12 janvier 2008

COUPS DE CŒUR N°20

Comme mes lecteurs me réclament toujours de nouvelles adresses et qu'à vouloir satisfaire la demande je n'aurai bientôt plus aucune adresse secrète et réservée au point qu'il me faudra conserver mon carnet noir dans le coffre d'une banque suisse, je vous présente ce soir un lieu que j'aime beaucoup qui reste encore assez confidentiel bien que bénéficiant depuis son ouverture en 1987 une réputation internationale. Il s'agit du restaurant Al Covo, situé à Castello.
 
Ristorante Al Covo
Campiello della Pescaria, Castello 3968
tél. : 041 5223812
Fermé mercredi & jeudi
C'est un établissement très agréable, élégant, tranquille, avec un service qui frise la perfection est situé dans la zone dite de "Bragora", sur le campo della pescaria, à dix minutes à peine de la piazza mais très en retrait des chemins envahis par les touristes. "Luxe, calme et volupté" disait un critique italien qui ne manque jamais d'y déjeuner quand il passe par Venise. 45 places et une petite terrasse en été, deux jolies salles à la décoration discrète et cossue avec au mur des oeuvres originales de Boetti, Schifano, Ceccobelli. Fondé en 1987 par Diane et Cesare Benelli, deux italiens qui se sont rencontrés aux Etats Unis et décidèrent de concrétiser leur rêve commun en ouvrant un restaurant à Venise. Le grand-père maternel de Cesare tenait dans les années 20 au Lido, la Trattoria Toscana.
La cuisine est très raffinée et délicieuse, surtout à base de poissons et de crustacé (d'une fraîcheur à faire pâlir les meilleurs restaurants japonais). On trouve à la carte des préparations traditionnelles comme la friture de poissons, mais quelle qualité ici, quel goût ! Beaucoup de recettes sont revisitées voire inventées par le maître-queue. La carte des desserts n'est pas très riche mais la carte des vins elle, est remplie de trésors judicieusement choisis. Que demander de plus ? Que l'adresse reste confidentielle. Que leurs produits continuent de venir de la lagune. Qu'ils n'augmentent pas trop leurs prix contrairement à ce qui se passe ces derniers mois chez tous leurs collègues de la Sérénissime. Car naturellement, le prix est au niveau de la qualité de ce qu'on y mange. Mais pour un tel résultat, c'est plus que raisonnable. De plus, c'est un des rares (bons) restaurants ouverts le dimanche et le lundi ! Il vaut mieux réserver. Allez-y quand vous serez à Venise et vous me donnerez votre avis. Je doute qu'il soit négatif !

