02 octobre 2007

News : De nouveaux numéros en 2008 pour les vaporetti


© Photographie Yves Phelippot. Tous droits réservés.

Dès janvier, c'est la révolution à l'ACTV, les lignes de vaporetti et de motoscafi changent de numéros. Pour se mettre à la page, les lignes vont être renumérotées comme le font peu à peu chaque grande ville. Comme Venise a terriblement peur de n'être qu'une petite provinciale endormie, elle reprend à son compte les innovations des capitales européennes. Finis donc les 82, 61, 51, 62 et tutti quanti ! C'est vrai qu'il était curieux de n'avoir pas de ligne 2 et de passer allègrement du 5 au 82. En fait par exemple le 82 n'est que le regroupement de l'ancienne ligne 8 et de la 2... Il fallait y penser. 
Dans quelques mois donc, les lignes iront de 1 à 12 en se suivant comme la logique des chiffres le veut. C'est le début de grandes modifications au sein de la société des transports publics de Venise. De nouveaux pontons vont être installés, plus pratiques et puis cette fameuse discrimation positive entre les accès réservés aux touristes et ceux pour les riverains (personne n'a encore tranché sur la meilleure méthode), les panneaux affichés en plusieurs langues vont être traduits en italien ce qui a souvent été omis (...), et les abords des arrêts seront mieux indiqués avec des panneaux semblables à ceux qu'on trouve devant les bouches de métro (plans de la ville et du réseau des transports et plans du quartier). On attend aussi la décision de l'ACTV de remplacer peu à peu les anciens modèles de vaporetto par des engins non polluants dont les hélices ne produiront que peu de ces remous tellement néfastes aux fondations de la cité. Mais rien n'est simple dans la Sérénissime d'aujourd'hui. 
Nous en reparlerons.


4 commentaires:

condorcet a dit…
Mon cher Lorenzo,
Quelle que soit la méthode de ségrégation spatiale, elle est toujours détestable. Il me semble, avoir appris, à l'école que Rosa Parks était à l'origine d'un mouvement d'opposition à la ségrégation raciale à Montgomery (Alabama) dans Le "Sud" (Etats-Unis).
Elle a choisi de commencer son combat dans... un bus puisque les Noirs ne pouvaient monter à l'avant du bus (réservé aux Blancs).
Lorenzo a dit…
Je ne serai jamais membre d'un quelconque Klu Klux Klan mais il faut bien dire que mettre à disposition des touristes des lignes spécifiques et en réserver d'autres pour les résidents du moins à certaines heures de la journée n'est pas en soi une mauvaise chose. notre époque est devenue hyper-sensible à tout ce qui peut ressembler à de la ségrégation au point de refuser parfois ce qui peut faciliter la vie. Les frontières que j'ai connu enfant dans chaque pays permettait d'aller plus vite. Là où il pouvait y avoir une mauvaise interprétation c'était en Angleterre avec la file réservée aux étrangers baptisée en lettres blanches sur fonds noir "ALIENS". Je ne me suis jamais senti infériorisé par cette appellation ! De grâce ne confondons pas tout. Il s'agit ici d'essayer de pallier le mieux possible les aléas de l'invasion chronique de Venise par les visiteurs, qui perturbe le fonctionnement normal des services mis à la disposition de TOUS les publics. Quelle solution alternative trouver ? Séparer les gens par catégorie : touristes et travailleurs usagers résidents c'est pas terrible, mais c'est certainement la seule possibilité. En revanche là où il va falloir être vigilantissime, c'est dans le projet de transport rapide entre Marco Polo Mestre et l'Arsenal. Nous en reparlerons. Ouvrez le débat sur le forum ! Dur sujet.
Tietie007 a dit…
Merci pour l'info !
condorcet a dit…
Mon cher Lorenzo,
Les hommes me surprendront toujours par leur faculté à désigner comme inéluctable des événements avant même qu'ils ne se produisent pas. En ce qui concerne, elle a tellement de fois été hantée de fois été hantée par sa mort qu'elle y arrivera peut-être : pour une ville, quelle mort plus certaine que le refus de la vie en commun. Mais je ne jette pas la pierre à Venise : en France aussi, la méfiance vis-à-vis de l'étranger se généralise. Vous vous souviendrez, j'en suis sûr, étant donnée la très bonne éducation que vous avez reçue dans un "college" anglais et à laquelle vous faites honneur de la différence que faisaient les Romains entre la "turba" et la "plebs".
D'un côté, la foule, le troupeau,
De l'autre, l'ensemble des citoyens romains.
J'ai toujours été attaché à la notion de citoyenneté ouverte et pour être passé une fois à la préfecture de mon département par la file d'attente des étrangers.
L'idée même d'un accueil différencié selon l'origine est contraire à tous les principes.
Je n'ouvrirai pas de débat sur le forum car ma réputation est celle d'un trublion et que l'on m'attend dans ce rôle. J'ai envie de papiers de fond, de réflexion distanciée et plus de ces joutes qui n'apportent que fort peu à mon lecteur. Si j'y suis mêlé, ce sera à mon corps défendant.

COUPS DE COEUR (HORS SERIE 3) : "L'Architecture du bonheur" de Alain de Botton

Je viens de terminer la lecture du dernier livre d'Alain de Botton, jeune philosophe très érudit dont j'avais particulièrement aimé "L'Art du voyage" et j'en suis imprégné comme cela arrive avec les ouvrages de qualité qui vous laissent toujours une impression qui de dilue peu à peu dans votre esprit comme l'humeur d'un grand vin dans nos veines après avoir enchanté nos papilles. Si je regrette que ce suisse de Zurich ne s'exprime qu'en anglais – il enseigne la philosophie à Londres, « L'Architecture du bonheur » a été un grand moment de plaisir.
 
Cette aspiration à la beauté qui n'a d'autre but que de permettre à l'homme de mener une vie harmonieuse. Ce qu'il nomme la "bonne vie" : "L'espace autour de nous est l'un des facteurs de cette bonne vie", explique-t-il. Comme Alain de Botton, je crois que le bonheur (ou le malheur) tient à de tout petits riens - une simple trace de doigts sur un mur, un plancher ciré qui brille et embaume, un pan de mur au crépi chaleureux qui resplendit sous le soleil de midi, une cheminée vénitienne qui surgit d'un ciel bleu parfait... Ceux qui douteraient de l'influence de l'architecture sur notre personnalité, Botton les renvoie aux théologiens chrétiens et musulmans. Pour ces derniers, en effet, un bel édifice avait le pouvoir de nous rendre plus vertueux. Plus modeste, l'écrivain préfère cependant la phrase de Stendhal selon laquelle "la beauté n'est que la promesse du bonheur" : la promesse, non la garantie. Pourtant, son pouvoir est bien réel : que ressentons-nous, en effet, dans une maison dont les fenêtres sont pareilles à celle d'une prison? La beauté rend heureux. C'est ce que je me tue à dire, à écrire, à démontrer à mes enfants et à mon entourage depuis toujours. Le fameux "A thing of beauty is a joy forever" de Keats. Et comme j'aime l'architecture, cette capacité que l'homme a de bâtir et de bâtir des chefs-d'oeuvre, je buvais du petit lait. Je regrette seulement de n'avoir pas lu ce livre à la terrasse du café du paradis à Castello, face à l'une des plus belles vues de Venise, parmi les glycines du jardin de la Biennale ou assis à une table de ce nouveau café salon de thé de San Giorgio... Le philosophe a donc cherché à comprendre ce qui préside à l'élaboration d'un projet architectural . Et l'auteur cite Wittgenstein qui a un jour abandonné l'université pour construire la maison de sa sœur Gretl : "Tu penses que la philosophie est difficile", écrivait l'allemand, "mais je t'assure que ce n'est rien comparé à la difficulté d'être un bon architecte." Le fil directeur était simple puisque l'auteur de la "Petite philosophie de l'amour" voulait comprendre pourquoi partant de cette idée que l'homme recherche le bonheur et ce qui y contribue comme un devoir et une nécessité, tout semble avoir été de travers dans l'architecture du XXe siècle, n'en déplaisent aux modernes hagiographes ayatollahs de l'omnipotente création contemporaine.
Il faut parler d'esthétique, comprendre l'esthétique si on ne veut pas être condamné à subir la défiguration définitive de notre environnement. Et là Botton met le doigt sur le point douloureux : on n'ose plus porter un jugement car "On nous a fait croire que le beau était une notion relative. Je ne le crois pas. Il existe une bonne et une mauvaise architectures". Nous le savons instinctivement : Pourquoi visiterait-on plus volontiers Venise que Detroit, Paris que Juvisy ? "Un bel immeuble possède beaucoup des qualités d'une personne", affirme le jeune philosophe, "Il a de l'équilibre, de l'harmonie, de la grâce, de la symétrie, un peu d'humour. Bien sûr, tout comme il existe différentes façons pour un individu d'être bon, il existe plusieurs manières pour un immeuble d'être beau".
 
