03 octobre 2006

COUPS DE COEUR N°9

Apprendre l'italien à Venise. On me pose souvent la question. Si vous ne parlez pas ou si vous parlez peu ou mal l'italien, pourquoi ne pas en profiter pour reprendre le chemin de l'école. Inscrivez-vous depuis chez vous à des cours de langue ou à des séances de conversation, selon votre niveau et partez à Venise parfaire votre cursus ! N'est-ce pas joindre l'utile à l'agréable d'une manière absolue et joyeuse ? Emmenez avec vous des livres utiles autant que passionnants, voilà les thèmes de notre coups de cœur du mois.

Società Dante Alighieri
presso Ateneo Veneto San Marco 1887
30122 Venezia
00 39 041 523 45 90
On m'a souvent posé la question. En tout premier lieu, je recommande évidemment notre bonne Association Dante Alighieri, j'en veux pour témoignage ma propre expérience, cet institut demeure l'un des meilleurs lieux pour l'apprentissage ou le perfectionnement de la langue. Il y en a dans pratiquement toutes les grandes villes de France et de Belgique. Celle de Venise longtemps très dynamique a beaucoup bougé et ses activités se sont longtemps ralenties. Aujourd'hui, la sociéta de Venise repart d'un pied allègre dans de somptueux locaux, situés à Sant'Elena, tout au bout de Venise, dans l'ancien monastère franciscain située dans le quartier de Santa Croce était autrefois installée dans de confortables locaux à l'arsenal, près de l'église San Martino. C'est le professeur Rosella Mamoli Zorzi qui en est la présidente (l'écrivain et historien Alvise Zorzi en est le président d'honneur). Le site internet sera bientôt opérationnel. je suis à votre disposition pour vous envoyer de la documentation en attendant par mail.
.
Istituto Venezia
Campo Sta Margherita 3116/a
Dorsoduro, 30123 Venezia
0039 041 522 43 31 / fax 528 56 28
Situé sur le campo Sta Margherita de loin le préféré des étudiants et des habitants de Dorsoduro, l'Istituto Venezia propose tout au long de l'année des sessions de cours avec 5 niveaux de programmes d'étude, de l'initiation au perfectionnement et à la préparation de concours et d'examens. Les groupes sont composés de 12 étudiants au maximum. Tout est fourni à l'étudiant et il est possible d'être logé par l'école, soit en résidence étudiante, soit dans des familles. Il existe aussi des cours individuels intensifs. Deux catégories de prix sont proposées : les cours intensifs avec programme d'activités culturelles et sportives, 220 euros la semaine (tarifs dégressifs selon la durée) et une version "petit budget" pour seulement 160 euros. 4 heures de cours par jour du lundi au vendredi. Une annexe existe aussi à Trieste. Pour ce qui est du prix demandé pour une chambre individuelle en résidence, il faut compter 210 euros pour une semaine et 190 euros chez l'habitant. Il est possible la plupart du temps d'utiliser la cuisine de la maison. Ils organisent aussi des stages Italien et art qui combinent l'apprentissage de la langue et l'histoire de l'art et de l'architecture.
.
Lectures vénitiennes. Dans le paysage éditorial francophone, de nombreux ouvrages consacrés à Venise paraissent chaque année. En voici un de grande qualité.
.
Sergio Bettini
Venise. Naissance d'une ville
Traduit de l'italien par Patrizia Farazzi
Editions de l'Eclat.Coll. Philosophie imaginaire
320 pp. - Octobre 2006
Considéré par les italiens comme un classique, cet ouvrage tient une place particulière en ce qu'il adopte dès l'abord une position qui veut concevoir Venise comme obéissant, à travers les siècles, à une intention artistique propre, faisant de la ville une seule et unique oeuvre d'art, vivante et cohérente. Tout entière construite dans une relation à la lumière et au rythme, obéissant à un tempo pleinement humain. Venise est "la ville, la plus ville qui soit, écrit Bettini. Non seulement les places et les rues, les maisons et les églises ont été, comme partout, construites par la main de l’homme, mais le terrain lui-même a été fait par l’homme. Les Vénitiens ont dû fixer et “amarrer” leur sol, consolider le fond boueux et instable des îles avec des pylônes, relever et renforcer les grèves contre les marées, imposer aux canaux des cours moins hasardeux. Construire enfin la base elle-même de la ville, pour affirmer leur volonté de vivre, et donner à cette vie une forme et un destin". C'est l'histoire de cette forme et de ce destin que Sergio Bettini raconte ici, dessinant la mosaïque d'une ville depuis ses origines jusqu'à l'apogée de son aventure architecturale. Mort il y a tout juste vingt ans, il fut professeur d’esthétique à l’université de Padoue. Il a publié plusieurs ouvrages parmi lesquels: Pittura delle origine cristiane (1942), L’Arte alla fine del mondo antico (1948), Il Gotico internazionale (1996). Quelques-uns de ses plus importants essais ont été rassemblés par Andrea Cavalletti dans le volume Tempo e forma. Scritti 1935-1977 (1996). Malheureusement aucun de ces ouvrages de référence n'est encore traduit en français. Mais je reviendrai sur cet auteur et sur son oeuvre dans un prochain texte. 
posted by lorenzo at 13:03

Les Lions de Venise ont tous des ailes

Ils sont rugissants. Les plus jeunes n'ont pas douze ans. Ce sont les membres du club de rugby Venise-Mestre qui attirent de plus en plus d'amateurs. Sponsorisés par le Casino de Venise et de nombreuses entreprises locales, ils ont fait parler d'eux cet été malgré un résultat final un peu décevant.
 
Je voulais saluer ce club et vous le faire connaître depuis longtemps : Ma double appartenance vénitienne et bordelaise (vive le C.A.Béglais) me pousse à me réjouir de voir ce sport se répandre chez les jeunes vénitiens. Bien plus noble que le football, le rugby est toujours agréable à regarder et pour ceux qui le pratiquent, c'est pour les jeunes, comme pour les adultes, une bonne école d'endurance et de courtoisie. 
S'il n'attire pas encore beaucoup de spectateurs sur son terrain situé à Favaro Veneto, près de Mestre, il forme une association dynamique qui organise les troisièmes mi-temps comme chez nous : le club house accueille joueurs et aficionados de l'équipe.  

Toni, la Poppi et Pastina, servent avec la verve vénitienne les traditionnels cicchetti et de somptueux tramezzini (vous comprenez pourquoi je tenais à parler d'eux dans TraMezziniMag !) et les merveilleuses polpette (croquettes de viande, de riz ou de fromage typiques), le tout arrosé de l'inévitable Spritz, le fameux apéritif vénitien célèbre aujourd'hui dans le monde entier. L'ambiance y est chaleureuse et je vous assure qu'on ne s'y ennuie pas plus là-bas qu'à Bègles ou à Dax ! Le stade, flambant neuf avec ses gradins jaune d'or et rouge amarante (les couleurs de Venise et celles de l'équipe) et ses vestiaires ultra-modernes accueillera peut-être bientôt des jeunes stagiaires bordelais. C'est une invitation ou plutôt une suggestion !
posted by lorenzo at 01:02
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...