04 janvier 2008

COUPS DE CŒUR N°19

Osteria Candela del Bomba
Cannaregio 4297/98 , Calle dell'Oca,
Tel : 041 5201438.
Ouvert de 10h30 à 14h00 et de 17h30 à 22h30.
C'est incontestablement une des meilleures osterie de Venise. On y trouve la vraie vie vénitienne et l'ambiance parfois rude résonne en dialecte le matin comme le soir. Il faut s'y rendre le matin dès l'ouverture quand les ménagères du quartier et les gondoliers s'y retrouvent pour boire un verre de blancs accompagnés de cicheti casalinghe (litt. : comme à la maison et par extension : traditionnels) : petites fritures de poissons, charcutailles, oeufs durs venus d'une ferme de la lagune. Tout y est frais et très goûteux. Le comptoir déborde chaque jour de victuailles comme une corne d'abondance dans les tableaux des grands maîtres vénitiens d'autrefois. Le choix est d'autant plus difficile que personne ne prendra le temps de vous expliquer ce qu'il y a dans les plats. Cela fait partie du jeu après tout. La salle cachée par un lourd rideau de toile verte derrière le bar est un lieu magique, comme rescapé du temps de la Sérénissime. Attendez-vous à voir surgir Goldoni et une troupe de comédiens encore en costume : une longue table d'hôte occupe toute la longueur de la salle. Des poutrelles de bois servent la plupart du temps aux gondoliers qui y posent leurs canotiers. Dans ce cadre rustique mais authentique, vous goûterez avec délectation la pasta e fagioli, les spaghetti au poisson, les macaronis aux légumes, sans oublier la morue à la vicentine (une des meilleures, sinon la meilleure de Venise). Il faut essayer aussi l'assortiment de poissons grillés au four. Quant aux vins, il y a pléthore de petits et grands crus du Frioul et du Veneto. En plus les prix sont peu touristiques. Il faut seulement faire l'effort de pousser la porte et oser se risquer parmi les habitués. J'avais un ami persan (il faisait ses études d'architecture à Venise) qui y passait ses soirées, vantant la chaleur de l'accueil et la doucereuse amitié du vin rouge frioulan !
...
Cantina Canaletto
Castello 5490, Calle della Malvasia
Tel : 041 521 2661
http;//cantinacanaletto.it
C'est un lieu connu et fréquenté des touristes mais cela ne veut pas dire que ce restaurant qui est aussi un bar à vin et une pizzeria, soit un bouge infect qui sert une nourriture édulcorée internationale. Le lieu est agréable, confortable et joli, le service attentif et les patrons sont passionnés. Gabriele, Bepi et Silvio comme le chef Renato proposent des plats traditionnels mais aussi des recettes inventives qui sont élaborées pour accompagner un vin. Car chaque plat est proposé avec son vin. Pour ceux qui veulent surtout déguster les grands crus d'Italie, un assortiment de charcuteries et de fromages permet de passer un agréable moment dans la vinothèque. Pour les gens pressés et pour les fanatiques de pizza, celles que sert la cantina Canaletto sont exclusivement à base de produits frais du jour et tous sélectionnés chez les meilleurs fournisseurs. La pâte à pizza, comme le pain et les gressins sont fabriqués sur place quotidiennement. Les prix grimpent ces derniers temps mais la qualité semble rester à un bon niveau. Il faut peut-être en profiter. La petite terrasse est très agréable en été mais l'intérieur est plus cosy.
...
Sylvie Mamy,
Balades musicales dans Venise
Éditions Monde Nouveau.
Voilà un ouvrage délectable comme une tarte aux amandes. J'ai pris beaucoup de plaisir à le relire. Architecture, peinture et littérature sont abordés dans ce guide par le biais de la musique. Et on sent bien au fil des pages que Venise est avec évidence la ville où tout est musique. Sept itinéraires thématiques entraînent l'amateur dans une Venise sonore. Ils satisferont aussi le promeneur pressé à l'esprit pratique. L'auteur qui écrit fort bien vit le plus souvent à Venise. Elle en parle très bien avec cette pointe de détachement qui prouve son amour profond et inconditionnel. Son érudition n'est jamais pesante ni insistante. Le livre décrit en détail des tas de lieux méconnus dont presque personne n'a l'accès. Comme l'écrivait Adrien de Vries dans son commentaire sur ce livre : "L'histoire de Venise ne peut bien se comprendre que par les témoignages de sensibilités passionnées, enivrées par ses rues, ses fondamente, calli et campi, ses escaliers à l'issue improbable, aux trésors innombrables. Se perdre à Venise, c'est être certain d'être enchantés, au hasard d'une porte ouverte, d'un porche caché, d'une façade à l'air triste et délabré...Dans le labyrinthe vénitien où plus d'un se sont perdus, voici plusieurs cartes et itinéraires à suivre." Les promenades proposées durent une demie-heure ou plus six heures.
...
Benedetto Marcello
Sonates pour violoncelles
Anthony Pleeth et Richard Weeb, Christopher Hogwood
Label Explore. 2006.
B000EQHVAW
Ce n'est pas un disque très récent mais je l'ai découvert à Noël dans mes chaussures. Ces sonates très connues qui font partie des premières pages écrites pour le violoncelle sont ici magistralement interprétées par les violoncellistes anglais Anthony Pleeth et Richard Weeb qu'accompagnent Christopher Hogwood au clavecin. Benedetto Marcello - qui a donné son nom au conservatoire de Venise - est à ma connaissance le seul patricien (il siégea au conseil des quarante) qui fut à la fois magistrat, homme politique et compositeur. S'il avait été élu doge comme certains de ses ancêtres, la république aurait été gouvernée par un artiste de grande qualité.

