27 février 2012

Quand Capital parle de Venise

C'est comme pour les présidentielles, on n'entend le plus souvent que les grands ténors qui n'ont pas grand chose à nous dire de nouveau et d'excitant, et on oublie les petits candidats, souvent les plus sincères et les plus en adéquation avec les besoins et les attentes des gens... Le plus souvent ce sont toujours les mêmes clichés qui reviennent dans les médias sur Venise : le carnaval, les pigeons, la montée des eaux. Quand la télévision française essaie d'aller plus loin, même du bout des lèvres et des images, c'est déjà une avancée. Lecteurs de TraMeZziniMag, donnez-nous votre avis !
.

 



20 commentaires:

anita a dit…
Emission intelligente ... les principaux problèmes de Venise y sont exposés ...mais les solutions ? Je ne crois pas du tout à l'efficacité d'une super-taxe de séjour ... anita

Lorenzo a dit…
Ah, mes lecteurs sont bien là. j'ai cru un moment que mes fidèles commentateurs n'en avaient plus que pour les pantins qui s'agitent dans la petite lucarne en cette période pré-électorale. J'ai même pensé un moment que le sort de Venise ne les intéressait plus vraiment et j'ai eu peur d'une sorte de résignation. Ne nous lassons pas de prendre la défense de la Sérénissime et de répandre la bonne parole pour essayer de contribuer à sa sauvegarde.
Anonyme a dit…
je partage l'avis d'Anita... les énormes paquebots de croisière m'ont choquée lors de ma visite (trop brève hélas)  Josette
Veneziamia a dit…
Bonjour Lorenzo, L’entretien avec Matteo n’est pas récent et bien que je sois d’accord avec son argumentation je n’ai pas beaucoup de considération pour ceux qui crachent dans le potage qui les nourrit. La taxe pour touristes résidents – et non ceux d’un jour ? – a été introduite à fin août 2011 mais, à l’instar d’Anita, je m’interroge sur son efficacité pour résoudre le problème de Venise, à savoir son dépeuplement inexorable. Une ville reste attractive quand on y trouve des magasins proches, des marchés, des possibilités de travail diversifiées, des écoles, des hôpitaux, des moyens de transport efficaces, des loyers abordables, des services à domicile pour les personnes âgées et les familles…mais cela demande de l’investissement – pas seulement pécuniaire – de la part des élites et élus. Finalement, vivre du tourisme n’est-il pas une facilité ? Si cela s’avère exact, ce choix pourrait bien devenir mortifère pour l’avenir, le jour où « la vache à lait » détournera son regard vers d’autres horizons.

Lorenzo a dit…
François, vous avez raison et ce que vous écrivez résume bien la problématique fondamentale de Venise. J'ai voulu diffuser cet entretien effectivement assez ancien parce que l'émission avait abordé cette situation quand la plupart des médias s'en tiennent au carnaval et autres apparences. Le regretté Otto de Habsbourg nous disait déjà il y a trente ans que le tourisme était une manne empoisonnée et dangereuse pour nos nations.
Veneziamia a dit…
Il avait vu juste Otto de Habsbourg. Malheureusement Venise n'est pas la seule sur terre à souffrir de cette plaie. Mais là c'est d'une acuité particulière à cause de la fragilité de l'environnement. Reste à espérer....il y a souvent des retournements de situations inattendues...comme par exemple pas de carnaval l'an prochain ? Bonne journée Lorenzo ! Françoise
Veneziamia a dit…
Dans le même ordre d'idée je viens de lire un article d'Il Gazzettino de ce jour et que je vous recommande : Venezia e i giovani/ Giù la maschera: rinnovare la città per costruire il futuro http://www.gazzettino.it/articolo.php?id=183247&sez=NORDEST
Anonyme a dit…
A franchement parler je ne vois aucune solution au problème de Venise, je cherche comme tout le monde et je ne trouve rien... Peut-être effectivement, Venise va-t-elle mourir, victime de son succès auprès des touristes que nous sommes tous. Je songe même moi-même, fidèle depuis plus de 10 ans à ne plus y retourner... Depuis deux trois ans, j'hésite à faire le voyage... Je ne veux pas paraître pessimiste, mais, comment faire pour que cette ville vive normalement ? Venise n'est plus une ville normale depuis longtemps, ses emplois ne sont en majorité des emplois ayant trait au tourisme, la spéculation immobilière est terrible, ça ne va pas arranger ses affaires dans l'avenir... Les habitants vendent et partent... Peut-t-on leur en vouloir ? Venise devient uniquement une ville de vacances touristiques. Je cherche des solutions, mais je ne trouve rien...Trop compliqué pour moi ! Amicalement.   Isabelle
annie a dit…
J'ai vu cette émission. Comme vous tous je suis inquiète pour l'avenir de Venise... Mon premier souhait ( peut-être réalisable) serait que les bateaux de croisière géants ne viennent plus dans la lagune. Au mois de Mai je viens à Venise pour quelques jours ( en touriste mais je promets de respecter cette grande Dame merveilleuse ) et je redoute la présence de ces immeubles flottants. Pouvons-nous agir d'une manière ou d'une autre ?

