01 juillet 2007

Les Brèves de TraMeZziniMag

Un numerus clausus pour l’entrée à Venise.

Cela a déjà fait couler beaucoup d’encre mais nécessité fait loi à Venise peut-être davantage qu’ailleurs : dans quelques jours les autorités municipales vont tester la politique du numerus clausus à l’entrée de la cité. Le maire, les différents assesseurs, la police et les syndicats de bateliers, de gondoliers et les hôteliers-restaurateurs se sont apparemment mis d’accord. Tous conviennent que le flux de plus en plus important de touristes – surtout pendulaire – déséquilibre la vie de la cité et devient un réel problème écologico-économique. Difficile d’imaginer que l’on ne puisse se rendre à Venise que sur rendez-vous et après des longues mois d’attente. A ce sujet mais concernant un autre haut-lieu touristique, lisez l'article dans Impasse Sud (cliquez sur le lien).

Les femmes à l’assaut de la corporation des gondoliers.

On savait que la pétulante allemande de Birkenfeld, Alexandra Hai voudrait absolument devenir gondolier (gondolière ?) en recevant l'absolution du syndicat des gondoliers. Résidant depuis une dizaine d'années à Venise, elle a seulement l'autorisation de promener les touristes de l'hôtel pour qui elle travaille et les télévisions du monde entier se sont intéressés à sa tentative. La confrérie vieille de plus de 1000 ans ne voit pas cet accroc à la tradition d'un très bon œil. Les 425 gondoliers officiels (il y a malheureusement quelques clandestins depuis toujours : souvenez vous le gondolier du Professeur Ashenbach dans Mort à Venise…) maintiennent leur position : pour être gondolier, il faut être vénitien et être de sexe masculin… Mais les lois modernes, l’Europe, l’idée de progrès et la hantise de la ségrégation et du sexisme voudraient avoir raison des traditions et des usages : Il y a maintenant deux autres jeunes femmes candidates, Alessandra Taddeo et Giorgia Boscolo, (fille du peintre Dante Boscolo et jeune maman de deux enfants), vénitiennes de pure souche celles-là. Toutes les trois ont tenté les épreuves d’admission à la profession, très règlementée. Parmi les 130 candidats inscrits, le jury a tranché : en dépit d'un excellent niveau, aucun des trois jeunes femmes n'a obtenu le nombre suffisant de points. Sur les 126 participants, seuls les 40 premiers étaient admissibles. Les trois dames se sont classées respectivement 53e, 77e et 43e. Pour les amateurs de détails, signalons que le major de la promotion 2007, Sebastiano della Toffola, 20 ans, a totalisé 10 points (le maximum). Avec les 39 autres lauréats, il va intégrer la très rigoureuse "scuola di mestiere- arte del gondoliere". 16 d'entre eux sont fils de gondoliers... Ils sont tous d'autentiques vénitiens, hormis le jeune Andrea Vianello (18 ans) natif de Mirano. 40 heures de leçons de gondole de promenade, 360 heures de pratique sur le traghetto, 150 heures d'étude théorique (droit de la navigation, langues, toponymie vénitienne). Des têtes bien pleines dans des corps bien faits !

Les livreurs excédés par le trafic touristique.

Est-ce pour préparer l’opinion au Numerus Clausus et aux modifications qui s’imposent de plus en plus lourdement chaque jour, mais les syndicats vénitiens sont au bord de la crise après l’incident – un de plus – survenu hier au Rialto. Ils réclament la mise en place d’un réseau de circulation des marchandises protégé afin d’éviter que les livraisons soient en permanence bloquées ou retardées avec les conséquences que cela entraîne pour l’approvisionnement et le commerce. Le responsable : le trafic que provoquent les hordes de touristes, nécessitant chaque jour davantage de vaporetti, occasionnant des retards énormes et des pannes de plus en plus fréquentes. L’incident de samedi aurait fait rire autrefois : un bateau est resté encastré plusieurs heures sous le pont du Rialto, il avait dû s’écarter pour faire place à un vaporetto en retard et très lourdement chargé qui lui-même manœuvrait difficilement pour éviter un "train" de gondoles remplies de japonais.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...