Accéder au contenu principal

Et dans son sillage, un délicat parfum de tubéreuses...

 
© Klaus Baum - Tous Droits Réservés

La jeune femme était à Venise pour la première fois. Élégante et racée, elle s'accoutuma très vite au rythme vénitien, posant ses pas sur les pas de tous les voyageurs d'autrefois qui vinrent ici, le cœur rempli des beaux textes que la ville a souvent suscité. Elle connaissait certains de ces poèmes depuis toujours. Se levant tôt et se couchant tard, elle allait partout, visitant églises et musées, son guide sous le bras. un mouchoir de batiste à la main. Un parfum délicat prolongeait son sillage et on se retournait souvent sur son passage. Il émanait d'elle une harmonie et une paix qui se fondaient chaque jour davantage dans l'harmonie et la paix des ruelles et des campi écrasés de soleil. La jeune femme ne quitta plus jamais Venise. Son parfum comme un léger souffle printanier, je le sens parfois quand je me promène dans certaines rues calmes, l'été du côté de Castello...


3 commentaires: (lors de la première parution sur le blog originel)


Lili a dit…
Quelle belle ébauche de roman Lorenzo! J'ai tout de suite envie d'en savoir plus sur cette jeune femme.. et son histoire d'amour avec Venise...
Delphine R2M a dit…
Qui est elle? d'où vient-elle? que fait-elle à Venise?.... Tant de questions qui pointent sous vos mots, Lorenzo.
Lorenzo a dit…
Mais elle vit, Delphine, elle vit !

Commentaires