30 octobre 2006

Derniers moments d'un été qui fuit...

30 octobre.
C’est un peu comme si l’été ne voulait pas s’en aller. Partout dans le Veneto, on se croirait en août ou au tout début de septembre. La végétation, la lumière, le ciel d’un bleu limpide, tout porte à croire que les vacances vont pouvoir continuer ou reprendre... “Température supérieure aux normales saisonnières” entend-on à la radio. Cette sensation est agréablement entretenue par le Fhoen, ce vent tiède qui nous vient du versant sud des Alpes et se répand depuis hier sur Venise.

Ce matin à 8 heures, le thermomètre accroché à la fenêtre de ma chambre indiquait 10°.
Vers midi, il est monté à 20°. 

Pourtant, le soleil ne donne sur ce côté de la maison que vers deux ou trois heures de l’après-midi ! 

Mais cela ne va pas durer. Les feuilles des arbres commencent à tomber et les glycines jaunissent. La météo prévoit un changement d’ici mardi ou mercredi avec une perturbation atlantique. Un peu de pluie et le froid sera là avec des courants qui viendront de Sibérie. Ce sera 10 degrés de moins donc qui nous attendent la semaine prochaine. Mais si le ciel reste bleu et le soleil sans obstacle, il fera bon se promener - bien emmitouflé - sur les zattere
Bientôt les écharpes les manteaux et les gants. Puis viendront le brouillard et la pluie dense, interminable. Le ciel bas et gris. Puis la neige et le brouillard encore. Et enfin, un matin, les odeurs se feront différentes, l'air plus léger. Les oiseaux chanteront d'une autre manière. Tout sera comme allégé, illuminé : le printemps sera là de nouveau...

29 octobre 2006

Le départ d'un ami, un père, un maître...

C'est par ces paroles, prononcées avec beaucoup d'émotion, que Massimo Cacciari, le maire de Venise, a salué la mémoire d'Emilio Vedova, l'un des plus grands peintres italiens contemporains, mort dans son sommeil à 87 ans. Après le décès de Pontus Hulten, c'est un autre grand témoin et un immense protagoniste de l'art contemporain qui disparait cet automne. C'était un grand monsieur. Je me suis rendu plusieurs fois chez lui du temps de ma vie étudiante, et l'entendre parler de l'art mais aussi de Venise était quelque chose de "monumental".
.
Le maître venait de perdre quelques semaine plus tôt Anna-Maria son épouse, compagne fidèle et attentive. Il n'avait jamais cessé de peindre. Né en 1919, il est mort mercredi dernier dans sa maison des zattere. L'annonce de sa disparition a causé à Venise et dans le monde une immense émotion. L'histoire artistique et humaine de ce vénitien a traversé tout un siècle et sa vie est un véritable roman. Comme le rappelait le maire-philosophe Massimo Cacciari, "par son art et son engagement, il a contribué à écrire une des pages les plus importantes du XXeme siècle".
.
Né en 1919 dans une famille d'ouvriers, Vedova vient à la peinture en autodidacte. Obligé de travailler pour vivre, il exercera différents métiers : ouvrier d'usine d'abord, puis photographe et restaurateur. Dans les années 30, il commence à dessiner et à peindre intensément. Autoportraits, motifs d'architecture, perspectives, il est dans la lignée des peintres italiens de Installé à Rome en 1936, il fréquente les cours d'Amedeo Bocchi, puis à Florence, il poursuit ce cursus désormais entièrement voué à la peinture. En 1942, il expose pour la première fois et adhère au courant milanais "Corrente". En 1943, la galerie où il expose est fermée par la police fasciste. Dès lors, il participe activement à la Résistance. Sa peinture traduit la vigueur de ses convictions et de son engagement. En 1946, il est parmi les signataires du "Manifeste du réalisme" et participe à Venise à la fondation de la "nuova secessione italiana" puis au "Front Nouveau des Arts". Il participe à de nombreuses expositions collectives dans le monde entier et devient l'invité de la Biennale de Venise en 1948 et 1950, à Sao Paulo en 1951, de nouveau à Venise en 1952 puis à la Documenta de Kassel en 1955.
.
Associé au "Groupe des Huit" (1951), créé par Lionello Venturi dont il se dissociera deux ans plus tard lors d'une déclaration publique lors d'un congrès de haute culture à la Fondation Giorgio Cini. Il créé des collages et des "assemblages" . Son travail s'oriente ensuite sur l'échelle chromatqiue des noirs et des blancs, avec des insertions de rouge vif. Ce sera le "cycle de la protestation" puis le "cycle de la nature". En 1954, Vedova part pour le Brésil où il reçoit un prix qui lui permettra de rester trois mois en Amérique. La découverte de la réalité de l'Amérique du Sud et de son atmosphère va fortement le marquer.
.
En 1956, il expose à Munich et commence un travail très intense de gravure qui sera couronnée par le prix Lissone en 1958. L'année suivante il présente une exposition très commentée "Scontro di situazioni" (collisions de situation) où ses toiles sont disposées en angle droit, dans le cadre de l'exposition "Vitalité dans l'Art" organisée par l'architecte Carlo Scarpa au Palais Grassi. En 1960, il reçoit le Grand Prix de peinture à la XXXe Biennale de Venise, décerné à l'unanimité par un jury international composé des plus grands experts.
.
Il travaille ensuite à ses fameux "Plurimi', présents aujourd’hui"hui dans les plus grands musées du monde. Ces réalisations en technique mixte s'articulent et se meuvent dans l'espace sont exposées la première fois à la galerie Marlborough de Rome et présentée par Giulio Carlo Argan. Invité par de nombreuses universités américaines, il donne une série de conférences sur ses plurimi. Il enseigne ensuite à la Sommerakademie für bildende Künste de Salzbourg en 1965 et à l'Accademia de Venise en 1975. En 1967, il aménage l'espace du pavillon italien à l'Exposition Universelle de Montréal. Constamment à la recherche de l'innovation, son travail ne sera jamais figé. Il créera ainsi des lampes en verre en collaboration avec la verrerie Venini de Murano puis vint le cycle "Lacérations et Fragments", les "disques et les cercles" . Il collabore avec Luigi Nono pour la scénographie de différentes œuvres comme "Intolleranza" ou "Prometeo".

