18 octobre 2007

La Vierge à sa fenêtre

Sept heures sur le campo...

Découvert sur choux de Siam, le blog d'une fidèle lectrice de Québec, redoutable linguiste et sympathique vénitienne de cœur, ce poème d'automne.
  Sept heures sur le campo sombre et désolé
C’est l’automne; quelques lumières s’interrogent
Et puis se taisent; l’étranger en longue toge
Effleure une ombre sur les pierres effacées

S’appelle-t-il présent, avenir ou passé
L’espace indéfini que sa mémoire abroge
Ses pas sur les pavés conjurent d’anciens doges
Fantômes indistincts de gloires inondées

Ils vont comme des souffles traversant la brume
Où dorment des jardins d’aurores évanouies
Sous les soleils d’étain des vaines amertumes

Dans le silence aveugle chemine l’oubli
Et cette angoisse noire que verse la pluie
Enveloppe en chantant Venise dans son lit

Line Gingras

Du cosmopolitisme comme règle de vie

[...]"Les plaisirs de l'Ailleurs, dans leur nécessaire diversité, sont encore le meilleur antidote contre les excès de l'intolérance intellectuelle ou esthétique [...] Ouvrir aux amoureux de l'écriture, et le plus largement qu'il se pourra, un espace fraternel qui ignore les limites". C'est ainsi que concluait Jean-Pierre Sicre, le fondateur des Éditions Phébus, dans sa présentation du premier numéro de sa magnifique revue Caravanes. Cela pourrait être le lei-motiv de TraMeZziniMag
 
C'est en tout cas l'idée qui a présidé à sa naissance et que je garde en tête quand j'écris. Le voyage, c'est bien entendu d'autres horizons à travers le vaste monde que ma chère Venise. Mais comme Xavier de Maistre avait sa chambre dont l'exploration le rendit célèbre, j'ai Venise et c'est pour moi aussi vaste que l'immensité de l'univers. Qu'il s'agisse des chefs d’œuvres de l'art et de l'architecture ou de ces endroits oubliés des guides et qu'on nomme la Venise mineure, tout m'est délice dans cette ville unique, matricielle, plantée au milieu de l'histoire des hommes et du monde moderne tout en étant indéniablement et définitivement extérieure à tout le reste. N'est-ce pas prodigieux d'être ainsi à l'épicentre du désir touristique universel et à la fois éloigné de tout ce qui constitue la cité moderne. Venise, l'unique milieu urbain qui soit à la fois contre-nature et totalement dans la nature... 
 
"Un bon feu, des livres, des plumes ; que de ressources contre l’ennui ! Et quel plaisir encore d’oublier ses livres et ses plumes pour tisonner son feu, en se livrant à quelque douce méditation, ou en arrangeant quelques rimes pour égayer ses amis ! Les heures glissent alors sur vous, et tombent en silence dans l’éternité, sans vous faire sentir leur triste passage." écrivait Xavier de Maistre en parlant du délice qu'il trouvait à s'étendre sur son vieux fauteuil. Mon quotidien vénitien ressemble un peu à cette description du farniente pourtant bien rempli de rêveries et de réflexions. Ce n'est pas de paresse dont il s'agit, bien au contraire. Plutôt d'un dilettantisme, prémisse du bonheur. 
 
Ce bonheur paisible qu'on ressent quand on se promène sans but précis, sans savoir où l'on est, dans les quartiers méconnus de Venise. Les odeurs, les couleurs et les sons que l'on croise y sont autant d'éléments constructifs d'une paix intérieure. Je ne connais pas de souci ni de peine qu'une journée ensoleillée d'hiver passée à errer dans les rues de Venise ne puisse soulager.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...