30 novembre 2019

Un adagio, des amis et du vin

Hier soir, dans un salon improbable du vieux Bordeaux s'improvisa un moment musical chargé d'émotion et de grâce comme souvent ce qui est inattendu se charge de joie et de félicité. Imaginez un ciel bas et un vent froid qui glace les rares passants. Nous arrivions d'un autre salon, une vaste nef blanche dans une grande maison d'un quartier bourgeois de la ville. Un bonheur n'arrive jamais seul. Il y avait là une centaine de personnes venue entendre un récital autour d'Etienne Péclard, naguère premier violoncelle de l'orchestre national de Bordeaux Aquitaine, professeur émérite dont il m'a été donné d'écrire la biographie. Le maître présentait à un public choisi, attentif et connaisseur, plusieurs de ses compositions accompagné par Laurence Dufour, elle aussi enseignante au conservatoire, avec qui nous avons créé il y a plus de dix ans maintenant Tempo di Cello qui eut son heure de gloire et lança le Festival International de Violoncelle Louis Rosoor et Stéphane Rougier, violoniste à l'ONBA. Les trois talentueux musiciens nous régalèrent d'airs parfois légers et drôles, d'autres plus sérieux, toujours parfumés de citations et d'inventions, toujours virtuoses. 

L'après concert se déroula autour d'une dégustation de vins délicieux du terroir. L'un des invités invita à son tour ceux qui le souhaitaient à venir chez lui, de l'autre côté de Bordeaux, non loin de ma résidence bordelaise, afin de découvrir son magnifique piano. J'hésitais comme toujours à me rendre à cette invitation inattendue. Nous étions partis quelques uns mais tous les autres désertèrent. Je finis par me décider, avant de rentrer me coucher. Je restais indécis. il était tard, il faisait froid, mon lit m'attendait à deux pas... Je me persuadais qu'il n'y aurait plus personne. On n'entendait aucun bruit par la porte entrouverte. Une jeune femme très belle sortait avec son vélo et avant même que je lui demande quoi que ce soit elle me lança avec un joli sourire : "si c'est pour pour la musique, c'est au premier étage" . C'est ainsi que je pénétrais dans cette incroyable demeure. Je sonnais sans qu'aucun son ne sorte, je frappais. Finalement j'articulais la poignée. derrière, un couloir mal éclairé, le plancher qui craque, odeurs de cire et de poussière. L'hôte ravi de me voir m'invite à avancer et disparait aussitôt à la recherche d'une bouteille de vin et de verres. Des notes de musique se glissaient partout autour de moi et m'accompagnèrent jusqu'au salon où trône le piano. L'adagio du premier concerto pour violoncelle de Haydn emplissait l'air de sa douce mélancolie. Venu lui aussi assister au récital de son ancien professeur, le très solaire Jeremy Genet, avait comme moi accepté l'invitation à prolonger la soirée. Il était venu me saluer après le concert, souriant et plein de révérence. La dernière fois que nous nous étions vu, c'était à Malagar, la maison de François Mauriac où se déroulent chaque année les examens de fin d'année de musique de chambre. Il avait à peine vingt ans alors et son jeu déjà charmait les auditeurs. Minuit sonnait à l'église voisine et, dans la pénombre, il jouait. En guise de partition l'ami qui l'accompagnait,  avait posé sur le pupitre un ordinateur portable, seule marque des temps modernes dans ce lieu hors du temps. La voix très sensuelle du violoncelle chantait le second mouvement. Je m'installais sur un coin de canapé, totalement fasciné par l'archet qui glissait lentement sur les cordes et les mains qui s'animaient sur l'instrument. J'aimais tout de suite son interprétation de cet adagio langoureux et débordant de subtilité. La cadence de Britten ce me semble. Un peu à la manière de Rostropovitch. J'aime à la folie cet air où le violoncelle reste maître et peut exprimer toute son expressivité. Jeremy avec sa grande sensibilité servait joliment cet adagio. Un de ces petits bonheurs qui nous tombent joyeusement dessus et qu'on aimerait pouvoir faire partager.

