10 novembre 2006

Restitution ou sauvegarde ?

Le patrimoine artistique né à Venise au fil des siècles a toujours été éminemment recherché. De tout temps, les voyageurs ont aimé rapporter de leur séjour dans la Cité des Doges peintures, verreries, objets d'orfèvres, livres et gravures, brocarts et soieries. Au XVIIIe siècle, l'atelier de Guardi comme celui de Canaletto, les Bellotto et autres vedutistes reproduisaient presque à la chaîne des vues pittoresques de la ville qui ornent aujourd'hui les murs des plus grands châteaux et de tous les musées du monde.
.
Avec l'invasion des armées de Napoléon et le pillage systématique à peine camouflé par des velléités d'organisation et de classement rationnel au bénéfice de l'humanité (surtout l'humanité proche, famille et amis du corse), l'appropriation de ces beaux objets nés du savoir-faire des artisans vénitiens s'accéléra. C'est ainsi qu'on retrouve régulièrement chez les antiquaires, sous le marteau des commissaires-priseurs et dans les successions, dations et donations de la vieille Europe comme aux Amériques de très beaux objets qui au fil des temps deviennent de plus en plus côtés parce que de plus en plus rares.
.
Tout ce discours pour vous parler d'un manuscrit qui après maintes péripéties se retrouve sur le catalogue d'un éminent et très sérieux libraire parisien, la maison Clavreuil, (pour la petite histoire, cette librairie est aussi spécialisée dans les parutions napoléoniennes...) Un bijou, une pièce de musée, un témoignage important du passé de la Sérénissime. Il s'agit du texte relatant l'installation en 1683 de la supérieure du couvent de Santa Maria delle Vergine qui était dans l'enceinte même de l'Arsenal.
.
Fondé au XIIe siècle par le pape Alexandre III et l'Empereur Barberousse pour y installer sa fille comme première abbesse en 1177, il était régi par la règle des augustines, cette communauté fondée à Hippone par Saint Augustin lui-même pour sa sœur. Dans ce beau document, la supérieure , c'est la Nobildonna Maria Gioconda Contarini, la propre sœur du doge Ludovico Contarini. Issue d'une des plus grandes familles vénitiennes, elle naquit dans ce beau palais qu'on peut toujours admirer sur le Grand Canal à moins que ce soit à la Ca d'Oro qui appartenait aussi à cette illustre famille. Elle était la tante du célèbre général, né cette année-là (et mort en 1721) que l'on prénommera Agostino en l'honneur de sa tante religieuse. Son couvent fit couler beaucoup d'encre jusqu'à sa disparition au XVIIIe siècle.
.
C'est en effet là que plusieurs scandales éclatèrent en 1295 puis en 1499 après qu'il fut découvert à chaque fois un "commerce charnel" entre les fils et les filles de Dieu qui avaient pourtant fait vœu de chasteté... On trouvait beaucoup de religieuses dans ce monastère mais peu de vierges. A la décharge de ses femmes de tous âge, il faut rappeler que beaucoup s'y retrouvaient par la volonté d'un père ou d'un frère (ça ne vous rappelle pas le mode de fonctionnement de certaines sociétés contemporaines dont la religion n'est pas vraiment très libérale e envers les femmes ?) sans vocation religieuse particulière. Mais à l'époque de notre Gioconda Contarini, l'ordre avait dû revenir...
.
Bien sur, il existe dans de nombreuses collections, publiques ou privées, des ouvrages de ce type et de cette qualité. Cependant, puisque depuis une quinzaine d'années il est devenu évident que le patrimoine artistique des nations doit, autant que faire se peut, leur être restitué. Ce manuscrit daté de 1566 devrait reprendre sa place sinon au monastère d'où il a été enlevé du moins à la bibliothèque Marciana ou dans le fonds des Archives Historiques, ou bien encore à la Querini Stampalia. Je viens d'alerter diverses associations capables financièrement d'assumer l'acquisition de cet ouvrage pour le restituer à Venise ainsi que des amis dans l'administration de la ville. Mais une décision est longue à prendre et l'objet peut être rapidement acquis par un riche collectionneur. J'aurai essayé. 15.000 euros ce n'est pas une bagatelle. Mais pour une administration ou une fondation, ce n'est pas grand chose.
.
Alors je me suis mis à rêver. Nous réussissions à rassembler des bonnes volontés dans le monde entier pour rabattre les manuscrits, les livres, les tableaux, les objets de qualité qui participent du passé historique de la cité des doges (et que souvent la France a dispersé du temps heureusement bref de son administration) afin de les lui restituer, rassemblant ainsi au même endroit les plus grands témoignages comme les plus humbles du passé grandiose et universel de Venise. Mais le rêve n'est pas la réalité...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...