27 novembre 2006

Chez Bobo Ferruzzi

A deux pas des Zattere, sur un campiello retiré, le peintre Bobbo Ferruzzi a aménagé il y a une trentaine d'années un ancien entrepôt pour en faire sa maison-atelier. De l'extérieur, le bâtiment tout en longueur ressemble à une grange, avec ça et là des vestiges du glorieux passé de la Sérénissime enchâssés comme des pierres précieuses. Un pied de vigne noueux surplombe la porte Renaissance. 
Quand on pénètre chez le maître de maison, voilà ce que l'on voit. Un univers tout en couleurs à l'image de sa peinture. Une cheminée sur la droite, des assiettes anciennes aux murs, une belle vierge en bois polychrome, partout de beaux objets d'art de toujours grande qualité, des fleurs, des fruits et un accueil chaleureux.
.
Les fauteuils profonds et confortables à souhait sont recouverts d'une simple toile que le maître a peint de ces tons vigoureux dont il a le secret et qui habillent aussi ses tableaux. De chaque côté de la porte d'entrée sont d'ailleurs les placards ou le peintre range les toiles qu'il réalise. certaines sont très anciennes (il y en a de la période scandinave, sud-américaine, parisienne, londonienne...) et d'autres très récentes. Lorsque je dirigeais la galerie, j'adorais venir choisir avec lui dans ses réserves les peintures à mettre en vente.
.
Bobo Ferruzzi est un vedutiste avant tout, et comme ses glorieux prédécesseurs, il entasse souvent une dizaine de tableaux reprenant la même vue, le même angle qu'il reproduit jusqu'à ce qu'il parvienne à traduire ce que ses sens voient et ressentent. La toile alors (c'est souvent un panneau de bois qu'il encadre lui-même) aura droit aux cimaises de sa galerie. A l'époque où je travaillais pour lui, cette galerie occupait un local sublime donnant sur la fondamenta qui mène au musée Guggenheim. Occupé tout d'abord en partage avec Bacci-Baïk, un autre vénitien aujourd'hui disparu (Denise sa femme et leur fils perpétuent le souvenir de ce peintre en vendant à quelques mètres de là ses lithographies).
.
La grande salle du fond où j'avais mon bureau, donne sur les jardins du palais Venier dei Leoni. C'est aujourd'hui la boutique du musée. L'actuelle galerie Ferruzzi, tenue par son fils Roberto Ferruzzi junior (qui est aussi antiquaire et bibliophile à ses heures), est en face, à l'emplacement d'un bar où nous prenions le café en surveillant l'entrée de la galerie. Ce bar, je m'en souviens, utilisait pour sa petite terrasse le long du quai, des tables en fonte et en marbre qui provenaient du premier café Florian. Chaque fois que je m'y accoudais je pensais à Casanova, Rousseau ou Goldoni...
.
La femme de Bobo, la charmante Hélène et sa fille, Nora sont les créatrices de Norelène, une petite et florissante entreprise artisanale qui fabrique, à la main (dans la galerie au-dessus du salon de la maison) de somptueux tissus de soie ou de velours peints et frappés selon la technique ancienne des vénitiens reprise par Fortuny. De grandes tentures de chez Norelène habillent les murs et les lits de la maison. Un chat dort sur le canapé. Atmosphère unique et délicieuse.
.
Il y avait autrefois chez Bobo et Hélène, un vieux domestique extraordinaire dont j'ai oublié le prénom. Était-ce Antonio ou Alberto ? Fin cuisinier, il faisait tout dans la maison, allait couper et ranger le bois pour la cheminée, faisait les courses au marché, ou accompagnait Bobo en bateau sur la lagune, il rangeait faisait le ménage et prenait ses repas à table avec la famille comme un vieil ami de la famille. Antique usage que cette proximité faite d'affection, de respect et de familiarité qui mit à l'abri ce pauvre homme sans famille ni ressource.
.
il était célèbre dans tout le quartier presqu'autant qu'Eugenio dit Eugenio delle Zattere troubadour incapable de bien chanter. De sa voix cassée, il égrenait des chansons que personne ne voulait entendre mais qui faisait partie du paysage du quartier (je vous en reparlerai).

Venise comme un défi


"A Venise, le silence se voit, c'est le défi taciturne de l'Autre Rive. Brusquement, tout le cortège marin se noie, l'eau est comme les songes, elle n'a pas de suite dans les idées : voilà qu'elle s'aplatit et que je me penche au-dessus d'une grosse touffe de torpeur : on dirait qu'elle jalouse la rigidité cadavérique des palais qui la bordent."

Jean Paul Sartre
"Venise de ma fenêtre" in Situations IV,
1964, Éditions Gallimard
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...