27 mars 2007

Quand Venise se contente de se souvenir d'elle-même...


"[...] où que j'aille aujourd'hui, je suis sûr d'arriver cinq minutes trop tard sur les lieux et de n'y rencontrer que la mémoire impersonnelle du désastre, le ciel et l'eau encore rejoints qui se souviennent pour un instant encore d'une ville engloutie, avant de se défaire et de s'éparpiller en pure gerbe d'espace. Comme je vais me sentir superflu, moi, seul présent au milieu de l'universelle désuétude avec un gros risque d'éclater comme ces poissons des abîmes qu'on tire à la surface, car nous sommes habitués à vivre sous une pression infinie et ces raréfactions ne nous valent rien. Il y a des jours comme ça, ici : Venise se contente de se souvenir d'elle-même et le touriste erre, désemparé, au milieu de ce cabinet fantastique dont l'eau est le principal mirage."

Jean-Paul Sartre, extrait de Venise de ma fenêtre.

25 mars 2007

TraMeZziniMag Galerie : La Venise d'Antonio Baldi

J'ai le plaisir de vous présenter dans la Galerie ce mois-ci une série de photographies de : Antonio Baldi
 

Ce jeune vénitien a l’œil acéré des grands amoureux de Venise, de la couleur et des reflets. Il possède un vrai regard et l'usage qu'il fait des techniques modernes permet au visiteur une promenade dans une Venise intimiste et authentique. Contemporaine. Une vision qui fait la part belle à la poésie et parfois à l'humour, dans la lignée de Vanni de Conti ou de Fulvio Roiter. Un jeune talent comme nous les aimons à Tramezzinimag.




































24 mars 2007

Albrecht, Leonardo et les autres

Dürer, on l'a vu, vint deux fois à Venise. Nombreux furent les artistes qui y sont venus, qui s'y sont installés et dont l’œuvre en a été changée. Léonard de Vinci travailla à Venise. on sait que le 3 mars 1500, il était chez le facteur d'orgue Lorenzo Gugnasco à qui il montra le portrait au fusain de la belle Isabelle d'Este qu'il venait de réaliser à Mantoue. Il était accompagné par son ami, le mathématicien Fra Luca Pacioli précurseur de la comptabilité moderne, qui était déjà relativement célèbre à Venise après un cours de géométrie qu'il donna dans l'église San Bartolomeo et qui attira de nombreux intellectuels de la ville. Son traité des proportions servit beaucoup à Léonard qui illustra l'édition vénitienne de ses œuvres. On a tellement de détails sur les journées de Léonard à Venise qu'on pourrait presque écrire le journal de sa vie vénitienne. Le vin bu en compagnie du Capitaine de galère Alvise Salomon, Provéditeur de San Marco qui se rendit célèbre dans la lutte contre les turcs qui expliqua à l'artiste ses théories de stratégie navale, le connétable de la République à de Ravennes Marco da Rimino, le chanoine des Sti apostoli, un certain Stefano Chigi, le juriste Antonio Frisi, garde des sceaux du doge, et le fameux Fra Giocondo archéologue et féru d'antiquités qui fut l'un des plus grands architectes civils et militaires de l'époque.

L'écrivain Diego Valeri a laissé un compte-rendu des séjours du peintre tellement détaillé qu'on croirait lire le scénario d'un film documentaire. Quelle période extraordinaire où les esprits les plus brillants du moment mettaient en commun leurs intuitions et leurs réflexions pour éclairer l'humanité. Le Sénat de Venise ne s'y trompait pas qui accueillait à bras ouverts ces jeunes savants, artistes, penseurs et philosophes qui en faisant sortir l'humanité de l'obscurantisme médiéval (cela serait à nuancer) pouvait servir les intérêts de la République.

 
C'est ce qu'exprime ce tableau représentant le célèbre moine mathématicienen train de travailler. Mystérieuse peinture dont on ne sait pas grand chose. Le jeune homme aux longs cheveux frisés et aux vêtements soignés passait pour être Léonard de Vinci au moment où les deux hommes livrèrent à l'éditeur les épreuves du fameux traité de mathématiques en même temps qu'ils donnaient des conférences révolutionnaires. Mais aujourd'hui puisqu'on est certain que l'auteur de ce tableau n'est autre que Jacopo da Barbari, le jeune homme au second plan est certainement Albrecht Dürer qui s'intéressa lui aussi aux travaux de Fra Pacioli. 
 
