement de la plateforme du pont permet d'entrer dans l'immeuble (n° 1850). D'où la confusion des années durant. Une recherche plus approfondie dans les registres de police des Archives d’État permettraient certainement d'établir avec précision chez qui exactement séjournèrent les Mozart père et fils. La Ca'Faletti occupait le palazzo Molin del Cuoridoro dont une partie, sauf erreur, fut longtemps l'hôtel Victoria où séjourna Goethe en 1786. Ce Faletti, triste personnage, aristocrate dévoyé et cynique qui aurait pu servir de modèle à Mozart quand il composa Don Juan. Nous reviendrons sur le sujet.

Commentaires