31 décembre 2011

Le royaume de France en gloire résonne encore à la Madonna dell'Orto

La belle église de la Madonna dell'Orto, sur le joli campo qui porte son nom est surtout connue pour abriter, dans la chapelle à droite du chœur, la dépouille du Tintoret et de deux de ses enfants, Marietta, la fille adorée, morte en couche et Domenico. Tous deux peintres et musiciens.  

L'édifice un peu en retrait, situé dans un quartier pittoresque sans rien de somptueux est pratiquement le seul monument des environs et n'en impose pas. Datant d'une époque où Venise dominait une partie du monde, ou du moins des mers du monde, elle devrait être chère au cœur des français. En effet, ce fut jusqu'à la chute de la République, la paroisse de l'ambassade de France. Les bancs d'honneur réservés au ministre du roi que l'on drapait selon l'usage à Venise de somptueuses parures de soie damassée de lys d'or étaient lors des offices un peu des bribes du royaume. 

Ce temple (comme d'ailleurs San Giobbe où est enterré un ambassadeur de Louis XIV, voir le billet s'y référant ICI) a vu de nombreuses cérémonies organisées pour fêter les évènements importants de la monarchie : naissances et mariages princiers, décès de nos rois, leurs couronnements, tout donnait matière à des messes ou des Te Deum (dont un qui fut composé par Vivaldi et dont on n'a pas retrouvé à ce jour la partition). Les ambassadeurs, au nom du roi, commandaient aux plus grands musiciens des œuvres spécialement pour ces moments où la France devait célébrer sa grandeur et montrer à Venise son importance. Longtemps ces manifestations ostentatoires furent des actes de politique. Avec la perte d'influence internationale de Venise, les évènements se réduisirent peu à peu. Les visites princières officielles, dûment mandatées par le roi cessèrent et seul le train de vie de l'ambassadeur et la somptuosité de ses réceptions rappelèrent la puissance et la grandeur du royaume. 

Un jour sombre de 1797, le général Buonaparte, mal mis comme à son habitude, ses cheveux noirs sales et décoiffés, suivi de toute une cohorte de va-nu-pieds devenus par leur bravoure de brillants officiers, tout aussi dépenaillés que leur chef, vinrent visiter l'église. Une messe y était dite, organisée par les français de Venise et les amis de la France, pour célébrer la grandeur retrouvée de la France et sa victoire contre le despotisme autrichien. Buonaparte pas plus que ses officiers n'étaient croyants, pourtant leur éducation, la tradition chrétienne qui dominait la pensée et les actions des hommes de cette époque, les fit s'agenouiller là-même où des rois et des princes s'agenouillèrent. A peine modifiés, les mots employés dans le rituel, priaient pour la république et ses héros là où elle priait peu avant encore pour la santé et la longue vie du roi. 

On m'a raconté qu'un jeune séminariste dont le père était employé aux écritures à l'ambassade, pria à haute voix pour l'infortuné Louis XVI mort quatre ans plus tôt... Le jeune chef de l'Armée d'Italie ne broncha pas. La révolution, sûre d'elle ne craignait plus la dissidence ni l'ombre du roi assassiné. Après cette ultime grande cérémonie où tous les ors et les parures que possédait l'ambassade furent déployés pour la dernière fois, la Madonna dell'Orto redevint une simple paroisse de quartier. La somptueuse ambassade du palazzo Surian-Bellotto sur la Fondamenta di Cannaregio, aux Tre Archi, dont les jardins s'étendaient jusqu'à la lagune, et où furent organisés de mémorables soirées musicales perdit faste et utilités. Après le passage du corse, Vnise allait devenir une bourgade colonisée par et nul besoin désormais d'une ambassade... Son histoire mériterait un billet spécial. A suivre donc. 

__________

 2 COMMENTAIRES : (non enregistrés par Google)

Petits riens...

L'année bientôt va s'achever. Plus que quelques heures et nous découvrirons une nouvelle année. Le ciel est gris. Il fait froid. Mais nulle tristesse ne semble vouloir se répandre dans l'air en ce jour tranquille. Gérard Jarry et l'Orchestre de chambre Jean-François Paillard illumine la maison avec les concerti pour violon de Bach. Le chat ronronne près du feu. Dehors, le marché bat son plein. pourtant peu de bruits nous parviennent protégé que nous sommes du froid et des rumeurs de la ville par les fenêtres closes. Sur la table de la cuisine la pâte pour les shortbreads repose. Il y aura aussi des petits gâteaux au chocolat, crémeux et fondants. Ma tasse de thé fume à côté de moi. Il fait bon. Un de ces petits moments de bonheur simple comme je les aime, où rien d'extraordinaire ne se passe. Où rien ne se passe en fait. L'odeur des jacinthes, l'ambre sur les radiateurs, et bientôt le délicieux fumet des gâteaux qui vont cuire... Ces petits riens qui font ricaner les esprits supérieurs toujours trop occupés de grandes choses. 

C'est toujours dans ces moments-là que j'aime prendre mes carnets et noter. Souvenirs, idées, recettes, bribes de conversations partagées ou volées en passant. Je faisais ce matin une liste. Celle des choses à faire en 2012. Traditionnelles résolutions qu'on parvient rarement à tenir ? Plutôt une série de tout ce que j'ai envie de faire ou que je dois faire. Il y a notamment l'idée d'un petit livre de cuisine, des textes à peaufiner pour parler de Venise aux enfants. 