________

2 commentaires:

Marianne a dit…
oui c'est un très beau disque et ces sonates sont très belles aussi. Je découvre votre blog et je suis émerveillée par tout ce travail cette érudition cette passion je crois que je vais revenir souvent vous lir.
Anonyme a dit…
Merci pour ces adresses en or!!!

03 janvier 2008

Après le baiser, les vandales


Voilà les fêtes sont terminées. Les décorations de Noël retournent dans les cartons et le réveillon de la Saint Sylvestre n'est plus qu'un souvenir pour les adeptes de cette fête commandée que le monde se croit obligé de fêter à grand renfort de bruits dans les vapeurs d'alcool. La liesse, lorsqu'elle est simple et spontanée est une bonne chose. Mais, quand la rage de casser et de détruire l'emporte sur le plaisir et sur la joie d'être ensemble, je me dis que quelque chose ne fonctionne pas. Un ressort quelque part est tordu et notre mécanique sociale bien endommagée... 

Parmi les 90.000 personnes massées sur la Piazza le soir du 31, il y avait de nombreux couples, de tous âges. Beaucoup de familles. Des gens heureux de se rassembler là et de participer au décompte des secondes qui séparait Venise et le monde de la nouvelle année, porteuse d'espoir et du mystère de l'inconnu. Mais il y avait aussi des bandes de vauriens, imbibés de bière et de drogue, excités, chahuteurs. Jusqu'à minuit, leur présence pouvait agacer mais tout restait supportable. C'est après les douze coups de minuit, lorsque la foule a commencé à se retirer, que ces bandes sont entrées en transe. Des centaines de bouteilles et de verres ont alors explosé sur les dalles de la place, des tags sont venus décorer les murs et les rideaux des magasins, des vitres ont été brisées. Comme à l'époque du concert des Pink Floyds, ces gamins avinés se soulageaient contre les murs, sous les arcades. Le tout dans un vacarme de fin du monde. Une horde de barbares. Ceux-là pourtant n'arrivaient pas des steppes du nord, ils n'étaient pas guidés par les employés des agences voyages nippones ou australiennes. Ils venaient de Mestre, de Castelfranco, de Mogliano, de Padoue ou de Vérone peut-être. Ce n'étaient que des voyous excités comme après un match de foot... La police veillait. Les choses auraient pu mal tourner. Ils ont été peu à peu évacués vers la gare et la piazzale Roma où les attendaient les trains et les bus supplémentaires. 

Les traces de leur passage sont consternantes comme est consternant ce besoin de détruire, de salir, de casser. en cela, les jeunes banlieusards vénitiens ne sont pas différents de leurs homologues des autres cités du monde. Ils extériorisent leur mal-être certainement, leur angoisse d'un avenir terne et bouché, leurs peurs mais aussi le refus inconscient de ce monde vulgaire où ils seront traités pour la plupart comme des bêtes de somme. J'ai vécu cinq longues années à Venise. J'ai croisé des bandes jeunes, bruyants, souvent ivres. Des fêtards. Jamais agressifs. Vulgaires le plus souvent, mais jamais violents. Il n'y avait pas de tags et autres graffitis sur les murs et à Venise on ne risquait rien la nuit. La peur n'existait que dans la tête des enfants que les ruelles sombres et le silence pouvaient impressionner. 

