16 août 2005

Tramezzinimag, pourquoi ce titre ?


Publié pour la première fois en mai dernier, de retour de Venise, ce blog présentait en quelques lignes le pourquoi de son titre. Comme on continue de me demander ce qu'il signifie, et en dépit de l'évolution de son contenu, moins exclusivement vénitien aujourd'hui, j'ai repris mes explications que je vous livre à nouveau.

Ceux qui vont à Venise connaissent sans aucun doute ces délicieux sandwiches en forme de triangle, que l'on trouve dans tous les bars pour un peu plus d'un euro : tonno-uova, prosciutto-funghi... Les vénitiens les consomment debout au comptoir, avec un verre de blanc ou un prosecco, ce délicieux vin pétillant. Les meilleurs sont servis depuis des années dans un petit bar des environs de l'Arsenal, mais dans chaque quartier, il y en a de délicieux. Ils sont un peu le symbole d'un art de vivre comme le spritz, le Bellini, ou le gianduiotto de chez Nico... C'est parce que j'avais envie de parler de tout cela que j'ai créé ce blog. Raconter à ceux qui ne savent pas, les délices d'une ville unique au monde, mal connue et pourtant si célèbre. Parce que je voudrais modestement, contribuer à la mieux faire apprécier, au-delà des clichés qui l'encombrent depuis 150 ans et l'empêchent de vivre, en l'étouffant peu à peu. Car, c'est un paradoxe, Venise crève du tourisme. Il n'enrichit que les boutiquiers et appauvrit les vrais vénitiens, rongeant l'âme de la ville comme la pollution en ronge les pierres. Là est le vrai mal qui tue Venise peu à peu, transformant les commerces de proximité en boutiques à touristes, obligeant les habitants à quitter le centre historique pour la terre ferme et en rendant la vie presque aussi chère qu'à New York ou à Londres. J'espère montrer une Venise différente au fil des pages et de mes humeurs. Aider le voyageur à sortir des sentiers battus - c'est bien ici le cas de le dire - et lui apprendre à voir autre chose et à devenir, à son tour, un "bon vénitien"pour paraphraser Henri de Régnier.

posted by lorenzo at 23:10

Bon voyage, Natsuko !


Je voudrais saluer une grande amie japonaise qui part bientôt pour Hong-Kong où elle va préparer une maîtrise. Natsuko Fukue est de Fukuoka, ville jumelée avec Bordeaux. elle est à l'image ce sa ville, dynamique et jeune. Sa passion, outre la musique et le cinéma ? : la pâtisserie et la cuisine en général. Elle fait le meilleur gâteau au chocolat jamais dégusté dans ce bas monde et ses sushis sont parfaits.

C'est aussi une excellence pianiste, une bonne photographe, une élève douée et une amie très chère et attentive. Elle a vécu une année parmi nous, en pleine tempête, la dernière année dans notre grande merveilleuse maison. Au moment où pour moi tout se délitait, elle était là, attentive, douce, prévenante. Nous avons beaucoup parlé, beaucoup ri, elle, les enfants et moi. Nous avons fait plein de bons petits plats, visité des tas de galeries, des librairies et pratiquement tous musées de Bordeaux et des environs. Nous avons souvent pris le thé, boisson pour laquelle nous avons tous deux une vraie passion.

Bonne route à Natsuko sur le chemin de la vie. Que ses pas la ramènent un jour chez nous. Et comme disent les chinois, nous luis disons tous : " Dix mille ans à Natsuko"!