En revanche on s'accorde toujours pour dire que le volume en verre ou en mica au premier plan, appelé polyhèdre pour faire savant à mon tour, aurait été peint par Léonard de Vinci qui se rendit plusieurs fois dans l'atelier de Barbari. C'est d'ailleurs à Venise qu'il commença sa fameuse Sainte Anne avant de repartir pour Milan et Florence. 
 
On voit combien tout ce petit monde de la Renaissance évoluait ensemble, se stimulant par leurs travaux communs mais aussi leurs parties de plaisir. on imagine ainsi ces jeunes gens se promener en barque sur les canaux, rendre visite à leurs aînés dont ils venaient entendre l'enseignement, sachant faire les courtisans quand il le fallait parce que sans les grands, les puissants leur art, leur science, leur recherche n'étaient rien. Imaginez combien Venise devait être animée : les artistes dans leurs boutiques, les savants dans leurs salles d'étude, les imprimeurs devant leurs presses, les moines dans les bibliothèques recopiant les antiques et les riches marchands ramenant sans cesse de nouveaux documents, des pièces uniques d'archéologie, et les jeunes femmes séduites par tous ces beaux esprits qui participaient souvent aux réunions savantes et illuminaient les bals de leur rayonnante beauté.

22 mars 2007

un corps transparent d'elle...

 
Rainer Maria Rilke, sur une amie vénitienne :"C'est une âme toute vibrante dans un corps transparent d'elle, un être sensible comme une fleur et profond comme un miroir ou de loin se mire un ciel plein d'étoiles..."
 
Ce texte m'est revenu en mémoire et j'y associe depuis toujours ce beau portrait d'une jeune vénitienne inconnue peint par Dürer pendant son séjour en Italie, lorsqu'il étudiait la manière de l'atelier Bellini. On dit aujourd'hui qu'il s'agirait en fait de l'épouse du peintre. Mais là n'est pas mon propos. Je voulais seulement vous parler d'une belle exposition qui est actuellement présentée au Museo Diocesano de Venise, dans le sublime cloître de San Apollonia, jusqu'au 30 juin. Entièrement consacrée à l'oeuvre gravée du Maître de Nuremberg, le génial Albrecht Dürer dont les liens avec Venise furent très forts et se ressentent dans bon nombre de ses œuvres. Il fit à Venise deux séjours. Il existait alors dans la Sérénissime une guilde de marchands de Nuremberg qui formait une des nombreuses ramifications de la colonie allemande installée au Fondaco dei Tedeschi au Rialto. Dürer fut appelé par eux pour décorer une des chapelles de l'église San Bartolomeo qui était leur paroisse. Ce fut le polyptique de la Fête du Rosaire. Il réalisa certainement d'autres toiles pour les riches négociants allemands qui financèrent sa venue. 
En 1494, le peintre rencontra Jacopo de Barbari qui lui apprit l'art des proportions humaines et animales, notamment celles du cheval dont Dürer se servit beaucoup dans ses gravures. Ils travaillèrent ensemble, furent souvent en concurrence et on hésite beaucoup aujourd'hui dans l'attribution de la fameuse carte de Venise conservée au Musée Correr. Ne serait-elle pas de Dürer plutôt que de Barbari ?
Le travail de Dûrer sera définitivement transformé par ses séjours vénitiens. Il y travailla beaucoup la représentation des bêtes et notamment des lions et des crabes, et des "mystérieuses créatures marines", animaux réels ou mythiques très présents dans la cité des Doges. Scènes païennes ou religieuses, les gravures de Dürer sont toutes splendides, raffinées et parlantes, d'un modernisme qui n'a pas cessé d'étonner.


21 mars 2007

Les Présidentielles françaises à Venise

Les 22 avril et 6 mai 2007, le peuple français élira le Président de la République. Pour cet événement majeur de la vie démocratique française, Venise a été retenue comme bureau de vote décentralisé. Pour les français qui ont le bonheur d'être exilés en Vénétie, les bureaux du Consulat seront ouverts de 8h à 18h. Moi qui préside depuis des années un bureau de vote à Bordeaux, que ne donnerai-je pour avoir les mêmes fonctions à Venise !

