Venise a décroché la lune

Cliché de Alberto Toso Fei.
Sullaluna, "une nouvelle réalité", c'est ainsi que Francesca Rizzi et son compagnon Rodolfo Tonello présentent la librairie qu'ils viennent d'ouvrir il y a quelques jours sur la Fondamenta della Misericordia, haut-lieu de la Movida vénitienne et symbole d'une Venise qui croit en son avenir. La première librairie-bistrot de la ville va vite devenir un lieu-phare de la vie vénitienne.

Dans une ville qui se vide de ses habitants, où les écoles ferment, où chaque jour un commerce de proximité cède la place à une boutique de bimbeloterie pour touristes, il est vraiment réjouissant d'avoir devant les yeux les preuves tangibles d'un renouveau en cours, la confirmation que loin de baisser les bras et départir sans demander leur reste, il existe bien des femmes et des hommes décider à lutter contre l'inexorable et qui refusent d'abandonner la Sérénissime à l'impitoyable et impérieuse logique ultra-libérale qui emporte tout sur son passage au non de l'idole Pognon. Trois librairies indépendantes qui ouvrent en quelques jours dans la cité lagunaire, au moment même où les associations qui luttent pour l'avenir de la ville organisent de nouvelles manifestations contre les trop fameux Maxi Navi, cela tient du conte de fées. Un rêve qui devient réalité quelques jours de la fête de la Salute, l'évènement le plus authentiquement vénitien qui commémore la sauvegarde de la ville placée du temps de la grande peste sous la protection de la Vierge. Un clin d'œil de la providence et un gel acte de résistance dont on ne peut que se réjouir.

Car c'est bien de résistance dont il s'agit, démontrant une fois encore la détermination des vénitiens, d'origine oú d'adoption, à l'action. Quelle joie et quel signal fort pour Venise que ses habitants en constante diminution ne veulent pas abandonner au tourisme de masse déshumanisé et passablement aculturé pas plus qu'aux commerçants chinois et aux marchands de sommeil. Les livres, dont Venise a été depuis le début de l'édition, l'un des centres les plus riches et dynamiques, se font symboles et outils de résistance. Les trois nouvelles librairies de Venise démontrent que la culture n'est pas morte, que le livre et la lecture ne sont pas morts. Non à Venise, même envahie par les barbares, la culture ne meurt pas. Ces trois lieux en sont la confirmation. Trois remparts contre l'idiotie organisée. Non, à Venise la culture ne meurt pas. Elle vit vraiment et bouge, et innove, elle danse et chante. C'est une culture du partage et de l'échange, de l'accueil et de l'innovation. Celle des bons livres qu'on découvre dès l'enfance, des textes qui marquent toute une vie. A Sullaluna ce sont des albums illustrés, des romans graphiques, mais aussi des livres de cuisine car chez Francesca Rizzi et Rodolfo Tonello on aime les bonnes choses et on aime les faire découvrir. Les produits servis sont tous issus de l'agriculture biologique, notamment le Prosecco Lunatico qu'ils produisent eux-mêmes mais aussi tout ce qui est proposé tant salé que sucré.

Les trois librairies, avec leurs spécifités, l'enthousiasme contagieux de leurs fondateurs, effacent le douloureux souvenir des librairies disparues. Celle - la plus récente - de la Librairie Française, animée pendant plus de trente ans par Dominique Finchi, précédée par la disparition de la librairie anglaise qui faisait face à l'entrée du cinéma Rossini, de la délicieuse librairie Patagonia, consacrée aux voyages près de la Piazzale Roma, et plus loin encore, celle de la Tarentolà Sur le campo San Lucà (la voir fermer ses portes l'ultime jour m'avait fait verser une larme), la Fantoni spécialisée dans les livres d'art, la Mondadori qui a laissé sa place à l'enseigne Vuitton et aussi The Old World Book du chaleureux John Francis Phillimore, poète et érudit près du Ghetto... Pour ma part, je porte encore le deuil de ce merveilleux banco ambulant de lives d'occasions et de livres anciens, où on pouvait dénicher des merveilles (j'y ai trouvé un commentaire de Cicéron d'Aldo Manuce complet et une traduction en italien de l'Anthologie Palatine remplis d'annotations, qui avait appartenu à un docte universitaire et collectionneur vénitien des années 50). Nous reparlerons en détail de Sullaluna et des deux autres dans un prochain billet.

1 commentaire:

  1. Merci pour votre blog toujours passionné et passionnant. Quelles sont ces trois librairies. Signé Auvraisien

    RépondreSupprimer

Vos commentaires :