20 septembre 2011

Gigantesque opération de spéculation immobilière à Venise

Il s'agit en fait, on aurait envie de dire tout simplement, d'une vaste et gigantesque opération de spéculation immobilière conçu dans les années 90 et qui,pas à pas, s'achemine vers la réalisation en levant année après année les obstacles des lois et des règlements urbains. Le danger est aux portes de Venise désormais. en effet, tout est demeuré à l'état de plans et de projets tant que les sites concernés étaient protégés par un Plan d'Occupation des Sols favorable au maintien des terres agricoles, respectueux des sites naturels et historiques. Mais les promoteurs sont parvenus à contourner l'illégitimité de l'opération en obtenant la modification du POS ! La voie est libre désormais pour les promoteurs et, si personne n'a encore acheté le moindre m& de terrain constructible, les prix montent déjà par le jeu d'artifices bien connus par les spéculateurs. L'expulsion des agriculteurs et les travaux de voirie, d'adduction d'eau qui ont été réalisés ne sont que la partie la plus visible de l'opération. Ce qui est en jeu derrière tout cela, c'est l'équilibre écologique de la lagune et au-delà, l'avenir pur et simple de Venise et de son environnement. En effet, l'aéroport de Tessera agrandi de nouvelles pistes, les centres commerciaux et les centres d'affaires, comme les zones résidentielles de la nouvelle Tessera City, tout ce nouvel univers devra être desservi par des transports en commun. Déjà présent dans l'agglomération de Mestre, le tram sera étendu. Mais le plus grave, c'est qu'apparait maintenant la raison de cette ligne de métro souterrain, dont Tramezzinimag a déjà parlé, la fameuse et épouvantable Sublagunare dont on cherche par tous les moyens à imposer l'idée auprès de la population, faisant de cette aberration une nécessité vitale pour la Venise de demain ! Nécessité, ce projet dantesque dont tous les experts s'accordent à décrire le danger.

Le métro qui partirait de Tessera et mènerait les voyageurs, après un long périple sous la lagune, directement aux Fondamente Nuove et à l'Arsenal, déversant à ces deux stations plusieurs centaines de milliers de passagers par jour. L'argument était au départ la volonté de faciliter la circulation des pendulaires, ces vénitiens qui vivent à mestre et travaillent à Venise dans le centro storico ou le contraire. comme si le fait d'être parfois retardé par les flots de touristes était à ce point prégnant qu'il faille prendre le risque de détruire ce qui reste de l'éco-système lagunaire. heureusement, les exigences de sécurité imposées par les pompiers vénitiens ont apporté le premier bémol d'une longue série qui n'a pas échappé aux vénitiens, majoritairement opposés à l'idée même d'un métro : Il faudra obligatoirement prévoir le long du trajet, des issues de secours qui émergeront de plusieurs mètres au-dessus de l'eau et ressembleront à des champignons géants. Belle esthétique dans un environnement apprécié pour sa beauté sauvage que ces tours de métal et de béton. Ensuite, pour éviter les risques d'acqua alta, les stations seront construites à la hauteur d'un immeuble de deux étages. De quoi ravir les riverains... mais ce ne sont que d'infimes détails de cette gigantesque opération spéculative dont les seuls vrais bénéficiaires seraient les actionnaires des sociétés instigatrices, comme par exemple la société qui gère le Casino de Venise et aimerait bien un troisième établissement sur la terre ferme...





4 commentaires:


Magnolia75 a dit…
Consternant !!! Il faut espérer que ces "projets" aberrants ne verront jamais le jour !

Lorenzo a dit…
Cela rappelle les films du cinéma italien des années 50 : Fantasmi a Roma, Main basse sur la ville, etc... Rien ne change dans la péninsule et les années Berlusconi n'y sont pas pour rien...
Condorcet a dit…
Il règne ces dernières années comme une voracité de la destruction qui confine à la bêtise sidérale.
Condorcet a dit…
Ce PAT est une catastrophe qui va engager la ville (centre historique et terre ferme) pour quinze ans au moins : les conditions d'une fuite en avant foncière sont réunies.

Ciao, Eric e a presto !

Depuis le début du mois, Radio France a un nouvel envoyé permanent en Italie, Anaïs Feuga, à qui nous souhaitons la bienvenue. Venue de Metz, où elle était depuis adjointe au rédacteur en chef de la radio France Bleu Lorraine Nord, la nouvelle correspondante s'installe et nous n'avons pas encore eu de contact avec elle. Souhaitons-lui de se sentir aussi bien à Rome que le fut son prédécesseur, Eric Valmir qui intervient désormais le samedi matin sur France Inter dans une chronique sur la prochaine campagne électorale.
 
Qui est-elle ? La fiche de radio France nous apprend que la dame a 37 ans, qu'elle est diplômée de Sciences Po Strasbourg (promotion 95) et de l’école supérieure de journalisme de Lille, qu'elle a commence sa carrière à Europe 1 en 1996, qu'elle écrit (notamment dans la presse quotidienne régionale). elle a publié un ouvrage remarqué, Passion Charbon aux Editions Serpenoise, qui a obtenu le Prix de l’Académie Nationale de Metz et le Prix des Conseils généraux de Lorraine en 2002. En 1998, elle M6 Nancy en 1998 en qualité de rédactrice en chef adjointe. Après plusieurs collaborations dès 1999 à Radio France dans les régions (Lorraine, Belfort-Montbéliard, Breizh Izel, Bourgogne, Armorique et Périgord), elle est recrutée en 2000 à France Bleu Sud Lorraine, dont elle rejoint la rédaction l'année suivant. Depuis 2008, elle est adjointe au rédacteur en chef.

Difficile de trouver autre chose. Tramezzinimag n,'a pas encore eu la chance de s'entretenir avec la nouvelle correspondante à qui je souhaite, au nom de tous les lecteurs, français et italiens, une bonne installation et un bon travail à Rome. Elle succède à Eric Valmir, Fou d'Italie, qui a su montrer, durant les années de sa mission de correspondant, l'Italie telle qu'elle est, au-delà des clichés imposés par le régime de Berlusconi. Chacune de ses chroniques, complété par les billets de son blog, était un régal. Toujours enthousiaste, élégant jusque dans ses colères et ses répulsion, totalement professionnel dans sa pêche aux informations, il n' a jamais rien dit ni écrit qui ne corresponde à la véritable vérité de ce pays exsangue mais plein de volonté et de force qu'on ne regarde plus en France qu'à travers la focale floue et truquée des agences de notation et de la propagande berlusconienne.

Il est en Italie une médaille qui a une grande valeur morale et presque spirituelle, celle du Président de la république, qui fait de son récipiendaire une sorte de Juste dont les actions ou la pensée honorent l'Italie et son peuple. Eric Valmir mériterait cette médaille. En tout cas, Tramezzinimag lui décerne un tramezzini d'honneur à déguster en notre compagnie un de ces prochains jours sur le campo Santa Margherita. Prenons date !

Signalons le livre d'Eric, qui regroupe ses chroniques et des extraits de son blog. Tramezzinimag ne l'a pas encore lu mais nous en ferons prochainement un commentaire. En attendant, voici le lien vers les billets qu'il a écrit sur Venise : cliquer ICI.

1 commentaire:

Condorcet a dit…
Eric Valmir avait à cœur de comprendre l'Italie jusque dans ses fondements : je regretterai profondément sa culture et son sens de la mesure, son appétit de savoir et sa justesse de vue, ses analyses fines et son style enlevé.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...