Mais qu'on ne s'y trompe pas, ce livre ne fait pas l'apologie du passé. Il n'y a rien de nostalgique dans l'Architecture du bonheur. "La beauté ne s'arrête pas aux bâtiments classiques. On ne peut pas aller en arrière. De nos jours", poursuit-il, non sans audace, "on a peur, donc on restaure, mais pourquoi restaurer Venise? Peut-être faut-il y renoncer et trouver les règles qui font que Venise est belle". Voilà posée là encore une idée majeure. Fondamentale. Une idée qui pourra ressembler à de la provocation aux amoureux de Venise qui se préoccupent de son état. Massimo Cacciari ne cesse d'y revenir - mais sa position de premier magistrat et les pressions ordinaires qu'il subit assourdissent ses propos - quand il dit par exemple qu'il faut protéger, préserver mais pas "muséer" (pardonnez-moi ce barbarisme) la ville en la refaisant à neuf à l'identique. Cette option du tout rénové, c'est Disneyland


Comme tout, les pierres meurent et disparaissent. On ne pourra jamais maintenir Venise figée et sous-vide comme l'objet rare des vitrines d'un musée. Où sont les chefs-d’œuvre des collections amassées par les empereurs romains ? Ou sont les impeccables statues des marbre peint que les grecs dressaient à Olympie ou à Epidaure ? Je ne veux pas insinuer qu'il faut laisser mourir Venise. Il faut au contraire la faire vivre. Re-vivre. Construire de nouvelles choses là où les anciennes ne répondent plus aux besoins ou bien plutôt là ou rien d'ancien ne répond au besoin actuel parce qu'à l'époque (quelle époque ? Il y a en a eu tellement depuis la naissance de la Sérénissime), il n'y a avait pas besoin de tel pont, de tel bâtiment. Il faut entre-tenir car c'est notre devoir. Mais nous devons cesser de préférer un palais reconstruit à neuf qui aura l'aspect d'un décor de carton-pâte à l'authentique construction qui sera belle de la patine et des accidents du temps qui passe. Mais cela encore une fois ne veut pas dire laisser ce palais se détériorer, s'y éclairer aux bougies et y grelotter de froid l'hiver. Cela ne veut pas dire abandonner Venise à son sort. Cela veut dire ne jamais considérer l'entretien et la restauration comme un sérum d'immortalité. Oui Venise est mortelle comme nous le sommes tous, Comme le sont toutes nos créations. Il s'agit de maintenir la vie. Toute la vie. Et de gérer en bon père de famille cet héritage esthétique pour qu'il s'inscrive dans le futur des générations à venir.
Et c'est ce qui transpire en fait de ces très bonnes pages du jeune philosophe (il n'a que 36 ans) : ce qui importe c'est la vie. La vie ordinaire. Ce qu'il faut maintenir et protéger à Venise c'est la vie ordinaire et tant pis si les murs ne seront jamais comme neufs, impeccablement enduits de couleurs harmonieusement choisies pour le plaisir des yeux des touristes. Qu'il demeure de la rouille, des briques patinées, des balcons de pierre d'Istrie usés par tous ceux qui s'y sont appuyés. Du moment qu'on préserve et qu'on construit. La seule vigilance qui est le devoir de tous, vénitiens et étrangers, hommes de la rue ou responsables politiques, c'est d'éviter qu'on la défigure.

