Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du août, 2016

Le jour se lèvera un jour prochain sur Venise vide de sa population...

Billet publié sur Tramezzinimag N°1 le 3/11/2013. En août le compteur tombait en dessous de 55.000 habitants pour la première fois dans l'histoire de la Sérénissime. En parallèle, le chiffre officiel du nombre de visiteurs à l'année de 28 millions semble largement sous-évalué... Cherchez l'erreur ! En 2014, c'est en Suisse que l'opinion s'alerta en premier. Tramezzinimag fut plusieurs fois sollicité par les radios et la presse écrite cita l'article dans ses débats ainsi que le site officiel de la ville de Genève (voir ICI). Nous étions loin de croire que trois ans plus tard la situation serait aussi dégradée. 
Depuis quelques années, chacun peut venir se rendre compte par lui-même du mouvement de dépopulation du centre historique de Venise. Dans une vitrine de la pharmacie Alla Madonna, d'Andrea Morelli, à San Bartolomeo, à deux pas du Rialto, tous les lecteurs de Tramezzinimag le savent, un compteur affiche la triste vérité. Chaque semaine des habi…

San Marco décrit par Michel Butor

Republication d'un article du 01/03/2014 Archives du blog original © TraMezziniMag-2014 "Ville picturale s'il en est, à laquelle je suis profondément attaché." Michel Butor

J'avais quatorze ou quinze ans quand, par un horrible jour d'ennui, un de ces épouvantables après-midis où on ne sait que faire et que tout semble nul, et j'errais dans la grande maison. La pluie au dehors, la grisaille d'un ciel trop bas pour nourrir l'imagination, que faire ? Je poussais la porte à double battant de la bibliothèque. C'était une de mes pièces préférées. Située au rez-de-chaussée de la vieille bâtisse, c'était une salle ronde et voûtée, un ancien corps de garde de l'époque de Louis XIV autour duquel on avait construit le bâtiment aux alentours de 1780. Il restait de sa fonction originale un mur de refend tellement épais que nous pouvions nous tenir à trois entre les deux portes qui séparaient la grande salle du corridor. Combien j'aimais ce…

Abonnez-vous les amis ! C'est gratuit.

Lorsque Google a purement et simplement supprimé TraMeZziniMag en juillet dernier, vous avez été 240 personnes à vous manifester. Mon désarroi était grand et vos messages d'amitié, vos suggestions, m'ont aidé à reprendre le collier et aller de l'avant. Certains se proposaient d'inonder Google de Tweets, une lectrice des premiers jours proposait même de collecter de l'argent pour acheter une page du Monde et lancer une pétition. J'étais fier et flatté. A ce jour, nous n'avons mis aucun des nombreux projets à exécution. Cela devra peut-être se faire car il est hors de question de supporter qu'il soit fait atteinte au droit imprescriptible qu'est la propriété culturelle. Par principe.
Mais, en attendant, après un blog intermédiaire sur Over-Blog, TraMeZziniMag II a vu le jour et les visiteurs sont de plus en plus nombreux. Certains lecteurs fidèles retrouvent le chemin du blog et m'écrivent, heureux et tranquillisés (certains me croyaient mort ou t…

Michel Butor, celui qui était toujours ailleurs

C'est le journal Le Monde qui l'a annoncé le premier hier soir : l'écrivain Michel Butor a quitté cette terre pour des rivages lointains. Il s'est éteint hier matin dans le petit hôpital de Contamine, à deux pas de chez lui, dans cette Haute-Savoie où il s'était établi il y a des années. L'amie qui m'en a informé ne pouvait pas deviner l'émotion que me fit cette triste nouvelle. Butor avait 89 ans, il s’essoufflait facilement, il marchait moins vite, souffrant d'une surcharge pondérale à laquelle il semblait s'habituer. Toujours vêtu de ses inénarrables salopettes - il en avait de divers modèles taillés dans des tous genres de tissus - le corps suivait de moins en moins, mais son esprit restait vif et juvénile, comme son regard qui brillait de gourmandise devant tout ce qui est beauté. 
Mon histoire avec Butor est à la fois très ancienne et tout à fait récente. La première rencontre a laissé en moi l'effet d'une tornade, un tsunami intell…

Venezia è il mio futuro

En juillet les vénitiens ont manifesté d'une manière originale pour démontrer avec leur attachement à leur ville leur détermination à faire bouger les choses face à l'inertie de l'équipe Brugnaro
Un groupe de jeunes gens entre vingt et trente ans s'est organisé, cette Generazione 90 n'a pas fini de nous surprendre et nous devons soutenir leur action. Maxi Navi, moto ondoso, pollution atmosphérique et pollution des eaux de la lagune, inconduite des hordes de touristes mal élevés qui consomment la ville et ne respectent rien, commerces de proximité qui ferment, transports en commun submergés par les groupes, prix qui grimpent, impossibilité de se loger... 
Il est loin le temps où les vénitiens résignés partaient s'installer en terraferma. Aujourd'hui les jeunes ne veulent plus partir et nombreux sont les vénitiens exilés à Mestre ou à Marghera qui veulent revenir dans le centre historique. Cela a donné cette impressionnante mobilisation immortalisée par les v…