23 octobre 2005

Flâneries...



Sur la lagune, l'été, de surprenants paysages se révèlent au promeneur. La barque glisse lentement sur l'eau immobile. La lumière change au gré des heures. Voici quelques images qui donneront au lecteur une idée des excursions sur la Lagune, aux alentours de Venise. Loin, bien loin, des touristes et du vacarme de la vie moderne.





Citation du jour

 
"Qu’est-ce que le patriotisme si ce n’est l’amour de la nourriture de notre enfance".
Lin Yutan, moine bouddhiste

17 octobre 2005

L'Image du Jour





La place Saint Marc vue par un photographe plein de talent
par Kingston Chang

Citation du jour


© Sartori - 2005.
Si vous êtes patient un jour de colère, vous échapperez à cent jours de chagrin.
(Proverbe chinois)

16 octobre 2005

Dimanche soir

Les enfants sont rentrés chez leur mère. Tout est calme ce soir. Il a fait un temps extraordinaire toute la journée. Un ami resté sur le bassin pour le mariage de son frère m'a dit tout à l'heure au téléphone que le temps était sublime. Comme en été.
 

Ne serait-ce pas l'été d'ailleurs qui reviendrait ? Ce temps incroyable qui redevient terriblement beau au début de l'automne et dont parle Jacques Mercanton dans son roman éponyme ? Mais je n'écris pas un article sur la météorologie ni sur les romans suisses contemporains. Et à Venise ? Le vent du matin a chassé les nuages. Le soleil là-bas brille aussi mais il ne fait plus très chaud me disait mon correspondant. La lumière doit être superbe. Quand il fait ainsi plus frais et que les nuages s'éloignent très haut, que le ciel retrouve son bleu dense, l'air des montagnes apporte à l'air une limpidité que l'eau démultiplie et réverbère sur les façades des maisons, sur les visages aussi.
C'est un temps que j'aime particulièrement. Souvenir de sorties de messe à San Giorgio, dans le déferlement des notes du grand-orgue que tenait alors Gian-Andrea Pauletta (dont je vous reparlerai) et des cloches sonnant à toute volée. Le vaporetto jusqu'aux Zattere. Le soleil lançant sur le bassin de Saint Marc des reflets d'argent. L'apéritif ou le café sur le quai. Une tarte aux amandes bien enveloppée dans sa boite blanche avec un ruban rouge. Le déjeuner au Palais Clari chez Agnès, la fille du consul. Puis le retour à pied vers la maison de S. Girolamo, par Santa Margherita, Santa Croce, le traghetto et enfin le ghetto. Cette atmosphère unique des dimanches d'automne. Quand le temps était encore beau. Qu'il commençait à faire froid. Les gens bavardant sur les places. L'odeur des plats mijotés pour le repas familial. peu de touristes dans ces ruelles difficiles à repérer. Quels moments heureux et paisibles nous avons vécu.
Ces impressions qui me reviennent dans un coin du cerveau me donnent envie de m'adonner à l'une de mes passions, la cuisine. J'ai acheté hier de belles sardines au marché. Je vais les préparer à la vénitienne, in saor. Je n'ai pas de pignons. Je vais les remplacer par des noix écrasées. Je vais faire aussi mes rillettes de thon et ma mousse de roquefort dont les enfants raffolent. L'occasion pour moi de vous donner des recettes. Et peut-être d'en recevoir !
.
SARDE IN SAOR
Il s'agit d'une recette traditionnelle.
Pour 1 kg de sardines, il faut entre 800 grammes et 1 kg d'oignons blancs, 3 ou 4 cuillères à soupe de vinaigre blanc, de la farine, de l'huile d'olive, du sel. On peut prévoir aussi pour un plat plus raffiné, une ou deux cuillères à soupe de pignons et autant de raisins de Corinthe. Éventuellement des cerneaux de noix fraîches.
Il faut tout d'abord préparer les poissons. Nettoyez-les en grattant la peau à grande eau, enlevez la tête et les arêtes, videz-les. certains préfèrent les laisser entière mais la tête n'est jamais très tendre et cela ne plait pas à tout le monde. Tout d'abord, réduisez les oignons pour partie en hachis et pour partie en tranches très fines. Faites les blondir dans un peu d'huile d'olive à feu doux. Ajoutez le vinaigre et laissez mijoter jusqu'à obtention d'une sauce assez épaisse. Ajoutez alors des pignons ou des morceaux de noix, les raisins secs que vous aurez fait revenir auparavant dans du vin blanc. Une pincée de cannelle et de romarin. Préservez.
Dans une poêle, versez une assez grande quantité d'huile que vous ferez chauffer. Y faire frire les sardines en veillant à ce qu'elles soient bien dorées mais pas grillées, et ce des deux côtés. Lorsqu'elles sont fraîches, cette cuisson les attendrit tout en rendant la peau légèrement croustillante. Sortez-les et égouttez-les délicatement sur du papier absorbant. 
dans une terrine, disposez une couche d'oignons, puis des sardines que vous napperez d'oignons, puis une nouvelle couche de sardines et des oignons, jusqu'à épuisement des ingrédients. Les poissons doivent être entièrement recouverts. Couvrez et laissez reposer dans un endroit frais pendant au moins deux jours (l'idéal étant 4 à 5 jours). Cette marinade se conserve assez longtemps au frigo (dans la partie la plus basse) mais doit être sortie trente minutes avant d'être consommée. Je sers les sarde in saor avec des tranches de polenta grillées, des filets de poivrons marinés et des tomates cœur de bœuf juste coupées en tranches et recouvertes de lamelles de parmesan frais. C'est délicieux avec un Bardolino.