Car Venise sied bien aux enfants. L'esprit d'enfance, voilà le seul bagage indispensable pour découvrir Venise ou la savoir bien connaître. Les enfants savent d'instinct ce qui est important. Ils reconnaissent instantanément ce qui compte vraiment. Leur art spontané du temps perdu, leur capacité d'émerveillement, ces yeux neufs qu'aucun a-priori ne vient encore voiler... Avec les chats, ils sont les vrais princes de Venise. 

Leur consacrer un livre qu'illustrerait des images anciennes et des photographies d'aujourd'hui. Ci penso... Les shorbreads sont dans le four. Je les ai fait en forme de bâtonnets piqués de trou. J'ai découvert sur un site gourmand un tampon qui permet de marquer les biscuits du label fait maison. Envie soudaine d'avoir le même. Commande passée sur Amazon

Un de ces objets peu coûteux qui ajoutent au quotidien une once de plaisir supplémentaire. Le ciel est blanc. Comme s'il contenait des flocons de neige prêts à tomber et à embellir la ville. Hélas, ce ne sera que de la pluie, fine et glacée. Trop tôt encore pour la neige. En février certainement. Deux moineaux picorent les miettes déposées sur le rebord d'une des fenêtres du salon. Les violons de Bach s'harmonisent à merveille avec l'atmosphère de ce samedi matin... Dans quelques heures nous découvrirons 2012. Bonne journée à tous. 
Recette des shortbreads 
C'est tout simple, et tout est en fait dans la qualité des produits utilisés et dans la lenteur de la cuisson (trente minutes à 150°). Pour la forme, vous avez le choix : soit des bâtonnets - les "fingers" anglais - piqués à la fourchette, soit en rond à l'emporte-pièce (6cm environ), soit en grand, genre fonds de tarte, marqué en portion et piqué avant la cuisson). Autre truc pour bien les réussir : mettre les biscuits au frais avant de les enfourner. 

Il vous faut 100 g de sucre en poudre, 200 g de beurre demi-sel et 300 g de farine tamisée. Si vous n'avez pas de beurre salé, prévoir une 1/2 cuillère à café de sel fin à rajouter à votre mélange. C'est plus long à la main mais cela donne un très bon résultat et c'est bon pour les muscles des bras et des mains ! 

Mélanger le beurre ramolli (mais pas fondu !), le sucre et la farine jusqu'à l'obtention d'une belle pâte moelleuse et compacte. Préparer une feuille de papier à cuisson sur la quelle vous étalerez les biscuits de la forme que vous souhaitez, la tradition les voulant ronds et lisses ou en bâtonnets piqués à la fourchette. Mettre l'appareil ainsi préparé au frais puis mettre au four (150°) pendant 30 minutes environ. Ils doivent rester clairs. a déguster avec un bon thé anglais (mon préféré reste le mélange de thés d'Assam de l'Irish breakfast appelé aussi "Builder's tea" . mais un verre de bon lait frais ou chaud se mariera bien aussi avec ces merveilleux petits sablés écossais. 

Photo ci-dessus extraite de l'excellent blog Sucrissime 

_________
 3 COMMENTAIRES (non enregistrés par Google)

L'enfant et les pigeons







3 COMMENTAIRES : non enregistrés par Google.

28 décembre 2011

Luigi Nono au conservatoire de Venise

Fascinante oeuvre pour flûte, petit chœur et live electronics, du compositeur vénitien, sur des textes de Rainer Maria Rilke et des hymnes orphiques réunis par Massimo Cacciari créée à Florence le 30 mai 1981. En exergue de cette composition, Luigi Nono cite ce passage de L'Homme sans Qualité de Robert Musil : « S'il y a un sens du réel, il doit y avoir aussi un sens du possible. C'est la réalité qui éveille les possibilités... Néanmoins, dans l'ensemble et en moyenne, ce seront toujours les mêmes possibilités qui se répéteront, jusqu'à ce que vienne un homme pour qui une chose réelle n'a pas plus d'importance qu'une chose pensée. C'est celui-là qui, pour la première fois, donne aux possibilités nouvelles leur sens et leur destination, c'est celui-là qui les éveille. »  

Les Brèves

Bonne nouvelle pour nos amis belges : 
Vol quotidien low-cost Bruxelles-Venise 
La compagnie aérienne Air One a annoncé la prochaine ouverture (prévue le 4 mai prochain) d'une base à Venise, sa troisième en Italie après Milan et Pise. A la clé le lancement de onze nouvelles liaisons. La filiale low cost d’Alitalia va ainsi baser deux Airbus A320 sur l’aéroport de Venise -Marco Polo, et y lancera ses quatre premières routes. Bruxelles sera desservie quotidiennement avec un départ de Venise à 7h50 et un retour de Belgique à 10h25. ligne créée pour concurrencer la compagnie Brussels Airlines. Air One desservira aussi Barcelone chaque jour. Venise sera également reliée à Prague et à Tirana. Enfin, dès le 15 juin 2012, la low cost lancera d'autres lignes : Athènes, Bucarest, Istanbul, Sofia et Varsovie. Venise sera ensuite reliée à Mahon dans l’île de Minorque et Palma de Majorque, faisant de l'aéroport de Venise une véritable plate-forme européenne. Cela voudra dire encore plus de visiteurs sur la lagune, mais permettra aussi à l'aéroport Marco Polo de devenir une place de transit ce qui présente de nombreux avantages. A noter que la France n'est pas desservie par cette compagnie. . 

