04 septembre 2006

Cameriere, un Gianduiotto per cortesià !


  posted by lorenzo at 20:25

Avez-vous déjà goûté le merveilleux, l'extraordinaire, l'unique gianduiotto de chez Nico ? Il faut le déguster sur leurterrasse, sur la Fondamenta des Zattere. Après une journée de ballade, après une visite à l'Accademia ou à la Guggenheim, une excursion sur la lagune ou un doux farniente au Lido, cet appareil de glace chantilly fraiche et légère cachant un bloc de glace au gianduja, accompagné par un verre d'eau glacée, c'est l'idéal avant l'heure de l'apéritif, que ce soit le spritz sur la campo Sta Margarita ou un Bellini au Harry's bar ou dans un fauteuil du Danieli. Laissez la terrasse du Florian, du Quadri ou de Lavena pour les touristes paresseux. Si vous n'y êtes pas encore allés, vous vous y rendrez demain ou après-demain. Il y a le temps. Choisissez plutôt un soir après un excellent dîner ou un début d'après-midi pour le café, comme du temps de Goldoni. En revanche, chez Nico, le gianduiotto s'impose à n'importe quelle heure du jour ! Mais vous n'en consommerez pas deux à vous tout seul. Ce serait du mauvais goût et mal vu de votre estomac ! Allez-y et vous nous en donnerez des nouvelles !

Un bout de paradis

 
Il y en a beaucoup comme cela à Dorsoduro,
à Cannaregio, à San Polo ou plus loin encore à Castello.
Comment ne pas aimer la vie et la vie à Venise 

quand on a la chance de vivre là?

 Posted by Picasa posted by lorenzo at 20:13

Calle del vento

Dans mon précédent billet, c’est Henry de Régnier qui chantait la louange des Zattere, cette Fondamenta qui longe Dorsoduro de la Pointe de la Douane aux hangars de Santa Marta. Il mentionne à la fin de son texte l’ultime rue de ce quartier de San Trovaso, loin de tout et peu fréquentée par les touristes : la Calle del Vento.
.
Eté comme hiver, la ruelle porte bien son nom, le vent y est toujours présent comme chez lui. C’est un endroit plein de poésie. Partie des Zattere, elle débouche sur le petit campo San Basegio, non loin de l'église San Sebastiano. Un des lieux les plus pittoresques de Venise. Encore préservé et peu fréquenté.
.
L’écrivain vénitien Diego Valeri (l'auteur du seul vrai guide sentimental sur Venise et qui habitait à deux pas, sur la fondamenta Cereri, à côté des Carmini), a écrit à son sujet un poème que j’aime bien. Calle del vento, c’est aussi le titre d’un recueil de poésie paru l'année de sa mort, en 1976 chez Mondadori, qui mériterait d’être traduit en français pour les amoureux de Venise. Les anglais ont la chance d'avoir My Name on the wind, paru en 1989, dans une belle traduction de Michaël Palma (Princeton University press). En voici un extrait, dans une traduction personnelle que j'espère fidèle à l'esprit de ces vers inspirés :
Qui c’è sempre un po’ di vento
a tutte l’ore, di ogni stagione:
un soffio almeno, un respiro.
Qui da tanti anni sto io, ci vivo.
E giorno dopo giorno scrivo
il mio nome sul vento.
Il y a toujours ici un peu de vent
A n’importe quelle heure, à chaque saison :
Un souffle au moins, comme on respire.
C’est là que je suis depuis tant d’années, j’y vis.
Et jour après jour j’écris
Mon nom sur le vent.

Diego Valeri
Calle del Vento,
Mondadori, 1976

posted by lorenzo at 07:30
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...