26 février 2006

Les quatre rustres

Comme me le faisait remarquer Civetta, "I Quattro Rusteghi", l'opéra en trois actes de Ermanno Wolf-Ferrari dont la première a été quelque peu troublée, a été écrit d'après la comédie de Carlo Goldoni par Luigi Sugana et Giuseppe Pizzolato. Parmi les quelques enregistrements de cet opéra, il n'existe à ma connaissance qu'un seul bon enregistrement, paru il y a quelques années et qui est encore au catalogue du label Gala, avec Magda Olivero, Nicola Rossi-Lemeni, Fedora Barbieri, Agostino Lazzari, le Chœur et l'Orchestre du Théâtre Municipal de Turin sous la direction d'Ettore Gracis.

Voici la notice de la pochette : "Wolf-Ferrari a une place à part dans l'opéra italien de la première moitié du 20ème siècle. Rattaché à la culture allemande par son père le peintre August Wolf, il trouva dans l'illustration musicale de la comédie vénitienne inspirée de Goldoni une veine d'inspiration féconde. I Quattro Rusteghi (Les Quatre Rustres) créé à Munich en 1906 en allemand a été enregistré au Teatro Comunale de Turin le 21 décembre 1969 dans sa version italienne cette fois-ci. Amours contrariées des enfants et vieux barbons acariâtres sont les héros de cette œuvre qui remporta un vif succès dès ses débuts. La sensibilité du compositeur et son talent d'orchestrateur s'y déploient à merveille. Son art très personnel, sans se rattacher à une école ou à un mouvement particulier, est clairement intégré à une approche musicale attentive aux courants musicaux contemporains. Écrivant subtilement pour la voix qu'il connaissait bien, il demande à ses chanteurs une grande exigence vocale non pas tant en virtuosité qu'en finesse d'interprétation. L'équipe réunie pour cette soirée turinoise frôle la perfection. Les timbres appauvris de Rossi-Lemeni et de Barbieri sont les seuls bémols à concéder à cette excellente soirée mais leur expérience et leur intelligence dramatique compensent cette faiblesse. C'est l'homogénéité qui constitue finalement la principale qualité de ce coffret. Il faut admirer en effet l'art avec lequel la grande Magda Olivero se fond dans l'ensemble sans pour autant être effacée! Comment le pourrait-elle d'ailleurs avec une telle maîtrise du legato et une telle juvénilité d'émission (trente-sept ans après ses débuts !) ? Mariella Adani non impressionnée par l'art de son aînée est la grâce même et son soupirant, Agostino Lazzari, lui donne une réplique pleine de lyrisme et sans mollesse. L'orchestre du Théâtre de Turin est tenu avec fermeté et souplesse par un Ettore Gracis attaché à garder une grande lisibilité d'écoute de la partition. Goldoni revisité par la modernité de Wolf-Ferrari est ainsi brillamment célébré".
.
Il est né et a vécu à Venise, dans une belle maison à côté de la Ca'Rezzonico, à San Barnaba. Une plaque le rappelle sur la fondamenta qui mène au musée des arts décoratifs. La maison transformée en fondation, abrite un superbe jardin ouvert depuis quelques années maintenant au public, et qui est un délicieux endroit où se rafraichir en été avant ou après la visite du musée. Avec le petit jardin de l'université, c'est un lieu toujours paisible, ombragé, où la foule des touristes ne pénètre qu'au compte-goutte. Tant mieux.
Ermanno Wolf Ferrari était vénitien par sa mère et sa naissance et bavarois par son père. C'est d'ailleurs chez les compositeurs allemands qu'il aura puisé son inspiration. Mozart l'a beaucoup marqué. Sa musique a été très en vogue jusqu'à sa mort, mais quasiment oubliée aujourd'hui. Comme Respighi, Casella ou Malipiero, il s'est toujours senti très proche du prestigieux passé musical d'Italie qu'il a essayé d'honorer dans ses oeuvres et on peut le considérer comme un des maîtres de cette brillante"génération 1880" souvent cachée par le charismatique Puccini.
posted by lorenzo at 20:18
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...