Délices à la vénitienne : la poêlée d'anguilles

 "Magna e bevi che la vita xe un lampo" ..

 Quand vient l'été, le temps des vacances et du farniente, on a souvent envie de changer un peu ses habitudes. Le train-train quotidien, qui laisse peu de place à la fantaisie, est loin derrière nous pour de longues semaines. C'est souvent le désarroi au début. On ne sait plus très bien où on en est. Autre rythme, autres lieux, il faut tout réinventer mais bien vite le corps et l'esprit s'adaptent au nouveau décor. Finies les contraintes, les coups d’œil nerveux à la montre, le stress. C'est enfin le temps pour soi, pour ceux qu'on aime. L'occasion de concocter de bons petits plats et de les savourer. Bien que le temps jusqu'ici n'est pas été des plus cléments, un repas en famille sous la tonnelle, dans le jardin ou un pique-nique sur la plage, quoi de plus sympathique ? Pour nous ce soir, c'était un festin de doge. Jugez vous-même : un gargantuesque plat de polenta fumante couverte d'une épaisse couche de bon beurre fondu et de parmesan frais pour accompagner des Bisati in teglia(anguilles à la poêle) comme on les savourait déjà du temps de Casanova. La recette - qui diverge un peu de la mienne - est d'ailleurs citée dans l'excellent ouvrage "Casanova, un Vénitien gourmand".
 
..Il vous faut : 1 kg d'anguilles préparées et coupées en tranches, des gousses d'ail, un bouquet de ciboulette et un de persil, du romarin frais, et de la sauge (fraîche aussi), huile d'olive, beurre frais, vin blanc, sel et poivre, polenta.

Bien nettoyer les tronçons de poisson, les faire dorer à feu vif dans l'huile d'olive mélangée au beurre. Ajouter ensuite l'ail et les herbes finement ciselées et après avoir bien mélangé le tout, ajouter les feuilles de sauge. Remuer puis ajouter peu à peu le vin blanc en prenant soin de déglacer complètement la poêle pour avoir une sauce très dense. Saler et poivrer. Servir aussitôt sur de la polenta fumante couverte de beurre et de parmesan. Une autre possibilité est de servir les anguilles avec des grandes tranches pain blanc, genre Ciabatta (à faire à la maison, c'est meilleur) que l'on imbibera de sauce. C'est un plat divin.
..Comme je disposais d'oignons et de poireaux frais coupés du jardin des voisins, j'avais garni les assiettes avec une fondue de poireaux et d'oignons cuite doucement avec du poivre dans de l'huile d'olive et du beurre avec un peu d'ail haché . Cette compotée allége parfaitement la polenta et les anguilles couvertes de leur onctueuse sauce. N'ayant plus de polenta sous la main, j'ai servi cette poêlée avec des pâtes simplement juste agrémentées de jeunes tomates bien mûres, d'ail et de romarin frais du jardin. Un délice.

Venise, le sénateur et les paquebots géants


Il est réjouissant de voir que parfois certains de nos combats, ces coups de gueule qui agacent plus d'un lecteur, en rapport avec des faits qui nous désolent tous, sont repris par les grands médias internationaux et peuvent ainsi atteindre enfin le grand public. C'est le cas de l'actuelle polémique sur les Grandi Navi, dont Tramezzinimag dénonce les dangers depuis longtemps et qui fait l'objet d'un excellent article dans Le Monde daté du mardi 10 juillet. Avec pertinence, le papier d'Evelyne Evin expose les faits et donne l'essentiel des éléments qui manquent la plupart du temps aux commentaires sur l'actualité de la Sérénissime. Cela nous réjouit et nous félicitons l'envoyée spéciale du journal pour avoir su traduire avec exactitude et précision la situation actuelle à venise ! 
.
 ..
 
Un sénateur italien veut mettre Venise et sa lagune à l'abri des paquebots géants  par Florence Evin
 
Le trafic aux abords de la cité des Doges est de plus en plus intense en dépit d'interdictions prises par le gouvernement
.
Lundi 9 juillet, Felice Casson, sénateur de Venise, devait présenter son projet de loi "Pour la sauvegarde de Venise et sa lagune" aux habitants de la cité. Ce projet, actuellement en discussion devant la Commission pour l'environnement du Sénat, prévoit de confier au maire de Venise la pleine autorité sur la gestion de la ville et de sa lagune. Et représente, s'il est adopté, l'espoir d'un vrai changement. Car si, au lendemain du naufrage du Costa Concordia sur l'île de Giglio, l'injonction de l'Unesco visant à interdire l'accès du bassin de Saint-Marc et du canal de la Giudecca aux grands paquebots a été entendue par l’État italien, rien n'a changé sur le terrain. L'arrêté ministériel pris le 2 mars interdit bien aux navires de plus de 40 000 tonneaux de croiser au plus près du palais des Doges... Mais il ne sera appliqué qu'après la mise en place d'une solution alternative. "Toutes les autorités, aux compétences très variées, se renvoient la balle, précise le sénateur Casson, ancien procureur de la République à Venise, la capitainerie du port, le ministère des travaux publics, l'autorité portuaire, la province, la commune, le magistrat des eaux, organisme créé au XVIe siècle et qui aujourd'hui dépend de l’État..."
 