3 commentaires: (archivés par Google)


Nat a dit…
coucou! today i went to Starbucks on campus with two other Japanese (a boy one year younger than me and a lady of 40s) and we talked for 4 hours. it was fun. i miss french dessert and bread!! i miss the morning market in bordeaux!! Les photos du jardin sont magnifique!
lorenzo a dit…
aligato You're my farest reader ! Il fait beau ici et nous allons au cinéma voir le dernier Tim Burton at the Utopia. ce sont les vacances.
lorenzo a dit…
do Starbuck's in HK have these delicious macchiato and mocaccino ? Have fun and come back soon.

12 octobre 2005

Un blog sur Prague, ça vous tente ?




Je viens de découvrir le blog de Strogoff consacré à la merveilleuse, à la magique, à la grandiose cité de Prague. Allez-y faire une promenade. C'est très bien fait ! :  


Je voudrais aussi vous parler d'autres villes que j'aime et qui forment le "noyau dur" (terme rude n'est-ce pas) de l'Europe de la Culture : Trieste, Zagreb, Salzbourg, Londres, Lisbonne, Graz... mais cela se fera au fil des pages et des idées. en tout cas, je vous donnerez ici les adresses de blogs et des sites consacrés par d'autres amoureux de ces villes. 

_________

2 commentaires: 

 Strogoff a dit… 

A mais pas du tout , pas un blog de "Kiti", de Strogoff, un blog de Strogoff... Sinon oui, allez-y, Lorenzo a raison, c'est fichtrement bien fait, avec des photos, de l'amour, de la passion... bref tout ce qui fait que ce blog est vraiment exceptionnel, alors allez-y voir. 

Bon mais sinon merci Lorenzo pour ton appréciation, chuis heureux que ça plaise. Et pour le HTML, c'est pas bien compliqué, suffit juste de regarder chez les autres comment ils ont fait... Tiens, quand tu es sur une page (un blog), si tu as Internet Explorer, tu cliques sur "view", "source" (j'ai tout en Anglais alors en FR chais pas) et hop, tout le secret du HTML t'es dévoilé, y a plus besoin que d'un peu de bon sens et de recherche pour savoir comment que ce char à bia arrive à faire un joli blog... 

Pis si jamais vraiment t'as besoin, ben hop, l'Email qui va bien (à Strogoff, pas à Kiti) et je te donnerai un coup de main si je sais... J'te souhaite un super bon week end, Strog 

15 octobre, 2005 

lorenzo a dit… 

Oui, erreur, lecteurs : c'est Strogoff l'auteur. Kiti en fait un autre. Pas mal non plus qui m'a fait découvrir celui-ci. 
Merci Strogoff ! 

16 octobre, 2005

Les livres expulsés...

Qui peut prétendre qu'il ne se passe jamais rien à Venise ? Hier par exemple les sirènes des ambulances n'ont fait que résonner dans toute la ville. Trois morts à Saint Marc... 

Presque le titre d'un roman de Boileau-Narcejac. Trois pauvres touristes âgés. Le premier est tombé, le cœur brisé, entre les deux colonnes de la Piazzetta. A l'endroit même où autrefois la Sérénissime sacrifiait ses condamnés à mort. Le deuxième a fait une chute violente sur la piazza. Sa tête a heurté le marbre froid. Transporté à l'hôpital, il n'a pu être ranimé. Le troisième, un sujet de sa Très Gracieuse Majesté a fait un infarctus. Au moins, peut-on se satisfaire de l'idée qu'ils sont morts en gardant imprimée sur leur rétine l'image d'un des plus beaux lieux du monde. Mais arrêtons-là, je vais encore être soupçonné de cynisme et d'allergie aux touristes. Mon propos est ailleurs ce soir. Je viens d'apprendre par un ami new-yorkais qui a lu le Gazzettino de ce matin, qu'un scandale a éclaté à la Fondation Cini. Vous connaissez certainement ce lieu magique et somptueux, l'abbaye située sur l'île de San Giorgio, en face de Saint Marc.
 

Depuis plus de trois siècles, des milliers de livres sont rangés et mis à la disposition des lecteurs, étudiants et chercheurs, dans la somptueuse bibliothèque construite par Baldassarre Longhena, l'architecte génial de la Salute, et décorée de tableaux de Filippo Gherardi et Giovanni Coli. Lieu admirable qui a fait la joie de générations d'étudiants. Une décision administrative a décidé d'utiliser cette salle merveilleuse à d'autres activités, des réceptions et des congrès notamment... L'information a fait le tour du monde en un éclair, provoquant une réaction unanime. Un courriel des États-Unis est arrivé à la Fondation. Portant la signature de nombreuses personnalités de l'histoire de l'art et de l'architecture, parmi lesquels le poète Andrea Zanzotto, le professeur James Ackerman, professeur émérite à l'Université de Harvard, Patricia Fortini-Brown, spécialiste de l'Art Vénitien, doyen de l'université de Princeton, Frederick Ilchman, conservateur du Musée des Beaux Arts de Boston... 
Mais ce n'est pas tout me dit-on. L'ineffable projet que tout le monde conteste, en déplaçant la bibliothèque porterait atteinte à un autre lieu magique de l'abbaye bénédictine, la fameuse salle dite la Manica Lunga (manche longue), en fait l'ancien dortoir, construit à la fin du XIVe siècle. Un corridor de 130 mètres de long sur lequel donnent les petites cellules des moines, utilisées pendant des siècles par les bénédictins et récemment aménagées en foresteria (hostellerie) par les pères salésiens qui occupent les lieux. Notre monde va mal. Le paraître prend tellement d'importance qu'il vaut mieux pour les dirigeants de la Fondation réserver la prestigieuse salle de Longhena pour les petits-fours et les pince-fesses, fourrer les livres et leur poussière (plusieurs dizaines de milliers d'ouvrage d'histoire de l'art et de littérature) dans un couloir même du XIVème. 
Après tout, même à Venise on peut s'attendre à tout. C'est peut-être cette nouvelle attaque inopinée des barbares qui a tué nos trois pauvres vieux visiteurs l'autre matin sur la Piazza San Marco...

Citation du jour

© Paladino
"L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe".
 
