22 février 2007

Une recette expresse pour pallier les imprévus

Je ne sais pas vous, mais nous ici, lorsqu'un visiteur imprévu sonne à la porte à peu près à l'heure du dîner, il nous est difficile de l'accueillir sans lui proposer de rester dîner. Comme notre vie à Venise est en général sous le signe du farniente et que nous réduisons notre vie mondaine à un niveau genre en-dessous de zero, j'ai pris l'habitude de remplir mes placards d'ingrédients-secours qui me permettent d 'improviser un repas chic pour six, huit ou quinze. C'est vrai que la plupart du temps la cuisine de la Toletta se remplit du doux parfum des spaghettis à l'ail ou au sugo al tonno, mais la pasta à chaque repas ça peut finir par lasser. Il y a tellement de trucs comme dirait ma fille Constance qui peuvent rendre un repas improvisé digne de Lucullus.
Par exemple la pizza speedo... Je sais certains vont pousser des hauts cris connaissant mon adhésion totale (viscérale et sans concession) au mouvement Slow Food et ma sympathie pour l'Accademia Italiana della Cucina dont j'ai eu l'honneur et la joie de faire partie (mais je ne suis plus à jour de mes cotisations, je me contente dorénavant d'en porter l'élégante et très britannique cravate parfois !). C'est vrai que faire une vraie pizza n'est en rien sorcier mais quand il faut réagir au dernier moment devant l'arrivée d'amis français de passage à Venise débarquant à la maison avec grand-mère et enfants, harassés et affamés, cette recette fait mouche et tout le monde l'apprécie.
.....
Pour cela il vous faut des pains pitta que vous couperez en deux (on en trouve à Venise dans les super-marchés comme Billa et en France un peu partout aussi). Sur chaque tranche ainsi obtenue, étalez de la sauce tomate (pizzaïolo ou napolitaine), des olives dénoyautées (ou de la crème d'olive par petits tas), des anchois ou à défaut des petits tas de crème d'anchois, des morceaux d'artichauts, d'aubergines et de poivrons marinés (à l'huile d'olive bien entendu et pas ces ersatz à l'huile de tournesol), de la mozzarella râpée ou coupée en fines lanières et enfin des herbes séchées : origan, basilic, thym à votre convenance. Vous nappez le tout d'un filet d'huile d'olive et vous mettez au four une dizaine de minutes. Servies avec une salade verte et, si c'est la saison, avec des tranches de tomates bien mûres, vous ferez à coup sûr des heureux ! On peut faire cette recette avec des morceaux de pancetta, de provolone et de gorgonzola, des aubergines grillées, des champignons, un œuf...

J'ai toujours comme cela des produits de secours qui me permettent d'improviser des festins sans sortir toute la batterie de cuisine grâce aux bonnes inventions de ces cuisinières en vogue dont les livres apparaissent depuis quelques années sur les rayons des librairies (La cuisine de Sam qui est la bible culinaire de ma plus jeune fille et le bouquin rigolo de Julie Andrieu)... Les enfants qui m'aident le plus souvent, sont ravis de ces trésors qu'ils contribuent à faire naître. Et puis, nous inventons au gré de notre fantaisie et de ce que nous avons dans les placards. C'est plus rigolo. Nos favoris : les galettes irlandaises de Sam (vous savez le petit anglais qui lutte contre le fast food et la mal-bouffe des adolescents de la perfide Albion), les blinis rapides, le crumble de légumes, les rillettes de thon, les épaules de lapin aux oignons, le risotto aux quatre fromages, le traditionnel mais revisité risi bisi, etc, etc... Nous sommes une famille indécrottablement Slowfood même si nous avons baptisé la pizza de dernière minute pizza Speedo !

Aimez-vous Prada ?


La maison Prada a sorti il y a quelques temps un magnifique sac à main en toile qui a eu un succès fou au Japon notamment. Le thème : Venise évidemment. Une réussite. C'est aujourd'hui un objet "vintage" comme on dit aujourd'hui, très recherché car édité à un tirage limité. Si vous le trouvez sur ebay ou dans une brocante ou vide-grenier, n'hésitez pas une seconde, achetez-le ! 
 

Exemple (en voie de disparition) du preppy vénitien qui ne veut pas rater le vaporetto pour ne pas être en retard au bureau...

Photographie prise pendant le Carnaval. Sans commentaire.

Un monde sur la piazza !

L'équivalent de la population entière de Venise était sur la Piazza chaque jour pour assister aux défilés et autres manifestations du carnaval. Et à certains moments, la police ferroviaire, mise en état d'alerte permanente pendant ces onze jours, dénombrait des mouvements de foules dépassant parfois les 50.000 personnes sur les quais et dans le hall de la Stazione Sta Lucia !

 
Heureusement cette foule bon enfant ne posa pratiquement aucun problème en dehors des sempiternels appels au mircro pour retrouver le papa et la maman du petit Nicolas "qui attend des parents au bureau de la sécurité". 


Seul fait-divers notoire : l'arrestation de 19 jeunes gens, la plupart mineurs et inconnus des services de police qui se firent renifler par les chiens policiers avec sur eux de gigantesques pétards qu'ils avaient certainement l'intention de fumer sur les bords d'un canal bien à l'abri derrière leurs masques. Appréhendés, ils ont pour la plupart fondu en larmes, voyant la perspective d'une folle nuit hallucinogènée... s'envoler en fumée ! Mieux vaut en rire.

25.000 verres de Bellini servis sous le campanile durant le carnaval

Vingt cinq mille Bellini ont été servis aux vénitiens et aux touristes pendant le carnaval au "Bellini Bar", installé à l'ombre du campanile de San Marco, entre le 9 et le 20 février. "Les trois barmen, explique Lorenzo Canella, le dynamique président de la société vinicole qui porte son nom, ont débouché sans interruption des bouteilles de Bellini à l'intérieur d'un espace décoré dans le style Liberty par la société Eta Beta Produzioni". Ce partenaire officiel du carnaval a ainsi repris l'antique tradition de l'ombra sous le campanile. Le Bellini en bouteille qu'il fabrique, version semi-industrielle de l'apéritif inventé par Arrigo Cipriani (à base de jus de pêche blanche fraîche et de prosecco) est aujourd'hui commercialisé dans le monde entier. "Notre produit fête ses vingt ans avec un goût davantage parfumé, continue Lorenzo Canella : "ingrédient fondamental de la préparation du Bellini, les pêches sont sélectionnées et cueillies lorsqu'elles arrivent à pleine maturité, lorsqu'elles sont gavées de sucre et donc ultra parfumées". Aucun conservateur ni additifs chimiques pour ne pas détériorer le goût finalement très proche du Bellini frais du Cipriani ou du Danieli. Goûtez et vous m'en direz des nouvelles. La Maison Canella a ajouté à son catalogue le Rossini et le Mimosa, deux autres apéritifs vénitiens. Salute !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...