 
.Son extraordinaire force créatrice se manifesta dans un important travail de gravures où il expérimenta de nombreuses techniques. Parmi les dernières expositions qu'il fit, il faut rappeler celle du Musée d'Art contemporain de Turin en 1996, et en 2001 celle organisée par la galerie Salvatore et Caroline Ala, à Milan.

"Pour moi, c'est un ami, un père, un maître qui disparait " a dit le maire "avec lui c'est une grande figure de la peinture et de la culture italiennes du siècle. Un peintre géant de Venise, vénitien de toutes les fibres de son art, dans tous les traits de son dessin, dans le moindre filet de ses couleurs. Ce sera de bon ton dans les prochains jours dans toute la ville, dans tout le pays, dans le monde entier de commenter l’œuvre et d'en exalter l'importance. Pour le moment, les paroles me manquent pour exprimer ma douleur".
Les obsèques (civiles) du peintre présidées par la Municipalité ont eu lieu samedi au Musée Correr. La dépouille du maître transportée en gondole depuis les Zattere le long du Grand canal afin de permettre aux vénitiens de lui rendre hommage; a été ensuite portée jusqu'au grand salon d'apparat de l'aile napoléonienne où une chapelle ardente avait été dressée. Le service civil était présidé par le maire qui a prononcé un discours très émouvant.

En voici une partie dans une traduction approximative : ''[...]Et maintenant repose Emilio. Mais Emilio ne repose pas non plus dans cet ailleurs où il se trouve désormais parce qu'il est une inquiétude du coeur qui ne trouve pas non plus le repos dans l'au-delà. Si Dieu existe, ce Dieu aime les coeurs qui cherchent toujours"...''Il y avait un Vedova que tout le monde connaissait, dramatique et expressif, le Vedova des collisions de situation, des images prises comme un conflit, comme un cri ; mais il y avait en lui une opposition entre la volonté de parler de soi, d'intervenir, de s'exprimer et sa dimension intérieure lyrique, réfléchie, méditative de grand espace et de grand silence qui ne se voyait pas directement dans ses œuvres mais en était l'âme..."
..
Le maire a évoqué la petite pièce toujours dans un désordre apparemment chaotique dans laquelle Vedova se retirait pour travailler en silence sur toutes les petites choses qu'il avait ramassé et sauvé, débris de toutes sortes qu'il parvenait à faire revivre, leur redonnant une voix en les transformant en œuvre d'art. "Le geste de l'art est sauvegarde", a commenté le maire, "sauvegarde de nos misères, de nos malheurs, de nos contradictions, réussir perpétuellementà leur donner parole et voix, les préservant ainsi et les faisant renaître" . Cacciari a rappelé "la capacité de Vedova à risquer dans les limites des profondeurs, des lacérations et des contradictions, pour être en situation, pour pénétrer les rencontres et les oppositions, et de là, rebondir"... "Il existait un Vedova pudique" a continué le maire, "qui avait en lui une dimension ésotérique, qui assimilait les contradictions et les collisions, avec une seule forme d'intolérance : le refus de toute injustice. Il ne supportait pas que l'homme fasse du mal à l'homme. Alors Vedova se mettait à hurler. De l'Espagne au Vietnam ou à Sarajevo, il ne s'est jamais abstenu de dénoncer les exactions humaines, à sa manière, avec ses mots, les couleurs et les images. Parce que l'art est révolutionnaire quand il nous révolutionne nous-même et non pas quand il établit des manifestes politiques... Voilà ce que nous a enseigné Emilio Vedova." Émouvant discours en vérité. 