15 août 2005

Une bibliographie sur Venise à visiter souvent

Les gens qui gèrent Il Campiello (lien ICI) sont un peu comme des voisins qu'on croise mais qu'on ne fréquente pas ou pas encore. l'occasion en fait ne nous en a encore jamais été donnée. Héritiers d'une jolie petite maison située dans un quartier très tranquille, à deux pas de la Piazzale Roma et de la Prison, Il Campiello (c'est le nom de baptême de la maison et le nom de leur site) a l'air de plaire beaucoup car leur livre d'or est plein de gentils mots enthousiastes. D'ailleurs, c'est toujours plein et je crois que les habitués se passent le mot pour être certains de pouvoir y loger. Allez donc faire un tour sur leur site et visitez virtuellement l'endroit. Ce n'est pas un palais certes, mais une maison authentique et apparemment remplie de bonnes ondes, un cadre idéal pour séjourner à Venise en famille ou entre amis sans se ruiner !Une courette-jardin donne sur le canal, face à l'église de Santa maria Maggiore. Calme absolu. D'ailleurs l'adresse est jolie : 2234 calle della madonna. La proximité de la prison et des entrepôts du port ne sont pas un inconvénient. A Venise même les terrains vagues et les friches industrielles sont pleines de poésie. La nuit quand il fait doux l'été, se promener dans ce quartier est un régal? je vous assure qu'on s'attend à croiser Corto Maltese bras dessus bras dessous avec Ugo Pratt devisant dans les ruelles sombres.

C'est un quartier pittoresque peu touché par les hordes de barbares qui ne quittent guère San Marco ou le Rialto. Non loin de là, près de San Sebastiano où se situait du temps de ma vie vénitienne la Faculté des Lettres, au bout d'une fondamenta sans intérêt particulier habitait un vieil homme dont j'ai malheureusement oublié le nom avec qui j'ai souvent parlé. J'ai encore dans l'oreille le son très particulier de sa voix, nasillarde et forte. Il avait certainement beaucoup voyagé. Il avait aussi beaucoup rêvé et pas mal bu. Il servait quand on allait chez lui un vin rare, réputé rendre fou et pour cela interdit, un Clinto des piémonts de Frioul à l'incroyable arôme, mélange de framboise et de myrrhe. Un grand grillage entourait sa maison au-dessus des murs du jardin. Et là c'était un autre monde : des singes, des perroquets, un renard des sables, tout une faune exotique et très bruyante. Que sont devenus tous ces animaux ? Le pâté de maison a été restauré. Je n'ai trouvé personne pour me renseigner sur le vieil homme. Pourtant, ce n'est pas un effet du Clinto, je vous l'assure. Il a bien existé.


14 août 2005

Pax Tibi Marce Evangelista Meus


Théo de San Barnaba

Sur le joli campo de San Barnaba existe depuis de nombreuses années un petit bar sans prétention fréquenté par les gens du quartier mais aussi par de nombreux musiciens et des peintres. Le patron, grand amateur de musique avait chaque jour la visite d'un chat ordinaire dénommé Theo


Mais pas si ordinaire en fait. Theo, gatto genetico, pareil à des centaines de ses congénères qui occupaient les cours et les ruelles de Venise (avant que des fonctionnaires venus de Rome décident qu'il fallait réduire cette colonie traditionnellement implantée à Venise depuis la nuit des temps), arpentait le quartier. 

Bien nourri par les mammagatti qui elles aussi, surtout à Dorsoduro, étaient légion, il menait une vie calme et sereine. Très organisée aussi : le matin il allait à Santa Margarita, où il retrouvait ses congénères devant les étals de poisson. Quand midi sonnait, on le voyait au soleil, sur la margelle d'un puits, le rebord d'une fenêtre ou au milieu de la Corte dei Furlani où il demeurait, non loin de la Ca Rezzonico. Plusieurs minets, bien plus jeunes qui lui ressemblaient, vivaient dans les environs, preuve de ses amours passées. Il en avait pincé un temps pour la chatte du bedeau de San Barnaba mais cette infidèle lui avait préféré un jeune rouquin paresseux vivant du côté de San Trovaso. Bref notre Theo était une vedette. 

Chaque jour ou presque, lorsque le bar "Ai artisti" se remplissait de monde et que des musiciens jouaient, ou même quand le patron mettait un disque, Theo arrivait. Dès qu'il entendait la musique (sa maison était sur la fondamenta de l'autre côté du canal), il grattait pour sortir ou sautait par la fenêtre et il rappliquait. Il s'installait à gauche de l'entrée, sous le téléphone et se couchait sur les annuaires près du comptoir. Ceux qui l'ont connu vous le confirmeront, il semblait vraiment aux anges. Il ronronnait de plaisir surtout quand on lui mettait les Quatre Saisons de Vivaldi, et plus que tout, quand les violons glissaient et répandaient leurs trilles joyeuses et résonnaient sur la place. C'est ainsi que Franco Gelli a voulu immortaliser notre amateur de musique dans une lithographie parue aux Edizioni di Ghen, aujourd'hui introuvable et qui siégea longtemps, joliment encadrée, sur un des murs du bar. L'estaminet n'est plus, mais tous se souviennent de Theo !

Cette anecdote me fait penser à un très bel ouvrage, publié en 1991 par Robert de Laroche, grand amateur de chats, chez Casterman, avec des photos de Jean-Michel Labat, intitulé "Chats de Venise". Je le recommande à tous les amoureux des chats et de Venise. 
J'espère que Robert de Laroche, s'il lit ce modeste journal, ne m'en voudra pas d'une aussi plate présentation de son superbe livre !

Notre maison

Entre 1980 et 1986, j'ai vécu dans différents quartiers de Venise. Je voudrais, lorsque j'en aurai le temps décrire chacun de ces lieux, tous magiques et responsables autant que l'environnement général, de mon attirance et mon amour pour Venise. De passage, depuis, j'ai habité chez des amis, dans des chambres d'hôtes, des couvents, des hôtels. Là encore plein de lieux que j'aimerai recommander sans vouloir non plus trop les galvauder. Car à Venise comme ailleurs quand une adresse devient un lieu à la mode, elle disparait vite dans l'engrenage de la mode et de l'affluence. Car il reste à Venise des endroits secrets comme Ugo Pratt savait en parler. Il en existe peu ou plus beaucoup. Alors, je ne vous révèlerai pas tout ce que je connais. A vous aussi de partir à la découverte !

Mais revenons à mes campements vénitiens. Cette fois-ci, nous avions décidé de nous installer chez nous. Après des semaines de recherches sur internet, avec l'aide d'amis vivant sur place, nous avons fini par trouver notre bonheur : une ravissante petite maison avec une cour et grand jardin en plein centre, dans le quartier de Dorsoduro. laissez-moi vous présenter notre domus. Je ne vais pas vous la décrire comme le ferait un agent immobilier. Vous en auriez vite assez. Non, laissez-moi simplement vous raconter comment on y est bien. 

Tellement bien qu'en mai dernier, quand nous sommes arrivés, après avoir investi la maison, modifier un peu la décoration et refait l'aménagement à notre goût, nous n'avons quasiment plus bougé. Longs petits déjeuners dans la sala di pranzo, farniente dans le jardin sous les glycines, siestes dans les chambres, soirées lecture dans le salon, sous une grande tapisserie Renaissance un peu usée. Bref, un séjour calme, paisible, comme la maison. Il faut dire qu'elle donne sur un jardin très vert, très ombragé, très fleuri, lui-même entouré de jardins. Une cour avec en son milieu un puits médiéval. Un salon joliment meublé, une salle à manger, une cuisine et une chambre monacale (la mienne). Voilà pour le rez de chaussée. A l'étage, trois belles chambres, très claires avec des kilims multicolores sur le pavement du sol. Une salle de bain, deux salles d'eau. Une jolie petite bicoque comme on en rêverait au fond d'une ruelle ensoleillée, n'importe où, à Bordeaux ou à Paris.

J'ai passé mon temps entre deux pages d'écriture à cuisiner : pâtes et risotti bien entendu mais aussi crumble de légumes, fondant au chocolat et aux framboises, tartares de betteraves au mascarpone, lasagnes de canards à la Torcelliana... Je crois que je vais m'amuser à donner mes recettes dans ce blog ! Quelques jours après notre arrivée, les glycines étaient tellement fleuries que l'odeur imprégnait la maison de bas en haut. On sent d'ailleurs ce parfum chaque année à cette période dans tout Venise tellement cette plante y est répandue.



Carpaccio, illustrateur d'histoires

L'envoi des Ambassadeurs, du cycle de Saint Ursule conservé dans les Galeries de l'Accademia fait partie depuis toujours de mon Musée imaginaire.


Vittore Carpaccio (1460-1526) est pour moi le peintre vénitien par excellence. Je ne suis pas critique d'art et mes compétences en la matière se résument à ce que j'ai lu ou appris à l'Université, à San Sebastiano, quand j'étais étudiant à Venise. Mais c'est ce que mon cœur ressent et comprend de ces œuvres géniales, qui me pousse à vous faire partager quelques uns de mes émois artistiques. Et tant pis pour les critiques et les grincheux que mon enthousiasme ne manquera pas de faire surgir. J'aime Carpaccio, mais aussi les Bellini, Mantegna, Basaiti, et tous ces grands artistes qui ont laissé partout dans Venise de merveilleux chefs-d’œuvre. Chaque semaine, je vous présenterai une pièce du catalogue de mon "Musée Imaginaire", pour reprendre la belle expression d'André Malraux.

12 août 2005

Un grand MERCI à mes lecteurs !

Je tiens à remercier les 948 personnes qui m'ont fait l'honneur de lire mon article sur le soir du référendum. Sans prétention ce papier a été repris sur un site très fréquenté (http://www.non-2005.org/Le-non-n-est-pas-une-fin-en-soi_a275.html), que je remercie aussi. 

Il faut continuer et crier haut et fort qu'avoir dit non au référendum ce n'était pas dire non à l'Europe, mais clamer avec toute notre énergie, le désir d'une Europe différente de celle confisquée depuis de trop nombreuses années par les technocrates de Bruxelles débranchés de la réalité quotidienne, celle des français comme des italiens, des allemands ou des hollandais. 

L'Europe nous la voulons. Puissante, unie, rayonnante. Une Europe des Nations et des Peuples. Mais nous ne voudrons jamais d'une Europe au rabais, méprisant les gens et leurs aspirations, au nom des principes ultra-libéraux véhiculés par le monde de la finance, des multi-nationales et de leurs actionnaires. Cette Europe-là nous mènerait - nous mène déjà - vers la mort de la démocratie ; vers une dictature impitoyable, celle de la performance, de la concurrence à outrance, de la rentabilité, de l'argent ; Vers l'injustice. 

L'Europe que nous voulons bâtir pour nos enfants qu'ils ont presque enterrée vivante, c'est celle du Général de Gaulle, du Chancelier Adenauer, de Jacques Chaban-Delmas. La seule véritable idée de l'Europe, c'est eux qui l'ont fait naître.

10 août 2005

LE NON MASSIF DES FRANCAIS

Le texte ci-dessous a été publié sur le site non-2005.org, le 30 mai dernier. Écrit d'une traite en revenant de la mairie, après une journée harassante mais passionnante où je présidais un bureau de vote de quartier :
 
Les français, en dépit de la propagande outrancière des ces dernières semaines, ont fait leur choix. Ils ont rejeté avec vigueur le projet de traité que l'on cherchait à leur imposer en masquant la vérité, en tronquant le débat.

La victoire du non n'est pas une fin. Il ne faut pas l'envisager comme le triomphe d'idées de gauche contre des concepts de droite. Ce n'est pas le réveil des idées nationalistes et rétrogrades anti-européennes. C'est la manifestation souveraine d'un peuple qui a refusé d'être traité comme irresponsable et stupide. Ce n'est pas seulement l'expression du ras-le-bol qui règne chez beaucoup, ce n'est pas la peur de l'Europe, ce n'est pas le refus du dynamisme économique. 

C'est la volonté de notre peuple d'agir et de combattre comme il l'a toujours fait, parfois dans le désordre, souvent avec des débordements, pour inventer un avenir meilleur, plus humain, solidaire dans le respect de ce qui a fait notre civilisation. Aujourd'hui, et c'est la confirmation du bon choix fait par le Président en imposant un référendum, la démocratie a gagné en France. L'oligarchie méprisante des élites économiques et politiques a perdu. Mais cette victoire n'est pas une fin en soi. Il nous faut maintenant proposer une alternative. 

