14 août 2005

Pax Tibi Marce Evangelista Meus


Théo de San Barnaba

Sur le joli campo de San Barnaba existe depuis de nombreuses années un petit bar sans prétention fréquenté par les gens du quartier mais aussi par de nombreux musiciens et des peintres. Le patron, grand amateur de musique avait chaque jour la visite d'un chat ordinaire dénommé Theo


Mais pas si ordinaire en fait. Theo, gatto genetico, pareil à des centaines de ses congénères qui occupaient les cours et les ruelles de Venise (avant que des fonctionnaires venus de Rome décident qu'il fallait réduire cette colonie traditionnellement implantée à Venise depuis la nuit des temps), arpentait le quartier. 

Bien nourri par les mammagatti qui elles aussi, surtout à Dorsoduro, étaient légion, il menait une vie calme et sereine. Très organisée aussi : le matin il allait à Santa Margarita, où il retrouvait ses congénères devant les étals de poisson. Quand midi sonnait, on le voyait au soleil, sur la margelle d'un puits, le rebord d'une fenêtre ou au milieu de la Corte dei Furlani où il demeurait, non loin de la Ca Rezzonico. Plusieurs minets, bien plus jeunes qui lui ressemblaient, vivaient dans les environs, preuve de ses amours passées. Il en avait pincé un temps pour la chatte du bedeau de San Barnaba mais cette infidèle lui avait préféré un jeune rouquin paresseux vivant du côté de San Trovaso. Bref notre Theo était une vedette. 

Chaque jour ou presque, lorsque le bar "Ai artisti" se remplissait de monde et que des musiciens jouaient, ou même quand le patron mettait un disque, Theo arrivait. Dès qu'il entendait la musique (sa maison était sur la fondamenta de l'autre côté du canal), il grattait pour sortir ou sautait par la fenêtre et il rappliquait. Il s'installait à gauche de l'entrée, sous le téléphone et se couchait sur les annuaires près du comptoir. Ceux qui l'ont connu vous le confirmeront, il semblait vraiment aux anges. Il ronronnait de plaisir surtout quand on lui mettait les Quatre Saisons de Vivaldi, et plus que tout, quand les violons glissaient et répandaient leurs trilles joyeuses et résonnaient sur la place. C'est ainsi que Franco Gelli a voulu immortaliser notre amateur de musique dans une lithographie parue aux Edizioni di Ghen, aujourd'hui introuvable et qui siégea longtemps, joliment encadrée, sur un des murs du bar. L'estaminet n'est plus, mais tous se souviennent de Theo !

Cette anecdote me fait penser à un très bel ouvrage, publié en 1991 par Robert de Laroche, grand amateur de chats, chez Casterman, avec des photos de Jean-Michel Labat, intitulé "Chats de Venise". Je le recommande à tous les amoureux des chats et de Venise. 
J'espère que Robert de Laroche, s'il lit ce modeste journal, ne m'en voudra pas d'une aussi plate présentation de son superbe livre !

Notre maison

Entre 1980 et 1986, j'ai vécu dans différents quartiers de Venise. Je voudrais, lorsque j'en aurai le temps décrire chacun de ces lieux, tous magiques et responsables autant que l'environnement général, de mon attirance et mon amour pour Venise. De passage, depuis, j'ai habité chez des amis, dans des chambres d'hôtes, des couvents, des hôtels. Là encore plein de lieux que j'aimerai recommander sans vouloir non plus trop les galvauder. Car à Venise comme ailleurs quand une adresse devient un lieu à la mode, elle disparait vite dans l'engrenage de la mode et de l'affluence. Car il reste à Venise des endroits secrets comme Ugo Pratt savait en parler. Il en existe peu ou plus beaucoup. Alors, je ne vous révèlerai pas tout ce que je connais. A vous aussi de partir à la découverte !

Mais revenons à mes campements vénitiens. Cette fois-ci, nous avions décidé de nous installer chez nous. Après des semaines de recherches sur internet, avec l'aide d'amis vivant sur place, nous avons fini par trouver notre bonheur : une ravissante petite maison avec une cour et grand jardin en plein centre, dans le quartier de Dorsoduro. laissez-moi vous présenter notre domus. Je ne vais pas vous la décrire comme le ferait un agent immobilier. Vous en auriez vite assez. Non, laissez-moi simplement vous raconter comment on y est bien. 

Tellement bien qu'en mai dernier, quand nous sommes arrivés, après avoir investi la maison, modifier un peu la décoration et refait l'aménagement à notre goût, nous n'avons quasiment plus bougé. Longs petits déjeuners dans la sala di pranzo, farniente dans le jardin sous les glycines, siestes dans les chambres, soirées lecture dans le salon, sous une grande tapisserie Renaissance un peu usée. Bref, un séjour calme, paisible, comme la maison. Il faut dire qu'elle donne sur un jardin très vert, très ombragé, très fleuri, lui-même entouré de jardins. Une cour avec en son milieu un puits médiéval. Un salon joliment meublé, une salle à manger, une cuisine et une chambre monacale (la mienne). Voilà pour le rez de chaussée. A l'étage, trois belles chambres, très claires avec des kilims multicolores sur le pavement du sol. Une salle de bain, deux salles d'eau. Une jolie petite bicoque comme on en rêverait au fond d'une ruelle ensoleillée, n'importe où, à Bordeaux ou à Paris.

J'ai passé mon temps entre deux pages d'écriture à cuisiner : pâtes et risotti bien entendu mais aussi crumble de légumes, fondant au chocolat et aux framboises, tartares de betteraves au mascarpone, lasagnes de canards à la Torcelliana... Je crois que je vais m'amuser à donner mes recettes dans ce blog ! Quelques jours après notre arrivée, les glycines étaient tellement fleuries que l'odeur imprégnait la maison de bas en haut. On sent d'ailleurs ce parfum chaque année à cette période dans tout Venise tellement cette plante y est répandue.



Carpaccio, illustrateur d'histoires

L'envoi des Ambassadeurs, du cycle de Saint Ursule conservé dans les Galeries de l'Accademia fait partie depuis toujours de mon Musée imaginaire.


Vittore Carpaccio (1460-1526) est pour moi le peintre vénitien par excellence. Je ne suis pas critique d'art et mes compétences en la matière se résument à ce que j'ai lu ou appris à l'Université, à San Sebastiano, quand j'étais étudiant à Venise. Mais c'est ce que mon cœur ressent et comprend de ces œuvres géniales, qui me pousse à vous faire partager quelques uns de mes émois artistiques. Et tant pis pour les critiques et les grincheux que mon enthousiasme ne manquera pas de faire surgir. J'aime Carpaccio, mais aussi les Bellini, Mantegna, Basaiti, et tous ces grands artistes qui ont laissé partout dans Venise de merveilleux chefs-d’œuvre. Chaque semaine, je vous présenterai une pièce du catalogue de mon "Musée Imaginaire", pour reprendre la belle expression d'André Malraux.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...