28 octobre 2006

En sortant de la Querini Stampalia




Jusqu'à il y a peu, on entrait et sortait de la Querini Stampalia, que ce soit pour aller visiter le musée ou pour travailler dans la bibliothèque, par l'entrée traditionnelle du palais avec le pont construit par Carlo Scarpa. On y accède maintenant par le campo San Polo.
.
J'aime travailler le soir tard dans les grandes salles de la bibliothèque. Souvent la nuit, les fenêtres ouvertes sur le jardin, quelques lumières restées allumées dans les autres salles vides, j'ai l'impression de traverser les siècles et de n'être plus au XXIe siècle mais au temps des écrivains vénitiens dont j'étudie les textes. Étudiant, je venais déjà beaucoup ici. J'y ai découvert l'histoire de Venise, les écrits d'Henry de Règnier, de Jean Lorrain, les partitions de Marcello mais aussi celles de Debussy. Tant d'autres choses encore.
.
Aujourd'hui, ce sont mes filles qui y sont inscrites puisqu'elles sont étudiante et lycéenne. Moi, si je possède toujours la carte d'accès en tant que chercheur, je me trouve cependant maintenant un peu déplacé parmi tout ces jeunes visages penchés sur des ouvrages de littérature, de sémantique ou d'histoire. Comme nous avant eux, ils restent là des heures, prenant des notes puis descendent dans le jardin ou sur le campo pour fumer une cigarette, boire un café et se détendre. Puis quand vient l'heure de la fermeture, tous se répandent dans les ruelles vides et disparaissent dans la nuit, tout enivrés des mots et des idées dont ils se sont nourris des heures durant..

26 octobre 2006

A Venise aussi, Peppone et Don Camillo, un tempo fa...

Photo de Manfred W. Jürgens. Tous Droits Réservés

Poignées...


A la demande de Philippe, fidèle lecteur matutinal qui connait l'une des meilleures adresses de Venise, Calle de l'Avogaria, ou on trouve encore de très beaux modèles de ces poignées de bronze typiques de la décoration vénitienne et qui ornent les portone (portails d'entrée des palais) mais aussi les portes en placage de bois précieux qui se trouvent à l'intérieur des vieilles demeures. En voici quelques exemple glanés ci et là (Merci à Max du Campiello notamment). Il existe encore deux ou trois fondeurs dont le plus ancien près des Fondamente Nuove qui possèdent les moules d'origine des XVIe et du XVIIe siècles.

TraMezZiniMag Galerie : Geoffrey Humphries

En fouillant dans ma malle aux souvenirs vénitiens, j'ai retrouvé hier soir les lettres d'une amie qui fut longtemps proche d'une très jolie modèle française qui est depuis ces années-là la muse de Geoffrey Humphries, peintre d'origine anglaise qui vit et travaille depuis 40 ans à Venise. 

Plus connu sous son seul prénom, l'homme a marqué une période de la vie mondaine et artistique locale. Sa peinture est aujourd'hui très recherchée. Je me suis souvent rendu lorsque j'étais étudiant dans sa célèbre maison de la Giudecca où il recevait beaucoup. Hôte charmant et généreux, il tenait table ouverte et les soirées chez lui étaient fort agréables, le buffet largement garni et les verres toujours bien remplis. La compagnie joyeuse. C'est aussi un très bon musicien (il joue admirablement bien de la guitare) et un hôte chaleureux. Peintre expressionniste, coloriste flamboyant, il transmet avec son pinceau toute la fougue et l'enthousiasme d'un homme du Nord conquis par la lumière et l'art de vivre du Sud. Depuis longtemps installé au bord de la Giudecca (depuis 1966),il sait retranscrire l'atmosphère unique née de la lumière, des reflets. Ses toiles, qu'il s'agisse de paysages ou de nus sont toutes remplies de cette atmosphère si particulière depuis toujours et dont on s'imbibe peu à peu lorsqu'on vit à Venise... 

Voici donc quelques reproductions qui ne sont qu'un bref aperçu de sa peinture où la femme est fêtée avec presque toujours un paysage vénitien dans l'encadrement d'une fenêtre ou d'une porte. 




posted by lorenzo at 20:22

 ______________

Commentaires 27/10/06 :

Gérard said...
Un trésor .
La première , endormie négligée , faussement bas bleu , très effilée , se demande si Jane Avril n'a plus vingt ans .
Comme le temps passe !
La seconde , bibi Marie von Wägen , espiègle débarquée de Charleston , se méfie .
Ironise .
Nous défie .
Les cuivres sont bien faits .
Les accoudoirs serrés .
Son petit pied est trop parfait .
La troisième , directo sortie d'un Degas , rose de non confusion , fuira le pas des deux .
En lacets .
Les trois Voltaire , qui en ont tant vu , eux , sont assoupis .
Leurs formes sont arrondies .
Comme le temps passe .
Un vrai trésor !
La quatrième me semble trop incongrue .
Modulo 3 .
Venise , c'est une femme !
Ici !