Pour tous renseignements, les français de Venise sont invités à consulter le site du Quai d'Orsay : http://www.diplomatie.gouv.fr, à la rubrique "élections du Président de la République 2007", ou directement le site du Ministère de l'Intérieur : http://www.interieur.gouv.fr
.
L'adresse du Consulat (devenu hélas un simple consulat honoraire) de France à Venise : Calle del Pestrin, Castello 6140 (à proximité du Campo Santa Maria Formosa). Pour y parvenir, arrêt de vaporetto Rialto, prendre la direction de Santa Maria Formosa, puis la Calle Santa Maria Formosa en partant du Campo, la première ruelle à gauche est la Calle del Pestrin.


20 mars 2007

Etre bon vénitien...

Des amis me demandaient l'autre jour ce que veut dire cette expression que j'emploie peut-être trop souvent et avec un ostentatoire désir de faire comprendre que moi au moins je le suis. Oui, pouvoir dire avec humour : "Hé bien oui, j'en suis !", avec fierté et condescendance et faire des envieux... Être bon vénitien...
Pardonnez cette prétention qui a son origine dans ce désir bien légitime de vouloir cesser un jour d'être étranger dans le lieu où on a trouvé son âme et qui compte plus que tout autre endroit au monde. Mais bien évidemment je plaisante, je vais et viens à Venise le plus souvent, je parle (mal) le dialecte, j'ai passé plus de cinq ans d'affilée dans ces lieux et j'y vis davantage en autochtone qu'en visiteur certes, mais je demeure à jamais un étranger. Vous savez, dans le sens de ce mot que l'on voit affiché dans les zones frontières de l'Empire britannique où, à côté des couloirs réservés aux sujets de Sa Gracieuse Majesté, il y a toujours le couloir pour les autres, dénommés "aliens".
 
Je demeure comme bon nombre de mes petits camarades fous de Venise un alien pour les vénitiens. J'y ai là-bas de nombreux amis, de tous âges et de tous milieux, les commerçants du quartier où je vis me connaissent, je possède ma Carta Venezia, la fantasque Graziella, notre femme de ménage, me raconte les potins et je ne peux faire un pas sans croiser quelqu'un que je connais - ailleurs ce serait un enfer, le comble de l'ennui, ici c'est un délice - mais je ne fais jamais que passer même quand je reste et c'est le désespoir de ma vie. J'attends avec impatience qu'il me soit donné de pouvoir enfin poser mon sac et déballer tout ce que j'ai dans cette maison de Dorsoduro où je me sens si bien. Mais le quotidien me retient en France et je me contente d'aller et venir le plus souvent qu'il m'est donné de pouvoir le faire.
Mais bon cessons cette petite crise de mélancolie. L'air "the fields of Althenry" interprété par James Galway que j'écoute en rédigeant ces notes y est pour quelque chose certainement. Le largo du concerto n°12 d'Antonio Vivaldi (La Cetra) lui succède. Décidément la radio ce soir m'enveloppe de nostalgie. Je disais donc que ce n'était pas le but de ces lignes. Je devais vous parler de l'état de bon vénitien. Une charmante américaine qui vit à Venise sur le grand canal écrivait il y a quelques temps ses conseils aux visiteurs dans une revue yankee. Elle reprenait ce que nous apprenons tous après quelques semaines de vie vénitienne.
Être bon vénitien, c'est d'abord faire comme les vénitiens. "Imaginez que vous êtes une voiture et que les calli sont des routes, vous respecterez mieux ainsi les usages" expliquait-elle. Un peu ridiculement américain à priori mais à la réflexion sa manière de présenter les choses n'est pas idiote. Ses conseils finalement méritent d'être repris :

