07 novembre 2006

Eaux calmes et vertes que déchire la rame...

Chroniques d'un quotidien sans histoire

Le temps passe toujours trop vite à Venise. Pourtant, il est facile de faire durer chaque geste, chaque action. Je m'y emploie dès que j'ai posé le pied sur le quai de la gare.
.

Humer l'air qu'on respire sur le quai, devant la gare. Sentir avec chaque parcelle de son corps cette atmosphère unique qui saisit dès le premier regard jeté sur ce spectacle toujours semblable et pourtant à chaque fois différent. Passées les premières minutes de jubilation (cette fois mes enfants poussaient des cris de sauvages en arrivant tant leur impatience était grande de revenir enfin), le coeur battant comme un amoureux qui retrouve sa belle, nous prenons le chemin de la maison. Hélas nous avons peu de jours. 

Le vaporetto, notre lent cortège sur le Canalezzo vers l'Accademia. Tiens le kiosque est fermé aujourd'hui. Peu de monde encore en ce matin un peu gris. Que sera cette première journée ? un pont, et c'est la Toletta. Le portail vert au fond de la ruelle. La clé tourne dans la serrure. La maison bien préparée embaume l'encaustique et le linge fraîchement repassé. Graziella a bien fait les choses. Les radiateurs sont allumés. Les pièces du rez-de-chaussée sont un peu humides. Le jardin est tel que nous l'avons laissé la dernière fois. Le palmier dans la cour semble un peu triste. Sur la table du salon, un vase que nous allons remplir de fleurs et le courrier arrivé ici pendant notre absence. Des petits riens qui me font me sentir vraiment ici chez moi bien plus qu'ailleurs au monde. 
Je n'ai pas encore défait les valises que déjà les enfants sont sortis. le CD de Pedrini est la première musique que j'écoute en rangeant nos affaires. La bouilloire chante aussi. Une bonne tasse de thé et je pars retrouver les enfants sur le campo. Il faut faire les courses. Fruits et légumes chez le marchand flottant de San Barnaba. Le reste chez Billa. Une tarte aux amandes achetées au restaurant des Zattere en rentrant et ce sera un festin. Il faut bien fêter nos retrouvailles avec la Sérénissime. 
A part deux ou trois expositions, une visite aux amis, et l'inévitable gianduiotto de chez Nico, la messe à San Giorgio, ce sera un week-end de calme et de farniente. Jean a les cheveux trop longs, il ira peut-être chez mon coiffeur, celui près de la Lista di Spagna. Constance veut retrouver le magasin où il y a ces extraordinaires poupées dont le visage est calqué sur des visages humains. Alix a l'intention de se reposer au soleil des Zattere et Margot n'a pas de temps à perdre. Son concours blanc est pour la rentrée. C'est décidé, elle sortira peu... Tiens, elle est partie avec les autres ! Venise ensorcelle mes enfants ! Ai-je bien fait de leur instiller dès le biberon ce poison délicieux qu'est notre amour pour la Cité des Doges ? 
Et moi ? Je voudrais faire un tour chez l'antiquaire de la calle delle Carozze près de San Samuele... J'irai aussi me gaver de pâtisseries. Je vais cuisiner souvent : poissons frits, risotto di verdure, lasagnes de canards, zabayon all'arancia...  
.
Et puis je dois écrire, recopier mes notes, trier, corriger, élaguer, dépouiller. Lire bien sûr : une dizaine de livres attend dans ma valise. Ah ! quelques jours à Venise. Loin de tout et pourtant au milieu de tout. Non, au centre du monde, puisque Venise pour nous est le point de départ et le point d'arrivée, l'épicentre de nos préoccupations, de nos désirs et de nos vies.
Écrit dans l'euphorie du retour, le 31 octobre.

