20 juin 2018

Nous ne serons jamais seuls !

Une fois n'est pas coutume, un son d'aujourd'hui destiné aux jeunes filles en fleur et aux jeunes garçons en ébullition qui seront demain à notre place, diffusé sur TraMeZziniMag. Ceux qui entendent l'anglais comprendront vite : Never be alone, n'être jamais seul... C'est ce que proclame Shawn Mendes, ce jeune chanteur canadien bourré de talent. Des paroles découvertes au moment où je rédigeais l'appel que nous venons de publier, préambule au lancement effectif, matériel, palpable de ce projet éditorial médité depuis 2010 et, timidement, initié avec la publication de Venise, l'hiver et l'été, de près et de loin... Pas de hasard, ce " tu ne seras jamais seul" : on a beau le savoir, cela fait du bien de l'entendre à la radio au moment où on décide de sortir de sa zone de confort pour démarrer, vraiment, une nouvelle aventure. Se savoir porté, sentir avec plus ou moins d'acuité, que c'est la bonne voie, le bon choix et se jeter à l'eau, parce qu'on ne sera pas seul dans l'aventure. C'est réjouissant et très encourageant. D'avance, à tous, merci !

Editions Tramezzinimag : et si nous lancions la machine tous ensemble ?


Variations en guise d'avant-propos.
Il y a quelques semaines, j'étais assis à une terrasse en train de lire Le Gazzettino quand le non de TraMezZiniMag fut prononcé. Bien évidemment je dressais l'oreille, cherchant en même temps à me cacher derrière les feuillets bien pratiques du quotidien vénitien qui ne fois déployés devaient me faire ressembler à l'inspecteur Clouzot cherchant à passer inaperçu. En réalité, j'étais installé sur une table haute, devant l'une des fenêtres du bar largement ouvertes sur la rue et les deux dames qui venaient de mentionner le sésame qui ouvrit ma curiosité étaient installées un peu plus loin en contrebas de ma place. 

Elles ne pouvaient me voir, assises à l'angle de la terrasse et ne devaient apercevoir tout au plus qu'un pan du journal avec derrière un homme en train de le lire. Il y avait du bruit dans le café. Je ne parvenais pas à tout bien entendre. Les deux dames parlaient français. l'une dit à l'autre : "je me demande à quoi il ressemble vraiment, la photo sur le blog est la même depuis des années !". "Oh pour moi ce n'est pas vraiment important, c'est ce qu'il écrit dans Tramezzinimag qui m'intéresse. "Oui, mais il écrit de moins en moins". Moue dubitative de la dame se reflétant sur la vitre : "Il a peut-être moins de temps ?" "Ou bien il est à court d'idées et puis les blogs, qui est ce qui les lit encore ? " Toi , moi, et plein d'autres". "N'empêche qu'il écrit peu". Et tu as entendu ce que disait X. (là, je censure le nom) à la visite l'autre jour ? Il va lancer une maison d'édition" "Oui, je me demande quand et où !" "Ben ici je suppose, Tramezzinimag c'est sur Venise non ?" Passée la fierté d'entendre deux inconnues parler de TraMezZiniMag et de son inventeur - ce qui demeure un petit plaisir que je serai hypocrite de refuser - je me suis dit que la rumeur se faufilant, il était temps de mettre à l'eau le navire puisque il avait déjà tellement de marraines...

Comme la part du colibri
Quatorze années de travail, souvent assidu, parfois difficile, cela mérite un peu de reconnaissance même si celle-ci n'est en rien le moteur de mes actions ni le carburant qui me fait avancer dans mes projets. Savoir que ma passion trouve encore, après tant d'années, quelque écho est effectivement un bonheur qui justifie le temps passé, les soucis et déboires que les lecteurs fidèles - et lectrices aussi - connaissent par cœur, tant j'ai (trop) souvent abordé le sujet, mais la conversation surprise par hasard - je ne m'arrête guère aux terrasses des cafés pour lire le journal que j'aime décrypter chez moi - m'a été comme un révélateur. Non pas une révélation. Aucune épiphanie

Ce que je percevais en négatif s'est déployé soudain : rien ne nait de rien et sans prétendre, notre part, aussi infime soit-elle et précaire et temporaire, a toute sa place dans le cheminement des idées. L'histoire du colibri toujours en encore. Si vraie, si belle et qui justifie les actions les plus simples, les plus dénuées d'arrières-pensées. Alors, comme une évidence, il était largement temps de passer à l'acte et de lancer cette belle idée d'une fabrique de livres, faits avec amour pour un public très large d'amoureux des beaux textes, qui partageraient avec nous cet amour de Venise, du rêve et des voyages... Mais créer une maison d'édition cela semble aisé au premier abord. Choisir des textes, élaborer une jolie maquette, et vogue le navire. Si seulement.

 

Éditer un livre est un travail minutieux, long et parfois terriblement difficile. Puis, le livre imprimé, le dossier de presse élaboré, il faut qu'il parte à la rencontre de ses futurs lecteurs, il faut qu'on parle de lui, il faut qu'on le désire et qu'on le voit chez les libraires, dans les colonnes des revues. Travail de fourmi qu'on ne peut faire seul. Certes, la petite équipe qui mitonne le projet éditorial de Tramezzinimag s'étoffe semaines après semaines et un petit pécule dort dans le coffre d'une banque prêt à pourvoir aux premières dépenses. Encore faut-il être sûrs que les lecteurs suivront, que les partenaires distributeurs, journalistes, libraires joueront le jeu et accueilleront les premiers nés de la couvée avec commisération, voire avec enthousiasme.


Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin*
Afin de mettre le maximum de chances avec nous, je lance un appel aux amis de TraMeZziniMag. Il va nous falloir plus que ce que nous avons pour le moment, pour faire face aux frais d'installation, à l'achat de matériel informatique, à la communication de lancement, et aux frais de lancement des premiers ouvrages.

Aidez-nous en devenant partenaires associés de la maison d'édition. Pour cela, plusieurs possibilités : devenir donateur ponctuel, souscrire aux premières parutions, participer au crowd-fundings qui seront lancés en France, en Belgique, au Canada et en Italie, devenir membre actif de l'association des Amis de TraMeZziniMag, voire rejoindre l'équipe à Venise ou en France. Toutes les contributions seront accueillies avec joie, toutes les propositions étudiées avec attention.




* Proverbe africain.

16 juin 2018

Coups de Cœur : Those People, un film de Joey Kunh

Dans notre panthéon cinéphilique, New York, c'est un peu le pendant de Venise : un lieu unique, magique, formidable que des réalisateurs doués ont souvent doté d'une force telle que de simples décors ils deviennent protagonistes du film à égalité avec les protagonistes qu'on verrait différemment s'ils évoluaient dans une ville quelconque du reste du monde. C'est la raison de ce Coups de Cœur spécial de Tramezzinimag.

Le cinéma new-yorkais ou plutôt le cinéma dont l'inspiration, le thème, le décor ont à voir avec la magique ville qui ne dort jamais, ont toujours quelque chose en plus. On sait dès les premières images que l'on sera transporté avec plus ou moins de bonheur dans un univers intellectuellement riche et différent de tous les autres. San Francisco mis à part, la plupart des films situés à New York présentent un petit plus (ou un grand) qui les rend uniques et rarement ratés !  

Ceci posé, on ne rentre pas dans Those People comme dans un mélodrame franchouillard ou une comédie californienne. Woody Allen est passé par là, et tant d'autres réalisateurs new-yorkais avec lui. On peut se laisser porter par l'ambiance qui se répand dès la première image - et les premiers sons - par la photographie, les décors et ne suivre les protagonistes que parce qu'ils sont jeunes, riches, beaux, doués, sensibles... Mais ce serait faire injure à l'écriture de Joey Kunh et au jeu incroyablement vivant et sensible des acteurs. De tous les acteurs. 

On peut aussi ne considérer ce film que comme un film LGBT. On n'est pas (hélas, hélas, hélas) encore guéri de cette pensée petite-bourgeoise racornie et étroite qui fait analyser, comprendre et critiquer un film en raison de l'identité sexuelle des personnages. Mais combien on s'en tape ! Ce qui compte, et c'est universel, c'est ce qui se passe dans le cœur et le mental des protagoniste. Et avec Those People, il se passe des choses très belles, très dures qui vont changer, sur quelques mois, définitivement, la vie et le devenir de Charlie, Sebastian, Tim, London, Ursula etc. C'est finement amené, ce cheminement fait, comme pour tout un chacun, de moments de grandes joies, d'extases mais aussi de larmes, de déceptions, d'erreurs ; d'échecs et de réussites. L'histoire de Charles et Sebastian est une histoire de Coming of Age, et le sujet n'est pas leur homosexualité. C'est leur difficulté à franchir ce passage douloureux qu'on ne franchit qu'une fois et qui peut influer sur tout le reste de notre vie si on ne le réussit pas ou pas totalement. 

C'est douloureux, dangereux, pénible mais c'est un passage obligé, un guet qu'il faut franchir et la meilleure sauvegarde en l'assumant, c'est de s'y jeter à corps perdus. Ce que font tous les personnages du film, chacun à son rythme, chacun à sa manière. Aucun perdant dans ce film, si ce n'est le père mis face à sa réalité, qu'avec une incroyable violence Sebastian, son fils, le force à accepter ( il faut une morale et l'immoraliste ne saurait traverser le film en toute impunité) afin de s'en libérer et s'en désolidariser. Sebastian va montrer sa véritable nature et l'attachement qu'il porte à Charlie. Charlie va oser aimer d'amour Tim plus âgé, qui remplace inconsciemment ce père qui l'a abandonné, Tim va protéger et aimer Charlie, les personnages secondaires vont recevoir aussi leur part et tirer de tous les évènements qui traversent le film des éléments pour se mieux connaître... Bref Those People, avec des grands moments d'humour (juif New-yorkais or course !), est un film émouvant, drôle et romantique à voir et à revoir. 

Dans mon panthéon personnel, il rejoint des films aussi différents que Annie Hall et Manhattan de Woody Allen, You Got Mail avec Meg Ryan et Tom Hanks, Brooklyn Boogie et Smoke de Paul Auster et Wayne Chang... Du cinéma qui lubrifie les neurones, fait sourire et pleurer. Un cinéma plein de maîtrise qui nous rend heureux, ouverts et un peu meilleurs.

(Critique de Lorenzo Cittone publiée dans Sens Critique. 16/06/2018)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...