Comment les enfants de ces jeunes gens sont-ils devenus ces tifosi excités, jeunes barbares violents et désespérés ? Je vais vous le dire : un monde sans espérance, sans foi ni transcendance, un monde obnubilé par l'avoir et le paraître, par la consommation et le superflu. Et qui a laissé ce monde se développer ainsi, à Venise comme ailleurs ? Ces barbus excentriques qui faisaient le voyage en Inde dans des vapeurs de haschich, rejetaient l'hypocrite société bourgeoise et scandaient le fameux Peace and Love. Leurs enfants ont grandi dans une totale liberté, dans l'aisance et le confort, sans règle ni limite. Aujourd'hui dans un monde redevenu ce qu'il a toujours été, difficile, incertain, ils sont perdus et deviennent méchants devant ce paradis promis absent de leur quotidien. Des enfants gâtés qui n'ont plus assez de jouets... Le virtuel est leur univers, la violence leur langage et on ne peut leur parler ni de beauté ni d'esthétique. Ils ne comprennent pas. Cela n'évoque chez les moins atteints que les formes de leurs copines. Et encore. Pour les autres, la référence "esthétique" sera la dernière console de jeux japonaise, la nouvelle moto ou une marque de chaussures à la mode... A Venise, plus qu'ailleurs, ils sont à plaindre. La plupart n'ont pas d'avenir et ce décor magistral qui enchanta depuis toujours ceux d'avant eux, ils le haïssent et s'y ennuient. Ils s'en prennent à lui en cherchant à enlaidir ce qui est beau, à souiller ce qui est pure merveille née de la foi et de l'amour des hommes, leurs ancêtres... 
Mais il y a encore plus grave à mon avis. C'est cependant dans l'air du temps : Massimo Cacciari, le maire, s'est félicité de la réussite de la manifestation. Il a suggéré que cette nouvelle tradition soit délocalisée. Les jardins de Castello par exemple, ou à Mestre. La fête de la Piazza San Marco serait ainsi réservée à un public "davantage d'élite" (sic). Quand je vous dis que la muséification ou la disneylandisation de la Sérénissime est en route, je ne crois hélas pas beaucoup me tromper. Les esprits chagrins diront que de toute façon dans une quinzaine d'année tout sera submergé, nettoyé, effacé...
Allez, bonne année tout de même, ces vandales auront un jour maison, voiture ou bateau et ils n'apprécieront guère que des mouflets à peine sortis de l'enfance viennent saccager leur bien. Ils seront certainement les premiers à défendre l'intégrité de leur ville. Ils ouvriront certainement leurs yeux et comprendront que Venise est une merveille qu'il nous faut protéger et faire vivre. Et puis tous les jeunes vénitiens ne sont pas comme ça après tout. La beauté qui les entoure aura raison de leur sauvagerie et reste le meilleur remède à leur mal-être. Si seulement...

______

8 commentaires:

Madeleine a dit…
c'est incroyable et pitoyable
celeste a dit…
j'avais fait un constat du même genre (en moins complet) sur les agissements d'une certaine partie de la jeunesse bolognaise; peut-être l'avez-vous lu, sinon je vous mets le lien:
http://www.celestissima.org/bologne-precarite-et-decadence/
en 8 ans j'ai vu la ville changer, devenir triste, lourde.Comme si l'avenir n'existait pas.
françois a dit…
Quelle tristesse pour tous ceux qui aiment etrespectent Venise et souhaite y trouver ce havre de paix et de raffinement que l'on trouve nulle part ailleurs!!!!
pourvu que la vraie vie de venise soit sauvegardée le plus longtemps possible car si cela disparait c'est un bout d'humanité qui se meurt:
Gérard a dit…
Navrant !
C'est l'idée qui me vient à l'esprit à la vue de la photo du Gazzettino .
Incroyable ; le jamboree du Love parade au beau milieu des canettes vert-bouteille .
Mais bon , ce truc , c'est devenu une spécialité très in depuis plus de vingt ans maintenant dans les milieux culturels bien-pensants . Et très décorés .
Une sorte de plus à l'occidentale !
Re-navrant , de voir un si beau lieu dans un état pareil .
Et si ça vieillit comme les colonnes Burinées ou l'Opéra Bastille , le pire est devant !
J'imagine , l'espace d'un court instant , déjà , la terrasse de Jules Hardouin-Mansart et pourquoi pas , même la Galerie des Glaces . Victimes toutes les deux du phantasme un peu loufoque d'un de nos plus subtils édiles .
A qui nous nous devons d'être infiniment reconnaissants .
Et que le monde d'hier , mais aussi celui d'aujourd'hui et de demain , etc , .....
Après .
Alfred Jarry disait qu'il fallait souvent briser un miroir ; eh bien , c'est fait !
Je veux dire la Galerie des Glaces Pilées !
amarone a dit…
90.000 personne, C'est énormissime.

Il fallait s'attendre à ça.
Anonyme a dit…
J'ai envie de dire "J'y étais".
La Serenissime nous a accueilli, jeunes mariés, pour fêter cette nouvelle année.
La Piazza San Marco était belle, belle de tout cet échange d'amour.
Mais après les fameux décompte, j'ai personnellement cru que le pire des scenarii se jouait!
J'ai vu des bouteilles de champagnes voler, des gens se bousculer, souvent avec fracas, s'insulter, j'ai vu non plus de l'amour mais de la colère mêlée à la peur et à la panique, beaucoup suivant la même direction pour s’échapper, et revenir en arrière parce qu'il n'y avait pas d'issue.
J'ai cru au cauchemar. Je voulais que ca cesse, ne plus recevoir des coups, ne pas avoir envie de pleurer, juste m'enfuir de cette place!
de retour à l’hôtel, je me suis sentie soulagée, ce qui s'est passée sur cette place, c'est un échantillon de la nature humaine, s'aimer où il faut quand il faut, mais dès que la magie se dissipe, les instincts refont surface, et l'amour s'envole sous les cris.
Buon anno, e grazie di racontare belle storie italiane. 
Lorenzo a dit…
Merci pour ce témoignage vécu. Il faut oublier cette péripétie et garder espoir en la nature humaine!Que l'année vous soit bonne et heureuse, lectrice apenna sposata!
dominique a dit…
j'y étais aussi pas très tard, je n'ai pas croisé de hordes de barbare ...... paradoxalement n'est ce pas une preuve que Venise vit ......

La Venise que j'aime

La Venise que j'aime ne se trouve pas toujours dans les guides. Il faut la chercher au détour d'une rue, sur un campo improbable. C'est l'hiver, quand la furie touristique se ralentit un peu, quand le temps se fait à peine moins clément, qu'on la rencontre soudain. Cette Venise pittoresque et paisible, cette Venise bon enfant où il fait encore si bon vivre. Quelques clichés récents qui transpirent de cette atmosphère unique qu'on ne ressent qu'ici...
 
© Christine et Pierre. Décembre 2007. Tous droits réservés.

___________

3 commentaires:

Marianne a dit…
ça donne envie d'y aller ces photos !
Anonyme a dit…
celle que j'aime aussi
bonne année cher Lorenzo (si vous permettez)
Lorenzo a dit…
bonne année à vous !

02 janvier 2008

Enquête : où en sont les prix à Venise ?

Une enquête réalisée récemment à la demande de la municipalité compare les prix pratiqués aujourd'hui dans les bars à ceux en vigueur lors du passage à l'Euro. Le billet où je citais la brûlerie de Cannaregio - qui sert un excellent expresso pour 80 centimes sans que le patron (la patronne en l'occurrence) soit particulièrement militant ou l'entreprise perpétuellement en déficit -, ce billet donc a suscité la réaction d'un lecteur qui m'a dit n'avoir jamais payé son café moins de 1,50€ lorsqu'il était en Italie et me demande de parler du prix des denrées courantes.

