28 février 2007

Aqua alta : Venise fait le choix de passerelles synthétiques mais pourtant "biocompatibles"...

Tout ceux qui ont été à Venise lorsque les hautes hautes s'emparent de la plupart des places et des rues de la ville, confirmeront qu'il n'est pas facile d'utiliser les passerelles actuelles faites de simples planches de bois, lourdes et épaisses, juchées sur des tréteaux métalliques, glissantes, brinquebalantes, elles sont d'un usage assez limité et pourrissent vite. La ville a demandé il y a un certain temps à un organisme de recherche travaillant depuis sa création sur les techniques de pointe pour la protection de l'environnement, du patrimpoine et de l'habitat, le Consorzio Venezia Ricerche, dirigé par paolo Canestrelli, de mettre au point une passerelle fiable et révolutionnaire. Le résultat des recherches était présenté à la presse et au public lundi dernier par le maire. Fabriquées en moplen, un matériau plastique à haute concentration de molécules conçu à base de farine de bois et de polypropylène, il offre une surface parfaitement lisse, dépourvue de trous ou d'irrégularités et une solidité à toutes épreuves. C'est cependant du plastique et pourtant présenté comme "ecocompatible" (est-ce que cela veut vraiment dire quelque chose ?). 
 
A titre expérimental, ces passerelles d'un troisième type seront installées près de la Ca'Farsetti (la mairie). Matériau plus dense mais aussi plus léger donc plus facile à transporter. Un seul inconvénient tout de même, elles restent faites de plastique même si les composants d'origine végétale sont majoritaires. Est ce vraiment écologique ? L'est-ce en tout cas davantage que les planches utilisée aujourd'hui ? Les mauvaises langues continuent de jaser en prétendant que la modernité là-aussi cache une incapacité certaine à résoudre les vrais problèmes de la ville. On verra sûrement un jour prochain débarquer des palli en plastiques imitant parfaitement le bois. Comme disait un Philippe Meyer tous les matins sur les ondes de France-Inter "Nous vivons une époque moderne !" 
Décidément toutes les innovations soutenues par l'équipe municipale de Massimo Cacciari sont systématiquement critiquées et toujours décodées comme n'étant que de simples effets de manche. Chi lo sa ?

Vaste polémique à Venise : les adeptes du silence contre la jeunesse trop bruyante, dispute autour du campo Santa Margherita…

Le campo Santa Margherita, l’une des plus pittoresques places de Venise. A deux pas de l’université, entouré d’écoles et de lycées, il est situé dans une zone encore très peuplée. La population du quartier reste assez diversifiée et sur le campo se croisent étudiants et retraités, pêcheurs et fonctionnaires, aristocrates et ouvriers. C’est un lieu très vivant avec son marché où se côtoient poissonniers et marchands de légumes, fleuristes et camelots. De nombreux cafés s’y sont installés au fur et à mesure des années, remplaçant peu à peu les commerces traditionnels. Longtemps, un manège animait les après-midis sans école des enfants du quartier. Peu de touristes qui le plus souvent ne font que passer pour retourner à la gare où visiter les monuments des environs. 
C’est à cet endroit charmant dont je vous parle souvent (notre maison est à deux pas) que vient de naître une polémique qui oppose deux communautés apparemment incapables de se comprendre. Les riverains, le plus souvent des gens d’un certain âge et quelques familles avec des enfants d’un côté et les jeunes vénitiens de l’autre, étudiants et lycéens, mais aussi jeunes travailleurs qui aiment à se retrouver la nuit sur le campo où les bars sont agréables, la musique de qualité et les horaires de fermeture les plus souples de tout Venise. C’est ainsi que toutes les fins de semaine il y a foule jusqu’à deux heures du matin (heure obligatoire de la fermeture selon l'arrêté municipal) mais souvent bien plus tard. 
Joyeux, souvent bien éméchés, les jeunes ont pris depuis longtemps l’habitude de rester sur le campo bien après la fermeture des bars. Ils parlent fort, certains font de la musique ; ils rient… Et les riverains ne peuvent plus dormir. Certains s’en sont plaints à tel point que les autorités sont intervenues. Les médias aussi, faisant naître la polémique : faut-il sanctuariser Venise en interdisant la vie nocturne – ce fut longtemps le cas – et exiler les jeunes ailleurs, quitte à dévitaliser davantage la ville où bien doit-on laisser certains lieux entre les mains des jeunes et des noctambules ? "Venise musée vaut mieux que Venise Las Vegas" crient les ennemis du bruit. "Empêcher les jeunes de s’amuser, c’est détruire l’oxygène de la ville" disent les autres …

