Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai, 2013

Venezia Eventi : Le Ve concours de photos 2013 a ses lauréats

Le Ve concours de photographies à la très belle thématique,"Scatta l'amore a Venezia" organisé par Venezia Eventi s'est terminé le 8 mai. 
Voici les gagnants : 



1er Prix : Enrica Kikita Titre de l’œuvre : Lovely Venice (Photo n° 107) 
2e Prix :  Chiara Boscolo Titre de l’œuvre : L'amore sorride (Photo n°133) 
3e Prix :  Don Oscarez Titre de l’œuvre : Vampires in Love 01 (Photo n°118) 
4e prix  Alberto Alberti Titre de l’œuvre : Costruire un nido a Venezia (Photo n°22) 
5e Prix :  Diego Poggialini Titre de l’œuvre : Amore a Rialto (Photo n°96) 
_____________
Le billet publié sur le site originel avait suscité 1 commentaire que Google n'a pas archivé. Merci Google !!!

Castello, tout simplement...

Qui parlait ainsi de ce sestiere un peu éloigné de tout, qui a su garder toutes les caractéristiques de la Venise traditionnelle. Cannaregio était son pendant autrefois, avant que le flux ds touristes transforme tout sur son passage, de San Geremia au Rialto. Simplement Castello à Venise, le quartier le plus vaste de la ville. Hormis l'Arsenal, l'ex-cathédrale de San Pietro, la belle église conventuelle de Sant'Elena, rien de monumental. Tout y est à la mesure de l'homme, de la vie courante. Modeste. L'Arsenal bien sûr, même sans l'intervention de Dante qui nous le fait assimiler ses ateliers et ses chantiers à l'Enfer, transpire encore la puissance et le gigantisme de ce qu'il fut durant mille ans, mais les autres monuments qui restent encore du passé glorieux de la sérénissime ? 

Prenons l'église San Martino. Elle se dresse, presque solitaire, un peu cachée, loin derrière la Riva que tout le monde emprunte en venant de San Marco. Elle contient des…

Castello, tout simplement...

Qui parlait ainsi de ce sestiere un peu éloigné de tout, qui a su garder toutes les caractéristiques de la Venise traditionnelle. Cannaregio était son pendant autrefois, avant que le flux ds touristes transforme tout sur son passage, de San Geremia  au Rialto. Simplement Castello à Venise, le quartier le plus vaste de la ville. Hormis l'Arsenal, l'ex-cathédrale de San Pietro, la belle église conventuelle de Sant'Elena, rien de monumental. Tout y est à la mesure de l'homme, de la vie courante. Modeste. L'Arsenal bien sûr, même sans l'intervention de Dante qui nous le fait assimiler ses ateliers et ses chantiers à l'Enfer, transpire encore la puissance et le gigantisme de ce qu'il fut durant mille ans, mais les autres monuments qui restent encore du passé glorieux de la sérénissime ? 
Prenons l'église San Martino. Elle se dresse, presque solitaire, un peu cachée, loin derrière la Riva que tout le monde emprunte en venant de San Marco. Ell…

Quand le cirque Togni était à Venise

C'est une petite merveille que vient de nous envoyer un vieil ami vénitien. C'était le 26 juillet 1954, le cirque Togni, merveilleux et poétique petit cirque traditionnel qui servit à Federico Fellini pour l'un de ses films, arrivait à Venise avec sa ménagerie et que dirigeait à l'époque Wioris Togni. Ce cirque familial qui existe encore et demeure l'un des derniers vrais cirques traditionnels compte depuis toujours beaucoup d'animaux et notamment des éléphants. Ils défilèrent dans la ville jusqu'au campo San Polo, où fut dressé le chapiteau. On voit sur cette photographie, le passage des éléphants sur le pont de San Giacomo dell'Orio.
Le petit film ci-dessous a été tourné en 8mm par le Professeur Alviano Boaga et monté en 2007 par son fils, Vittorino Boaga. C'est un régal, particulièrement au point 2'45, sur le pont des Scalzi... :


_____________

Le billet dans sa publication sur le blog originel avait reçu 3 commentaires non archivés pat Google.

Ce qui compte, c'est l'amitié !

A Venise, il y a deux camps. Dans l'un comme dans l'autre, on s'y retrouve le plus souvent sans l'avoir voulu. Par quelle magie, quel coup du sort devient-on un jour proche des vénitiens, admis dans le cercle rapproché des citoyens de la Sérénissime ? Pourquoi d'autres demeurent-ils à tout jamais exclus de cette communauté avenante et chaleureuse ? Question idiote et inutile peut-être, mais qui méritait d'être posée. Après les avoir tenus à distance pendant de nombreux siècles, le vénitien est envahi par les barbares. Depuis longtemps déjà. Il fallait bien qu'ils se vengent d'une manière ou d'une autre. Envahie donc, mais pas occupée, notre chère Venise.
Même les nazis durant les dernières années de la seconde guerre mondiale n'avaient pu venir à bout de l'art de vivre des vénitiens. Aucun Mc Donald's même avec un décor ultra-vénitien (un peu façon vulgarité Las Vegas ou Miami), n'a pu remplacer à ce jour les ostarie traditionnelles. …

Reflets à San Marco

Les reflets à Venise, quoi de plus banal. Voilà en effet un sujet souvent abordé et repris, peint, photographié, chanté. On ne s'en lasse pas ou on en est agacé. peu importe, ils caractérisent bien ce qu'est Venise après tout. On peut s'y épancher comme Narcisse pour y contempler sa propre image, on peut y lire l'histoire de nos vies, s'y plonger avec délice quand ils nous renvoient l'image de notre joie, nops bonheurs, nos amours... Et puis, d'un point de vue plastique, l'esthétique dont ils procèdent est un baume parfois. La lumière, les couleurs, la réalité qu'ils nous renvoient sont, comme la lecture, un très bon antalgique à nos peines, un sirop contre nos tourments. La magie de Venise là encore...
___________

Le billet publié sur le site originel avait suscité 1 commentaire que Google n'a pas archivé... Merci Google !!!