J'ai donc interrogé les statistiques municipales récentes. C'est édifiant. Un peu comme partout en Europe dans la zone Euro. Mais le propos n'est pas de faire de politique bien qu'il serait tant de se pencher sur les "bienfaits" (les méfaits) de cette Europe qu'on nous impose malgré nous et qui ne ressemble en rien à ce qu'on aurait aimé ou espéré... A un moment où en France on piétine la volonté populaire qui a majoritairement - et en toute connaissance de cause quoiqu'en disent journalistes et politiciens de tous bords - rejeté le projet constitutionnel, en cherchant à imposer un nouveau traité qui reprend mot pour mot le texte refusé par les français, je trouve intéressant de se pencher sur le panier de la ménagère vénitienne. A Venise, on a souvent envie de crier "cher petit déjeuner" et cela n'a rien à voir la plupart du temps du moins avec le plaisir qu'on prend à ce premier repas du jour... Une étude portant sur l'évolution des prix dans les bars de la ville montre une augmentation des prix de 10 à 20% en deux ans, entre octobre 2005 et octobre 2007 ! Entre ces deux périodes, les bars du centre historique ont augmenté leurs prix d'une manière assez significative : le café est passé en moyenne de 75 à 82 centimes, soit près de 10%, le cappuccino de 1,03 euro à 1,12 euro (12%), le croissant (appelé ici "brioche") a fait un bon de 20% en passant de 69 centimes à 82 centimes ! La traditionnelle colazione du matin, café-croissant, passe ainsi de 1,44 euro à 1,64 euro... 

Cela n'a l'air de rien, mais c'est une augmentation conséquente qui n'a pas vraiment d'explication logique d'après les services concernés.Mais ce n'est pas tout. Nous revoilà dans notre bar favori à l'heure du déjeuner. Les toasts (croque-monsieurs) et les panini (sandwiches), de plus en plus choisis à la place du repas familial ou du restaurant classique, par manque de temps ou d'argent, ont pris une majoration de 25% et les tramezzini 22% ! Il est vrai que les produits de base qui rentrent dans leur fabrication, comme le pain par exemple, coûtent plus cher et les patrons des bars doivent suivre pour tenir le coup. Mais les boissons aussi augmentent : les apéritifs prennent 21,89%, les boissons non alcoolisées 17,06%, la bière 16,02%, les sirops 13,48%, les jus de fruits 8,87% et le thé 8,33%...Mais d'où viennent ces augmentations. Les matières premières ont considérablement grimpé bien sur, comme le café, la farine, les œufs, le beurre, provoquant une réaction en chaîne qui pénalise le consommateur. Mais il n'y a pas que ça, les contraintes administratives et les nouvelles réglementations venues de Bruxelles sont aussi responsables de cet "alignement" vers le haut. L'électricité, le gaz, l'eau aussi y sont pour quelque chose. Les taxes grimpent à leur tour. Dans le prix de la tasse de café, en plus du café et de l'eau, il y a le coût de la machine, le courant pour la faire fonctionner, le salaire du serveur. C'est la loi du marché dit-on au consommateur effaré de voir son porte-monnaie se vider aussi vite alors qu'il n'a rien changé à ses habitudes. En fait, tous les prétextes sont bons, surtout dans le centre historique, pour arrondir les prix à la hausse. Au moment du passage à l'euro, le café à Venise coûtait 70 centimes. 15 centimes en aussi peu de temps ne vous paraît-il pas excessif ? D'autant que la tradition et les usages font du café un produit de haute consommation en Italie. La montée des prix se fait sentir en fin d'année sur le porte-monnaie du consommateur. On ne peut envisager d'en réduire l'usage et la consommation. Alors le service des statistiques et de la recherche (équivalent de notre observatoire des prix) a lancé ce conseil : "goûtez-le bien votre cher café, buvez-le lentement et n'en laissez pas une goutte".
Au marché souvent les prix ont changé parce que, normes européennes obligent, de plus en plus de produits ne viennent plus des environs immédiats mais de tous les coins d'Europe. Ainsi, avec la baisse de qualité des fruits et des légumes on observe une augmentation des prix. A titre d'exemples, voici quelques prix relevés en décembre à Venise, sur un étal normal (je veux dire non réservé aux touristes) : tomates : 3,50 euros le kilo (contre 2,49 à Chioggia, à titre d'information), courgettes, 2,60 euros, brocolis 2 euros, salade 1,60 euro, chou-fleur 2 euros, oranges 2,40 euros et mandarines 2 euros. A Murano, un paysan de Mazzorbo vend sur sa barque de belles salades à 80 centimes, des carottes à 60 centimes le kilo et de splendides courgettes à 1 euro... Mais là-encore ne polémiquons pas. Nous vivons une époque moderne comme disait Philippe Meyer à la radio !Mais libre aux peuples de s'interroger sur la viabilité de cette Europe ultra-libérale que les technocrates européens sont en train de nous imposer... Le réveil sera douloureux. C'est à craindre !