La mélancolie qui se dégage, malgré le mode majeur de l'aria se confond fabuleusement avec les lieux. Je regarde Jeremy. La tête légèrement penchée en arrière, les yeux clos, le visage détendu et serein, les sourcils légèrement froncés, il fait corps avec l'instrument, et les lieux se fondent dans la musique. La salle est sombre et mal éclairée mais le jeune virtuose rayonne et irradie. Une bouffée d'émotion me submerge soudain et mouille un peu mes yeux. Cet air, nous l'avons tellement de fois écouté, mon père et moi, à la fin de sa vie. C'était dans le petit salon du second, à côté de ma chambre. Les 8 minutes 30 de l'adagio inlassablement répétées que nous écoutions parfois dans le noir comme dans ce salon d'une autre demeure bordelaise, où je pénétrais pour la première fois. Une belle soirée, le vin était bon et l'air rempli de bons mots, et le cœur inondé de musique. Un de ces moments inattendus et magiques qui m'aident à supporter l'exil quand mes obligations m'obligent à rester loin de Venise. Il est temps que je reparte. Jeremy et son violoncelle, Étienne, Laurence et Stéphane m'y rejoindront et les soirées seront pareillement douces et belles. 

Pour le plaisir d'entendre ce passionné parler du festival qu'il a créé à Bordeaux après avoir organisé un concert au Carnegie Hall à la mémoire des victimes du 11 septembre, cette vidéo publiée par une radio bordelaise :

Relire les anciens billets de TraMeZziniMag...


Les anciens billets du site originel, celui qui de 2005 à l'été 2016 a nourri plusieurs centaines d'abonnés et de très nombreux lecteurs réguliers ou occasionnels, ne contenaient pas que des choses de qualité. Parfois des textes rédigés en vitesse, mal relus et pas assez corrigés, des photos au mauvais format, des légendes erronées ou simplement oubliées, mais toujours la joie et l'enthousiasme que nous avions à partager nos coups de foudre, nos passions. Mais tout cela restait tourné vers Venise, en bons Fous de Venise comme nous avait baptisé un éminent journaliste de France Culture aujourd'hui disparu. Mais c'était l'heureux temps des blogs et des blogs sur Venise, à la suite de TraMeZziniMag, il y en a eu de très beaux, de très intéressants, tous créés par des ces Fous de Venise qui formons une belle communauté de passionnés et d'inconditionnels de la Sérénissime

Difficile alors de baisser la garde et, maintenant que le miracle s'est produit, que peu à peu les articles présumés perdus corps et biens dans l'immensité abyssale d'internet, refont surface, les redécouvrir, une fois nettoyés, dépoussiérés, adaptés au nouveau format, est un régal pour nous qui les avons fait naître et qui ne nous étions jamais résignés à leur disparition. Nous vous invitons à faire comme nous, à feuilleter les archives du TraMezziniMag des origines, en relisant les billets au hasard ou par thématique (il suffit de cliquer sur les noms qui vous parlent dans le nuage des libellés, ou de choisir un jour, un mois, une année et de vous laisser porter.

Laissez-nous vous conseiller quelques billets parmi nos favoris, parmi ceux qui ont attiré le plus de commentaires et de débats, ceux qui ont été repris pour servir Venise et ses habitants. Aller dans les archives, remonter le sommaire, se promener dans les jours et les saisons, dans les libellés, autant de moyens fort utiles pour la reconnaissance du blog, pour qu'il retrouve sa place dans les moteurs de recherche. Autant de clics différents sur les billets des années précédent le naufrage de 2016, qui nous permettront de redéployer notre lectorat aussi, les lecteurs attirent les lecteurs. Et enfin, la plupart des commentaires qui étaient impossible à retrouver sont aussi revenus. Pour les abonnés de toujours, vous retrouverez nos échanges, pour ceux qui ne connaissent TraMezziniMag que depuis peu, ajouter en temps réel votre avis sur les artciles ou les prises de position serait super et gratifiant pour nous ! Merci d'avance les amis !

En voici quelques échantillons (il suffit de cliquer sur l'adresse du titre de votre choix), à titre d'exemples :
  • La Bulle de Tiepolo (mars 2006) 
http://tramezzinimag2.blogspot.com/2006/03/la-bulle-de-tiepolo.html

  • Il marchait seul dans la nuit (juillet 2006)
http://tramezzinimag2.blogspot.com/2006/07/il-marchait-seul-dans-la-nuit.html

  •  Venise ne veut plus des navires géants (janvier 2012) 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...