Accéder au contenu principal

Aqua alta record à Venise : 1,32 mètre !

Un triste record samedi à Venise avec une montée des eaux de 132 cm du jamais vu depuis longtemps surtout à Murano qui pendant plusieurs heures a été envahie par des eaux boueuses et pestilentielles dues aux remontées d'égout certainement liées aux travaux de curetage des canaux actuellement en cours. Des milliers de touristes surpris par les eaux, les pontons de vaporetto accessible en montant, toute la vie commerciale de la cité paralysée sous un ciel très menaçant et par un vent soufflant avec force. 

Bilan : une polémique entre le président de la Région, le Signor Basan, de la Liga Veneta et le maire-philosophe de Venise, Massimo Cacciari dont les journaux se sont fait écho, le premier mettant en cause l'inanité présumée des élus municipaux quant aux solutions prônées pour sauver Venise de cette menace permanente et la campagne pour l'abandon du projet pharaonique "Mose" dont on est presque sur aujourd'hui qu'il ne permettra pas de préserver Venise des inondations mais seulement de trois ou quatre grandes marées annuelles. L'idée se fait de plus en plus présente d'un long chantier de rehaussement de la ville avec les risques que cela peut présenter mais qui permettrait à terme de supprimer les risques d'effondrement et de pollution des fondations des immeubles de la cité des doges.

"Il y avait du soleil et soudain du brouillard. Une marée record de plus de 132 cm au-dessus du niveau zéro maréographique, et une ville qui a du vivre sous l'eau pendant quelques heures dans des conditions assez précaires." commentait le quotidien Il Gazzettino de ce dimanche : "Scènes d'urgence ordinaire, surtout vers 11 heures du matin hier avec une pointe rarement enregistrée. Pour résumer la matinée d'hier, deux images parlantes : les pontons de l'ACTV à la verticale tellement le grand canal était haut et les conteneurs d'ordure remplis de bottes en plastique transparents que l'on vend à un rythme incessant aux touristes sur la place Saint Marc. Pourtant annoncée à temps, la marée haute a trouvé des centaines de touristes non préparés à l'évènement, pataugeant dans des eaux saumâtres à la couleur effrayante..."  


Les caractéristiques de l'aqua alta de samedi : de 10 h. 55 jusqu'à 11 h. 20 le coefficient est resté à 132. Il reflux s'est fait assez lentement à cause du vent du sud et au volume d'eau ayant pénétré dans le golfe. Les vents de sud ont soufflé sur toute l'Adriatique : on a enregistré 135 centimètres à Burano et 141 centimètre à Caorle. La municipalité, par l'intermédiaire du Centre des Prévisions et de Signalisation des Marées, a adressé les premiers messages d'alerte à 6 h. 56, tandis que les sirènes et les haut-parleurs de la Piazzale Roma ont été activés à 7 h. 08. Même chose pour les panneaux lumineux d'information. "Un'alta marea di 132 centimetri - afferma una nota di Ca'Farsetti - comporta l'allagamento di una superficie di circa il 70 per cento della città con una media di 50 centimetri in piazza San Marco". Sur la place et dans les zones touristiques limitrophes, de nombreux touristes n'ont pas hésiter a se promener dans les rues inondées et sur les ponts en dépit de quelques pigeons morts qui flottaient parfois et d'une eau à la couleur peu rassurante.  

"I veneziani - a dit Cacciari - sanno che c'e l'acqua alta e sanno anche che il Mose non salverà Venezia dall'acqua alta, ma solo da due o tre acque alte l'anno" ("les vénitiens savent que c'est une marée haute et ils savent aussi que le Mose ne préservera pas Venise des inondations que deux ou trois fois l'année") en réponse à la polémique lancée hier par le président de la Région. Les critiques fusent en effet depuis quelques semaines sur l'incertitude qui caractérise les recherches faites depuis des années pour la mise au point du projet Mose qui semble aujourd'hui ne plus être aussi fiable qu'on a bien voulu le laisser croire dans les milieux gouvernementaux. Les spécialistes semblent de plus en plus pencher pour une autre solution, moins coûteuse bien que plus longue mais en tout cas moins hasardeuse. Comme cela a déjà été fait pour quelques zones urbaines, comme les alentours de Saint Marc, il s'agirait de rehausser la base de la cité évitant ainsi que les eaux hautes ne viennent altérer les fondations et perturber le fonctionnement quotidien de la ville. L'autre problème qui vient à peine de trouver sa solution était l'envasement des canaux urbains. 


Depuis plus de cinquante ans les municipalités successives avaient abandonné le curetage des canaux, autrefois réalisé à la charge des riverains chaque année. Dans certaines zones, on a ainsi enlevé plus de 150 cm de vase et de détritus. De même dans la lagune, certains chenaux sont embourbés et ne mesurent plus que 30 à 40 cm de profondeur au lieu des 2 mètres d'avant. A l'inverse le chenal qui permet aux navires de gros tonnages (notamment cargos et pétroliers) de pénétrer dans le bassin de Saint Marc et de rejoindre, par le canal de la Giudecca, le port industriel de Marghera, a été tellement approfondi, qu'il a totalement modifié l'écosystème lagunaire en certains endroits. C'est une vision globale de la lagune qui est maintenant envisagée à juste titre par les scientifiques qui cherchent à renouer, autant que faire se peut, avec les traditions vénitiennes imposées pendant plus de mille ans par la nature. Ignorer ceux que les anciens vénitiens connaissaient a été une grande erreur, due à la prétention des modernes qui ont trop longtemps cru - et croient encore pour certains - que seule leur science peut apporter des solutions et oublient l'expérience du passé. Mais je ne suis ni océanologue, ni ingénieur des Eaux. Je crois simplement que si les hommes ont agi pendant des siècles d'une certaine manière et que leurs actes permettaient la sauvegarde et le maintien d'un système de vie, c'est que cette manière était bonne et que rien ne peut en justifier l'abandon.

Commentaires