04 avril 2011

COUPS DE CŒUR N°40

Andreas Scholl
Deutsche Barocklieder

Label Harmonia Mundi
HMG501505

Paru en 1995, ce disque est une pure merveille. Il reparait sous une nouvelle couverture, avec un livret très bien documenté et un long préambule d'Elisabeth Scholl sur le lied. La voix est celle que nous avons tous adoré dans le Stabat mater ou le Nisi Dominus de Vivaldi (même si à mon avis, l'allemand n'égale pas dans cette dernière pièce l'élégantissime James Bowman). On le sent parfaitement à l'aise dans cette musique allemande et c'est un vrai régal. Attention danger : difficile de redescendre sur terre après l'avoir écouté, même une seule fois. L'une des plus grandes découvertes musicales de ces vingt dernières années. Et le personnage est sympathique en plus. Ruez-vous chez votre disquaire si vous ne l'avez pas encore dans votre discothèque !

Christian Bobin
L'homme qui marche
Récit
Ed. Le Temps qu'il fait. 2010
ISBN
978.2.86853.233.6
"Quelque chose avant sa venue le pressent. Quelque chose après sa venue se souvient de lui. La beauté sur la terre est ce quelque chose. La beauté du visible est faite de l'invisible tremblement des atomes déplacés par son corps." Paru en 1995, le livre était épuisé. Je l'avais découvert cette année-là juste avant de partir à Venise. Le petit livre à la jolie couverture avait rejoint la provision de livres que j'amène toujours avec moi dans mes séjours vénitiens. Et c'est ainsi qu'installé à la terrasse de ce petit café que j'aime bien, sous une treille, à deux pas de la Salute, avec un délicieux Soave bien frappé, je suis rentré dans la magie du verbe de Bobin. Cet auteur que certains trouvent de bon ton de décrier, m'a toujours apporté beaucoup de plaisir et de joie, et ce avec chacun de ses livres. Nouvellement réédité, je viens de le relire : le charme est intact, certes lié au souvenir de ces moments de paix intérieure à la terrasse d'un petit café tranquille de Dorsoduro, mais bien plus encore par la magie des mots qui confirment le grand talent de l'auteur.

Fiorella Giovanni 
Un chat à Venise
Ed Art-Access. 2010

ISBN 978.2.36185.012.8
Fiorella Giovanni est à la fois écrivain et photographe. Elle enseigne l'italien et aime les chats qu'elle fait parler avec maestria dans ce petit livre sympathique. C'est l'histoire de Charles, un chat parisien. assez exceptionnel qui va découvrir Venise et en tomber amoureux. Au fil des pages, le matou distingué promène son regard sur la ville. Il dialogue avec des vénitiens et bien sûr va rencontrer d’autres chats. Il va même participer au Carnaval à San Marco. Le lecteur va ainsi par les calli, suivant ce chat peu ordinaire dans ses nombreuses pérégrinations. A la fois conte fantastique et guide culturel, ce petit livre est à la fois pour les amoureux de Venise et pour les amoureux des chats ! on le trouve facilement sur le site de la Fnac.
...
Recette :
Vincigrassi 
ou Lasagne alla Marchesina
C'est une antique recette que mes amis aiment bien. Le nom bizarre proviendrait d'une déformation du nom du général Windischgratz qui commandait les troupes autrichiennes de la région avant l'indépendance. C'est un plat délicieux, facile à réaliser. Si vous faites le choix des pâtes maison, la préparation sera bien évidemment plus longue. Personnellement, par paresse, j'ai renoncé à fabriquer mes lasagnes moi-même, et j'en achète des toutes prêtes. A Venise, je connais un fabricant chez qui elles sont excellentes. Mais on trouve des feuilles de lasagnes chez les fabricants industriels. Celles de Barilla par exemple, ou celles de De Cecco, de Voiello. Toutes excellentes. Mais les meilleures à mon goût, sont les lasagnes Bio Idea d'Angelo Barbagallo, fabriquées depuis 1911 à Fiumefreddo, un petit village au pied de l'Etna. On les trouve dans toute bonne épicerie bio.