Lorenzo a dit…
Mais il n'y a aucune honte ni ignominie à être touriste. C'est l'exploitation qui est faite du tourisme qui est en cause et ils ont raison ceux qui rappellent que les vénitiens - comme nous le sommes chez nous dans tous les lieux qui attirent les visiteurs - sont les premiers responsables de la situation. l'appât du gain, la course au profit... On est puni par là où on a pêché. Je ne parle pas du vénitien lambda qui est souvent contraint à subir les conséquences de l'arrivée des hordes, mais de ces successions de gouvernants incapables de réglementer, de maintenir un équilibre parce que souvent participant pour eux-mêmes à la course au profit. Sauver Venise, outre les grands combats comme la lutte contre les grandi navi, la montée des eaux ou la pollution de la lagune, c'est poser chacun à notre niveau, vénitiens, amis de Venise, visiteurs d'un jour ou visiteurs réguliers, des actes significatifs. C'est participer à tout ce qui se créé en matière d'aide et de protection, c'est en parlant des problèmes, c'est en usant dignement de cette ville unique, en refusant de faire le jeu des "faiseurs d'argent-tueurs de civilisation". Evviva Venezia !
Anonyme a dit…
j'ai remarqué que les sites classés "Patrimoine de l'Humanité" deviennent des lieux à fuir... Hélas ! Tous se dénaturent, à tel point que leur visite devient un cauchemar, ainsi je n'irai jamais en Égypte voir les pyramides... Hélas ! Pauvre Venise... Hélas ! Cordialement.   Agnès
Condorcet a dit…
Ce court extrait appelle pourtant de nombreuses remarques : - la taxe de séjour instaurée le 23 août dernier répond plus à un besoin urgent de trésorerie (la commune de Venise doit trouver 100 millions d'euros pour boucler le budget 2012 et la taxe doit en rapporter 20 millions d'euros, le reste étant apporté par la vente de plusieurs palais) que par la volonté d'endiguer le tourisme de masse qui devient de plus en plus une mono-activité ; - la spéculation foncière et l'exode démographique vénitien rappellent fort la gentrification bien connues des métropoles européennes comme Paris ou Londres. Ce constat souvent dressé par les élus locaux vise à briser ce qui constitue selon eux le cercle vicieux de l'exceptionnalité vénitienne : ne se concevoir qu'à travers l'insularité et ses particularités et rester sourd aux évolutions du monde. Même si intellectuellement, une telle position est séduisante, concrètement, elle sert souvent de prétexte au financement de projets herculéens tant par leur coût que par leur impact environnemental (métro sublagunaire, création d'une grande zone commerciale autour de l'aéroport, injection d'eau salée à travers les puits) ; - le puissant mouvement de contestation né contre le passage des navires de croisière dans les bassins de la Giudecca et de San Marco donne l'espoir qu'une solution pérenne soit trouvée même si la croisière comme les pétroliers abîment la lagune, quel que soit l'endroit où ils y entrent et en sortent. Les faire passer à Malamocco les soustraira à la vue des habitants de la Giudecca ou de Dorsoduro mais ne résoudra pas le coeur du problème ; - l'appel aux jeunes Vénitiens voire aux étrangers qui voudraient résider à Venise à l'année constitue une amorce de réponse. D'autres pistes de réflexion doivent être poursuivies concernant la décongestion de Venise durant la saison touristique (notamment en réduisant la croisière, la desserte aéroportuaire, ferroviaire et automobile pour les non-résidents). Les séjours touristiques de durée moyenne et longue (une ou plusieurs semaines) doivent être favorisées et ceux de quelques jours découragés.
Condorcet a dit…
Erratum (pardon, Lorenzo) Ce court extrait appelle pourtant de nombreuses remarques : - la taxe de séjour instaurée le 23 août dernier répond plus à un besoin urgent de trésorerie (la commune de Venise doit trouver 100 millions d'euros pour boucler le budget 2012 et la taxe doit en rapporter 20 millions d'euros, le reste étant apporté par la vente de plusieurs palais) qu'il ne s'explique par la volonté d'endiguer le tourisme de masse qui devient de plus en plus une mono-activité ; - la spéculation foncière et l'exode démographique vénitien rappellent fort la gentrification bien connues des métropoles européennes comme Paris ou Londres. Ce constat souvent dressé par les élus locaux vise à briser ce qui constitue selon eux le cercle vicieux de l'exceptionnalité vénitienne : ne se concevoir qu'à travers l'insularité et ses particularités et rester sourd aux évolutions du monde. Même si intellectuellement, une telle position est séduisante, concrètement, elle sert souvent de prétexte au financement de projets herculéens tant par leur coût que par leur impact environnemental (métro sublagunaire, création d'une grande zone commerciale autour de l'aéroport, injection d'eau salée à travers les puits) ; - le puissant mouvement de contestation né contre le passage des navires de croisière dans les bassins de la Giudecca et de San Marco donne l'espoir qu'une solution pérenne soit trouvée même si la croisière comme les pétroliers abîment la lagune, quel que soit l'endroit où ils y entrent et en sortent. Les faire passer à Malamocco les soustraira à la vue des habitants de la Giudecca ou de Dorsoduro mais ne résoudra pas le coeur du problème (la forte dégradation de l'écosystème et des équilibres lagunaires); - l'appel aux jeunes Vénitiens voire aux étrangers qui voudraient résider à Venise à l'année constitue une amorce de réponse. D'autres pistes de réflexion doivent être poursuivies concernant la décongestion de Venise durant la saison touristique (notamment en réduisant la croisière, la desserte aéroportuaire, ferroviaire et automobile pour les non-résidents). Les séjours touristiques de durée moyenne et longue (une ou plusieurs semaines) doivent être favorisés et ceux de quelques jours découragés.
Veneziamia a dit…
Tout à fait d'accord avec Condorcet ! Mais à l'heure actuelle, que ce soit dans la presse, dans les agences de voyages, dans les médias en général..etc. tout est fait pour que les touristes aillent à Venise, alors quid des problèmes de cette ville si on continue à la vendre à l'extérieur !? Un peu de discrétion ne serait-elle pas de mise..? Françoise
Anonyme a dit…
Le problème de Venise c'est le problème de toutes les grandes villes. C'est la cosmopotilisation. Il suffit de lire ou relire, par exemple l'Histoire de Venise d'A Zorzi pour ce rendre compte que cette ville a connu tous les aléas de l'histoire. Mais de toutes les villes que j'ai visitée, Paris, Rome, Bruxelles, Budapest, Mexico, Palerme, Bologne,Vérone, Pise,Marakech, etc... elle reste la plus belle et la plus conviviale hormis le boulevard San Marco-Rialto en heure de pointe. Le tourisme c'est aussi une activité économique. Venise a inventé l'argent elle doit aussi subir le beurkkkk !!! et elle n'est pas la seule.   Frédéric