La partie de cartes

Quand il fait froid dehors, rien de tel qu'une bonne partie de cartes entre amis, à Venise comme ailleurs. Après viendra l'heure de l'apéritif. Blanc ou rouge, ce sera le verre de l'amitié. 
Le tout en dialecte bien entendu. Ah, ne jamais perdre cette richesse !

______

2 commentaires:

Florence a dit…
Le dimanche matin au bar Diana à Murano de mon oncle et tante la salle était remplis d'hommes qui jouaient aux cartes. Pas une femme!!
Pour faciliter la partie, les tables avaient un double plateau pour pouvoir poser les verres.
Quelle ambiance, parfois le ton montait......
A la fermeture du bar, j'ai pris un de ces jeux de cartes "Dal Negro" témoin de ces moments chaleureux et bruyants.
Lorenzo a dit…
Qu'est devenu le bar de votre oncle ? Avez vous des photos ? Ce serait intéressant d'en parler. Ecrivez-moi à : buderi@hotmail.com

01 janvier 2008

Love 2008, la grande idée de la municipalité pour fêter Venise, ville des amoureux...


Vous en penserez ce que vous voudrez. Ils étaient plus de 90.000 sur la piazza hier soir à minuit. Chaude ambiance en dépit du froid donc. Des milliers de couples se sont embrassés au son de bluettes italiennes dans une ambiance psychédéliques qui me fait penser à l'épouvantable et délirant "Casanova" de Fellini ou son (magnifique) "Satyricon"... Mais tout cela est tellement dans le délire de notre époque. Les amoureux (essentiellement vénitiens et italiens) ont certainement aimé. Les bisous gays étaient interdits et la police sur le qui-vive. Les petits cœurs roses sur le campanile faisaient pourtant très gay-pride... La manifestation a quand même coûté 300.000 euros.

Avec ou sans baisers, vous verrez que sur la piazza San Marco, le plus beau salon d'Europe, c'est pareil que partout ailleurs, cette sensation de débordement d'une joie artificielle, bruyante et vulgaire qui s'empare d'une foule électrisée à un moment précis et sur commande. Comme un délire obligé. Ne pas s'y joindre revient à être réactionnaire, asocial, bizarre et suspect... Pour ma part, être réactionnaire, asocial, bizarre et donc suspect, je préfère la piazza au petit matin, vide et silencieuse, la joie de croiser au printemps, des amoureux qui s'embrassent sur un pont ou sous un sottoportego retiré ou le bonheur de me promener en barque sur la lagune avec ma petite famille, sans vapeur d'alcool ni substances interdites. Mais j'avais dit que je ne ferai aucun commentaire. Bonne année à tous !


______

9 commentaires:


François a dit…
BONNE ANNÉE 2008 à celui qui nous fait vivre le vrai VENISE au quotidien. Merci de nous enchanter tout 2008
Lorenzo a dit…
Et bien je vais m'y employer. merci de vos encouragements. Mais ceux qui font vivre la vraie Venise ce sont avant tout les vénitiens. Je ne suis qu'un intermédiaire qui essaie de ne pas laisser dire (ni dire lui-même) trop de bêtises... Longue vie à Venise et à son peuple !
Florence a dit…
Buon anno a tutti!!!!!!!! Que la Venise authentique que j'aime et que Tramezzini met à l'honneur soit préservée. Lorenzo, quels sont projets à l'Arsenal dont parle M. Cacciari?? Mon père y a été comptable. Buon compleanno à Margot. A presto. FLO
the o'connors a dit…
That is a Romanian brass group...Strange to have them invited for NYE celebration in...Venice. :-)
celeste a dit…
beau billet Lorenzo! en le lisant j'ai compris pourquoi le mien vous a plu, et j'en suis heureuse. merci pour le lien, le vôtre est désormais parmi ma sélection. bonne année à vous aussi, même si on en sait le côté artificiel, souhaiter du bonheur fait toujours plaisir
Christophe DOLEAC a dit…
Bonne Année à celui qui nous transporte quotidiennement sur les flots de la Sérénissime... Que 2008 le comble de bonheur et de chaleur ! Bien Cordialement, Christophe
venise86 a dit…
Sourire... c'est aussi cela..
douille a dit…
C'est vrai de vrai que les bisous gay étaient interdits???
J@M a dit…
... Comme je vous comprends,cher Lorenzo, moi qui ne suis ni "foule" ni beaucoup "bonne année". Merci de nous faire vivre la Venise que j'aime au quotidien et, malgré ce que je viens d'exprimer, très bonne année 2008 !

Bonne Année 2008 à tous les lecteurs de TraMezziniMag !

_____

8 commentaires:

the o'connors a dit…
Bonne Annee, Happy New Year Lorenzo! We have been planning a trip to Venezia for over one year and your blog has been of great help and inspiration. We will finally get to see Venezia (and surroundings) on the 5th of January (for two weeks) and I am sure that when we will come back will return to your blog with melancholy.
mhaleph a dit…
Bonne Année 2008, pour que ce blog sur Venise poursuive sa route et nous apporte à tous: intérêt à le feuilleter, beauté, dépaysement et autre regard sur cette ville...
Lorenzo a dit…
Have a good stay then ! The 5th of January is a special day for me : it is my elder daughter's birthday. Margot will be 20 on that day. Bon voyage à vous et thank you for your fidelity !
the o'connors a dit…
Alors bonne anniversaire!
venise86 a dit…
Bonne année 2008 Lorenzo, et merci, merci encore de nous inviter "in live" à Venise.. Elle n'est pas parfaite... et alors... nous savons la trouver, et tu sais la montrer dans son intimité... Que 2008 soit une année de joie et de sérénité pour toi, ta famille et ceux que tu aimes... Avec toute mon amitié...
Choubine a dit…
Bonne année, Lorenzo! Merci de nous faire partager le bonheur d'être à Venise.
Gérard a dit…
Longue vie à 2008 , et à ce blog étonnant et merveilleux .
Les cités antiques m'ont , comme on dit , donné et leur ciel , et leurs pierres , et leur lait .
Que puis-je demander de mieux ?
Rien , puisque qu'en ce lieu ,
Tout y est .
Marraine a dit…
Très belle nouvelle année à vous, Lorenzo! et continuez de nous donner des nouvelles de Venise, ça fait tellement plaisir... En attendant de pouvoir y aller bientôt.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...