21 octobre 2019

La reine Mathilde visite la 58e Biennale

C'était il y a un peu plus d'un mois, un après-midi de septembre, gris et pluvieux mais tranquille, qui a vu la reine des belges en visite à la Biennale, quelques semaines avant la fin de cette 58e édition particulièrement intéressante. Le reportage ci-dessous semble vouloir ne montrer que la tenue de sa Majesté, sans que soit mis en avant l'intérêt de la souveraine pour la création artistique contemporaine et les connaissances du couple royal. La Reine prend un réel plaisir lors de ces visites, marchant sur les pas de la reine Fabiola. La reine Mathilde s’ implique très fortement dans la vie culturelle du royaume.

La reine a ainsi visité le pavillon de la Belgique, avec l'exposition "Mondo Cane" (Monde Chien) de Harald Thys et de Jos De Gruyter, mais aussi l'exposition Luc Tuymans au palais Grassi, intitulée “La Pelle”  (la Peau), et celle de la belgo-zaïroise Otobong Nkanga à l'Arsenal.

La reine a ainsi parcouru les hauts-lieux de cette Biennale tournée sur les évènements du monde, ces horreurs qui marquent peut-être l’inéluctable avancée de nos civilisations vers leur terme ; La crainte d'une catastrophe finale et le déploiement permanent de mille complexités qui peuvent effrayer ou au contraire ouvrir les esprits à d'autres possibles. La voie ouverte peut-être enfin pour reléguer dans loin dans nos souvenirs, les tristes images d'une humanité décharnée, trop longtemps dénuée de compassion et d'empathie, où les hommes en courant après le mirage du progrès et de la croissance s’enfoncèrent dans un délire auto-destructeur. Une biennale qui aurait pu s'intituler "Et si les dinosaures s'étaient auto-détruits imités demain par les hommes ?" 

La reine a certainement son avis là-dessus et gageons que les conversations dont on n'entend hélas que de lointaines bribes ne portaient pas seulement sur le mauvais temps ou le bonheur d'être à Venise. Mais, comme il se devait, la souveraine ne s'est jamais départie de son sourire et de sa bonne humeur.

© Getty Images Entertainment / Olivier Matthys, 2019

07 octobre 2019

TraMeZziniMag aime Lorenzo Mattotti, la Biennale aussi


Lorenzo Mattotti, outre le merveilleux prénom qui est le sien, possède de multiples talents. C'est un dessinateur hors-pair, un véritable créateur et un homme de foi et d'engagement. Passionné, il n'entreprend jamais rien sans passion et détermination. Le résultat est une carrière sans faute et une renommée en rien usurpée.

Après des études d'architecture à Venise, le jeune Mattotti, né à Brescia en 1954, qui depuis toujours rêve de devenir illustrateur, commence à travailler pour des fanzines. Il se fera vite un nom dans le monde de la bande dessinée tant en Italie qu'en France. L'élégance de son travail le fait remarquer par les plus grandes revues dont il illustre régulièrement les couvertures, comme le New Yorker, Télérama, Glamour, vanity Fair, etc. 

On lui doit l'affiche du Festival de Cannes de l'an 2000, mais aussi le dessin des sacs pour la chaîne Leclerc. La Mostra de Venise lui avait demandé de réaliser le jingle vidéo de l'édition 2019. La sortie mercredi sur les écrans français de son dernier gros chantier en date, "La Formidable invasion des ours en Sicile" vient compléter le tableau déjà très complet de la carrière du monsieur qui n'arrête pas et enchaîne déjà sur d'autres projets.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...