25 octobre 2006

Paysage urbain, particolare


 Posted by Picasa posted by lorenzo at 22:57

Campanile de San Marco, particolare


 Posted by Picasa posted by lorenzo at 22:52

25 octobre, une date gourmande

C'est aujourd'hui mon anniversaire. Rien que de très banal et qui revient chaque année. J'ai l'honneur et le privilège de partager cette date avec d'illustres personnages : Evariste Gallois, Georges Bizet, Johann Strauss, Pablo Picasso, Abel Gance, Geneviève de Gaulle-Anthonioz ou Annie Girardot. Klaus Barbie aussi est né le même jour... Sous le signe du scorpion...
.
Le temps passe donc. Il file même. Et l'illusion de changer s'émoussant avec l'âge, je sais bien aujourd'hui qu'on reste ce que l'on est. Au détriment parfois d'un mieux-être qui se serait imposé si seulement nous avions pu changer (en mieux)...
.
Bref, loin de ces considérations fumeuses et par trop égotistes, la Saint Crépin (ou Saint Enguerran), au-delà d'être le jour de ma naissance, est aussi le jour anniversaire de la triste bataille d'Azincourt qui vit mourir avec Jean Ier, duc d'Alençon, toute la fine fleur de l'aristocratie européenne, (c'est aussi en passant, celui de la signature de l'Axe Rome-Berlin qui divisa ma famille et qui entraînera tant de cauchemars).
.
Mais, pour nous recentrer avant-tout et surtout, sur ce qui nous occupe à TraMeZziniMag, ce 25 octobre 2006 est l'occasion de mettre en avant l'un des derniers véritables artisans de Venise, Franco Tonolo, qui vient de fêter aussi ses 70 ans en même temps que sa pâtisserie dont l'enseigne célèbre aujourd’hui"hui son 43.800 ème jour d'existence.
.
120 ans ! Voilà cent vingt ans que la Pasticerria Tonolo régale les petits et les grands avec sa fameuse focaccia qui fut déjà récompensée par les membres du jury de Paris en 1886, alimenta la table des souverains d'Italie, et dont la recette inchangée se perpétue depuis la création de l'entreprise. Dans une Venise qui bouge et qui change, à une époque où le bon goût se fait rare, les petits gâteaux de chez Tonolo sont des merveilles. Vestige d'une période où le bien-manger était le lot commun, les chefs-doeuvre de Franco Tonolo méritent le détour.
.
Quand vous serez à Venise, passez-y, je vous certifie que vous ne serez pas déçus ! Très discrète, cette maison à sa place parmi les plus fameuses comme Rosa Salva ou Marchini ! On y prend de délicieux petis-déjeuners (avec leur fameuse brioche) et un Paris-Brest sublime. Très fréquenté par les étudiants de l'Université qui viennent en voisins. Dans ses romans, Dona Leon envoie Brunetti y prendre un café-croissant. Les enfants d'un de mes amis vénitiens jurent qu'on y trouve les meilleures fritelle de toute la ville. Je partage tout à  fait leur avis !
.
Un été, j'ai logé à l'angle de la rue et du rio, face au pont dei Preti. Un appartement prêté par des universitaires allemands. Mes fenêtres donnaient à la fois sur l'eau près du cortile de l'église. Le dimanche après-midi, le curé en soutane jouait au foot avec les enfants de chœur. De mes fenêtres ouvertes je les entendais. Souvent le parfum des gâteaux sortis du four venait jusqu'à moi ...
"Meringa tremano
le man nel catturara
la nuvola bianca che sembra dissolversi .
Trema la lingua rossa nel prima
contatto con la panna densa bianca.
Il matrimonio e' fatto bricole de nuvola
macche di panna sul pavimento
fissano il passato"
Bar-Pasticceria Tonolo
Calle Lunga San Pantalon
Dorsoduro 3764
juste derrière l'église
posted by lorenzo at 13:40

24 octobre 2006

Le retour de l'acqua alta

Première véritable acqua alta de la saison aujourd'hui.
A 11 heures 30, le niveau de la marée a atteint +110 cm S.M.M. ("sul medio mare" , littéralement en moyenne mer). +112 cm au dessus du niveau moyen a annoncé de son côté la Magistrature des Eaux (dépêche de l'ANSA). Les passerelles ont été de nouveau mises en place dans les endroits les plus bas de la ville. C'est vraiment l'automne à Venise.
.
© photographie Carlo Bassetti - Tous Droits Réservés

posted by lorenzo at 23:18

Lasciando Venezia par J.C.Courbon

Jean-Claude Courbon un de mes plus fidèles lecteurs, commentateur attentif et critique de la première heure. Cet amateur raffiné et grand connaisseur de notre bonne et aimée ville de Venise vient de me communiquer un lien vers une vidéo qu'il a réalisé lors d'un de ses derniers séjours à Venise, "Lasciando Venezia".
.
Maîtrisant mal les fonctions et le langage HTML (je ne demande qu'à apprendre), je ne sais pas encore comment diffuser en direct cette petite merveille sur Blogger. En attendant de pouvoir le faire, vous trouverez ci-dessous le lien.
.
Mettez ces images en plein écran et régalez-vous de cette longue et sereine procession le long du canal de la Giudecca, puis sur le Bassin de San Marco. Vue du pont supérieur d'un de ces paquebots qui relient Venise à Corfou, Chypre et l'Orient, Venise est divine. Regardez la vivre et vibrer. Sentez son âme palpiter sou le regard amoureux de Jean Claude Courbon. Ce scientifique est décidément bien poète et je le remercie pour cette jolie ballade qui nous ramène l'été, ses effluves et sa musique. Le problème de ces grands navires qui arpentent de plus en plus le canal de la Giudecca et le bassin de Saint Marc pour entrer et sortir de Venise mérite réflexion tant il soulève de questions, mais laissons-là la polémique pour admirer la Sérénissime vue par un de ses plus fervents amoureux !
.
Mille mercis Jean-Claude pour ce joli moment illustré par la belle voix de la soprano lyrique Annalisa Massarotto dans un disque déjà ancien paru (2000 ?) dans la collection Rivo Alto des Productions Dante et aujourd'hui difficile à trouver chez les disquaires.
.
.
.
.
.
posted by lorenzo at 22:35

COUPS DE CŒUR N°9

BAC ART STUDIO & GALERIEPiscina del Forner 862
Dorsoduro
Tel. 041 5228171
http://www.bacart.com
Vaporetto 1 - 82 fermata Accademia
Vaporetto 52 e 62 fermata Zattere
 