La saint Sylvestre 2012 
sous haute surveillance à Venise 
La mode est au sécuritaire même à Venise. Cette année, prévoyant que le traditionnel Love kiss de minuit au pîed du campanile de San Marco animé par la charmante Betty Senatore, attirera du monde, le Commandant Marini, chef de la police municipale a pris des mesures draconiennes. Les habitants sont prévenus que la circulation pédestre pourra être déviée si besoin et que certains axes seront à sens unique. En cas d'une affluence trop massive de véhicules, le stationnement sera interdit Piazzale Roma et les automobilistes déviés vers le Tronchetto. Cela ne devrait pas décourager les 100.000 personnes attendues sur la piazza où sont prévues cette année encore de nombreuses attractions : concerts, théâtre, bal avec le célèbre DJ vénitien Maci, et brindisi avec le Bellini dans sa fameuse bouteille rose et argent de la société Canella, en attendant le compte à rebours et le feu d'artifice sur le Bacino di san Marco. Bonne soirée à tous ceux qui se rendront sur la piazza le 31 décembre ! . 

Vous aimerez peut-être: Venise au quotidien Bucolique et tranquille, le printemps fait le reste. Qui Le vol d'Isard  

_________

2 COMMENTAIRES : Non archivés par Google

27 décembre 2011

Concert de Noël : le Gloria de Vivaldi

Ceux qui ont lu mon livre où sont fidèles à mon blog savent combien le Gloria de Vivaldi est une de mes musiques favorites liées depuis plus de trente ans maintenant à ma vie vénitienne. C'est avec le Magnificat, le morceau qui m'accompagnait le plus souvent dans mes promenades nocturnes à travers la ville, c'est aussi ce que j'écoutais quand je travaillais à la bibliothèque de la Querini-Stampalia. Les trompettes du Gloria ont souvent résonné sous les voûtes de la galerie de Bobbo ferruzzi à San Vio... Voici une vidéo d'un concert de Noël donné en 2008 à Pescara, par le choeur et l'orchestre de l'Université Gabriele D'Annunzio de Chieti. Joyeuses Fêtes de Noël a tutti ! 



_______

2 Commentaires  : non archivés par Google


Ombre et lumière : Ponte dei Pugni, San Barnabà.



© Giuseppe Crimi, 2011 - Tous Droits Réservés.

15 novembre 2011

L'abat-jour était rose. Récit. (Work in Progress)

,,Il ne voulait pas être là. Tout en lui l'avait poussé à renoncer. Le temps qui venait de se mettre au froid, la lumière qui baissait et la nuit qui trop vite recouvrait tout d'un manteau de mystère. Encore un pont, puis la fondamenta, le passage étroit avec la jolie figure de la vierge dans son petit autel toujours fleuri. Il avançait machinalement, serrant nerveusement les poings dans ses poches. Il aurait dû mettre un autre pull. Il marchait en regardant ses pieds. Peu de monde dans les rues. Le silence de Venise soudain lui pesait. Pourquoi accepter ce rendez-vous ? Il savait bien que la silhouette jaune qui irradiait les couloirs du musée quand il l'avait vu pour la première fois, son rire chatoyant, la blancheur de ses dents, rien jamais plus d'elle ne pourrait être à lui. Il y a longtemps... Elle s'était abandonnée, prête et soumise à leur destin. D'un geste il avait balayé toutes les promesses de bonheur qui soudain s'offraient à lui. Trop imprégné encore de chimères bien trop lourdes pour son jeune cœur, il resta fermé à tout ce qu'elle s'apprêtait à représenter pour lui. L'autre, devenant chaque jour une vision un peu floue, attendait quelque part, loin d'ici. Il s'en persuadait, désirant avec force qu'il n'en soit rien. Il croyait être pur et agir comme un saint en ne cédant pas à celle qui déjà lui cédait. Peut-être préférait-il souffrir ? 
,,Elle était revenue. Son rire à l'autre bout du fil avait ranimé en un instant mille sensations qu'il croyait oubliées : - 19 heures 30, au Vapore. Les abats-jours sont-ils toujours aussi délicieusement roses ? Sois-bien à l'heure. Je t'embrasse. Le petit accent traînant, les roulades qu'il ne pouvait plus entendre depuis sa rencontre avec Luisa, sans voir sa chevelure brune, ses yeux verts, sa peau délicate et tremblante, tout resurgit et le troubla comme avant. Quel était ce mystère qui le renvoyait en quelques secondes à une vie qu'il croyait disparue, comme un rêve envolé ? Deux jours étaient passés. Maintenant, il fallait se décider. Luisa serait au restaurant, dans la petite salle du fond, près des grands miroirs. Sur la table damassée, la lampe avec l'abat-jour un peu mièvre répandrait sur son visage une douce lumière. 

,,Quelques années plus tôt, au même endroit, ils avaient prononcé la même phrase, avec la même intensité et le même désir. Son "que tu es belle" avait résonné en même temps que son joli "qué tou es beau". Il avaient ri tellement fort que tout le monde un court instant avait cessé de parler. La soirée fut merveilleuse. Elle le suivit chez lui. Quand elle s'étendit sur le lit étroit, il pensa à l'autre, l'élue, celle qui l'attendait dans sa vie d'avant. Il prit la main de Luisa, l'embrassa avec fougue puis, hésitant, les yeux dans le vague, il se détacha d'elle et lui proposa de la raccompagner à son hôtel. Elle eut un sourire incroyablement bon. Elle se leva. Il crut apercevoir dans l'ombre de la chambre mal éclairée, une larme sur son visage qu'elle essuya du revers de la main. Discrètement... Ils marchèrent main dans la main jusqu'au petit hôtel, près du traghetto. Elle devait partir pour Malaga le lendemain... Il ne la revit plus. Les années passèrent. Leurs vies... 