Anonyme a dit…
Je continue. Et que dire de l'époque ou Riva Schavoni était un port, ou les bâteaux accostaient pour décharger des produits venant du monde entier et des quartiers de marins en transit qui animaient les cali. Et que dire de l'époque de Casanova et de celle moins resplendissante de la ville de la bagatelle, et pas la moindre. La ville des exécutions sommaires et de la délation généraliséée. Venise n'est-elle pas plus belle aujourd'hui ? Ne faudrait-il pas faire un billet sur tout ce qui est beau et agréable ? Est-il utile de perpétrer la ringardise, le c'était au temps où ?   Carpe Diem.   Frédéric

Lorenzo a dit…
Mais les billets sur ce qui est beau et agréable et fonctionne bien à Venise sont légion sur TrameZziniMag. Des lecteurs pourtant- parfois me rappellent à l'ordre pour que soient évoqués les problèmes que vous soulevez tous ici. Merci Condorcet pour ce rappel. Difficile situation qui impose une longue et profonde réflexion que les politiques ont du mal à entreprendre, nécessités électoralistes obligent... Merci à tous pour ce forum improvisé !
douille a dit…
Mais c'est quoi ce guignol? il vit du tourisme et crache dessus!!! On doit être bien reçu dans son hôtel... Et ses remarques sur les poubelles, pfff...
 
Lorenzo a dit…
Douille, un peu de retenue, même si tout le monde connait votre art du second degré ! Ce "guignol" comme vous le nommez est un passionné et ce qu'il dit est fondé.
Douille a dit…
Mais oui à quand le dealer qui viendra nous dire que la drogue c'est mal... y a un juste milieu, avant tu ne mettais pas d'eau dans ton vin, et là y a plus d'eau que de vin... je suis d'accord entendre les même propos d'un habitant, mais lui il fait partie des marchands du temple, il loue quelques chambre à plus de 100€ par jour, Alors non je ne cautionne pas... En plus à part un discours limite raciste et protectionniste quand on le voit frimer dans son bateau, c'est vrai qu'on voit l'homme martyr qui souffre...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...