Accéder au contenu principal

Déjà en 2009, des ennuis avec blogger pour Tramezzinimag

"Plus de peur que de mal", tel était le titre d'un billet publié sur le blog originel après avoir piqué une GROSSE colère - déjà - contre Google. Il s'agissait à l'époque d'un simple problème technique due à cette monomanie des designers sur le net (syndrome très répandu aujourd'hui où il faut être en constante progression,  évolution, amélioration. Le toujours plus qui me fait enrager. Voilà ce que j'expliquais alors à mes lecteurs avec 9 commentaires à la clé (désormais introuvables car non archivés par Google, évidemment)... :
29 avril 2012

Que mes lecteurs me pardonnent. J'ai cédé bien vite à la panique et au découragement. Vos messages ont dû agir comme une prière puisque - avec le conseil d'autres blogueurs - je suis aprvenu à retrouver ce qui semblait engouti à tout jamais dans les méandres de la galaxie informatique. ..Il m'a fallu bien sûr, sacrifier sur l'autel de la modernité et de l'innovation effrénée l'ancien modèle du blog qui rendait de bons et loyaux services depuis le printemps 2005, et le résultat ne me convient pas encore tout à fait, mais l'essentiel est de n'avoir rien perdu des données figurant sur la colonne extérieure que vous aviez l'habitude de consulter. Ce sera l'occasion dans les prochaines semaines d'améliorer ce site et, pourquoi pas, d'innover aussi. Question de se mettre au goût du jour. Je ne voulais pas désorienter les fidèles de Tramezzinimag. Oublions l'incident. Pour fêter la bonne nouvelle, nous nous sommes régalés d'un risi bisi somptueux arrosé d'un Bardolino hors pair. Hauts les coeurs, reprenons notre route... Evviva Venezia ! 

..P.S. : furieux de cette mésaventure, je songe sérieusement à faire migrer Tramezzinimag vers WordPress, plus dynamique et plus fiable ! 
Le premier billet, celui de la colère : 
27 avril 2012
Fin (contrainte et forcée) 

Devant l'inanité et l'imbécilité (pour rester poli) des responsables de blogger qui décident sans nous demander notre avis des modifications qu'ils imposent à la présentation de nos blogs et devant l'impossibilité à l'heure où j'écris ce billet de trouver comment reprendre l'ancienne présentation peaufinée depuis sept ans, j'ai le regret de vous annoncer que je cesse, à regret, jusqu'à nouvel ordre toute parution sur Tramezzinimag. Tous les éléments qui composaient les colonnes permanentes de votre magazine virtuel ont été supprimées sans que je fasse une seule fausse manoeuvre et personne chez Blogger n'a encore déiagné répondre à mon appel au secours. Fatigué de cette course permanente au toujours plus et à l'innovation permanente, je préfère arrêter tant qu'on ne m'aura pas redonné mon ancien Tramezzinimag ! Cette grève durera et merci d'avance pour votre soutien à tous. Et si Tramezzinimag ne pouvait pas reprendre comme il était, merci à mes nombreux lecteurs pour leur fidélité.
Ce texte certes un peu outré a suscité à l'époque douze commentaires d'indignation et de soutien Les mêmes qu ont sgentiment réagi devant mon désarroi en juillet dernier quand Google a purement et simplement fermé mon compte et supprimé Tramezzinimag sans aucune explication ! J'enrage toujours autant bien que plus de trois mois soient passés ! Quelques semaines vénitiennes vont certainement apaiser mon courrouxMais pas ma hargne contre l'équipe Google et ses  dirigeants qui ne se pressent toujours pas pour répondre à mes sollicitationsJe ne croyais jamais connaître Big Brother en vrai et pourtant c'est exactement ça 

Commentaires

  1. Bien ! C'est par des tas de petits combats de cet acabit qu'on finira par faire basculer ce totalitarisme qui ne veut pas dire son nom Nous sommes de tout coeur avec vous Lorenzo !!!
    Ben

    RépondreSupprimer
  2. Je suis contente de savoir que je pourrai continuer à vous lire. Google a la générosité de nous laisser publier gratuitement, mais je suis d'accord avec vous, les problèmes techniques sont décourageants et on n'a pas des heures à passer devant l'écran pour tenter de les résoudre alors qu'il y a bien plus intéressant à faire dans la vie réelle. J'avais abandonné mon blog pour un problème d'images que je n'arrivais plus à importer à la dimension que je voulais et, finalement, les quelques petits regrets éprouvés n'ont guère duré. En revanche, je suis contente de pouvoir continuer à visiter les blogs que j'aime bien, comme le vôtre. Merci de votre persévérance !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires :