31 mai 2011

Christian Boltanski à la Biennale

Christian Boltanski, figure emblématique de la scène artistique internationale, représente la France à la 54e Biennale d'Art Contemporain de Venise et propose une installation spectaculaire unique intitulée "Chance". Il traite ainsi de l’un des thèmes qui lui sont chers, celui du hasard, de la chance et de la malchance, des forces qui fascinent et imposent leurs lois. L’artiste a choisi pour Commissaire Jean-Hubert Martin, directeur honoraire du Musée national d’art moderne Georges Pompidou.

_______

2 commentaires:

Anonyme a dit…
Bonheur total de retrouver ce grand artiste à la Biennale... Je suis pressée d'y arriver.
Sans compter que je lui ai déjà donné les battements de mon cœur... Pour l'île...
Bonsoir.
Anne a dit…
J'ai hâte de voir cette oeuvre à la Biennale!
Merci pour cette présentation.
Anne

30 mai 2011

Venise en 20 bonnes adresses par Christophe Barbier pour l'Express


Christophe Barbier, le fringant éditorialiste de l'Express est un amoureux de Venise, fin connaisseur de la ville et de ses arcanes. A l'occasion de la LIVe Biennale d'Art Contemporain, il publie ce soir un article sur les bonnes adresses de Venise. Tramezzinimag ne partage pas toujours les mêmes enthousiasmes pour certains des lieux indiqués, trop souvent dénaturés par la présence touristique, ou pour être plus direct (et ne pas froisser certains lecteurs) par l'omniprésence des parisiens qui semblent désormais y passer leur vie - mondaine, cela s'entend ! Voici l'intégralité de son texte.
Venise n'est pas une ville, c'est une idée. L'idée que l'on se fait du temps qui passe, comme coule l'eau du Grand Canal. L'idée de la beauté, immarcescible et toujours surprenante. L'idée de l'Histoire, parfois immobile en ses pierres. L'idée, enfin, que l'on se fait du hasard, donc du destin. Car il n'est pas de meilleure façon de découvrir Venise et, mieux, de se l'approprier, que de s'y perdre. A rompre les rangs dans les artères à touristes, sécures autoroutes, on gagne le droit d'être perdu, donc d'être libre. Alors s'offre une Venise inédite, qui oublie d'être sérénissime pour se faire mystérieuse. Avec le fil de ces errances, on tisse un fin maillage de raccourcis précieux et de détours délicieux, on veille à traverser un campo apprécié ou à arpenter une calle oubliée. On s'enivre alors d'un zigzag savant derrière son air d'improvisation, on se prend pour un vétéran gondolier, on se croit chez soi. 

Être chez soi à Venise, c'est aussi cultiver sa plate-bande de bonnes adresses -les jeunes disent "de bons spots". Les terrasses les plus agréables selon les heures du jour. Les meilleures pizzas. Les pâtes à se damner. Les seiches les plus fraîches. A Venise, rien ne distingue une gargote pour estivants d'un restaurant inoubliable: il faut connaître... Se risquer au hasard, au vu de la densité de restaurants au canal carré, c'est courir à la mésaventure. Un truc: si l'on ne parle qu'italien autour des tables, c'est bon signe; si l'on ne parle pas du tout, c'est très bon signe. Au cas où, voici quelques adresses pour réussir son séjour à Venise.

DÉJEUNER, DINER

A beccafico. Devant la statue de Nicolo Tommaseo, héros de l'unité italienne, la terrasse de cette maison sobre s'étend sur un campo de rêve, à deux pas du pont de l'Académie. Fruits de mer en vedette. Frédéric Mitterrand, ministre depuis peu, y vint festoyer après avoir visité la Biennale 2009.
Campo Santo Stefano, 041.527.48.79
 
Casin dei Nobili. Le meilleur rapport qualité-prix de Venise, cette pizzeria - pizzas le soir uniquement - est appréciée tant pour sa grande salle à toit ouvrant que pour la chaleur du service. Ne pas oublier de réserver.
Dorsoduro, 041.241.18.41

Accademia Foscarini C'est la plus belle vue du Grand Canal: de cette terrasse, à l'ombre de la grande arche du pont de l'Académie, on découvre l'ultime courbe du Grand Canal, la Salute, la Douane de mer. Excellent cappuccino.
Dorsoduro, 041.522.72.81

Acqua Pazza. Ces "eaux vives" coulent sous les fenêtres du palais où logent Mes Paul Lombard et Louis Schweitzer quand ils sont à Venise. Les pâtes "aumm-aumm", avec aubergines et scamorza affumicata, sont à se damner. Liqueurs à volonté à la fin du repas: privilégier la mandarine et le limoncello.
Campo Sant' Angelo, 041.277.06.88

Birraria la Corte. La meilleure adresse si l'on promène un troupeau d'enfants. Avec ses nombreuses salles et ses tables de réfectoire, cette pizzeria est idéale pour la restauration de masse mais de qualité.
Campo san Polo, 041.275.05.70

Altanella. Une photo de François Mitterrand, expert ès bonnes tables vénitiennes, vous accueille avant que vous gagniez le balcon sur canal. Vous êtes ici sur la Giudecca, en face des Zatterre, loin des flots de touristes. Le calme est précieux, et les poissons sont imbattables.
Giudecca, 041.522.77.80


Vini da Gigio. Sur les arrières de la Strada Nova, cette maison chaleureuse est l'une des plus remarquables de Venise. A ne pas manquer: le fromage frit avec de la polenta...
Cannaregio, 041.528.51.40

Do Farai . Ce rendez-vous des gondoliers joue l'authenticité dans le décor, avec ses grandes tables d'auberge, ses boiseries désuètes et ses photos jaunies, et l'authenticité dans l'assiette, avec notamment des calamars irrésistibles.
Dorsoduro, 3278. 041.277.03.69

Caffè al Ponto del Lovo. Carlo Goldoni y était attablé pendant des heures, puisant des répliques dans la conversation des clients. Depuis 1750, le café y est apprécié, proposé avec de nombreuses pâtisseries. Le décor de ce "Pont aux loups", à deux pas du Rialto, n'a presque pas changé depuis, le café s'est mis, lui, au goût des touristes.
San Marco, 041.520.84.39
...
ACHETER, Accessoires.
...
Pied à terre, cette boutique propose la véritable pantoufle vénitienne, la furlane aux tissus rares et aux formes confortables. La semelle en gomme permet d'aller dans la rue s'il le faut, et de piloter sa gondole sans en abîmer le vernis. Inspirées par les chaussures des paysans du Frioul, ces pantoufles, fabriquées jadis avec des matériaux de récupération, sont désormais des petits bijoux.
Rialto, 041.528.55.13
.
Déco
Cavalier. Angelots fessus, lions de Saint- Marc, encadrements baroques, miroirs classiques ou de sorcières, statuettes: pour les boiseries sculptées et dorées, cet artisan n'a pas son pareil. Son père, déjà, régnait en maître, et avait conquis... Anne-Aymone Giscard d'Estaing !
San Marco 2863/a. 041.523.86.21
Design 
Madera, objets inanimés, avez-vous donc une âme? Oui, dans ce magasin d'accessoires bien faits et de bon goût -ce qui n'est pas si fréquent à Venise...
Campo San Barnaba, 041.522.41.81
Masques
La Pietra filosofale, cette pierre philosophale est une mine d'or qui propose les plus beaux masques de cuir de Venise - et même les seuls à respecter tous les codes de la commedia dell'arte. Derrière son établi encombré et sa moustache encombrante, ce n'est pas un artisan qui taille le cuir, mais un artiste, enfantant un Polichinelle, un Arlequin, un Pantalone... A ne pas manquer.
San Marco Frezzeria, 00-39-041-528-58-85.


Atelier Marega, avec ses deux boutiques, cette enseigne donne dans le grand style XVIIIe siècle. Les masques sont assez communs, mais les costumes, à louer ou à vendre, sont sublimes et, rareté, on trouve ici des chaussures de style magnifiques.
Campo San Rocco, 041.522.16.34
Calle Larga, San Toma 041.71.79.66


Il Canovaccio. Toute l'Arche de Noé est mise en masques par cette boutique, dans ce papier mâché si caractéristique, et peint à la main, qui en fait autant de pièces uniques. Les plus belles ? Le crocodile, la girafe et la licorne.
Castello, 041.521.03.93

DÉGUSTER
Casa del parmigiano. Tout, tout, tout le fromage italien joue une symphonie de saveurs dans cet établissement situé juste à côté du marché aux poissons et du "bossu" du Rialto, mascotte vénitienne. Le pecorino y est roi ( jetez-vous sur celui à la truffe et celui au safran), la scamorza affumicata y est reine. Et le prosciutto s'est fait une place au milieu des fromages.
Campo Bella Vienna, Rialto, 041.520.65.25


Giacomo Rizzo. En allant du Rialto à la Ca'd'Oro, vous trouverez sur la gauche cette petite échoppe aux saveurs précieuses: huiles d'olive, sauces, truffes blanches, vinaigres balsamiques et, surtout, pâtes de toutes couleurs, tailles et formes -gondoles, Rialto, lettres et... pénis!
San Giovanni Crisostomo, 5778, Cannareggio, 041.712.23.31

Le match des glaciers
Les gelati coulent à tous les coins de rue à Venise, mais la finale du championnat de la Sérénissime oppose Paolin (campo San Stefano) à Da Nico (Zattere). La pistache et le gianduiotto sont meilleurs chez le second, la vanille et l'After Eight chez le premier. Paolin veille plus tard, Da Nico a vue sur la Giudecca et sur les bateaux... A vous de choisir.

DORMIR, SORTIR
..
Hôtels

Palazzo Stern, sur le Grand Canal, à côté de la Ca' Rezzonico -le musée du XVIIIe siècle-, cet hôtel est majestueux, de sa terrasse du rez-de-chaussée, qui s'avance sur l'eau, à son escalier bordé de fins piliers. Certaines chambres ont sur San Samuele une vue exceptionnelle. Et le vaporetto -lignes 1 et 2- est au pied de l'hôtel.
Dorsoduro, 041.277.08.69

AD Place, à l'abri de la Fenice, le fameux Opéra, dans le repli d'un canal, cet établissement entortille jusqu'à une altana au panorama appréciable des chambres à la déco audacieuse.
Fondamenta della Fenice, 041.241.32.34

Night-Club
Piccolo mondo. Il n'y a pas de boîte de nuit à Venise. Ou plutôt, il y en a une, hélas ! Le Piccolo mondo, ce sont des banquettes d'un autre âge; une musique qui semble sortie d'un canular; un personnel vermoulu. Tout cela en fait une curiosité...
Dorsoduro, 041.520.03.71
.
© Christophe Barbier / L'Express - 30/05/2011.

_______

13 commentaires:

Murissa Maurice a dit…
Merci pour une poste interessante!
Je comprend tres bon le ligne "Venise n'est pas une ville, c'est une idee." Venise est une idee si complexe et jolie que j'etait inspirer a ecrire une poeme car c'est une idee trop grand pour expliquer toute autre voie.

J'espere que mon francais n'est pas trop terrible pour votre yeux.

The Wanderfull Traveler
Anonyme a dit…
Peu de ces adresses sont mes favorites à l'exception de la trattoria Altanella, de Vini Da Gigio et de la Casa del Parmegiano pour le Crudo di Sauris ou Nico pour son Gianduiotto régressif!
Pas un seul café du Campo San Margherita n'est cité comme le Café Rosso ou le Margaret Duchamp !
Et pour les hôtels mes adresses favorites sont deux Pensione du Dorsoduro : Pensione Accademia & Pensione La Calcina.
Nota-Bene : Quand faites-vous un nouveau billet sur le train de nuit Artesia un enfer ou un moyen économique et pratique de se rendre à Venise?
Anonyme a dit…
J'ai effectivement croisé C. Barbier plusieurs fois à Venise ces dernières années (en plein mois d'août hélas) ce qui me le rend très sympathique, alors que je ne partage pas du tout ses idées. Il semble affectionner, comme moi, comme vous, le Dorsoduro... Merci d'avoir publié son article.
Soazig
Lorenzo a dit…
Christophe Barbier présente ses choix. Ce ne sont pas forcément ceux de Tramezzinimag. Et ceux de Tramezzinimag ne sont pas forcément les miens. Quant au train, la polémique sur le forum du Routard prend des proportions incroyables et j'envisage effectivement un billet. J'ai déjà publié à ce sujet, ce moyen de transport étant celui que j'utilise à 98% pour me rendre à Venise depuis plus de 20 ans sans jamais un seul problème à ce jour. Mais je semble être une exception.
Anonyme a dit…
Je m'étonne qu'il ne parle pas de la cantinone "già schiavi" et de ses délicieux cicchetti où je l'ai vu se désaltérer. Effectivement, peut-être pas assez parisien... C'est pour nous un passage obligé chaque fin d'après-midi à Venise.
Soazig
Anonyme a dit…
Artesia c'est bientôt fini !
http://www.americas-fr.com/tourisme/actualite/trenitalia-cesse-sa-collaboration-avec-la-sncf-9059.html
Anonyme a dit…
Je cherche à comprendre : Lorenzo vous n'appréciez pas les adresses données par ce journaliste, vous n'appréciez pas non plus l'omniprésence des parisiens sur certains lieux et vous relayez la pub de Barbier en entier sur votre blog, pourquoi ? Manque d'inspiration personnelle ? Lassitude ?

Rassurez vous bientôt il y aura du monde absolument partout à Venise grâce au GPS municipal et à vos bonnes adresses...

Parlez nous plutôt de votre Venise personnelle, c'est tellement plus intéressant que le catalogue d'adresses de luxe (mais pas seulement c'est vrai) que vous nous offrez régulièrement...

Moi je voyage toujours avec Artésia depuis de très nombreuses années et je n'ai jamais eu de problème, mais je sais qu'ils veulent supprimer le train de nuit, ça c'est sûr GGGRRR !!! Ou alors peut-être en faire un train pour VIP ?

Cordialement.
J-P. a dit…
Adresses fortes intéressantes mais ne suis pas sur Venise hélàs. Je trouve que tout ce que vous offrez avec ce divin blog est toujours super, toujours excellemment bien écrit et je sens que vous y mettez toujours votre cœur (ce pour quoi je vous lis et suis chaque jour), quelques soit l'article et son sujet. Merci à vous !
Cordialement, J-P
Condorcet a dit…
Le premier chapitre me réconcilie avec Christophe Barbier dont je ne partage ni les idées politiques, ni les adresses vénitiennes (hormis l'Altanella et la Casa del parmigiano - étonnant qu'il n'y ait pas adjoint la drogheria Mascari -). Je le soupçonne de garder par-devers lui quelques "bei posti"...
Lorenzo a dit…
Comme nous tous. Pour répondre à l'étonnement de mon lecteur anonyme, je dirai simplement que Tramezzinimag est un magazine et que la diversité des lecteurs doit être satisfaite. Je peste souvent après les parisiens, le bling-bling et les Happy Few, mais ce serait de la malhonnêteté que de toujours cracher dans la soupe que j'ai longtemps pris plaisir non seulement à consommer mais à préparer. Merci en tout cas à tous les lecteurs pour leur assiduité, leur soutien et tout ces commentaires ! Bonne fête de l'Ascension à tous !
Charlotte a dit…
C'est vrai il ne faut pas cracher dans la soupe, votre blog a ce petit côté bobo qui me fait sourire...
Cordialement.
Lorenzo a dit…
Ravi de vous faire sourire Charlotte.La mode effectivement rejoint l'authentique vie bourgeoise et bohème. Mon mode de vie et mes poses ont un côté bobo parce que ce mode de vie est (enfin) (re)devenu à la mode. C'est qui me fait sourire moi, c'est d'être rattrapé par elle quand comme des tas d'autres, je n'ai rien fait pour changer ou vivre différemment de comment j'ai toujours vécu... Bien à vous.
Anne a dit…
Nous n'avons eu aucun problème avec le train Artesia que nous prenons depuis des années pour aller en Italie. Quant aux adresses, un récapitulatif de VOS choix, Lorenzo, serait le bienvenu.
Bon dimanche!
Anne

28 mai 2011

Weltanshauung



Connaissez-vous Oomph, ce groupe de metal ? Une musique bruyante exprimant le mal-être d'une certaine frange de la jeunesse d'aujourd'hui... En 2006, un jeune lecteur visiblement agacé par mes propos publiait un commentaire acerbe, me conseillant d'aller au diable avec ma conception de la vie et des choses. Se proclamant lui même niemand (personne), comme dans un air de ce groupe de rock, il se préoccupait de mon équilibre mental et croyait voir poindre à travers mes propos l'ennui qui pousse parfois à écrire des choses sans autre intérêt que panser des plaies ou canaliser une hémorragique mélancolie.

Cet aimable personnage au pseudonyme transparent et vaguement philosophique, n'avait donc rien compris et en relisant ses propos, j'ai compris que son humeur, toute cette acrimonie n'était que la projection d'un dégoût pour les choses bonnes, tranquilles, positives, qui rendent nos vies agréable et bonnes à vivre plutôt que simplement tolérables. Un romantique en mal de d'existence pour qui Venise et la vie qu'étudiant j'y vivais apparaissait trop solaire, lui préférant les affres d'un enfer présumé où tout est noir et mortifère.

Tramezzinimag procède d'un paradigme qui est sous-tendu par une conception paisible et positive des choses et de la vie. je le revendique et ceux qui connaissent bien Venise comprendront aussitôt là où je veux en venir : notre vie est courte, le monde est grand et les choses à voir et à découvrir sont légions. Comme les trilles joyeuses des concerti de Vivaldi, mon âme se faufile joyeuse dans tous ces bonheurs qu'il m'est donné de vivre. Cela me fait penser à une anecdote sur le peintre Pierre Bonnard rapportée par son neveu Antoine Terrasse : "C'est bien ainsi que Bonnard aura vécu. Dans le silence et dans l'étonnement. En contamplation et en observation perpétuelles"...  La petite musique de l'existence n'est pas violente ni douloureuse. Elle est faite des trilles du rossignol et des silences d'un midi de plein été. Qu'importe que notre vie ne soit qu'un passage fugitif dans l'immensité éternelle de l'univers, nous pouvons la remplir de mille joies et de pleins de petits bonheurs.

Même lorsque mes humeurs s'assombrissent, je ne serai décidément jamais un adepte du bruit et de la laideur. Se promener une journée dans les rues de Venise le rappelle, la beauté, le silence, la lumière, tout confirme que ce qui est beau est grand et paisible. Le bruit, la fureur, la violence tout cela ne sied pas à Venise. Le résumé de mon weltanshauung n'en déplaise à certains ! Et Tramezzinimag fait de cette penssée de C.G.Jung la morale qui préside à ces pages :
"Avoir une conception du monde (Weltanschauung), c'est se former une image du monde et de soi-même, savoir ce qu'est le monde, savoir ce que l'on est"


_______

5 commentaires:

Anonyme a dit…
les imbéciles et les aigris sont légion. Ne les écoutez pas Lorenzo. Pour ma part, j'adhère totalement et volontiers à votre paradigme !
Serge
douille a dit…
"Le bruit, la fureur, la violence tout cela ne sied pas à Venise." J'approuve cela...
Mais quand-même ce n'est pas "bon signe" pour une ville...
Lise a dit…
Il n'a juste rien compris ! La jeunesse d'aujourd'hui vous savez ! Continuez à écrire Lorenzo, pour moi c'est chaque jour un délice de vous lire et j'écoute en ce moment même du Vivaldi avec mon chat sur les genoux !!...
Lise
Lorenzo a dit…
Voilà un chat bien heureux !
liliforcole a dit…
Vous le dîtes : notre vie est courte, le monde est grand et les choses à voir et à découvrir sont légions.
Hors Venise, Le Tintoret et Vivaldi, point de salut pour l'âme ?
A mon humble avis, on peut aimer successivement, voire tout à la fois, la musique de Nina Hagen, d'Owen Pallet, de Rokia Traore ou de Vivaldi (4 saisons, version Europa Galante !), bien que musicalement tout ça n'ait pas grand chose en commun.
(Evitez les apéros spritz du Guggenheim, vous risquez la crise cardiaque...). 
 02 juin, 2011

24 mai 2011

La framboise en cuisine

Avec le temps qu'il fait, ils arrivent tous les fruits que nous aimons. Cerises, fraises des bois et Gariguettes, même les abricots apparaissent sur le marché. Et aussi ma préférée, la framboise. On vient de m'en amener d'une campagne voisine. Gorgées de soleil, elles embaument dans leur panier de bois. Un délice qui rendrait joyeux un condamné à mort ! 
Plutôt que les dévorer gloutonnement, essayons de les utiliser comme desserts pour fêter dignement ce joli mois de mai qui s'éloigne : Sabayon à la framboise et Bavarois à la Ugo (du nom d'un des trois fils de Guido Alciati, fondateur du célèbre restaurant piémontais Da Guido, à Costigliole d'Asti, au milieu des vignobles). Niveau Alain Ducasse. Ce jeune chef formé comme ses frères par un père génial qui a su mêler les canons de la cuisine piémontaise avec la tradition gastronomique française, préside aujourd'hui avec son frère Piero à un autre Guido, situé à Pollenzo, non loin d'Alba et d'Asti. Trois fourchettes et une étoile au Michelin. Un régal à ne pas louper si vous passez dans les Langhe, cette belle région montagneuse. 

Le sabayon à la framboise 
Pour 4, prévoir 200 g de framboises, 4 jaunes d’œuf, 150 gr de sucre glace, du Marsala ou un vin doux, des feuilles de menthe fraîche.  
Faites blanchir dans un saladier les jaunes avec le sucre jusqu'à obtenir un mélange mousseux. Ajouter rapidement le vin (environ deux cuillères à soupe). 
Faire cuire au bain-marie en fouettant la préparation. Quand la crème est bien onctueuse, ajouter les framboises et servir dans des petites coupes. 
J'ajoute (en réduisant un peu le sucre de la préparation) au moment de servir une sauce au caramel qui vient de mon arrière-grand-mère et qu'on retrouve un peu différente dans le livre des recettes de Casanova : Prendre 200 grammes de cassonade, une cuillère à soupe de grappa, le zeste d'une orange.
Faire fondre le sucre à petit feu et faire bouillir le zeste d'orange pendant 5 bonnes minutes. Réserver l'eau de cuisson et égoutter les zestes puis les réduire en julienne. Mouiller le caramel avec l'eau de cuisson, ajouter le zeste haché et bien mélanger. Ajouter la grappa. Arroser le sabayon de la sauce obtenue et servir avec des sablés.

Bavaroise à la Ugo 
Il faut 250 grammes de sucre, 1 kilo de framboises, 1 litre de crème chantilly ou de la crème épaisse, des feuilles de gélatine, un gâteau de Savoie ou pan di Spagna, grappa ou liqueur.  
Couper le gâteau en tranches, les humidifier avec l'alcool. Les laisser dans un sac en plastique ou dans une boite hermétique. Pendant ce temps mixer les framboises avec le sucre. Faire fondre la gélatine, mélanger aux framboises et faire prendre sur le feu sans cesser de remuer. 
Laisser refroidir, puis mélanger délicatement la crème chantilly (on peut faire monter de la crème épaisse avec un sachet de sucre vanillé), puis disposer la préparation obtenue dans les assiettes entre des tranches de gâteau. 
On peut aussi remplir un moule à cake de la préparation en alternant avec le gâteau. laisser prendre au frais puis servir en tranche avec un coulis de framboises et des framboises fraîches pour la décoration. 
Terminer par des feuilles de menthe pour la décoration. 

6 commentaires:


Carole a dit…
Coucou Lorenzo, j'ai essayée moi-même la recette du sabayon à la framboise ! Je peux dire que c'était un pur délice (huuuum !) alors que d'habitude la cuisine n'est pas vraiment mon fort !
Continuez vos recettes et votre charmant blog, une nouvelle fan est arrivée ! Merci lorenzo pour tout !
Anonyme a dit…
Auriez-vous des recettes à donner avec de la myrtille ?
Alléchantes recettes .
Lorenzo a dit…
Le sabayon peut être délicieux avec des myrtilles. Mais il faut s'assurer qu'elles soient sucrées donc assez mûres. En pâtisserie, quand nous en utilisons, nous les faisons tremper dans une préparation de miel fondu juste tiède (délayer 4 à 5 cuillères à soupe de miel dans de l'eau et faire chauffer jusqu'à obtention d'une sauce dans laquelle, après qu'elle soit un peu refroidie, on fait tremper les fruits).On peut y ajouter une goutte de cognac ou autre alcool.
Lorenzo a dit…
Les fruits ne doivent pas cuire ni se ramollir aussi la sauce doit être à peine tiède voire froide.
Catherine a dit…
Merci Lorenzo, pour la recette d'Ugo, que j'ai l'intention de faire dimanche, mais une question me taraude : faut-il vraiment 1 litre de Chantilly?
Pin Up En Cuisine a dit…
CiaOoO Lorenzo, le zabaione nature sur un pandoro ou dans les fritelles sont excellent aussi ^+!!!! (Les fritelles de Tonolo sont terriiibles !) Merçi pour toutes ces délicieuses recettes. Nikky

22 mai 2011

Etre en mai à Venise


Joli mois de mai. Alors qu'il pleut sur New York et que le ciel du Sud-Ouest est mitigé avec parfois de gros orages comme autrefois on en subissait en plein été, Venise est inondée de soleil et l'air comme la lumière sont très purs. la douceur du mois de mai sur la lagune n'est pas une légende. Mais que fait-on ce mois-ci dans la Sérénissime ? Que faut-il ne pas louper ?
 .
Comme Tramezinimag l'a déjà annoncé, tous les lundis de mai, on lève son verre à l'Art avec le Happy Spritz en musique (live). Un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte, la visite des jardins et des collections un verre à la main est un bonheur. Regarder passer les bateaux depuis les terrasses, bavarder dans le jardin, un délice de happy fews qui font des émules car il y a désormais foule à chaque rendez-vous ! Si vous avez des enfants avec vous, en dehors du Spritz et des conversations sur l'art dans toutes les langues, ils aimeront l'atmosphère magique des lieux.
 ..
 .
Mais pour les amateurs d'art, les experts et les passionnés, il y a aussi ce mois-ci l'extraordinaire spectacle de l'Esther de Véronese enfin restaurée qui s'expose en majesté au Palazzo Grimani. Occasion unique pour voir ces chefs-d’œuvre de près avant leur restitution aux plafonds de la Chiesa di San Sebastiano ! Qui dit que rien plus jamais ne se passe à Venise en dehors des méga-évènements mondialement médiatisés de la Biennale, des expositions Pinault et de la Mostra del Cinema
.
.
Tenez, pendant quelques jours, du 13 au 15 mai, se déroulait à l'Arsenal la IVe édition de Mare Maggio, organisée par Lorenzo Pollicardo, sous l'égide de Expo Venice. Trois journées dédiées à l'art de naviguer avec des régates, des promenades sur un bragozzo authentique, des expositions d'embarcations historiques comme le sous-marin Dandolo et la machine de Marconi. A la fin de la manifestation, des stands proposaient à la vente des objets et ustensiles pour la navigation mais aussi pour les collectionneurs. 

Gourmandises d'un dimanche tranquille : La Crème vénitienne

Un dimanche comme les autres. Le soleil qui est revenu fait danser les grains de poussière dans l'embrasure des fenêtres du salon, le délicieux parfum des tilleuls en fleur se répand dans toute la maison. Les chats somnolent. Peu de bruit dans la rue. La voix éraillée de Billie Holiday chante "I am painting the town red". Constance, allongée sur la canapé rouge, est plongée dans une vieille bande dessinée des années 50, son thé à la main. Alix doit être quelque part à la plage avec ses amis et Jean révise ses cours de philosophie. Atmosphère comme je les aime. Une journée banale. Paisible. Pour changer des sempiternels scones et des galettes irlandaises, nous avons fait une crème vénitienne. Un peu long mais le résultat vaut le mal que nous nous sommes donnés sous le regard attentif et très intéressé de nos deux chats gourmands. Un peu long mais le résultat vaut le mal que nous nous sommes donnés sous le regard attentif et très intéressé de nos deux chats gourmands.
Pour réaliser cette crème, il faut : 1 litre de bon lait, 10 grammes de cassonade, une belle gousse de vanille et 6 œufs.
Délayer le sucre dans une casserole à fond épais avec le lait et mettre à bouillir avec la gousse de vanille fendue dans le sens de la longueur. Pendant ce temps séparer le jaune des blancs. Dans une assez grande car elle contiendra toute la crème, battre les jaunes en crème. Puis dans une autre jatte, battre les blancs en neige ferme en y ajoutant une pincée de sel et un peu de sucre.
Quand le lait bout, l'ajouter peu à peu aux jaunes (jusque là, il s'agit tout simplement de réaliser une crème anglaise) en remuant pour éviter que la crème ne tourne. Quand tout le lait est dans la terrine, reverser la préparation dans la casserole et faire épaissir en remuant sans arrêt. Je remue comme on manie la rame : en faisant des huit plutôt qu'en tournant en rond dans la casserole !

Quand la crème vous parait assez épaissie, la sortir du feu. Ajouter les blancs en neige en mélangeant bien le tout. Servir tiède avec un biscuit de Savoie ou froid avec des sablés. A Venise, certains la mettent dans des petits pots et la font caraméliser au four. Un régal pour savourer un dimanche tranquille.


_______
1 commentaire(s):
Michelaise a dit…
Une recette légère qui doit fondre en bouche... comme fond dans le cœur l'ambiance douce de ce dimanche ensoleillé.

09 mai 2011

Connaissez-vous les Editions Serge Safran ?

Petit chronique littéraire improvisée pour un dimanche ensoleillé...
 

Moi qui peine depuis plus d'un an sur la parution d'un modeste opus réclamé à corps et à cris par les lecteurs de Tramezzinimag, je suis ébahi par l'arrivée d'un nouvel éditeur. Bordelais monté à Paris, l'homme n'est pas le premier venu. Après le Castor Astral, il devient le directeur littéraire des Éditions Zulma, dont il est un des fondateurs. Il vient de publier un texte superbe, "Le voyage du poète à Paris", en lice pour le Prix Renaudot 2011. Mais il trouve aussi le moyen de lancer une nouvelle maison d'édition à son nom, et devinez quel est le sujet du premier titre de la maison ? Venise évidemment avec un recueil de nouvelles de Dominique Paravel qui se lit d'un trait comme un envoûtement. L'auteur a plongé sa plume dans l'eau saumâtre des canaux et nous conte au fil des pages une Venise pleine de violence et d'angoisse. Mais jamais rien de mortifère si ce n'est l'indubitable vérité qui nous ramène à notre état fragile et éphémère. Les femmes et les hommes de ce livre se frottent à une réalité qui les écrase et les fait vivre à la fois. Venise est l'héroïne de ces pages, le fil conducteur qui permet de lire chacun des textes comme on lit un roman chapitre après chapitre. Et on se régale de cette langue âpre, directe et sans masque. Bienvenue aux Editions Serge Safran.
 
Curieux hasard, mais le hasard existe-t-il vraiment, qui fait jaillir en même temps ou presque, le roman de Safran, les nouvelles de Madame Paravel, le flamboyant "Ce qu'aimer veut dire" de Mathieu Lindon - certainement le plus beau texte de l'année, terriblement fort et émouvant, et la sortie du purgatoire des textes d'Hervé Guibert que la jeune génération découvre enfin.
 
Vous pouvez imaginer le délice que va être ce dimanche... Le soleil qui brille, un vent léger et parfumé qui porte dans la maison l'odeur des tilleuls, les oiseaux dans les arbres. Une tasse de thé après l'excellent verre de Moscato d'Asti, et des livres, plein de livres : Paravel, Safran Lindon, Guibert, mais aussi Paul Auster, le livre sur Cassavetes de Maurice Darmon et deux livres retrouvés dans mes cartons : "Avec Mon meilleur souvenir, et sa suite Et Toute ma sympathie, peut-être le meilleur de Françoise Sagan depuis Bonjour Tristesse. Bon dimanche à vous aussi.
Nouvelles vénitiennes
Dominique Paravel
Éditions Serge Safran, 2011
Le voyage du poète à Paris
Serge Safran
Éditions Léo Scheer, 2011
Ce qu'aimer veut dire
Mathieu Lindon
Éditions P.O.L., 2011
Fou de Vincent
Hervé Guibert
Éditions de Minuit , 1989
 
A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie
Hervé Guibert
Éditions de Minuit , 1990
Le Carnet rouge
Paul Auster
Éditions Actes Sud, 1993
Pour John cassavetes
Maurice Darmon
Éditions Le Temps qu'il fait, 2011
Avec mon meilleur souvenir
Françoise Sagan
Éditions Gallimard, 1984
Et toute ma sympathie
Françoise Sagan
Éditions Gallimard, 1993

1 commentaire(s):

Anonyme a dit…
Belles lectures et éclectisme de goûts Lorenzo !
Serge

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...