Et celle-ci n'est pas seulement dans les idées et les projets de la gauche. La droite aussi, non pas celle qui entretient la nostalgie des régimes totalitaires, pas celle qui prend ses ordres auprès du Medef, des banques et de la haute-finance, mais celle issue du CNR, celle du Général de Gaulle, celle de la "Nouvelle Société" rêvée par Chaban-Delmas, pour laquelle adolescent, avec lui, j'ai milité. L'Europe de demain se fera et se développera au nom des citoyens. Pour le bonheur des citoyens.

Ah que la fête serait jolie si le Chef de l'Etat ne se contentait pas de prendre acte de la volonté du peuple. S'il ne cédait pas à la tentation de remplacer le spécialiste du marketing politique par un spécialiste du show à grand spectacle. S'il retrouvait les accents de l'appel de Cochin. S'il redonnait à son action une dynamique gaulliste, populaire et osait reconnaitre qu'il s'est trompé dans ses choix. S'il montrait au monde entier qu'il est, finalement, un homme de convictions. 
J'étais à la Mairie de Bordeaux ce soir. J'entendais dans les salons le discours d'élus, de sympathisants "on a perdu", la droite est morte d'avoir diabolisé le Pen", "les français sont des c...s (parole répétée par Pierre H., un élu de l'opposition et répétée par un bordelais d'origine égyptienne, outré par ces propos). Les buffets étaient tout de même pris d'assaut. Et la droite par-ci la droite par-là... Mais ils n'ont rien compris. Le débat est aujourd'hui au-delà de ce clivage historiquement dépassé. A 500 mètres de la mairie, une centaine de personnes laissait éclater leur joie. Drapeaux rouges en tête, il y avait la CGT, la LCR, le PCF, différents collectifs anti-nucléaires, le mouvement ATTAC, des syndicats de lycéens, des mouvements libertaires. Une ambiance bon enfant malgré la pluie fine qui tombait. "marchons sur la mairie" disaient quelques excités "non" répliquait la CGT, bien vite étouffée par les autres, "Restons ici, gardons cette victoire pour nous et savourons-là, n'allons pas là-bas. A quoi bon"
Et pourquoi faire au fait ? Là-bas justement, il n'y avait plus personne. Les élus partis, les invités avaient tous quitté les salons. Autour de l'Hôtel de ville, des cordons de CRS casqués, des barrières. Tout un arsenal anti-émeute pour une poignée de militants heureux. 
Mais où étaient les citoyens de droite qui ont dit non eux-aussi ? Qui pouvait voir les souverainistes, avec Philippe de Villiers et Paul Marie Couteaux, la NAR, les vrais gaullistes réunis par Dupont-Saint Aignan et les autres élus de l'UMP, tous ceux qui ont appelé à voter non à droite? Quel dommage que tous ce soir ne se soient pas réunis ensemble pour montrer au peuple souverain qu'il existe d'autres femmes et hommes politiques que ceux qui depuis des semaines leur mentent ! Mais on peut rêver. Les démons franco-français sont toujours là, omnipotents. Déjà les médias s'apprêtent à rejouer la même mauvaise pièce : "la gauche de la gauche a dit non, regardez-là s'exciter dans les rues, la droite rassemble ses forces et digère sa défaite"... Pourtant l'enjeu est de taille aujourd'hui, c'est l'avenir de la France au sein de l'Europe et l'avenir de millions de citoyens européens qui va se jouer dans les prochains mois : allons nous bouger un peu les cartes et avec une donne à peine différente, jouer la même partie une fois de plus, ou bien allons nous oser affronter l'inconnu et, comme nos ancêtres de 1789, oser inventer notre avenir ?
Ah, ce soir, combien la démocratie me parait joyeuse et pimpante malgré tout! On disait les français imbéciles et incapables de réagir. Une fois de plus, ils donnent une leçon au monde.
France, pour l'Europe, en avant !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...