12 mai 2005

En démocratie le choix n'est pas entre le oui et le oui

publié par France Républicaine :

Laurent Fabius, numéro 2 du PS, affirme que si le le non l'emporte au référendum du 29 mai " le principe de réalité conduira à rediscuter".
"Quand on affirme qu'il n'y aura pas de renégociation, je dis que c'est méconnaître les réalités des rapports d’État à État", ajoute-t-il dans un entretien au journal Le Progrès. "Si on vote non, le principe de réalité conduira à rediscuter. On ne va pas faire l'Europe sans la France. La renégociation s'imposera, sa perspective est d'ailleurs prévue par la déclaration 30 annexée au Traité. Elle figure page 186 du texte que les Français ont reçu", poursuit l'ancien Premier ministre.
Selon lui, le non "permet un changement européen, alors que le oui risque d'amplifier les défauts actuels". Laurent Fabius assure qu'avec le texte du traité constitutionnel "les Européens vont dans une impasse".
"Les Français vivent actuellement une sorte de climat de propagande : si l'on n'est pas pour le oui, on est accusé de tous les maux ! En démocratie, le choix n'est pas entre le oui et le oui", déclare encore M. Fabius.
Interrogé sur ses reproches à l'égard du président Jacques Chirac pour son implication dans la campagne référendaire alors que François Mitterrand l'avait fait en 1992 pour le traité de Maastricht, M. Fabius répond: "François Mitterrand ne stigmatisait pas ses adversaires en les caricaturant en anti-européens. Il était un européen fervent et exigeant alors que Jacques Chirac est un européen d'occasion".
"Plus je lis ce texte, plus je le trouve marqué par une vision étroitement financière et libre échangiste alors que la dimension sociale, écologique, humanistes est faible", conclut-il.
dépêche citée sur le site Europe-referendum.com

L'espoir d'une Europe joyeuse !



 Posted by Lorenzo

UNE CERTAINE IDEE DE LA FRANCE

L'ancien Premier ministre , (juillet 1973-mai 1974), Pierre Messmer, âgé de 89 ans, votera "non" au référendum du 29 mai sur la Constitution européenne, a-t-on appris mercredi auprès de son association Présence et action du gaullisme.
 
"La Constitution européenne telle qu'elle est soumise à référendum est mauvaise pour la France et il n'y a pas lieu d'imaginer une catastrophe si le non l'emporte", a déclaré le dernier Premier ministre de Georges Pompidou, dans une déclaration rendue publique jeudi." Ce projet est dangereux car il élargit le domaine des compétences déléguées en priorité à la commission puis au parlement".
 
Messmer n'a pas l'intention de faire campagne du fait de ses fonctions de chancelier de l'Institut de France, qui l'astreint à un devoir de réserve. Les gaullistes partisans du "non" ont applaudi la prise de position de l'ancien Premier ministre. Le député UMP Nicolas Dupont-Aignan, qui a publié le compte-rendu de l'assemblée générale de Présence et Action du gaullisme en se prévalant de l'autorisation de Pierre Messmer, y a vu "une bonne nouvelle pour tous ceux qui sont attachés à une certaine idée de la France".
 
L'ancien premier ministre évoque également des "risques de blocage" qui peuvent "conduire à une paralysie générale qui ne peut que croître avec l'élargissement progressif de l'Europe".
 
Par ailleurs "le projet constitutionnel ne comporte aucune règle sociale face au dumping provoqué par la concurrence des pays les plus pauvres par rapport à ceux de la vieille Europe", selon le Chancelier de l'Institut de France.

Avec lui, neuf autres personnalités issues notamment du gaullisme ont créé, en novembre, un "collectif pour une confédération des États d'Europe" pour dire non à la Constitution européenne. En avril plusieurs autres gaullistes historiques, dont Pierre Lefranc, ancien chef de cabinet du général de Gaulle, et Pierre Maillard, qui fut son conseiller diplomatique, ont également lancé un appel à voter non à la Constitution.
 
Publié par France républicaine.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...