,,Et ce soir, elle était revenue. Enfin. Hélas. Qu'allaient-ils se dire ? Qu'avaient-ils à se dire ? Il ne voulait pas être là. Le quartier lui semblait laid. La ville, le ciel bas, le froid, il avait tout en horreur. Pourtant, il poussa la porte du restaurant, accueilli par Carlo, le serveur, qui ne semblait pas surpris de le voir surgir là après tant d'années : - La signorina vous attend, Monsieur, la table sous le miroir. Celle qui a l'abat-jour rose...


Work in Progress : 
Inédit extrait d'un récit à paraître, 
déjà initié sur Tramezzinimag en 2009. 

01 octobre 2011

Le Spanglish sandwich (Keller sandwich)

Les pauvres malheureux pour qui le sandwich s'arrête au simple jambon-beurre ou au pâté-cornichon n'ont pas idée des merveilles gastronomiques, époustouflantes trouvailles pour les papilles. Il y a les tramezzini - Tramezzinimag, vous le savez, se veut depuis 2005 l'infatigable zélateur de cette merveilleuse invention. Il y a le Club Sandwich dont la version la plus aboutie est celle d'Arrigo Cipriani, toujours servi au Harry's bar et au Harry's Dolce. 

Et puis, il y a tous ceux que d'émérites chefs inventent. Le spanglsih sandwich est un des plus grands. On lui donne le plus souvent ce nom car sa préparation figure dans une scène mémorable du film de James L. Brooks, Spanglish, sorti en 2005 avec Adam Sandler, la ravissante Tea Leoni et la non moins superbe Paz Vega. Peut-être certains d'entre vous s'en souviennent. cette comédie typiquement américaine raconte l'histoire d'une jeune femme mexicaine qui s'installe à Los Angeles avec sa fille et qui rentre au service d'une famille américaine dont le mari est un célèbre restaurateur. Dans une scène mémorable du film, le personnage principal revenant de son service au restaurant, se prépare avec amour ce fameux sandwich. Rien que de le voir à l'écran donne faim. Il a en fait été créé par un célèbre Chef californien (mais oui, il y en a), un ancien de chez Taillevent, reconnu comme un des meilleurs cuisiniers du monde, qui officie depuis 1994 au French Laundry, l'un des plus fameux restaurants de la Napa valley, un certain Thomas Keller.

Les ingrédients : 3 ou 4 tranches de bacon, 2 tranches de Monterey Jack (fromage californien créé par les franciscains au début du XVIIIe et qui ressemble un peu au cheddar blanc très frais ou à la feta turque dessalée), 2 tranches de pain de campagne (j'utilise des tranches pain de mie anglais complet), 1 cuillère à soupe de mayonnaise, 4 tranches de tomates bien mûres, 2 feuilles de laitue, beurre, 1 œuf.

3 commentaires: (Archives Google)

ytaba36 a dit…
Ho fame!
Yvonne
Michelaise a dit…
Thierry Marx, du temps où il était encore "par chez nous" avait accepté de parrainer une formation avec pôle emploi (qui ne s'appelait pas encore ainsi !) pour de la cuisine rapide de qualité !! De jeunes bordelais avaient ainsi acquis une qualification en suivant un cursus de 6 mois je crois et avaient appris à faire du "à consommer rapide" mais original, attrayant etc... j'avais trouvé l'idée sympa
Lorenzo a dit…
Effectivement. Il serait intéressant de savoir ce qu'ils sont devenus et ce qu'ils en ont retiré. Quant à la cuisine moléculaire... je trouve l'idée moins sympa, mais je dois tourner au vieux machin réactionnaire...

24 septembre 2011

L'union entre l'eau et l'écriture

Souvent celui qui écrit sur Venise et qui en a fait sa patrie d'élection - ils sont nombreux - n'est lié à cette ville que par la nécessité vitale et littéraire de se "réfléchir" en elle. Cette analogie, si gratuite puisse-t-elle paraître, n'en est pas moins fondatrice : elle est l'anneau qui scelle l'union entre l'eau et l'écriture, et qui relie Venise à la quête biographique et artistique. (Noté d'après un texte de Nicoletta Salomon à propos d'Ezra Pound).

2 commentaires:

ladivinecomédie a dit…
Il est magnifique ce coucher de soleil entre le squero san trovaso et les Zattere !
Avez-vous déjà envoyé votre recueil de textes aux souscripteurs ?

Anonyme a dit…
Nous avons quitté la petite terrasse sur le toit de la maison à droite le 23 septembre ! cette photo est magnifique et je viens de réserver un séjour en février dans cette même maison avant de venir "visiter" TraMeZziniMag, quel bel hasard.

23 septembre 2011

Echauffourée entre les manifestants anti fascistes et la police à Venise


La manifestation organisée par les élus municipaux du groupe des Centri sociali (regroupant divers mouvements de gauche) pour dénoncer les dérives fascisantes, racistes et sinistres de la Ligue du Nord de Bosi, s'est transformée en une véritable rixe avec plusieurs blessés, dont le conseiller municipal Bepe Caccia, et des policiers. Les manifestants, après avoir bloqué les arrivées des trains à Santa Lucia, se sont heurtés aux force de l'ordre qui barraient les marches du pont des Scalzi, près de la gare, Très vite il y a eu des échanges de coups, des grenades lacrymogènes ont explosé au milieu du cortège formé de près de 500 personnes, essentiellement des jeunes, étudiants, militants écologistes ou contre le racisme. Tout avait pourtant commencé padaniens. Puis tout a basculé. 