L'ami Paolo Barrufaldi dirige depuis des années une des galeries les plus originales de Venise, aujourd"hui située entre S. Vio et l'Accademia. Tant par son travail graphique que par le choix des artistes invités et de sa production éditoriale, il montre une autre vision de Venise, éloignée des clichés et des poses convenues. Je l'ai rencontré lors d'un des premiers carnavals, au Florian. Nous étions costumés et maquillés comme des personnages de Senso et nous prenions des poses quand Paolo est arrivé. Il prenait quantité de clichés des masques attablés dans les salons du Florian. De ces clichés sont sortis des travaux intéressants qui contribuèrent à lancer la galerie. Je l'avais ensuite invité il y a une vingtaine d'années lors de la fameuse "Semaine de Venise à Bordeaux" (il faudra que j'en reparle) et son exposition avait eu beaucoup de succès. Présent à Paris comme dans de nombreux pays, Bac Art Studio mérite une longue visite et je suis persuadé que vous trouverez dans ce lieu très beau, en plein Dorsoduro, de quoi faire votre bonheur.
.
DAVID DALLA VENEZIA
Artiste peintre.
Quaderno n°3
BAC ART Edizioni
J'ai eu l'idée de les citer dans mes coups de coeur car ils exposent et éditent un artiste que je trouve intéressant, David Dalla Venezia. Né à cannes en 1965 je crois, ce garçon présente un travail résolument personnel loin des modes et pourtant très "in gamba". Je vous recommande la publication que lui a consacré Paolo Barrufaldi (quaderno BAC n°3). Ses toiles sont souvent des auto-portraits où l'artiste se met en scène dans des aphorismes à l'humour grinçant. Un travail pîctural très classique sur lequel plane l'ombre des maîtres surréalistes mais aussi David Hockney à qui je trouve que Dalla Venezia ressemble. Je vous présenterai prochainement, dans TraMeZziniMag Galerie, quelques unes de ses oeuvres. Si vous passez par le campo San Vio, ne manquez pas d'aller jeter un coup d'oeil à son travail.
.
The Lion of Saint Mark
par Thomas Quinn
Thomas Dunne Books (2005)
ISBN: 0312319088
Un roman américain bien documenté ou la famille Ziani s'oppose à la famille Soranzo sur un fond de bataille contre les turcs. la fin du Moyen Age et les débuts de la Renaissance sont décrits avec beaucoup d'acuité. Une vision de Venise finalement assez bien posée loin des clichés et sans tomber dans les poncifs ordinaires. Malheureusement l'ouvrage n'est traduit qu'en espagnol et en grec ! Pas d'édition italienne ni française à ma connaissance. Les éditeurs français comme sont mous c'est bien connu, quant il s'agit de nouveautés anglo-saxonnes sur Venise mais les italiens ? L'ère Berlusconienne a décidément fait beaucoup de mal au monde de l'édition dans la Péninsule !
.
Venezianamente
par François de Crécy
Editions du Rocher. 2005
ISBN 9782268054735
Une belle promenade amoureuse parmi les fastes de la Sérénissime, sur les traces d'un passé dont on sait à quel point il fut à la fois brillant et glorieux. Ainsi peut-on résumer l'ouvrage de François de Crécy, l'un des meilleurs connaisseurs actuels de Venise et de son histoire. Le lecteur croisera en tournant les pages de ce livre Wagner et Antonio Foscarini, Henri de Régnier et le doge Foscari. Sans préjudice des monuments décrits avec une passion que l'auteur sait rendre communicative. Un livre d'exception, à l'écriture aussi précise qu'évocatrice, à l'image de la ville dont François de Crécy se fait le chroniqueur inspiré. Le titre est inspiré de la belle "épitaphe" composée par Diego Valeri en l'honneur de Régnier et qui est gravée sur la plaque de marbre que l'on peut voir sur le mur du Palais Dario, sur le joli campiello qui se trouve derrière le palais, à mi-chemin entre la Guggenheim et la salute. Belle préface de Jean d'Ormesson.
.
Il Vecio Fritolin
Calle della Regina, 2262
San Stae, Sta Croce, Venezia
Tel : 41 52 22 88 1
fermé dimanche soir & lundi.
Situé dans l'une des parties du Palais de la reine de Chypre, la belle Catherine Cornaro, perçu comme "Une heureuse rencontre entre la cuisine traditionnelle vénitienne et les saveurs d'Orient" selon Eddyburg, le restaurant de la sympathique et très commerçante Irina Freguia présenté comme le dernier des fritolin, est un passage obligé si vous êtes dans le quartier. Originairement, les fritolin étaient des petits stands qui vendaient de la petite friture, et des fruits de mer, un peu comme le "fish & ships" londonien. Les restaurants vénitiens appellent désormais cela le "fritto misto" et c'est rarement délicieux. Ce genre de vente à emporter a hélas disparu, mais ce baccaro depuis longtemps abandonné essaie depuis quelques années d'en faire revivre l'esprit. Et l'essai est franchement réussi. La proximité du marché permet un approvisionnement quasi permanent en poissons et coquillages de première fraïcheur, l'inventivité et l'intelligence de la propriétaire, secondée par sa fille Barbara, qui pensent que l'accueil et le cadre aident à mieux apprécier un repas (ah si tous les restaurateurs de Venise et du monde pensaient comme elle et avec sa sincérité !). On peut donc y passer pour un simple snack ou y rester dîner. C'est un endroit très convivial, à la clientèle jeune. Fréquenté par les vénitiens autant que par les [bons] touristes, on y mange des plats presque tous à base de poissons, cuisinés de mille manière avec plein d'herbes fraîches comme du temps des Doges et de la Reine Catarina, pour un prix raisonnable et le vin n'est pas mauvais. Allez voir le site très branché de la dynamique padrona di casa et faites vous une idée à distance. le weekend end, il est prudent de réserver. C'est Facile à trouver depuis le Rialto : direction Sta Maria Materdomini, et c'est juste après San Cassian.
posted by lorenzo at 01:12

23 octobre 2006

21e marathon de Venise

C'était hier le 21ème marathon de Venise. Partis de Strà, les 5.000 (et davantage) coureurs venaient du monde entier. Joli temps malgré un ciel gris, beau parcours et foule sympathique pour suivre et encourager les marathoniens. De nombreux professionnels. J'ai personnellement beaucoup de mal à comprendre la motivation de ces gens qui, dans tous les coins de la planète courent et courent comme s'ils voulaient fuir quelque chose, mais eux sont enthousiastes et leurs supporters aussi ! 
posted by lorenzo at 19:25

Magnar e navigar in laguna : le Gigot de Mer.