1. Restez à droite quand vous marchez (même si vous êtes anglais) et de grâce, dépassez les personnes plus lentes par la gauche seulement.
2. Ne vous asseyez jamais sur les marches des ponts, encore moins au milieu de la rue, quelque soient les circonstances. Une personne assise sur sur un pont peut occasionner des embouteillages incroyables en quelques minutes. Si, si, c'est vrai je vous l'assure !
3. Avant de vous arrêter, regardez des deux côtés et puis derrière et devant vous et assurez-vous qu'il n'y a personne. Si vous vous arrêtez d'un coup comme on pile en voiture, vous pouvez être certain que quelqu'un va vous rentrer dedans. Comme en voiture.
4. Pensez vos déplacements en terme de "campi". Déplacez-vous de campi en campi, pas de rues en rues. Quand vous arrivez sur un campo, là vous pouvez vous arrêter et chercher à repérer où vous êtes, vous asseoir, prendre un café, un spritz. Vous relaxer. Un campo est une ère de repos et le meilleur endroit pour observer la vie vénitienne.
Voilà, rassemblons tout cela : vous marchez dans les rues, en restant bien à droite. Si une vitrine attire votre attention, arrêtez vous doucement, vérifiant si quelqu'un vous suit de ne pas l'empêcher d'avancer en vous déplaçant le plus à droite possible. Il comprendra que vous vous arrêtez. N'hésitez pas dans vos mouvements surtout quand c'est l'heure de pointe et que bien des gens qui vont dans les rues sont pressés. 
Quand vous reprenez votre chemin, reprenez calmement votre place dans la foule, sans gêner personne. Vous voilà sur un campo. Vous découvrez une terrasse agréable, commandez-donc une boisson, profitez-en pour sortir votre plan et repérez où vous vous trouvez. C'est une sorte de ballet merveilleux et vous deviendrez vite danseur étoile !
Lorsqu'il pleut, les choses se compliquent surtout dans les ruelles étroites. Pourtant, jamais un seul accrochage de parapluie avec les vénitiens. L'usage veut que les hommes, les personnes les plus jeunes (et les plus pressés) lèvent haut et droit leur parapluie afin d'éviter aux dames de se mouiller. Automatiquement la personne en face baisse ostensiblement le sien de côté, de façon à se protéger de la pluie tout en évitant de cogner la personne qu'on croise. Convention tacite hélas rarement respectée par les touristes. Ai-je été clair avec mes histoires d'umbrella ?

Autre conseil de notre américaine - qui refuse de donner ses adresse de restaurant "because some things must be kept secret" - quand elle explique que, vers 19 heures, comme les vénitiens être bon vénitien consiste à boire un spritz con bitter, a l'aperol ou al select, et elle recommande le Zanibar de Sta Maria Formosa, The Bar sur le campo San Silvestro. Il y en a des dizaines d'autres. 


Mais rendons la parole à Henry de Régnier, l'inventeur de la formule. Il s'agit d'un extrait de l'Altana ou la vie vénitienne :
[...] "A être ainsi reconnu [par un petit bossu que l'auteur croise souvent le salue chaque jour], je me suis senti moins étranger et moins intrus à Venise et j'en ai tiré une vive satisfaction car depuis mon arrivée j'étais poursuivi par une préoccupation que je dois vous avouer.
Oui maintenant que je suis à Venise à l'hôtel, j'ai peur de prendre "l'esprit touriste", de perdre la charmante et sage façon d'y vivre que j'ai apprise de vous, d'être moins ce que vous appelez "bon vénitien" (page 111)... Les principes qui forment le catéchisme du bon vénitien : le point essentiel et le précepte fondamental en est de vivre à Venise comme on vivrait partout ailleurs, d'y rester soi-même et de ne pas s'y faire une âme factice. Si vous aimez voir des églises, visitez des églises, si vous aimez voir des tableaux, regardez des tableaux, mais ne vous y croyez pas obligé. Venise n'oblige à rien, pas plus à se grimer en romantique qu'à se déguiser en esthète. Si vous aimez contempler les couchers de soleil ou les clairs de lune, ils sont à votre disposition, mais ils peuvent fort bien se passer de vous. Si vous préférez flâner devant les boutiques, donnez-vous en le plaisir, si vous préférez visiter les antiquaires, visitez-les. Aimez-vous le café ? Asseyez-vous aux petites tables du Florian ou du Quadri. Avez-vous envie d'écrire ? Enfermez-vous dans votre chambre. Ne posez pas devant vous-même, un pigeon sur chaque bras. Marcher vous plaît, ne prenez pas de gondole. Ne sacrifiez pas vos aises et vos goûts au souci de la couleur locale... Venise ne s'impose pas, elle se prête. Contentez-vous d'être heureux des beautés qu'elle vous propose... Venise vous offre l'occasion de vous laisser aller à toutes vos fantaisies d'esprit et de cœur. Elle est un repos, un détachement momentané de ce qui nous occupe d'ordinaire. Elle est propre à certaines heures de rêverie tendre ou mélancolique. Accueillez- les si elles se présentent à vous. Elle vous permet d'oublier que vous vivez à l'époque des chemins de fer et des tramways mais elle n'est pas seulement une ville d'art et du passé, elle a aussi sa vie actuelle et quotidienne où se superposent de l'hier et de l’aujourd’hui, et ce mélange est un de ses charmes. Elle continue humblement sa glorieuse destinée. Elle n'est pas toute aux touristes, et sa vie populaire est charmante à observer... Vous n'êtes pas sou la conduite de Cook ou la domination de Baedecker*. Obéissez à votre fantaisie, au libre cours de vos pensées, à vos goûts. Recueillez docilement les impressions de beauté que vous éprouvez et n'en tirez pas vanité. Vous n'êtes ni le premier ni le dernier à les ressentir. Être à Venise ne constitue pas un fait extraordinaire. Cent cinquante mille êtres humains jouissent continuellement de ce privilège, sans compter les chevaux de Saint Marc, les pigeons, les chiens et les chats. (p.116)