Venise n'avait pas vu cela depuis de nombreuses années. La tension qui s'est mise soudain à régner, montre bien le degré d'exaspération de la population face à la montée de la xénophobie et du racisme de la ligue, devant la gabegie ultra-libérale de l'arrogant Berlusconi et de l'absence d'une alternative solide et d'homme d'état courageux et probes. Décidément, comment ne pas penser que nos sociétés arrivent à un point de non retour et qu'il va bien falloir avoir le courage de tourner la page, quant on voit que même dans la paisible Venise, le peuple gronde de plus en plus fort...
.
.
ytaba36 a dit…
That is not a scene I expected to see enacted in Venice!

Lorenzo a dit…
it's unfortunately the same everywhere in the world.
douille a dit…
C'est au moins la preuve que tout n'est pas perdu pour Venise...

Les hordes ne sont pas responsables

Mon amie Claire, qui séjourne à Venise comme elle le fait plusieurs fois dans l'année pour ses affaires, vient de m'adresser un texto pour le moins inhabituel. D'ordinaire mesurée, elle a rarement un mot plus haut que l'autre et le respect qu'elle manifeste en toutes circonstances pour les autres, est bien connu de son entourage. Pourtant, cette fois, ses mots expriment un désarroi qu'hélas nous sommes nombreux aujourd'hui à partager : "Je suis écœurée par cette marée de touristes déversée chaque jour par d'énormes navires. Impossible de reconnaître la Venise des années 70-80 que nous avons connu et où il faisait si bon vivre." Inquiète de virer à la vieille ronchon, elle me dit son bonheur de se réfugier à Murano où ses activités l'appellent. La foule y est moins dense et moins longtemps.

Bien sur ces hordes de touristes sont faites d'individus qui ont comme nous tous le droit de venir admirer les beautés incroyables de la Sérénissime ; et il faut se réjouir bien sur de la démocratisation des voyages. Nous ne pouvons qu'apprécier les facilités d'aujourd'hui qui permettent de visiter le monde à peu de frais. Mais Venise est en train de sombrer sous ce flot ininterrompu de visiteurs. 21 millions de personnes qui envahissent chaque année des lieux rendus fragiles par le temps, la pollution et où ne vivent plus qu'un peu plus de 50.000 habitants... Le mal est sans issue. On ne peut interdire le tourisme, il est impossible de réguler ces flux à la croissance exponentielle et les pires conclusions apparaissent ça et là dans les rapports officiels. La récente initiative de Venessia.com qui organisa avec un humour grinçant l'inauguration de Veniceland, vaste parc d'attractions sur le modèle de Dysneyland. On n'avait jamais été aussi près de la réalité qui semble attendre Venise et les vénitiens et le cauchemar revient souvent qui montre un vénitien - le dernier - ouvrir le matin et fermer le soir les portes de la cité-lunapark... 
 
Les élus planchent depuis trente ans maintenant sur les moyens de sauver la ville et ses habitants. Toutes tendances politiques confondues, personne à ce jour n'a trouvé la solution : taxe de séjour, numerus clausus quotidien, nouveaux itinéraires, blocage des autorisations d'ouverture de commerces touristiques et de création de nouveaux hébergements... Rien n'y fait. Les vénitiens continuent de fuir le centre historique pour les banlieues modernes et équipées, les commerces de proximité disparaissent les uns après les autres, les écoles et les dispensaires ferment leurs portes. A chacun de nos séjours, nous constatons la disparition d'un commerce, l'ouverture d'une boutique ou d'un bar à touristes, des immeubles entiers sont vides et il y a moins de linge aux fenêtres, moins d'enfants sur les campi à la sortie des écoles et dans les églises, les rares paroissiens s'excusent presque d'occuper les lieux pour rendre grâce au Seigneur empêchant ainsi les visites...

Pourtant la magie des lieux reste entière, fascinante qui suffoque à chaque fois comme à la première fois. Mais combien de temps encore pourrons-nous profiter tous autant que nous sommes, de ce trésor unique ? Pourtant la Venise vivante est toujours là, à quelques pas de la foule. En faisant l'effort de sortir des circuits touristiques, on se retrouve assez vite dans des lieux paisibles où le bruit de la foule n'est plus que lointaine rumeur. Mais si ces lieux sont tranquilles, ils sont aussi de plus en plus dénués de vie : tel marchand de fruits et légumes qui se dressait sur cette petite place, a disparu. Plus loin, la petite école maternelle a fermé ses portes, là le droguiste qui vendait aussi des bonbons est remplacé par un cyber-point... Le progrès, l'évolution des choses et des esprits me dira-t-on...

Certes, il faut aller avec son temps et aucune civilisation n'est immortelle. Les plus belles créations humaines meurent toutes un jour, mais l'agonie de Venise dont nous sommes les témoins est douloureuse pour ceux qui l'aiment avec passion. A ce point de notre raisonnement, tout est question d'état d'esprit et de mentalité. Il y a ceux qui ont décidé de serrer les poings et de ne voir que ce qu'ils aiment voir à Venise, les reflets, la lumière, les milliers de sollicitations esthétiques qui semblent échapper aux outrages du temps. Ils vont à travers la ville, le visage marqué d'un sourire béat et les yeux tout imbibés d'émotion. Ils vibrent au même rythme que l'histoire de la ville. La foule ne les encombre pas, ces bienheureux ne la voient pas. Ils passent (le plus souvent possible) quelques jours au milieu de l'histoire, de la beauté et du calme. 
 
