29 octobre 2006

Le départ d'un ami, un père, un maître...

C'est par ces paroles, prononcées avec beaucoup d'émotion, que Massimo Cacciari, le maire de Venise, a salué la mémoire d'Emilio Vedova, l'un des plus grands peintres italiens contemporains, mort dans son sommeil à 87 ans. Après le décès de Pontus Hulten, c'est un autre grand témoin et un immense protagoniste de l'art contemporain qui disparait cet automne. C'était un grand monsieur. Je me suis rendu plusieurs fois chez lui du temps de ma vie étudiante, et l'entendre parler de l'art mais aussi de Venise était quelque chose de "monumental".
.
Le maître venait de perdre quelques semaine plus tôt Anna-Maria son épouse, compagne fidèle et attentive. Il n'avait jamais cessé de peindre. Né en 1919, il est mort mercredi dernier dans sa maison des zattere. L'annonce de sa disparition a causé à Venise et dans le monde une immense émotion. L'histoire artistique et humaine de ce vénitien a traversé tout un siècle et sa vie est un véritable roman. Comme le rappelait le maire-philosophe Massimo Cacciari, "par son art et son engagement, il a contribué à écrire une des pages les plus importantes du XXeme siècle".
.
Né en 1919 dans une famille d'ouvriers, Vedova vient à la peinture en autodidacte. Obligé de travailler pour vivre, il exercera différents métiers : ouvrier d'usine d'abord, puis photographe et restaurateur. Dans les années 30, il commence à dessiner et à peindre intensément. Autoportraits, motifs d'architecture, perspectives, il est dans la lignée des peintres italiens de Installé à Rome en 1936, il fréquente les cours d'Amedeo Bocchi, puis à Florence, il poursuit ce cursus désormais entièrement voué à la peinture. En 1942, il expose pour la première fois et adhère au courant milanais "Corrente". En 1943, la galerie où il expose est fermée par la police fasciste. Dès lors, il participe activement à la Résistance. Sa peinture traduit la vigueur de ses convictions et de son engagement. En 1946, il est parmi les signataires du "Manifeste du réalisme" et participe à Venise à la fondation de la "nuova secessione italiana" puis au "Front Nouveau des Arts". Il participe à de nombreuses expositions collectives dans le monde entier et devient l'invité de la Biennale de Venise en 1948 et 1950, à Sao Paulo en 1951, de nouveau à Venise en 1952 puis à la Documenta de Kassel en 1955.
.
Associé au "Groupe des Huit" (1951), créé par Lionello Venturi dont il se dissociera deux ans plus tard lors d'une déclaration publique lors d'un congrès de haute culture à la Fondation Giorgio Cini. Il créé des collages et des "assemblages" . Son travail s'oriente ensuite sur l'échelle chromatqiue des noirs et des blancs, avec des insertions de rouge vif. Ce sera le "cycle de la protestation" puis le "cycle de la nature". En 1954, Vedova part pour le Brésil où il reçoit un prix qui lui permettra de rester trois mois en Amérique. La découverte de la réalité de l'Amérique du Sud et de son atmosphère va fortement le marquer.
.
En 1956, il expose à Munich et commence un travail très intense de gravure qui sera couronnée par le prix Lissone en 1958. L'année suivante il présente une exposition très commentée "Scontro di situazioni" (collisions de situation) où ses toiles sont disposées en angle droit, dans le cadre de l'exposition "Vitalité dans l'Art" organisée par l'architecte Carlo Scarpa au Palais Grassi. En 1960, il reçoit le Grand Prix de peinture à la XXXe Biennale de Venise, décerné à l'unanimité par un jury international composé des plus grands experts.
.
Il travaille ensuite à ses fameux "Plurimi', présents aujourd’hui"hui dans les plus grands musées du monde. Ces réalisations en technique mixte s'articulent et se meuvent dans l'espace sont exposées la première fois à la galerie Marlborough de Rome et présentée par Giulio Carlo Argan. Invité par de nombreuses universités américaines, il donne une série de conférences sur ses plurimi. Il enseigne ensuite à la Sommerakademie für bildende Künste de Salzbourg en 1965 et à l'Accademia de Venise en 1975. En 1967, il aménage l'espace du pavillon italien à l'Exposition Universelle de Montréal. Constamment à la recherche de l'innovation, son travail ne sera jamais figé. Il créera ainsi des lampes en verre en collaboration avec la verrerie Venini de Murano puis vint le cycle "Lacérations et Fragments", les "disques et les cercles" . Il collabore avec Luigi Nono pour la scénographie de différentes œuvres comme "Intolleranza" ou "Prometeo".

 
.Son extraordinaire force créatrice se manifesta dans un important travail de gravures où il expérimenta de nombreuses techniques. Parmi les dernières expositions qu'il fit, il faut rappeler celle du Musée d'Art contemporain de Turin en 1996, et en 2001 celle organisée par la galerie Salvatore et Caroline Ala, à Milan.

"Pour moi, c'est un ami, un père, un maître qui disparait " a dit le maire "avec lui c'est une grande figure de la peinture et de la culture italiennes du siècle. Un peintre géant de Venise, vénitien de toutes les fibres de son art, dans tous les traits de son dessin, dans le moindre filet de ses couleurs. Ce sera de bon ton dans les prochains jours dans toute la ville, dans tout le pays, dans le monde entier de commenter l’œuvre et d'en exalter l'importance. Pour le moment, les paroles me manquent pour exprimer ma douleur".
Les obsèques (civiles) du peintre présidées par la Municipalité ont eu lieu samedi au Musée Correr. La dépouille du maître transportée en gondole depuis les Zattere le long du Grand canal afin de permettre aux vénitiens de lui rendre hommage; a été ensuite portée jusqu'au grand salon d'apparat de l'aile napoléonienne où une chapelle ardente avait été dressée. Le service civil était présidé par le maire qui a prononcé un discours très émouvant.

En voici une partie dans une traduction approximative : ''[...]Et maintenant repose Emilio. Mais Emilio ne repose pas non plus dans cet ailleurs où il se trouve désormais parce qu'il est une inquiétude du coeur qui ne trouve pas non plus le repos dans l'au-delà. Si Dieu existe, ce Dieu aime les coeurs qui cherchent toujours"...''Il y avait un Vedova que tout le monde connaissait, dramatique et expressif, le Vedova des collisions de situation, des images prises comme un conflit, comme un cri ; mais il y avait en lui une opposition entre la volonté de parler de soi, d'intervenir, de s'exprimer et sa dimension intérieure lyrique, réfléchie, méditative de grand espace et de grand silence qui ne se voyait pas directement dans ses œuvres mais en était l'âme..."
..
Le maire a évoqué la petite pièce toujours dans un désordre apparemment chaotique dans laquelle Vedova se retirait pour travailler en silence sur toutes les petites choses qu'il avait ramassé et sauvé, débris de toutes sortes qu'il parvenait à faire revivre, leur redonnant une voix en les transformant en œuvre d'art. "Le geste de l'art est sauvegarde", a commenté le maire, "sauvegarde de nos misères, de nos malheurs, de nos contradictions, réussir perpétuellementà leur donner parole et voix, les préservant ainsi et les faisant renaître" . Cacciari a rappelé "la capacité de Vedova à risquer dans les limites des profondeurs, des lacérations et des contradictions, pour être en situation, pour pénétrer les rencontres et les oppositions, et de là, rebondir"... "Il existait un Vedova pudique" a continué le maire, "qui avait en lui une dimension ésotérique, qui assimilait les contradictions et les collisions, avec une seule forme d'intolérance : le refus de toute injustice. Il ne supportait pas que l'homme fasse du mal à l'homme. Alors Vedova se mettait à hurler. De l'Espagne au Vietnam ou à Sarajevo, il ne s'est jamais abstenu de dénoncer les exactions humaines, à sa manière, avec ses mots, les couleurs et les images. Parce que l'art est révolutionnaire quand il nous révolutionne nous-même et non pas quand il établit des manifestes politiques... Voilà ce que nous a enseigné Emilio Vedova." Émouvant discours en vérité. 


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...