02 décembre 2007

La vérité sort de la bouche des enfants

Hayez, Testa di ragazzo. Venezia 1832
Une amie vénitienne vient de me raconter une amusante conversation qu'un petit garçon a eu avec ses parents sur la Riva dei Schiavoni. La famille se promenait. L'enfant, prénommé Lorenzo (7 ans), qui avait gardé un souvenir très précis de la cuisine de l'hôtel trois étoiles où ils avaient passé les vacances d'été, passait en revue toutes les auberges plus ou moins luxueuses du quai (et il y en a pas mal entre le palais ducal et les jardins de la Biennale) : 
"Celui là a trois étoiles, on doit y manger bien, comme à la mer et celui là qui  en a quatre, on y mange super-bien !"
Et, arrivant devant une petite auberge dotée seulement d'une étoile, il réfléchit un moment et puis s'exclame :
"Ici, on doit manger comme à l'école !"

Vous voyez que ça bouge à Venise !

Ce paradoxe de Venise rarement relayé par les médias étrangers mal informés est un charme supplémentaire pour ceux qui aiment la cité des doges : la population diminue d'année en année, les écoles ferment et l'âge des résidents augmente, les boutiques de première nécessité sont remplacées par des commerces de produits touristiques pas toujours de grande qualité, dans certains endroits à certaines périodes, il y a plus d'étrangers en visite que de vénitiens, bref tout cela pourrait constituer un long cahier de doléances. Pourtant Venise est dans certains domaines plus en avance que Milan, Florence ou Rome. 

On y rencontre des initiatives aussi innovantes qu'à New York, San Francisco ou Tokyo. L'exemple des jeunes créateurs de Imegadito dont je parlais dans mon précédent papier en sont un exemple. La galerie Telecom près du Rialto qui présente les techniques les plus high-tech du moment en est un autre. Et pour balancer le cliché "touristes go-go, pizza-coca, gondoles et familles d'animaux en verre soufflé", voici quelques photos de la vie nocturne vénitienne autour de ces créateurs. Simplement pour montrer un autre visage de la Sérénissime. Celui d'un lieu de vie dynamique et en perpétuelle mutation culturelle et sociale.




_________ 

1 commentaire:

Andrea a dit…

           Oui mais ça bouche comment ? Est ce une véritable activité créatrice, de l'invention
           ou de la gesticulation au milieu du vide ?

I love tourism

Le 8 décembre prochain sera inaugurée dans les locaux de la Fondazione Bevilacqua La Masa, sous les arcades de la Piazza, une boutique un peu particulière, baptisée I Love Tourism.
 
Ce magasin présentera les créations de jeunes designers italiens et étrangers. C'est plutôt d'une ré-ouverture dont il s'agit en fait. Je vous avais parlé à l'époque de ce commerce autrefois géré par le fameux Studio Camuffo et qui passe sous la férule de Imegadito (ce qui veut dire "ils me l'ont dit"en dialecte), un groupe de jeunes créateurs très inventifs. Il faut aller voir leur site qui mérite le déplacement.
Parmi les nombreux créateurs, vous trouverez : Abake, Mauro Arrighi, Tim Biskup, Brunno Jahara, Studio Camuffo, François Chalet, Collettivo Rapido, Oooh!Design, Eboy, Fabrica, Freitag, Gaia Zebellin, James Jarvis, Jeremyville, Josh Petherick, Korner Union, Misstake, Nic Hess, Offumac, Ox Studio, Pierluca Galvan, Quarzia, Raffaella Brunzin, Andy Rementer, Silvia Silvan, Amos Toys, Fabio Viscogliosi, Wunderlab… et bien sûr le collectif Imegadito.
En lien avec la mission de la fondation Bevilacqua La Masa et à l'occasion de l'ouverture de la boutique, I Love Tourism lance un concours (sans limite dans le temps) proposé à tous les créateurs : vous pouvez proposer vos idées en adressant un courriel à l'adresse suivante : show@ilovetourismshop.com. Les projets retenus seront exposés et mis en vente dans la boutique. A vos crayons !
I Love Tourism
Galleria Bevilacqua La Masa
piazza San Marco 71/C
(côté Florian, un peu avant le Musée Correr)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...