 



.
(*) pour ceux qui l'ignorent le Baedecker a été tout au long du XIXe et jusqu'aux années 30 le guide touristique par excellence. Chaque voyageur digne de ce nom se devait de l'emporter avec lui. Cool était l'agence de voyage par excellence qui organisait non seulement els trajets mais aussi les séjours, récupérait le courrier et faisait toutes les démarches nécessaires pour rendre la vie le plus facile possible au voyageur.

Caché dans un coin, un peintre près de la Salute peignait un chat endormi sur le pont de la badia San Gregorio


Et le chat (que nous ne montrons pas pour respecter son anonymat) qui posait pour le peintre caché, faisait semblant de dormir. il fallait bien satisfaire l'artiste et ne pas bouger pour que l'aquarelle soit réussie et le minois du minet à jamais immortalisé...

19 mars 2007

Une paix bleue


Une paix bleue règne sur un monde endormi. 
Les barques reflètent leur silence sur l'eau verte des rii.
Un pont rose enjambe une eau tranquille et amie.
Il attend le pas qui réveillera cet univers assoupi. 
Une paix bleue règne sur un monde endormi...

Sur l'air "Mean to me" par les Dorsey brothers, enregistré le 15/03/1929, New York, Okeh Productions.

Connaissez-vous Antonio Baldi ?


Antonio Baldi est un jeune photographe totalement pénétré de la lumière et de la magie de Venise au quotidien. J'aime particulièrement son regard. Simple, acéré, vigilant. J'y retrouve la Venise que j'aime, celle de tous les jours et des jours d'exception, celle des vénitiens, où le passé se mêle au quotidien d'aujourd'hui, sans complexe, sans nostalgie ni mépris pour les temps modernes comme le font trop de photographes mélancolico-maniaques qui voudraient figer la Sérénissime dans un sommeil de sanctuaire.
Vénitien de naissance et de cœur, il est le fils d'Emilio Baldi, le brillant et sympathique propriétaire de l'Antico Martini, le célèbre restaurant du campo San Fantin, près de la Fenice, dont il a réalisé la plaquette commerciale. Mais ce n'est pas seulement le fils de son père. Il possède un vrai regard et toutes les qualités d'un authentique artiste.

Tramezzinimag Galerie vous présentera prochainement une exposition virtuelle des meilleurs clichés consacrés à Venise extraits du portfolio de ce photographe.