En attendant, l’ancien propriétaire du Salus Bar (situé sur la calle larga qui va de San Barnaba au campo Santa Margherita), Franco Bernardi, vénitien de Valdobbiadene, vient d’ouvrir une nouvelle osteria, en plein sur le campo, près de la banque, à l’emplacement d’une ancienne boucherie et qu’il a baptisé l’ostaria alla Bifora, car en faisant les travaux de rénovation notre ardent cabaretier a retrouvé les arches d’origine du local. Ouvert depuis quelques jours seulement, il attire déjà les anciens habitués du quartier que le bruit des groupes de rock appréciés des jeunes, a fait fuir vers le Rialto. Il espère les faire revenir et contribuer ainsi à recréer un équilibre sur le campo. Cette osteria traditionnelle s’adresse donc à une génération plus posée, moins bruyante et économiquement plus à l’aise. Inutile de préciser que les tarifs pratiqués ne seront pas ceux du Margaret Duchamp ou du Bar Rosso… Un moyen comme un autre de lutter contre le bruit après tout…
Le campo Santa Margherita, pendant la journée est un lieu merveilleux. Comme dans d’autres places des quartiers de Venise, on y retrouve toutes les générations. Comme sur une place de village. Les commerçants n’ont pas encore cédé leur place aux boutiques à touristes et le soir, au moment de l’apéritif, la passeggiata demeure une des plus rafraîchissantes de Venise. C’est après que tout se complique, plus tard le soir, la nuit aussi. Mais, gageons qu’avec un peu de doigté, le sens de la mesure et quelques spritz, les différentes factions trouveront un accord pour que tous continuent de vivre ensemble, harmonieusement, sans jamais avoir besoin de reprendre la tradition du combat entre Nicolotti et castellani (*), qui tous les ans se retrouvaient sur le pont des Pugni, à San Barnaba, pour une sacrée castagne immortalisée par de nombreux peintres.
__________________
(*) : voilà ce que l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert disait au XVIIIe siècle de ces NICOLOTTI & CASTELLANI, (in Histoire de Venise) : "Ce sont deux partis opposés parmi le peuple de Venise, qui tirent leurs noms de deux églises de cette ville; ils forment deux espèces de factions, qui en viennent quelquefois aux mains; mais le conseil des dix ne tolère ces deux partis, qu'autant qu'il n'y a point de sang répandu dans leur querelle. Cette république aristocratique pourroit sans doute éteindre peu - à - peu l'animosité populaire des deux factions, mais elle aime mieux la laisser subsister, dans la crainte que ces deux partis ne se réunissent, pour tramer quelque complot contre le sénat, ou contre la noblesse". (D.J.)

Le label Venise ne parle pas français


Le label Venise lancé à grand renfort de publicité est décliné de différentes manières, couleurs et formats. Un magnifique vademecum à été édité avec une couverture orange très Hermès. Cependant, vous remarquerez qu'avec l'italien, seul l'anglais a été retenu. Et nous autres français, dont la langue fut autrefois avec le latin, le plus parlé dans l'ensemble du monde civilisé, langue de la culture, de la diplomatie et de l'art, nous devons renfiler notre orgueil et parler cette langue anglaise qui prend le pas sur toutes les autres. Et nos amis hispaniques, allemands, les scandinaves, les slaves ?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...