Venise est pour eux comme une princesse assoupie qui bouge juste assez encore pour les accueillir et ils en sont chaque fois très émus. Il y en a d'autres qui évoluent aussi dans les méandres de la ville, fascinés eux aussi mais indifférents à la foule qu'ils y ont toujours connu. Ils ont souvent la chance d'être propriétaires et peu à peu, ils ont l'illusion de devenir vénitiens, comme les vacanciers du Cap Ferret se sentent arcachonnais ou ceux de l'ïle de Ré se pensent rétais... N'avoir que quelques fournisseurs attitrés pour remplir leur frigo ne les surprend pas, ils vont au restaurant. ils ignorent les centaines de boutiques qui existaient là auparavant et la foule très dense de vénitiens qu'on croisait avant les matins au marché, vaut pour eux celle qui joue les figurants désormais... Leur béatitude masque les problèmes mais eux au moins - dans leur grande majorité - respectent la ville et son art de vivre. Ils seront peut-être un jour, et nous avec eux, les ultimes habitants de Venise sans jamais avoir été réellement vénitiens...

4 commentaires:

Condorcet a dit…
Ce que j'ai vu cette année de Venise m'inquiète beaucoup : la hausse exponentielle des hébergements touristiques n'a d'égale que la marchandisation sans cesse plus accrue des activités.

Douille a dit…
Avec le temps, je trouve tes articles de plus en plus en phase avec les opinions... En effet la foule "n'en peut rien"...
dominique a dit…
bonjour Lorenzo, tout d'abord bravo et merci pour ce blog (que je visite régulièrement) j'aime particulièrement le ton de votre billet d'aujourd'hui d'autant plus que j'ai eu le bonheur de visiter Venise en plein hiver (janvier 2006).J'étais venue chercher les brumes des aquarelles de Turner, donc je ne sais pas ce que sont les hordes de touristes, j'ai de magnifiques photos de la pace San Marco vide. J'ai même eu la chance d'avoir un peu de neige.
Mais ce qui me pousse à vous faire ce petit clin d'oeuil est votre remarque sur les touristes ferretcapiens qui se prennent pour des arcachonnais !!! rien à voir mon bon Monsieur! Temoin privilégiée puisque j'habite Andernos puis maintenant Cassy depuis 22 ans, je compte les points entre les 4 populations: le sud du Bassin, le fond du Bassin, la presqui'île du Ferret et les touristes. Et je peux vous dire que c'est du sport, les enjeux entre projets d'aménagements et protection du milieu naturel fagile donnent lieu à de vifs échanges parfois cocasses voire houleux lors de réunions publiques.Le Bassin d'Arcachon aussi est une lagune, où les modestes pignots se prennent pour des palines.
a binetôt
cordialement
Dominique

Michelaise a dit…
oui oui, belle analyse et ???? car comment sortir de l'impasse dont le tourisme de masse n'a fait que révéler le manque définitif d'issue ???

21 septembre 2011

Appendicite par Thomas Nispola

Thomas Nispola est journaliste professionnel, éditorialiste et rédacteur de Radici, le magazine culturel italien édité à Toulouse, qui s'adressait à l'origine aux émigrants et aux descendants des immigrants italiens, surtout installés dans le Sud-Ouest, et a trouvé depuis quelques années un lectorat bien plus large, celui des passionnés d'Italie comme celui des étudiants. 64 pages en couleurs, bilingue, avec une ligne éditoriale libre de toute soumission à un moment ou l'information est sérieusement malmenée en Italie, une présentation de plus en plus agréable et un contenu vraiment intéressant. Le texte que nous reproduisons ci-dessous est un extrait d'un article paru dans le numéro 48 de la revue. Il permet de mieux comprendre l'origine de ce mouvement dont les dérives xénophobes sont très inquiétantes. Si vous ne connaissez pas Radici, allez jeter un coup d’œil sur le site, c'est ICI.

"Padania. Ce nom est celui d’un pays imaginaire. Vous ne le trouverez pas dans Le Seigneur des Anneaux, Harry Potter ou une autre épopée de ce genre, mais dans les discours des membres de la Ligue du Nord (nom officiel : Lega Nord per l’Indipendenza della Padania). Né au début des années 90 comme fédération de ligues régionales autonomistes du nord de l’Italie (Liga Vèneta, Lega Lombarda, Piemont Autonomista, etc.), ce parti a rapidement accédé au pouvoir national grâce à une alliance avec Silvio Berlusconi (1994). Jalouse de sa spécificité, la Lega s’est cependant avérée intransigeante et s’est retirée du premier gouvernement Berlusconi, provoquant sa chute. L’épisode est connu sous le nom de "ribaltone"(litt. « grand retournement »). Suivit une dizaine d’années de vaches maigres pour la Lega, dont le discours se radicalise et dont les pratiques virent au folklore ("cérémonies" à Venise où le drapeau italien est abaissé et remplacé par le drapeau portant le "Soleil des Alpes", cérémonies païennes au cours desquelles les dirigeants recueillent l’eau du fleuve Pô à sa source – au pied du Monviso, à l’ouest du Piémont –, célébration de mariages selon un rite pseudo-celtique, etc.) Puis, au cours des années 2000, et particulièrement avec le troisième gouvernement Berlusconi en fonction depuis 2008, la Lega s’est à nouveau affirmée comme un acteur majeur sur le plan national. Ouverte à des collaborations avec des formations du sud de l’Italie comme le Movimento per le Autonomie (Sicile), avec lequel elle partage quelques intérêts, elle poursuit son chemin avec toujours les mêmes chevaux de bataille : réduire la pression fiscale sur les entrepreneurs du Nord (dont l’argent serait dilapidé par le gouvernement de Rome au profit de catégories sociales et de régions moins méritantes), lutter contre l’immigration et l’insécurité (systématiquement assimilées), réduire les gaspillages publics... Un programme que l’on qualifierait aujourd’hui de « populiste » et qui permet à la Lega de flirter avec les 10 % aux élections nationales, avec des pics approchant la majorité absolue dans quelques places fortes, notamment en Lombardie, comme Bergame ou Lecco, mais aussi en Vénétie, avec Trévise. C’est à Trévise que le maire Giancarlo Gentilini fait souvent parler de lui pour ses coups d’éclat. Régulièrement réélu depuis 1994, celui que l’on surnomme Lo Sceriffo a imprimé sa marque sur la ville, donnant un aperçu de ce que pourrait être une gestion du territoire à la charge exclusive de la Lega. Il est depuis 2007 imité par Flavio Tosi, maire de Vérone." (extrait)
© Thomas Nispola - Radici press - 2011.
 