18 mars 2007

COUPS DE CŒUR N°11

Brescianello, Concerti, Sinfonie & Ouverture
par La Cetra Barockorchester Basel
David Plantier & David Luks
Harmonia Mundi. 2006.
Les temps modernes ont redécouvert Vivaldi, Telemann. Les enregistrements de ces cinquante dernières anénes ont permis de se familiariser avec une musqiue de qualité, parfois légère souvent profonde que nos ancêtres aimaient et que le XIXe siècle comme un rouleau-compresseru avait étouffé, éludé et voué à un purgatoire bien peu mérité. Giuseppe Antonio Brescianello, compositeur d'origine vénitienne dont on connait peu de choses fait partie de ces innombrables découvertes qui jalonnent l'histoire de la musique enregistrée tout au long de la seconde moitié du XXe siècle. S'il avait laissé un catalogue plus abondant, ce qui jusqu'à présent ne semble pas se vérifier, Brescianello aurait pu partager la réputation de ses illustres contemporains. Ce superbe disque le prouve avec les Concerti et symphonies ont tout pour susciter l'intérêt. Sa carrière se déroula principalement en Allemagne. Comme Telemann ou même Jean-Sébastien Bach, mais avec moins de génie que ce dernier, Brescianello se pose en connaisseur éclairé des principaux styles musicaux européens au début du dix-huitième siècle. Avec une rare subtilité, il opère une synthèse particulièrement heureuse entre la gravité de l'ouverture à la française et la volubilité du style concertant italien. De plus, il joue avec un talent réel des timbres instrumentaux. Je vous recommande sa "Sinfonie pour deux violons" mais aussi son "Concerto pour violon et hautbois", son "Ouverture pour deux hautbois et deux violons". Des pièces incroyablement belels qui font de cet enregistrement un des meilleurs disques de musique baroque de ces dernières années ! L'imposante "Chaconne en la Majeur" qui clôt le programme, justifie à elle seule l'acquisition de ce disque. L'interprétation très sensible de cet ensemble instrumental et les impulsions données par les deux chefs sont pour beaucoup dans cette réussite : timbres très équilibrés, clarté, justes tempi, et une très bonne prise de son comme Harmonia Mundi sait en offrir... Un très beau disque tout en harmonie avec les plaisirs, les éclats lumineux et les promesses de détente de ce printemps naissant...
Giuliano Carmignola,
Late Vivaldi concertos (2e vol.)
Venice Chamber Orchestra dirigé par Andrea Marcon.
Un autre disque splendide qui nous fait découvrir les derniers concertos du Prêtre roux magnifiquement interprétés par Carmignola le magicien et son violon baroque. Un délice que je viens de découvrir. L'Orchestre baroque de Venise semble s'envoler sous la baguette de son chef Andrea Marcon, vénitien pure souche, et l'archet du fantasque violoniste Giuliano Carmignola nous fait découvrir un Antonio Vivaldi d'une grande exubérance et d'une virtuosité dont on ne revient jamais, écoute après écoute. Ce disque présente comme le premier volume, des œuvres qui n'avaient jamais été enregistréeset qui viennent se rajouter à l'immense discographie consacrée au compositeur. Ici, tout est folie et perfection, des fougueux allegros aux émouvants largos. C'est joué avec la verve et le même dramatisme que si on était à l'opéra à rire, rager, souffrir, chanter et pleurer. C'est baroque dans son essence, italien dans l'expression. Flamboyant! "Ceux qui ne goûtent guère au style d'interprétation baroque aiment en général le jeu du violoniste Giuliano Carmignola. C'est que celui-ci, sans jamais déroger aux règles et principes baroques, sait tenir en haleine, comme nul autre, grâce à son tempérament de feu, à la capacité inouïe à faire virevolter son archet et à la dimension pyrotechnique dont il pare sa main gauche. En choisissant quelques-uns des derniers opus écrits par Vivaldi pour le violon, Carmignola signe là un grand disque. Un Vivaldi haut en couleur, que l'on suit à la trace, sans signes de relâchement." (Pierre Guillaume)

Amable de Fournoux,
Napoléon et venise, l'Aigle et le lion.
Editions de Fallois, Paris.
Ceux qui sont viennet souvent lire Tramezzinimag savent combien peu d'estime j'ai pour ce corse certainement brillant stratège et officier de qualité mais qui n'est à mes yeux qu'un usurpateur, un dictateur ridicule, une sorte de Bokasa Ier avant la lettre. Il a été le fossoyeur de la Venise de mes ancêtres. Comment pourrais-je l'apprécier, cet infâme gênois ? Voici un ouvrage qui éclaire cette sombre période de l'histoire de la Sérénissime et qui explique son déclin et ce qu'elle est aujourd'hui. Il raconte (pour la première fois d'un bout à l'autre, c'est-à-dire de 1796 à 1814), l'histoire des relations entre le conquérant le plus célèbre de toute l'histoire moderne et la ville la plus célébrée de toutes les littératures. La fin tragique de la République Sérénissime, étranglée en quelques semaines par l'intrépide et implacable général Buonaparte, vendue sans vergogne par le-même quelques mois plus tard aux Autrichiens, quand les jeunes vénitiens voyaient en lui un héros moderne et que les mères commençaient à choisir son prénom pour baptiser leurs enfants, reprise ensuite après Austerlitz, devenue simple chef-lieu de département, dans un improbable "royaume d'Italie", et enfin libérée à l'abdication de l'empereur en 1814, mais à jamais rompue, brisée, mourante, vouée seulement aux artistes et aux touristes.