COUPS DE COEUR N°11

The Magic Numbers"The Magic Numbers"
Heavenly Recordings, 
EMI. 2005
 En sirotant un délicieux Fragolino et des polpette bien chaudes, j’ai découvert l’autre jour ce disque dont tout le monde me parlait depuis l’été dernier. J’ai mis du temps me direz-vous à juste titre. C’est que j’ai la (très) mauvaise habitude de n’écouter jamais que de la musique ancienne. Non pas que je sois sectaire. Mais j’aime ce son depuis mon enfance. Je sors peu du baroque, avec quelques incursions dans la musique du XVIIIe siècle et rarement dans celle du XIXe. Alors le XXIe… Je me dis souvent que c’est pour les oreilles de mes enfants dont le MP3 regorgent davantage de ces chansons à la mode que de Gabrielli ou Marcello ! Cependant, il m’arrive de découvrir des sons agréables, qui ne me font pas fuir à cause de ces bou boum boum qui me donnent vite la migraine. C’est vrai que mes oreilles en sont restées à l’éventail sonore des Cat Stevens, Bob Dylan ou Leonard Cohen. Ajoutez Jack Johnson et les papas and mamas et vous connaitrez mes goûts - et connaissances (limitées) en matière de musique pop. J’aime quand c’est doux, agréable, reposant, chaud. Je bondis lorsque les Who, Cure ou autres Pink Floyd prennent leurs instruments et que ça hurle et pète dans tous les sens. C’est comme ça. Mais The Magic numbers, c’est autre chose. Mes tympans ont aimé. Musique heureuse et paisible s’il en est. Un peu mélancolique parfois. Parfait pour un après-midi relax ou farniente rime avec copains. Tant que je suis dans les disques pop lounge, je voulais signaler à ceux qui ne le connaissent pas encore : mon amie Claire vient de m’offrir "Ballad of the broken seas" par Isabel Campbell et Mark Lanegan. Superbe. Particulièrement la chanson "it's hard to kill a bad thing" et surtout "dusty wreath" qui convient bien à mes soirées au coin du feu où parfois la nostalgie me tient, agréable sensation finalement que cette musique d'aujourd'hui qui porte et se laisse écouter et réécouter à n'importe quelle occasion.
..
Vivaldi, Virtuoso Cantatas
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
Ed. Virgin Classics
J'ai déjà parlé de ce contre-ténor dont j'aime beaucoup la voix surtout dans ce disque sublime. Pas un soupçàn d'affectation ni de maniérisme. Tout est délicat mais vif. Viril. Mes mots paraîtront peut-être un peu forts. Ecoutez-le et vous me direz... Voilà un commentaire de Arnaud Thierry, déniché sur le Net. Je le trouve fort pertinent : "De toute évidence, Philippe Jaroussky semble promis à une carrière assez exceptionnelle. Le timbre si particulier de sa voix est de nature à provoquer chez l’auditeur des émotions indescriptibles. Mais il ne s’en tient pas seulement à cela. Il obéit aux impératifs techniques propres à son registre de contre-ténor : un legato d’une fluidité exemplaire et un aigu qui monte avec une souplesse étonnante. Ne négligeons pas la remarquable prestation de l’Ensemble Artaserse pour qui, de toute évidence, la musique de Vivaldi est une seconde nature. Une prise de son trop claire aurait pu nuire à cette interprétation et le preneur de son l’a bien compris. Son enregistrement demeure très équilibré, avec du relief et de la précision. Cela nous vaut un disque captivant qu’il convient de saluer respectueusement."
.
Venise et l'Orient
Aurélie Clemente-Ruiz
Ed. Gallimard.
Hors série Découvertes. 2006
Il paragone entre deux destins intimement liés. Deux mondes aussi qui faillirent n'en plus faire qu'un... Devenue une grande puissance grâce à sa suprématie commerciale en Méditerranée, Venise a su établir très tôt des liens privilégiés avec les grandes dynasties musulmanes, les Ayyoubides, les Mamelouks et les Ottomans. Du XIVe au XVlle siècle s'ensuivent d'importants échanges culturels et artistiques entre la cité maritime et les grandes villes du Proche-Orient : Alexandrie, Le Caire, Damas, Jérusalem, Istanbul. Dans le même temps où Venise se pare de palais d'inspiration orientale, où ses grands peintres - Carpaccio, Bellini, Lotto - se plaisent à peupler leurs tableaux de personnages enturbannés ou de précieux tapis venus de Turquie ou d’Égypte, s'opère une formidable transmission des savoirs et des techniques entre l'Orient et la République vénitienne, de l'art du verre à celui du métal. Et Venise d'exporter à son tour des objets de luxe à la mode orientale vers les grandes capitales d'Europe. Un petit livre dépliant d'une vingtaine de pages qui est une parfaite introduction à la magnifique exposition qui a lieu actuellement à l'Institut du Monde Arabe à Paris. Mais je vais vous en reparler.
...
Une saison à Venise
Wodzimierz Odojewski
Traduit du polonais par Agnès Wisniewski et Charles Zaremba.
Ed. Les Allusifs.
J'ai lu dans le train, d'un trait et avec délectation ce joli petit livre. Son format, sa couverture, le papier la typographie sert d'écrin à un petit joyau écrit par un polonais dont je n'avais jamais entendu parler et qui m'a entraîné dans un voyage déroutant et loufoque. Une famille un peu comme la mienne: des fous de Venise et cette folie traverse les générations. C'est enfin le tour de de Marek, il va accompagner sa mère et découvrir enfin le palais des Doges et le pont du Rialto. Il a tout préparé. Il sait tout du plan de la ville, il a appris par cœur le nom des et des canaux, il a découpé des dizaines de photos. Mais ce voyage est programmé en 1939. Au lieu du voyage, c'est l'invasion et la guerre. Le séjour vénitien est remplacé par un départ précipité chez une tante qui mène une vie "hygiénique" et souhaite transformer sa villa Art nouveau en pension de vacances. Une inondatyion va bouleverser la réalité et ramener notre petit monde vers le paradis. Une bassine deviendra gondole, la table de ping-pong fera très bien la place Saint-Marc et le piano animera las terrasses des cafés, quelques planches à repasser serviront de passerelles et si les adultes veulent bien jouer le jeu pour un soir…L'auteur "réussit en quelques lignes à restituer cette force de l’enfance qui gomme le danger pour redessiner le rêve et le rendre plus brillant que la réalité. Son écriture n’est jamais naïve ou condescendante, elle transcrit au plus juste ce glissement vers l’imaginaire, quand le regard accepte de passer de l’autre côté du miroir. Marek n’ira jamais à Venise, la sienne est autrement plus poétique" écrit Christine Ferniot dans Télérama. Lisez-le, il y a longtemps que je n'ai pas trouvé une description de Venise aussi vraie !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...