La ligue en Vénétie s'organise. Comme si la sécession était dans les tuyaux... Les mouvements padaniens rêvent d'autonomie et prétendent que la sécession permettrait aux régions concernées de recouvrer enfin une aisance économique largement obérée selon eux par l'instabilité congénitale des populations du sud. Comme tous les mouvements xénophobes, l'étranger est dangereux, il est responsable de tous les maux et rien ne contraint les peuples élus à tendre la main à ces laisses pour compte. Ce "eux ou nous" et "nous avant tout sans eux" a galvanisé le peuple allemand jusqu'au massacre de millions de juifs et de tziganes. La peur de l'Islam la crise économique, une vision idyllique de l'histoire des peuples du nord de la péninsule, mènent à cet amalgame de nationalisme de plus en plus fascisant qui ne doit plus faire sourire : la ligue du Nord est arrivée au pouvoir. A Venise, comme ailleurs, des tas de gens, souvent honnêtes et intelligents la suivent et la soutiennent pourtant. Fasse que l'histoire ne se répète pas !

7 commentaires :

Anonyme a dit…
Merci de nous parler de ce magazine, que je ne connaissais pas. Si je comprends bien, après un passage rapide sur le site, il est rédigé en Français et en Italien ?
Lorenzo a dit…
Oui, dans les deux langues. Il est très diffusé parmi les classes d'italien des collèges et lycées mais mériterait d'être mieux connu en effet ! Il faut les soutenir.
Anonyme a dit…
C'est ce que je vais faire. Merci encore.
Pas très joyeux votre blog ces temps-ci. Que faire, pour Venise et pour tout le reste du monde ?
Soazig

Lorenzo a dit…
Il faut être optimiste mais réaliste.
Rester éveillés, soutenir les initiatives qui permettent de limiter les dégâts, défendre un tourisme respectueux, une conception soutenable et "organique" de l'usage des voyages etc... Ainsi, au moins, nous aurons fait ce qui pouvait être fait !

Condorcet a dit…
La Lega est d'autant plus dangereuse qu'elle sait se nourrir des incertitudes du présent et surtout se lover derrière certaines luttes des autochtones plus (comme la défense du patrimoine vénitien) ou moins légitimes(contre les "Vu' compra" entre autres).
ytaba36 a dit…
You write so well, and so evocatively of this wonderful city. Like your friend Claire, I was fortunate to see it many (30) years ago. Venice still holds my heart very tightly, and I hope I can come and adore her for many years to come.
Yvonne

douille a dit…
Heureusement la Lega n'a pas encore atteint le même score que la NVA chez nous en Belgique...

20 septembre 2011

Gigantesque opération de spéculation immobilière à Venise

Il s'agit en fait, on aurait envie de dire tout simplement, d'une vaste et gigantesque opération de spéculation immobilière conçu dans les années 90 et qui,pas à pas, s'achemine vers la réalisation en levant année après année les obstacles des lois et des règlements urbains. Le danger est aux portes de Venise désormais. en effet, tout est demeuré à l'état de plans et de projets tant que les sites concernés étaient protégés par un Plan d'Occupation des Sols favorable au maintien des terres agricoles, respectueux des sites naturels et historiques. Mais les promoteurs sont parvenus à contourner l'illégitimité de l'opération en obtenant la modification du POS ! La voie est libre désormais pour les promoteurs et, si personne n'a encore acheté le moindre m& de terrain constructible, les prix montent déjà par le jeu d'artifices bien connus par les spéculateurs. L'expulsion des agriculteurs et les travaux de voirie, d'adduction d'eau qui ont été réalisés ne sont que la partie la plus visible de l'opération. Ce qui est en jeu derrière tout cela, c'est l'équilibre écologique de la lagune et au-delà, l'avenir pur et simple de Venise et de son environnement. En effet, l'aéroport de Tessera agrandi de nouvelles pistes, les centres commerciaux et les centres d'affaires, comme les zones résidentielles de la nouvelle Tessera City, tout ce nouvel univers devra être desservi par des transports en commun. Déjà présent dans l'agglomération de Mestre, le tram sera étendu. Mais le plus grave, c'est qu'apparait maintenant la raison de cette ligne de métro souterrain, dont Tramezzinimag a déjà parlé, la fameuse et épouvantable Sublagunare dont on cherche par tous les moyens à imposer l'idée auprès de la population, faisant de cette aberration une nécessité vitale pour la Venise de demain ! Nécessité, ce projet dantesque dont tous les experts s'accordent à décrire le danger.