Comme le résume avec humour Francesco Bandarin, directeur général de la culture à l'Unesco, vénitien lui-même, "la situation est "pilatesque". Tous se lavent les mains. Et le problème du stationnement de ces monstres des mers tarde à être résolu : ils sont de plus en plus nombreux à mouiller dans le port de Venise, à l'extrémité du Grand Canal. "Les deux ou trois grandes compagnies de croisières qui contrôlent le trafic mondial ont une puissance de feu remarquable. C'est le business le plus spectaculaire de la planète" constate M. Bandarin.
 
Ainsi, le Divina de la compagnie MSC Croisières, baptisé le 26 mai à Marseille avec Sofia Loren pour marraine - 333 mètres de long, 67 de haut, 38 de large, 18 ponts, 4.365 passagers, jaugeant 140.000 tonneaux - programme toutes ses croisières au départ de Venise. Ces paquebots de luxe, trois fois plus hauts que les édifices multicentenaires, font des ronds dans l'eau jusqu'à frôler l'île. Une vision qui pétrifie, tant leur masse impressionne.
 
Le maire de Venise, Giorgio Orsoni s'inquiète "des dégâts provoqués sur les fondations de la cité par le passage des bateaux dans le canal de la Giudecca, profond de dix mètres seulement. Leur déplacement sous l'eau a un effet de pompe sur les vases, jusqu'à faire trembler la basilique Saint-Marc". Sans compter l'air vicié : "En une seule journée, chaque paquebot libère une pollution égale à 14.000 voitures", prévient le comité No Grandi Navi Venezia, qui ne rate pas une occasion de protester à bord de barques traditionnelles.
 
Désabusé, le maire enfonce le clou : "nous sommes victimes de l’État. Le bassin de Saint-Marc, la grande place d'eau de la ville, appartient à l’État. C'est comme si le maire de Paris n'avait pas son mot à dire sur la place Vendôme. Les grands paquebots traitent avec les autorités portuaires qui dépendent de l’État. Ils versent 40.000 euros à chaque mouillage. Il y a 3 500 passages par an. Cela ne rapporte rien à Venise. Les deux millions de passagers qui débarquent ne dépensent rien, tout juste une boisson".
 
La fragilité de la lagune inquiète. "Les vagues profondes créées par le passage des bateaux creusent les fonds et transforment peu à peu la lagune en bras de la mer Adriatique. Ce phénomène d'érosion est particulièrement grave dans sa partie sud", précise le professeur Angelo Marzollo, auteur pour l'Unesco du rapport "Écosystème lagunaire vénitien". Quelle option retenir ? Le sénateur Casson se montre radical : "Il faut positionner les bateaux de plus de 30.000 tonneaux hors de la lagune. Soit au port de Malamocco, soit dans un port offshore créé exprès près du MOSE, (système d'écluses, en chantier, qui fermera la lagune pendant les hautes eaux). Et en attendant, le port de Marghera, desservi dans la lagune par l'ancien canal des pétroliers, pourrait faire l'affaire". 
 
Au final, c'est la sauvegarde de Venise, patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1987 et lieu de vie, qui est en jeu. "Les Vénitiens n'habitent plus Venise, devenue trop chère, déplore le sénateur. Les canaux sont bouchés, il faut les nettoyer et ne pas réserver les financements disponibles à la seule construction du MOSE. Le tissu urbain est très délicat. 60 000 habitants ne peuvent accepter vingt millions de touristes par an" sur six kilomètres carrés. Il faut favoriser "un tourisme intelligent."
 
"Le point de vue doit être patrimonial avant tout, résume Francesco Bandarin. La ville est une icône, elle doit l'assumer complètement. Il faut avoir une vision stratégique pour les dix ans à venir." La loi Casson, si elle est votée, devrait donner à Venise les clefs de son propre destin.
Florence Evin
© Journal Le Monde
Pour lire l'article sur le site du journal, cliquer ICI