Gustave Flaubert
extrait d'une lettre à Louise Colet

11 octobre 2005

Le jardin d'Aristote

C'est fou comme les lieux communs au sujet de Venise ont la vie dure. La ville s'enfonce, il y a plein de pigeons. Les gondoles pour les amoureux... Tout un amalgame de fausses vérités, d'idées reçues et de poncifs souvent entretenus par des séjours trop rapides et mal organisés vendus par des tour-opérateurs sans vergogne comme on vend des petits pains. L'idée que la plupart des gens sur cette planète ont de Venise est exactement à l'image de ces groupes pressés au regard fatigué qui suivent péniblement la guide brandissant un parapluie jaune sur le pont de spailles ou le long du quai des Esclavons. Troupeau hagard qui ressemble, de loin comme de près, aux veaux qu'on transporte vers l'abattoir. L'issue en est certes moins fatale. Pour eux en tout cas, pas pour l'image de Venise !

Un exemple, on me dit souvent "oh Venise, ça sent mauvais !". Bordelais, habitué depuis mon plus jeune âge aux séjours sur le Bassin d'Arcachon, je réplique que l'odeur de vase quand il fait chaud, les senteurs de la marée près des parcs à huitre, l'hiver, et ce parfum très fort que l'on respire sur la lagune en toute saison, on le sent aussi à Arcachon, à Andernos ou au Cap-Ferret. D'ailleurs, il serait intéressant de faire une étude comparative de ces deux lagunes. L'éco-système lagunaire, l'habitat primitif, la forme des coques des bateaux de pêche, les rythmes de la pêche, les mouvements des bancs de sable, tout sur le Bassin d'Arcachon peut être rapproché de la lagune de Venise. 
Le climat n'est certes pas le même. Quand je passe en bateau près des cabanes tchanquées de l'Ile aux oiseaux, je retrouve l'atmosphère et le style des maisons vénitiennes d'autrefois encore debout sur certains ilots des environs de Venise. Les poteaux érodés par le sel et l'humidité tout noircis et couverts d'algues et de coquillages sont les parents des poteaux qui surgissent le long des canaux de la Lagune...

Un autre poncif c'est "le manque de verdure à Venise". Oui la Sérénissime est minérale et aquatique, vous avez raison chers touristes pressés. Mais les jardins, la part de chlorophyle de la nature à Venise se mérite. Elle se cache et se protège. J'ai déjà parlé il y a quelques mois des jardins secrets de Venise. Je connais au moins une douzaine de jardins, publics ou privés, où l'herbe est vraiment verte sans être de l'algue, où les arbres poussent et fleurissent, où des fruits et des légumes splendides font le bonheur des riverains. 
Sans parler des fleurs, les glycines par exemple, que l'on sent partout au printemps, des roses anciennes dans les jardins cachés de Dorsoduro, des lilas et des jasmins. Voici quelques images de lieux très verts, très paisibles et très reposants. Peu sont à la portée des touristes trimballés par les guides officiels. Pourtant, il y en a : le jardin public de la Biennale, celui du Palais royal, celui de San Girolamo, le campo de la cathédrale S.Pietro, le petit jardin de la Ca'Rezzonico, celui de la Giudecca et celui, très récemment ouvert, de la Ca'Foscari où les étudiants dès les premiers beaux jours vont se reposer. Ils s'y retrouvent pour bavarder, fumer (bien que cela soit maintenant interdit en Italie) et grignoter leurs sandwiches entre deux cours... vous voyez bien que c'est vert Venise !



Venise, DD.724

Sans vouloir faire de publicité, j'ai été charmé par la documentation que je viens de recevoir et qui concerne ce joli Bed & Breakfast ouvert en 2003, voisin de la Guggenheim, en plein Dorsoduro, avec une décoration résolument contemporaine. 

Dans un cadre très agréable, (les fenêtres donnent sur un bel espace vert, ou sur le rio delle Toreselle) DD.724 vous accueille. Chambres silencieuses et spacieuses. 

Véritables suites d'un raffinement de bon aloi. Quelque chose de new-yorkais dans l'ambiance... Atmosphère très cosy. Petit déjeuner copieux et art contemporain sur les murs. Lecteurs de DVD et internet bien entendu comme presque partout en Italie aujourd'hui. 

Un lieu sympathique et très classe pour ceux qui veulent sortir des dorures et des damas de soie pseudo baroques de la plupart des palais-hôtels ! En plus les prix sont raisonnables pour ce type de confort : entre 200 et 350 euros selon la chambre ou la suite (avec petit-déjeuner). 
Voir le lien ici

10 octobre 2005

Joyeux Anniversaire, mon filleul !