C'est un très beau livre vraiment. Il ne parle pas que de Venise hélas, mais les propos qui y sont développés, vous le voyez par mon verbiage, s'adaptent totalement à la réflexion que nous devons avoir sur elle. Et puis ce qui est incroyable c'est la limpidité du langage employé. Les idées se font jour à chaque page de la même manière qu'on débite une recette pour réussir les oeufs aux plats. Tout le monde tout de suite assimile et comprend le raisonnement de l'auteur. J'ai lu quelques passages à hautes voix à la maison et mes deux derniers (14 et 11 ans, enfants normalement doués) ont repris naturellement les propos cités en les développant...Cette simplicité qui fait les grandes idées est une caractéristique d' Alain de Botton. Rejeton d'une riche famille suisse, transplanté à l'âge de 8 ans dans une public school anglaise (ce qui lui a laissé une aversion profonde pour le style gothique en architecture que personnellement j'adore – pour les mêmes raisons que lui le déteste mais j'avais 15 ans), est un admirateur de Roland Barthes. Il aime chez lui la capacité de s'intéresser à des sujets que la philosophie a pris l'habitude d'ignorer. "J'adore les sujets qu'il choisit, mais je n'aime pas la manière dont il les traite toutefois. Trop incompréhensible selon Botton dont la pensée et l'écriture sont vraiment limpides. 

Sans jamais être simpliste ni vulgarisateur, il développe une pensée du quotidien qui est loin d'être une philosophie ordinaire et simpliste destinée à des niais. "Je ne veux pas être un auteur inaccessible, c'est trop facile !"dit-il. Encore un point qui me réjouit chez lui ! Et d'évoquer aussi Nietzsche, qui s'est intéressé - notamment - à l'influence des légumes trop cuits sur le caractère du peuple allemand. "...Un homme très sérieux qui passe beaucoup de temps à réfléchir à de petites choses" écrit-il. Voilà encore Venise qui revient quand je cite ces propos : Je ne suis jamais plus esthétiquement ému quand je me promène à Venise que lorsque la délicieuse odeur d'une pastaciutta se répand dans une petite cour inondée de soleil avec, sur le puits de marbre qui en occupe le centre, un chat qui dort paisiblement. Même humbles les façades y sont belles, remplies de siècles d'histoire, de bonheurs et de malheurs, avec très souvent des détails d'architecture qui semblent évidents ici et paraîtraient déplacés dans l'ordonnancement de nos façades bordelaises ou parisiennes : un reste de blason, une colonnette striée avec son chapiteau corinthien, une mosaïque de marbre...

Si l'architecture peut nous aider à accéder au bonheur, un bel édifice peut aussi nous faire pleurer, parce que la perfection que l'on observe n'est pas à notre disposition dans la vie quotidienne. Mais ce n'est rien, la contemplation du beau ne doit pas générer l'envie. La vertu de ce livre est de montrer que quelques pierres et un toit nous permettent de recréer notre paradis sur terre. A condition d'y mettre un peu de beauté. Vous comprenez pourquoi l'envie de s'installer à Venise, pourtant décatie et envahie de touristes, est si forte pour beaucoup ! 
Le site d'Alain de Botton (en anglais) : http://www.alaindebotton.com/
.
.
.
.
.
.Alain de Botton,
L'architecture du bonheur
traduit de l'anglais par Jean-Pierre Aoustin
Mercure de France
.........................................................................................

2 commentaires:


Gérard a dit…
Enfin quelqu'un qui fait la jonction d'un des arts d'avec un sentiment très particulier : le bonheur ! A l'heure où dans nos cités - que j'ai connues - on ne parle plus que de l'architecture ........ du malheur . Et c'est vrai ! Le bonheur , c'est la paix intérieure , le contentement , l'équilibre atteint , les horizons heureux : on le recherche . Son pendant diabolique : le malheur et son lot , la douleur . Alors donc , du bonheur . Alors donc René Char : « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront. » (Rougeur des matinaux) Voici Venise décrite . Dans son plus intime et profond détail : sa gigantesque Histoire . Les Vénitiens - comme d'ailleurs les Italiens en général - trouvèrent ainsi ce qu'on pourrait définir par l'appellation : le bonheur de l'architecture . Nous sommes en dette . A suivre !
venise86 a dit…
Quel bonheur que cet article !!!! Merci..
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...