Accéder au contenu principal

Lido de Venise : l'Excelsior endommagé par un incendie



C'est hier que s'est déclaré un incendie dans la partie en cours de restauration du Grand Hôtel Excelsior au Lido, ce fameux palace au style néo-oriental où se déroulent les meilleurs moments de la Mostra du Cinéma depuis la création de ce festival, le plus ancien au monde. Pour davantage d'informations - et d'images - Tramezzinimag vous recommande l'excellent blog du franco-vénitien, Claudio Baoretto que tous nos lecteurs connaissent (Cliquer ICI) et qui habite au Lido. 

Après plusieurs heures de travail, le feu a pu être éteint sans qu'il y ait eu trop de dégâts dans le reste de l'hôtel. C'est l'embrasement d'une gaine en matière synthétique et de plaques d'aggloméré située sous la coupole de cuivre qui semblerait à l'origine du sinistre. Purement accidentel d'après les premières expertises, l'incendie a rappelé de bien mauvais souvenirs aux vénitiens, d'autant qu'une fois encore, le feu est parti d'un chantier de rénovation à un moment où la polémique fait rage entre certains élus, dont Sebastiano Bonzio et EstCapital Sgr, l'entreprise qui est actuellement propriétaire du palace, autrefois un des joyaux de la Ciga Hôtel, au même titre que le regretté Hôtel des Bains, devenu une résidence de luxe, le Danieli, le Gritti, le Monaco et d'autres magnifiques hôtels de luxe un peu partout en Italie et dans le monde (le Meurice faisait partie de la "chaîne" dont le propriétaire était l'Aga Khan).

L'élu municipal sous-entendant que si les flammes n'avaient pu être contenues - il a tout de même fallu plus de cinq heures de travail pour circonscrire l'incendie ! - les propriétaires actuels auraient eu les coudées franches pour revendre le bâtiment à des promoteurs... Tout le monde se souvient du drame du 29 janvier 1996, quand la Fenice avait été détruite par un incendie qui menaçait toute la ville, puis plus récemment celui du Molino Stucky, à la Giudecca. Comme l'Excelsior, ces deux bâtiments étaient en cours de rénovation. La fumée que l'on a pu voir jusqu'à Mestre et plus loin encore en a fait frissonner plus d'un ! Mais cette fois-ci, fort heureusement, plus de peur que de mal. 

Crédits photographiques © 2014 - Claudio Baoretto. 


Le billet publié sur le site originel avait suscité 2 commentaires 
non archivés par Google.

Commentaires