Jacques, l'aîné de mes filleuls, fils de mes chers amis François et Maïté, deuxième d'une belle fratrie de six magnifiques enfants, tous pleins de talent et d'intelligence, fête aujourd'hui ses 17 ans ! Il a brillamment passé son baccalauréat en juin et, franchissant pour la dernière fois le portail de Saint-Genès où il a fait ses humanités, il se consacre maintenant entièrement au piano, sa passion. 
Élève du Conservatoire National de Bordeaux, c'est un pianiste très doué. Très à l'aise dans la musique romantique mais aussi parfaitement en harmonie avec les auteurs contemporains, il me plait pourtant de l'entendre jouer Bach pour lequel il n'a pas encore totalement la sensibilité. Je l'ai vu grandir devant son piano. Au début, sa vocation perçant déjà, il n'était que technique. Aujourd'hui, l'adolescence aidant, à sa virtuosité s'ajoute une grande sensibilité qui peu à peu se traduit dans son doigté, dans la musicalité qu'il répand par le clavier. C'est un plaisir de l'écouter jouer. Je suis très fier de lui. Je lui souhaite un très joyeux anniversaire. Nous irons certainement ensemble écouter Brigitte Engerer et Boris Berezovski ou Nicholas Angelich au Grand Théâtre. Enfant taciturne, parfois difficile à comprendre, il est aujourd'hui un beau jeune homme, ouvert à la vie et au monde, épanoui et tranquille. Combien le temps a passé. Je le revois, jouant avec ma fille Margot et son frère aîné Frédéric, dans le merveilleux jardin de Riboulet, chez ses grands parents... Il y a quelques semaines, il donnait son premier vrai concert dans une salle, à San Sebastian... Une promesse...

07 octobre 2005

A ceux qui honorent le vieillard

A la mémoire de Jessie Laffitte

Mademoiselle Laffitte était ma voisine à Bordeaux. Elle a vécu 53 ans dans l'immeuble où j'ai mon cabinet. A 87 ans, usée mais parfaitement consciente de ses actes, elle a décidé de s'installer dans une maison de retraite, ne pouvant plus demeurer seule dans son appartement du dernier étage. Trop grand. Trop compliqué. Elle a tout partagé, tout vendu et s'est préparée à changer de vie. Ce fut un déchirement. 

Malheureusement, ce changement trop prompt, la fatigue et l'énervement des dernières semaines l'ont tuée. Elle s'est éteinte dans les bras de sa sœur, vendredi soir dans l'ambulance qui l'amenait vers la maison de retraite. 
Paix à son âme. Ces quelques lignes, qui trônent dans le bureau du directeur d'une maison de retraite dont je suis l'un des administrateurs, sont présents ici comme un hommage à cette vieille dame digne.
Heureux ceux qui comprennent mon pas hésitant et ma main tremblante.
Heureux ceux qui savent qu'aujourd'hui, mes oreilles vont peiner pour les entendre.
Heureux ceux qui paraissent accepter ma vue basse et mon esprit ralenti.
Heureux ceux qui détournent les yeux quand à table, j'ai renversé mon café.
Heureux ceux qui, en souriant gaiement, s'arrêtent pour bavarder un peu avec moi.
Heureux ceux qui ne disent jamais : "c'est la seconde fois de la journée que vous
me racontez cette histoire".
Heureux ceux qui ont le don de me faire évoquer les jours d'autrefois.
Heureux ceux qui font de moi un être aimé, respecté et non abandonné.
Heureux ceux qui devinent que je ne trouve plus la force de porter ma croix.
Heureux ceux qui adoucissent par leur amour, les jours qui me restent à vivre, en ce dernier voyage vers la Maison du Père.

02 octobre 2005

Citation du jour

 
© Vanni de Conti - Droits Réservés

"La nature a des perfections pour montrer qu'elle est l'image de Dieu, et des défauts pour montrer qu'elle n'en est que l'image ."
Pascal (Pensées)