En écoutant le disque de vieilles chansons vénitiennes en dialecte "Navigar in laguna, ballate e barcarole"que Stefano Scutari a sorti en 2005, l'envie me prend de préparer un plat que j'ai souvent réalisé pour la nuit du Redentore. Il s'agit du gigot de mer. Un plat à base de lotte. Comme ce poisson n'a pas d'arêtes, les enfants l'adorent et sa chair est très onctueuse. En voici la recette. c'est facile à réaliser, facile à réussir et le résultat emporte tous les suffrages.
.
Pour 6 personnes, il vous faut un beau morceau de lotte, pris près de la queue (1kg250 à 1kg500), 1 kg de belles tomates bien mûres (je choisis les cuore di bue qui se trouvent de nouveau en France. Celles de San'Erasmo sont assez grandes pour qu'une seule tranche remplisse une assiette). Ajoutez à cela 1 belle tête d'ail, 300 gr de champignons, 200 gr de lard fumé, 100 gr de crème fraîche (ou de yaourt turc véritable), 100 gr de parmesan frais, 1 verre de vin blanc sec, 2 verres d'huile d'olive, du sel et du poivre, herbes (basilic, persil, thym, au choix).
.
Faites chauffer votre four. Piquez le poisson d'ail et de lard fumé. Salez et poivrez. Dans un plat à gratin, faites chauffer l'huile, quand elle est fumante, y poser le poisson et enfourner pendant 45 minutes. Le four doit être chaud. Après 1/4 d'heure, baissez la température (four moyen). Arrosez abondamment et régulièrement d'un mélange d'eau et de vin aromatisé. Pendant la cuisson, coupez les tomates et faites-les revenir, puis ajoutez les champignons coupés en lamelles, de l'ail haché finement, du basilic et du persil. Ajoutez la crème et le parmesan râpé. Mélangez.
.
Quand le poisson est cuit, le couvrir de la préparation. Laissez 5 minutes supplémentaires au four. Servir chaud avec de la polenta ou un riz blanc au beurre aillé. Vous m'en direz des nouvelles ! A servir avec un Soave ou un pinot grigio bien sec et bien frappé mais très convenable aussi avec un bon vin rouge, merlot ou cabernet italien ou français. 
Photo n°3 de Alain Grossard. Tous Droits Réservés.

posted by lorenzo at 12:27

__________

2 commentaires:


JC Courbon a dit…
En référence à votre évocation des chansons vénitiennes du début de votre post, je vous signale une petite vidéo que je viens de faire au retour d'une semaine à Venise dont j'ai rapporté un CD de ces chansons.
Elle se trouve en :

http://jc-courbon/videos/LasciandoVenezia.htm

Amicalement JCC
JC Courbon a dit…
Correction !!! C'est :

http://jc-courbon.com/videos/LasciandoVenezia.htm

Avec mes excuses. JC

22 octobre 2006

Une photo par jour

C'est l'engagement et le travail de Pierre, qui sur son blog "Venice Daily Photo", hébergé comme moi sur Blogspot.com : mettre en ligne une photo de Venise chaque jour accompagnée d'un commentaire en anglais et en français. Allez-y jeter un coup d’œil. J'y passe chaque matin après ma lecture du Gazzettino. C'est un plaisir. Si TraMeZziniMag était un magazine imprimé sur papier glacé, Pierre serait membre de la rédaction et chef Photographe !

Jeune footballeur dans les jardins de Sant'Elena, au fin fond de Venise, après Castello et la Biennale. Un lieu paisible où les vénitiens aiment à se rendre le dimanche.
Extrait du site de © Pierre - Tous Droits Réservés.

posted by lorenzo at 15:06

L'automne est là avec ses gourmandises

Lorsque la saison avance, après les poires juteuses et très sucrées qui viennent de l'arrière pays mais qu'on trouve aussi sur l'île de San'Erasmo, les raisins blancs ou les noirs des vignes du Veneto, les coings parfumés à souhait et les châtaignes, arrivent aussi les champignons.  
Funghi porcini (cèpes) en tête, girolles, morilles, trompettes de la mort, costozza typiques des environs de Trévise et autres délices dont la cuisine vénitienne raffole. Quel parfum alors sur les étals du marché, au Rialto comme sur la Lista di Spagna ou chez ce petit marchand de Castello qui ne vend que la production d'une ferme amie, derrière Castelfranco Veneto et qui part chaque dimanche à la recherche des cèpes sur les collines d'Asolo, dans les bois touffus qui appartenaient autrefois à Catherine Cornaro, la divine Reine de Chypre.Ce qui était à Rome "il cibo degli Dei" (le Plat des Dieux) et en Egypte uniquement consommé par Pharaon, est très prisé dans toute la Vénétie. Avez vous déjà goûté le risotto ai Funghi que toute bonne trattoria inscrit à sa carte dès le mois de septembre ? Si vous insistez je vous en donnerez une des recettes. Comme pour le foie de veau ou les fritelle, chaque famille a la sienne...
© photographie Pierre - Tous Droits Réservés.
 
posted by lorenzo at 14:35

19 octobre 2006

Gaspard à Venise

Gaspard est un drôle de petit animal (je n'arrive pas à me décider - ni à bien me documenter d'ailleurs - est-ce un lapin, un loup, un chien ?) qui ressemble à une peluche. Il raconte, grâce à ses auteurs Anne Gutman et Georg Hallensleben, ses aventures dans de délicieux petits ouvrages plein de couleurs édités au Crocodile Bleu jolie collection de Hachette Jeunesse. Ainsi sont parues à la fin des années 90 une sympathique série, "Les Catastrophes de Gaspard et Lisa"