Le métro qui partirait de Tessera et mènerait les voyageurs, après un long périple sous la lagune, directement aux Fondamente Nuove et à l'Arsenal, déversant à ces deux stations plusieurs centaines de milliers de passagers par jour. L'argument était au départ la volonté de faciliter la circulation des pendulaires, ces vénitiens qui vivent à mestre et travaillent à Venise dans le centro storico ou le contraire. comme si le fait d'être parfois retardé par les flots de touristes était à ce point prégnant qu'il faille prendre le risque de détruire ce qui reste de l'éco-système lagunaire. heureusement, les exigences de sécurité imposées par les pompiers vénitiens ont apporté le premier bémol d'une longue série qui n'a pas échappé aux vénitiens, majoritairement opposés à l'idée même d'un métro : Il faudra obligatoirement prévoir le long du trajet, des issues de secours qui émergeront de plusieurs mètres au-dessus de l'eau et ressembleront à des champignons géants. Belle esthétique dans un environnement apprécié pour sa beauté sauvage que ces tours de métal et de béton. Ensuite, pour éviter les risques d'acqua alta, les stations seront construites à la hauteur d'un immeuble de deux étages. De quoi ravir les riverains... mais ce ne sont que d'infimes détails de cette gigantesque opération spéculative dont les seuls vrais bénéficiaires seraient les actionnaires des sociétés instigatrices, comme par exemple la société qui gère le Casino de Venise et aimerait bien un troisième établissement sur la terre ferme...





4 commentaires:


Magnolia75 a dit…
Consternant !!! Il faut espérer que ces "projets" aberrants ne verront jamais le jour !

Lorenzo a dit…
Cela rappelle les films du cinéma italien des années 50 : Fantasmi a Roma, Main basse sur la ville, etc... Rien ne change dans la péninsule et les années Berlusconi n'y sont pas pour rien...
Condorcet a dit…
Il règne ces dernières années comme une voracité de la destruction qui confine à la bêtise sidérale.
Condorcet a dit…
Ce PAT est une catastrophe qui va engager la ville (centre historique et terre ferme) pour quinze ans au moins : les conditions d'une fuite en avant foncière sont réunies.

Ciao, Eric e a presto !

Depuis le début du mois, Radio France a un nouvel envoyé permanent en Italie, Anaïs Feuga, à qui nous souhaitons la bienvenue. Venue de Metz, où elle était depuis adjointe au rédacteur en chef de la radio France Bleu Lorraine Nord, la nouvelle correspondante s'installe et nous n'avons pas encore eu de contact avec elle. Souhaitons-lui de se sentir aussi bien à Rome que le fut son prédécesseur, Eric Valmir qui intervient désormais le samedi matin sur France Inter dans une chronique sur la prochaine campagne électorale.
 
Qui est-elle ? La fiche de radio France nous apprend que la dame a 37 ans, qu'elle est diplômée de Sciences Po Strasbourg (promotion 95) et de l’école supérieure de journalisme de Lille, qu'elle a commence sa carrière à Europe 1 en 1996, qu'elle écrit (notamment dans la presse quotidienne régionale). elle a publié un ouvrage remarqué, Passion Charbon aux Editions Serpenoise, qui a obtenu le Prix de l’Académie Nationale de Metz et le Prix des Conseils généraux de Lorraine en 2002. En 1998, elle M6 Nancy en 1998 en qualité de rédactrice en chef adjointe. Après plusieurs collaborations dès 1999 à Radio France dans les régions (Lorraine, Belfort-Montbéliard, Breizh Izel, Bourgogne, Armorique et Périgord), elle est recrutée en 2000 à France Bleu Sud Lorraine, dont elle rejoint la rédaction l'année suivant. Depuis 2008, elle est adjointe au rédacteur en chef.

Difficile de trouver autre chose. Tramezzinimag n,'a pas encore eu la chance de s'entretenir avec la nouvelle correspondante à qui je souhaite, au nom de tous les lecteurs, français et italiens, une bonne installation et un bon travail à Rome. Elle succède à Eric Valmir, Fou d'Italie, qui a su montrer, durant les années de sa mission de correspondant, l'Italie telle qu'elle est, au-delà des clichés imposés par le régime de Berlusconi. Chacune de ses chroniques, complété par les billets de son blog, était un régal. Toujours enthousiaste, élégant jusque dans ses colères et ses répulsion, totalement professionnel dans sa pêche aux informations, il n' a jamais rien dit ni écrit qui ne corresponde à la véritable vérité de ce pays exsangue mais plein de volonté et de force qu'on ne regarde plus en France qu'à travers la focale floue et truquée des agences de notation et de la propagande berlusconienne.

Il est en Italie une médaille qui a une grande valeur morale et presque spirituelle, celle du Président de la république, qui fait de son récipiendaire une sorte de Juste dont les actions ou la pensée honorent l'Italie et son peuple. Eric Valmir mériterait cette médaille. En tout cas, Tramezzinimag lui décerne un tramezzini d'honneur à déguster en notre compagnie un de ces prochains jours sur le campo Santa Margherita. Prenons date !

Signalons le livre d'Eric, qui regroupe ses chroniques et des extraits de son blog. Tramezzinimag ne l'a pas encore lu mais nous en ferons prochainement un commentaire. En attendant, voici le lien vers les billets qu'il a écrit sur Venise : cliquer ICI.

1 commentaire:

Condorcet a dit…
Eric Valmir avait à cœur de comprendre l'Italie jusque dans ses fondements : je regretterai profondément sa culture et son sens de la mesure, son appétit de savoir et sa justesse de vue, ses analyses fines et son style enlevé.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...