08 décembre 2012

Colette Fellous vous emmène à Venise


"Canaletto et Guardi, les deux maîtres de Venise", c'est le titre de l'exposition que vous pourrez voir jusqu'au 14 janvier prochain, une exposition orchestrée et dirigée par Bozena Anna Kowalczyk, qui vit justement à Venise et qui a bien voulu accepter de me guider dans cet aller-retour entre la Venise du 18 ème siècle et celle d'aujourd'hui. C'est dans cette grande promenade à la rencontre des peintures de Canaletto et de Guardi que j'aimerais donc vous inviter tout au long de cette lettre vénitienne qui accueillera également Anna Lisa Scarpa, commissaire de l'exposition "Canaletto à Venise" au Musée Maillol, que vous pourrez voir jusqu'au 10 février, et Roger de Montebello, un merveilleux artiste qui allie les points les plus emblématiques de Venise, comme la Pointe de la Douane( La Dogana), près de l'église de la Salute, aux symboles les plus contemporains, l'ordinateur par exemple, et qui par un tour de passe-passe les métamorphose en une peinture presque métaphysique, dans la lignée de Guardi ou bien plus tard dans celle de Chirico. C'est de son atelier donnant sur le Grand Canal que j'ai pu retrouver les couleurs intactes de l'eau, du ciel, des reflets, des palais, tels que les avait rendus Canaletto.

Venise, ville-miroir et ville intérieure, ville magnétique et secrète, mais aussi joyeuse, festive, musicale, qui vous conduira sur la Place St-Marc, à la Salute, à la Dogana, sur les Zattere, sur le Canal de la Fenice, là où l'on retrouve les gestes mélodiques des gondoliers, ceux-là même qui scandent les tableaux des vedutistes (peu importe si leurs chants sont aujourd'hui souvent napolitains). Mais cette lettre vous conduira également dans le quartier de Castello, jusque dans l'île de San Pietro, sur les lieux d'un tableau de nuit de Canaletto : une fête, juste devant l'église de San Pietro...."
C'est ainsi que France Culture présente cette émission-reportage comme les journalistes de cette radio en ont le secret. Des cloches de Santa Maria del Giglio aux sons de la passeggiata Viale Garibaldi. Un reportage où on dit le grand privilège de vivre à Venise, la nécessité de comprendre et sentir la ville avant que de se jeter parmi les hordes de touristes obsédés par le selfie bien plus que par les trésors qui les attendent dans les églises et les musées. on y parle des ciels de Bellotto, de Canaletto et de ceux, terriblement sensuels, de Guardi. 




Colette Fellous
 est écrivain et journaliste à Radio France.
Elle a publié chez Gallimard un 
très beau texte autobiographique,
"Pièces détachées".
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...