"Gaspard à Venise" n'est pas spécialement récent : l'album est sorti en 1999. Belle aventure du petit personnage qui y raconte ses vacances en famille à Venise (il a un grand frère et une petite sœur). Il visite des musées encore et encore. Visiblement il en avait assez et un matin, découvrant un petit kayak rouge, il part se ballader au gré des canaux... Après de nombreuses péripéties ses parents vont le retrouver et tout finira à la vénitienne : dans un bon restaurant !
Un régal pour les yeux que je vous recommande. Mes enfants l'ont adoré et j'avoue que j'aime aussi beaucoup le feuilleter. Venise y est particulièrement bien représentée. En voici quelques images. Dans toutes les bonnes librairies, sinon fâchez-vous !









posted by lorenzo at 19:03

18 octobre 2006

Lu sur le Gazzettino du jour



Lorsque j’arrive à mon cabinet le matin après avoir conduit ma petite dernière à l’école, je m’adonne chaque jour aux même rites : je fais rentrer le chat qui a déjà fait sa promenade matutinale, je mets l’eau à bouillir, j’ouvre en grand les fenêtres et j’allume mon ordinateur. La page d’accueil s’ouvre sur le Gazzettino on line. Un abonnement me permet d’avoir accès dès 7 heures au détail des articles et à la copie de la première page. J’ai pensé que quelques brèves chaque matin - du moins quand j’aurai le temps de les choisir et de les traduire – pourraient intéresser les lecteurs de TraMeZziniMag. Appelons cette rubrique "Les brèves du Gazzettino".
  .On pourra arriver sur la Lagune en hydravion. 
Un hydravion à Venise. L’idée est de l’agence Radonicich qui gère déjà la liaison entre Rome et Naples et les îles tyrréniennes. "Ce marché est en expansion et nous pensons à Venise d’autant plus qu’il y aurait la possibilité d’utiliser la piste du Nicelli sans avoir besoin d’amerrir" explique le directeur de la société, Michele Cossa…
.
Escroquerie au clonage de codes barre. 
Blitz des vigiles urbains au supermarché Auchan de la Via Don Tosatto après la découverte d’une escroquerie mise au point par deux jeunes gens qui avaient mis au point un système rocambolesque pour voler des objets du magasins. Les deux jeunes gens clonaient et substituaient des codes-barres de produits bon marché et les collaient sur de la marchandise de prix. Ils se sont fait prendre avec des étiquettes non utilisées dans leur voiture et 600 euros de marchandises payées bien moins cher. Beaucoup de bruit pour rien, non ?…

Une mongolfière pour survoler Venise. 

Une montgolfière à l’arsenal, pour pouvoir admirer Venise d’en haut. Elle sera installée entre les fêtes de fin d’année et Carnaval à l’initiative de "Volare a Venezia" (voler à Venise). Monter dans la nacelle coûtera 16 euros, avec un tarif préférentiel pour le vénitiens. "Nous comptons sur 80.000 passagers par an qui pourront atteindre 150, voire 160.000. Elle fonctionnera aux heures du jour" explique Lapo Sagramoso, qui a déjà à son actif les montgolfières de Rome et de Bologne. "Le contexte météorologique est très favorable. Après diverses analyses, nous sommes optimistes : le besoin de voir cette ville d’en haut est très fort, ce que confirme les queues devant le campanile de San Marco".

Chers touristes, allez visiter le ponte qui n’existe pas, chef-d’œuvre virtuel du grand architecte Calavatra
Dans le guide "Guidafacile – Venezia e Isole", vendu dans les billetteries de la société Vela en même temps qu’un plan de Venise, le pont projeté par l’architecte Santiago Calatrava existe déjà. Pietro Bortoluzzi, chef de groupe de l’Alleanza Nazionale vient de le signaler à la Municipalité de Venise dans une note. Le quatrième pont sur le grand canal est l’objet de fortes polémiques car, selon les projets, il aurait dû être terminé en septembre il y a deux ans et on parle maintenant de février 2007. Repéré sur le plan avec le numéro33 en bleu, comme “lieu particulièrement intéressant” et baptisé rien de moins que le “pont de Calatrava”. Il faut le voir pour le croire : les touristes sont invités depuis la première édition du guide à se rendre sur place pour le visiter “conçu par l’architecte espagnol Calatrava, [le pont] a une structure moderne en arc avec un rayon de 180 mètres. Fait de ciment armé, acier, verre trempé et pierre d’Istrie" (page 16 du guide). Une pieuse main a ensuite ajouté en italique : "apertura prevista entro il 2005" (ouverture prévue avant 2005)...

posted by lorenzo at 07:48
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...