14 juin 2012

A Venise, l'infini prend peu de place... Adieu Hector Bianciotti !

 
Il venait d'Amérique du Sud, sa famille était originaire d'Italie, il était devenu l'un des écrivains français les plus importants de son temps, reconnu et couronné par ses pairs. L'académicien Hector Bianciotti vient de s'éteindre à l'âge de 82 ans, après des mois d'une terrible souffrance, peut-être la pire pour un auteur, quand il ne trouve plus les mots et en perd le sens même. Après avoir écrit en espagnol, après s'être intéressé à la littérature italienne qu'il fit traduire le plus souvent possible quand il était éditeur chez Gallimard, Bianciotti s'exprima en français. cela donna des ouvrages magnifiques, comme Sans la miséricorde du Christ qui lui valut en 1985, le prix Fémina en suivi par le prix de l'Académie Française, Le Traité des saisons, ou encore l'émouvant Seules les larmes seront comptées.

Le dernier texte que j'ai lu de lui, Le pas si lent de l'amour, m'avait remué. L'écrivain s'y montrait convaincu de n'avoir pas d'autre issue à sa vie que de "se perdre pour toujours" : 
"La vie est trop dissipée pour le pas si lent de l'amour ; il se fait tard ; et je n'ai pas d'Ithaque."   
Il avait compris que Venise, où l'infini prend si peu de place, pouvait être conçue comme un mythe et que si on a le bonheur de pouvoir s'y fondre réellement un jour - privilège somme toute assez rare - on y était enfin chez soi. 

Lieux secrets de Venise : la Corte Botera

La Venise secrète, si elle tend à être envahie aussi par les hordes de visiteurs, réserve tout de même à qui parvient à s'y aventurer de délicieuses découvertes. Venise cachée, rendue mythique par les aventures de Corto Maltese, l'inénarrable héros inventé par Hugo Pratt, faite de constructions pittoresques, le plus souvent rattachées à ce qu'on nomme, par facilité, l'architecture mineure, elle offre à nos esprits émerveillés bien des motifs de rêverie. 

Il en est ainsi de la Corte Sconta detta Arcana, plus officiellement Corte Botera, que les peintres employés ces temps derniers à la restauration des célèbres nizioloti, les panneaux de rue ont malencontreusement transformée en Corte Bottera (!). Un lieu magique dont le charme ne peut laisser personne indifférent. Une grande cour à laquelle on accède à la sortie du ponte dei Gonzafelzi par une petite fondamenta suspendue récemment rénovée. Une porte basse, une grille et le visiteur débouche après un sottoportego assez court sur une cour carrée dallée de masegni antiques, ces fameuses plaques de pierre qui couvraient tout Venise autrefois et qu'on a hélas peu à peu remplacé par des dalles modernes dans la plupart des rues de la ville. La margelle d'un puits de style gothique au milieu, un escalier extérieur couvert, des bâtiments très anciens pour la plupart et les vestiges d'un portail monumental de style byzantin, qui fut autrefois l'entrée principale d'une riche demeure, le palazzo Contarini della Zoggia. C'est peut-être de cette porte-là dont il s'agit dans le livre d'Hugo Pratt, le passage magique qui permet de quitter le monde quand on s'en est lassé pour rejoindre un ailleurs mirifique...

Fatigués d'avoir à nettoyer plusieurs fois par jour déchets et déjections, bouteilles de plastique et canettes abandonnées, les riverains ont fait fermer l'accès à la cour. Seule l'entrée d'eau reste accessible mais, n'étant pas encore restaurée, personne ne se risquerait à s'y aventurer de peur de glisser et de devoir prendre un bain forcé. Il y a bien un autre accès par la rue derrière, la calle delle carrozze, mais là aussi, la porte est la plupart du temps hermétiquement close. 

En sonnant au portail, vous aurez peut-être la chance d'avoir un interlocuteur bienveillant qui vous ouvrira etacceptera de vous faire visiter l'endroit. 
.
Enfant, lors de mes vacances vénitiennes, je venais y jouer avec des amis de mon âge qui habitaient au deuxième ou au troisième étage sur la cour. Ce fut un terrain de jeu extraordinaire et, avant Corto Maltese, nous y avions notre univers. Combien de ballons sont partis dans le canal, combien de parties passionnées avec mes soldats Starlux et nos petites voitures. Sconte, salto biralto, cimbani... Autant de jeux typiques qui occupaient les gamins vénitiens pendant des heures et dont je garde plein de souvenirs... Une vieille dame se tenait souvent avec sa chaise au pied de l'escalier. Ai-je jamais su son nom ? Dans l'après-midi, quand l'air se faisait plus doux, d'autres la rejoignaient. Nous partions alors courir dans les rues adjacentes jusqu'à l'heure de la Merenda, (le goûter). Biscuits et Nutella qui s'appelait encore Supercrema...




 

La saison des artichauts à Venise

La saison des artichauts à Venise commence dès la fin du mois d'avril avec la récolte des  castraure, le premier germe de la plante que l'on taille pour permettre la croissance plus ferme et régulière de la plante. Petit et tendre, d'une forme allongée avec des épines au bout des feuilles, l'artichaut de Venise d'un très beau violet sombre qui rappelle le ton de certains velours précieux de Mariano Fortuny, d'où son nom de “carciofo violetto di sant’Erasmo”( artichauts violets de Sant'Erasmo), devenu depuis quelques années un label déposé qui en garantit la provenance et la qualité. L'île de Sant'Erasmo, le potager séculaire de Venise, est une terre parfaite pour la culture de l'artichaut avec un sous-sol sablonneux et crayeux qui permet à chaque pied de produire jusqu’à vingt artichauts chacun. D'autres îles en produisent aussi :  les Vignole, Lio Piccolo, Malamocco, Mazzorbo. Depuis 2004,  le Consorzio del Carciofo Violetto di Sant’Erasmo regroupe une dizaine de fermes qui participent ainsi au développement économique et agricole de l'île. 

La production traditionnelle réglementée des artichauts violet, appelés chez nous poivrade, permet de garantir au consommateur qualité et saveur. Les techniques employées sont les mêmes qu'autrefois et la chimie n'intervient pas. Ainsi, les artichauts de Sant'Erasmo sont garantis de nature biodynamique. La quantité étant naturellement  réduite, la qualité s'avère totalement au rendez-vous ! Les castraure sont une espèce végétale protégée qui fait l'objet de soins attentifs de la part des paysans du cru. Rien à voir avec cette production à grande échelle qui inonde le marché international avec des artichauts, certes du même aspect mais au goût insipide, qu'on fait pousser à coup d'engrais chimiques et qui sont conservés à l'azote avant de traverser l'Europe pour atterrir sur les marchés. 
La récolte se poursuit jusqu'à la fin du mois de juin. Son goût unique permet des alliances raffinées avec le risotto et le poisson. Les castraure se mangent aussi à la croque au sel ou, coupés en lamelles, avec un filet de citron et de l'huile d'olive. Chaque année, le deuxième ou troisième dimanche de mai, Sant'Erasmo fête l'artichaut. Un évènement à ne pas manquer. Pour plus d'informations: www.carciofosanterasmo.it
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...