Le goût de Venise
Mercure de France, 2005
Le petit mercure est une jolie petite collection, projet original du Mercure de France, qui semble ne pas encore avoir trouvé la renommé qu'elle mérite. Depuis quelques années cette drôle de collection fait les délices de ceux qui aiment vagabonder, au gré des livraisons, ceux qui fréquentent les rivières, dont on sait, plus loin, qu'elles font ou feront fleuve. Thèmes originaux s'il en est : le chocolat, le thé, le vin, les jardins et les villes... Le joli petit volume consacré à Venise, ville aux mythes vivants pour laquelle vibrent depuis toujours de nombreux écrivains, est assez réussi. Même profil que les autres anthologies de la collection : une présentation générale, un choix de textes littéraires légèrement commentés, suivis d'un petit lexique et d'un guide pratique minimal. On y retrouve ou on découvre enfin, les écrivains qui marquent l'imaginaire de Venise. Pour enflammer le souvenir des uns, préparer le voyage des autres, faire rêver ceux qui préfèrent les voyages immobiles. Un choix original quoique relativement hétérogène puisqu'on passe du délicieux Patrick Mauriès à Patricia Highsmith, via Carlo Gozzi, Marcel Proust, Paul Morand, Philippe Sollers bien sûr et plein d'autres. "Le lecteur-voyageur découvrira ici quelques-unes des faces les plus cachées, et les plus séduisantes, de la Sérénissime. Pour ceux qui souhaitent déguster sur place le goût de Venise, un petit guide pratique en fin de volume renferme les principales informations utiles à la réussite de leur voyage".
.
Ristorante Villa 600'
Fdm. Borgognoni n° 12, Torcello
Tel/Fax 041 52.722.54
Mobile 349.8121078
Quand j'étais étudiant à Venise, nous allions souvent en barque à Torcello pour réviser nos cours et paresser au soleil dans les prés, dès qu'il se remettait à faire beau. parfois, nous restions tard et à la nuit tombée, nous finissions immuablement dans une sorte de taverne hors du temps, la "villa 600". Le bâtiment un peud écati était en fait une auberge avec quelques chambres et une grande salle au rez de chaussée. On y pénétrait après avoir traversé un jardin en friche, avec un potager et un poulailler. Un feu brûlait dans la cheminée. l'ambiance était très familiale, comme dans ces pensions de famille éloignées des routes où personne jamais ne vient en dehors des voisins et des habitués. On y mangeait fort bien et pour presque rien. J'y ai même dormi à plusieurs reprises. Quel régal que de se réviller le matin face à la lagune, avec cette odeur de campagne qu'on oublie vite à Venise, faite d'herbe coupée, de terre humide et du parfum des arbres. Ma chambre avait un grand lit de fer et les draps étaient en lin. Les tuyaux de la salle de bain grinçaient mais l'ensemble était propre. Entendre un coq chanter, des oiseaux gazouiller et se dire qu'on a dormi dans l'île où vécurent nos ancêtres, les premiers vénitiens, je vous assure que c'est quelque chose. L'auberge est devenu un restaurant réputé mais les propriétaires ont su garder le caractère traditionnel de l'établissement et les prix restent raisonnables. Vous ne pourrez plus y dormir mais l'étape vaut le déplacement. Moins cher que la Locanda Cipriani et bien plus authentique que les deux établissement que vous rencontrerez en débarquant du vaporetto.
Je vous conseille de prendre le bateau sur les Schiavoni (départ tous les 15 et 45 de chaque heure) qui est direct ou si vou voulez flâner, prenez la ligne qui va à Burano et après avoir visité le village, un autre vaporetto vous conduira à Torcello. Il y a aussi en face de Sta Maria Assunta, la maison-magasin de Piccoli Emmer, célèbre antiquaire qui est parfois ouvert. On y trouve de belles choses quoique la plupart du temps inabordables. Promenez-vous derrière la basilique, asseyez-vous au bord de l'eau, regardez les pêcheurs puis allez déjeuner (il vaut mieux réserver en arrivant ou mieux, avant de venir).

17 mars 2007

17 mars 2007 Clichés d'un quotidien ordinaire dans un monde magique (2)

Quelques images de Venise et de vénitiens au quotidien pour ne pas oublier qu'on vit à Venise comme n'importe où ailleurs. Seulement ici, l'ordinaire, la banalité des jours se déroulent dans un décor unique ; un univers de beauté mais aussi de sérénité impensables ailleurs dans les autres villes du monde moderne. Cette ville où "les lions volent et où les pigeons marchent"... 


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...