29 novembre 2006

Quand les enfants jouaient sur les places et dans les rues

 
Il y avait autrefois à Venise une population gouailleuse et changeante dont les cris enchantaient l'oreille des passants. Assemblés autour des puits, sous le porche des cortiles, jaillissant des sottoporteghi pour s'abriter sous les arbres des campi lors d'interminables parties de cache-cache ou de colin paillard, tout un peuple de petits lutins, de gentils gnomes règnait sur la Ville. 
 
Les enfants! Il y avait des enfants partout et le silence du jour soudain, vers seize heures explosait en un feu d'artifice de cris joyeux et le bruit des taloches se répandait sur les pavés. La rue, puisque sans danger ici, étaient leur royaume, merveilleux terrain de jeu pour des parties sans cesse renouvelées qui inspirèrent peintres, poètes et cinéastes. Combien d'images nous reviennent ainsi des joyeuses cavalcades des petits vénitiens d'autrefois. Dans les années 80, lorsque je vivais ici mes douces années d'étudiant, il y en avait encore beaucoup partout. 
 
Maintenant on a parfois l'impression que la municiplaité en exhibe quelques uns, toujours les mêmes, pour donner à la ville un semblant de vie. Ils sont tous devenus vieux, ou bien ils sont morts ou en exil. Il reste heureusement des écoles et les places se remplissent à l'heur e du goûter de ces joyeuses troupes qui s'ébattent sous le regard attendri de leurs mères qui papotent sur les bancs. Mais combien en restera-t-il demain ?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...