Pour 6 convives il vous faut : 350 g de bœuf haché, 350 g de ris de veau, 100 g de jambon cru, 4 belles tomates bien mûres, 150 g de parmesan, 75 g de mozzarella (de la vraie), 450 g de farine, 150 g de semoule de blé, 4 œufs frais, 50 g de saindoux, 1 gros oignon, 1 gousse d'ail, de l'huile d'olive, 150 g beurre, muscade, sel et poivre.

Faire chauffer l'huile dans une sauteuse aux parois assez hautes, ajouter le beurre et faire dorer l'oignon. Quand il a fondu (sans caraméliser), ajouter la viande hachée et le jambon coupé en dés. Faire revenir dix bonnes minutes en écrasant la viande à la fourchette. Mouiller avec un verre de vin blanc, ajouter les tomates pelées et coupées, de la noix muscade, du sel et du poivre. Couvrir et laisser mijoter environ 1 heure.

Pendant ce temps, plonger les ris de veau dans une casserole d'eau froide, porter doucement à ébullition et laisser alors frémir environ 10 minutes. Sortir les ris du feu, les rafraîchir, les égoutter, enlever les déchets éventuels et les découper en cubes. réserver au chaud.

Pour la pâte : battre les œufs dans un grand bol. Tamiser 400 g de farine dans une jatte, ajouter la semoule et le sel. Faire un puits et y mettre le saindoux découpé en petits morceaux de la taille d'une noisette. Ajouter les œufs battus et 4 cuillères à soupe de vin blanc. Travailler avec les doigts jusqu'à obtenir une pâte lisse. La rouler en boule et laisser reposer au moins 30 minutes puis mettre à chauffer de l'eau salée dans une grande casserole. Fariner un marbre ou votre plan de travail avec ce qui reste de farine, puis abaisser la pâte au rouleau à pâtisserie le plus finement possible. La découper en rectangles de 1o cm de long sur 5 cm de large environ. Plonger les lasagnes délicatement dans l'eau bouillante et laisser cuire 5 à 6 minutes, jusqu'à ce qu'elles soient al dente. Les égoutter soigneusement et les poser sur un linge humide.

Ajouter les ris de veau au ragoût et laisser mijoter environ 5 mn.

Allumer le four à 200° (th. 6). faire fondre 50 g de beurre dans une petite casserole à feu doux, et préserver au chaud découper la mozzarella en tranches fines. Enduire un plat à gratin à bords hauts avec le reste du beurre et tapisser le fond du plat avec une première couche de lasagne. Napper celle-ci de ragoût, puis saupoudrez de parmesan râpé et recouvrir de tranches de mozzarella. Répéter l'opération jusqu'à tout mettre dans le plat. Recouvrir le tout de mozzarella et de parmesan râpé.

Arroser les vincigrassi avec le beurre fondu et enfourner pendant au moins 20 mn. Les lasagne doivent dorer dessus dans prendre un couleur trop sombre. En dépit de tous les codes, on sert les lasagnes dans le plat de cuisson. Vous m'en direz des nouvelles !


__________

4 commentaires:
JMT a dit…
Riche idée que vous avez là d'évoquer C.Bobin, infatigable magicien des mots. Rassurez-vous, il reste beaucoup lu. Félicitations pour votre travail que je suis avec assiduité.
Anonyme a dit…
Ah la gastronomie italienne... Je ne m'en lasse pas... Connaissez-vous ces guides gratuits sur le site PartirDemain ? Il y a justement un chapitre consacré à la cuisine dans celui sur Venise : http://www.partirdemain.com/cuisine-venise.htm#food24 Bonne visite Lorenza
Enitram a dit…
J'aime vos trois coups de cœur ! Bonne journée!
Anonyme a dit…
J'en salive !!
Plein d'autres spécialités sur ce guide: http://www.partirdemain.com/cuisine-venise.htm#food24
Martin
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...