06 janvier 2007

Ida Barbarigo chez Fortuny

I Terrestri, exposition des derniers travaux de l'artiste au Palais Fortuny depuis le mois de septembre et jusqu'à la mi-décembre. 200 travaux réalisés la plupart dans son atelier de Venise, sont présentés au public. Une sorte d'allégorie du parcours artistique et humain de l'artiste.

Cette grande dame, grande artiste, compagne de Zoran Music, chez qui François Mitterrand logeait (au Palazzo Balbi-Valier), lorsqu'il venait à Venise, a présenté sur les cimaises du Palais Fortuny un travail magnifique, très parlant, sorte de synthèse de l’œuvre qu'elle peaufine depuis de nombreuses années. Il est difficile de parler d'un artiste et de son travail quand on n'a pas sous les yeux sa création. Je ne suis pas un spécialiste de l'art contemporain. Le travail chez Graziussi, la fréquentation de nombreuses biennales à Venise, des expositions à Bâle, à Paris, puis les leçons de vie et d'art de Bobbo Ferruzzi m'ont aidé à comprendre que le meilleur œil est celui qui se fait humble et sensible. Sensible à ce que le cœur peut ressentir de ce qu'il nous est donné de voir. peu importent les liens, les écoles, les idées. Il me semble que c'est d'émotion dont il s'agit.

J'ai découvert l’œuvre d'Ida Barbarigo quand je travaillais à la galerie de Giuliano Graziussi, a San Fantin, en face de la Fenice. C'est Arbit Blatas qui me montra un jour des gravures qu'elle avait publié. J'appris qu'elle était la fille de Guido Cadorin, professeur à l'Accademia (l’École des Beaux Arts de Venise), mais avant tout peintre et poète. Sa mère aussi était peintre. Extraordinaire lignée que cette famille Cadorin : des peintres, des sculpteurs, des architectes, des écrivains...

Ida Barbarigo a d'ailleurs étudié l'architecture avec un de ses oncles, Brenno del Giudice, mais elle préféra vite le dessin puis la gravure. A Paris, puis de nouveau à Venise, elle a énormément travaillé, restant cependant toujours à distance des courants modernes ou plutôt "à la mode" n'avait pas un grand succès. Elle est cependant toujours restée fidèle à sa vision de la réalité et son travail est aujourd'hui reconnu dans le monde entier. Elle a épousé Zoran Music en 49 je crois. Installé à Venise (il logeait au début sous les combles du Conservatoire Marcello), il devint l'assistant de son père.


Mais revenons à son travail présenté jusqu'à ces derniers jours à Ca'Fortuny. 200 toiles récentes (réalisées entre 2003 et 2006) consacrées toutes à la représentation matérielle de l'énergie de vivre qui caractérise l'être humain jusqu'à son dernier souffle. La décoration due à Daniela Ferretti tentait de reconstituer l'atmosphère de l'extraordinaire atelier de l'artiste : des structures polygones ouvrant et fermant l'espace en même temps permettent de voir les toiles comme sur la cimaise d'un atelier afin d'induire un contact émotionnel avec le visiteur, celui-là même qui vous prend lorsque vous pouvez toucher, tenir une toile qui vous plait chez vous ou chez l'artiste. Ces travaux récents montrent une humanité pleine de vie, qui bouge, hésite, tombe, se redresse, avance, recule, s'arrête, fuit, mais de qui toujours émane une vitalité "organique", induite, absolue et nécessaire.

A cette présentation des "terrestres" s'ajoutait un parcours didactique qui voulait reconstituer le cheminement artistique du peintre de 1962 à 1997 (avec le magnifique "Saturne") par une sélection de dix toiles toutes rassemblées sur un mur entier de la salle d'exposition.

Très beau catalogue publié chez Marsilio avec des textes de Giandomenico Romanelli (le directeur des musées de Venise), Jean Clair (ancien directeur du musée Picasso à Paris et qui vient de publier un roboratif "journal atrabilaire").


Ida Barbarigo
I Terrestri
2004
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...