27 septembre 2006

Gita scolastica *




Sans rentrer dans le débat très en vogue de l'utilité des voyages-marathons scolaires, j'ai trouvé sur le site d'un collège belge d'innocents clichés qui renforcent au premier regard mon idée du troupeau que l'on trimballe de musée en musée et qui se répand et s'affale dès qu'une pause est autorisée. Certainement de très bons moments pour les amourettes et les plaisanteries adolescentes, mais quel profit intellectuel et esthétique au final ? Personnellement je doute de plus en plus de l'utilité de ces périples lorsqu'ils ne sont pas assortis d'un travail précis - et de longue haleine - leur permettant de déboucher sur une véritable progression nourrie des acquis ou d'un échange linguistique avec des classes équivalents du pays que l'on visite.

Mais, suite à l'intervention - justifiée - d'une fidèle lectrice enseignante, j'ai certainement été trop rapide dans la présentation de mon opinion sur les voyages scolaires. Allez, redisons-le : les voyages forment la jeunesse et tout au long de leur périple entre Vérone, Padoue et Venise, nos chères petites blondes peuvent être touchées par la grâce et se prendre de passion pour l'art, la musique, la gastronomie, la langue ou simplement l'atmosphère des lieux visités. Je pense cependant qu'un échange, avec une période passée seul dans une famille avec un compagnon de leur âge qui les accueille et qu'ils accueilleront à leur tour, est plus profondément pédagogique que ces visites éclair où il est difficile de ne pas survoler les choses vues. Mais je ne suis pas enseignant.

(*) :  Voyage scolaire.
posted by lorenzo at 07:37

Gondola, gondola !


posted by lorenzo at 07:36

Blitzkrieg dans l'immobilier vénitien

Quelque chose semblerait bouger du côté des problèmes immobiliers de la Cité des Doges... Après la victoire d'un collectif de jeunes gens qui ont empêché l'expulsion d'un vieux monsieur obligé de quitter son appartement réquisitionné par le propriétaire qui voulait le mettre en vente - fort cher, le Gazzettino s'est fait écho d'un blitzkrieg mené de main de maître par la Municipalité.
.
Comme en France, l’État (ou la collectivité territoriale concernée) peut faire valoir son droit de préemption en cas de mise en vente de locaux privés. A une époque où partout dans le monde la philosophie ultra-libérale pousse les collectivités à vendre des bribes de leur parc immobilier, la Ca'Farsetti vient de créer la surprise en préemptant un appartement de 100 m² à San Marco mis en vente pour seulement 100.000 euros (!). Curieuse opération immobilière au départ, qui mêlait des personnalités vénitiennes loin d'être dans le besoin et surtout très liées entre elles. Écoutez plutôt : Le prix fixé, incroyablement bas pour un appartement de 100 m² en parfait état, situé à deux pas de la Piazza, sur la Calle Larga San Lorenzo, (adresse exacte : Castello 5123), avait attiré l'attention de l'assesseur au Patrimoine de la ville, Mara Rumiz, qui a donc payé 100.000 euros ce joli petit logement. Eliano Verardo, administrateur délégué du Consortium Venezia Spiagge, qui gère les luxueuses plages privées de Venise, était le vendeur. L'acquéreur se nomme Guido Sussi, ancien directeur de la Société AMES qui a en charge la gestion de l'approvisionnement des pharmacies et hôpitaux de Venise. Prix dérisoire annoncé, publié et payé par l'acquéreur. Bref que des gens bien au fait du prix de l'immobilier à Venise... Transfert d'argent non déclaré, ? Gros dessous de table ? Récompense pour services rendus ? Personne ne le saura jamais. Toujours est-il qu'une fois le sous-seing signé, la ville est intervenue et a fait valoir son droit de préemption. Trente jours plus tard - difficile performance quand on sait que l'été le fonctionnement administratifs vénitien vit comme partout au ralenti et qu'il fallait absolument réunir le conseil municipal pour entériner l'opération (comme quoi quand on veut on peut) - , l'affaire est bouclée.
.
La loi prévoyant que l'acte doit être adressé à la Soprintendenza (administration fiscale de la région), celle-ci a curieusement tout fait pour ralentir l'étude du dossier ce qui aurait pu compromettre l'action de la Municipalité, les délais de contestation étant très courts. Visiblement - et curieusement - l'administration fiscalemettant apparaissait ainsi du côté de l'acquéreur privé... Mais finalement, la ville est l'heureuse propriétaire d'un bel appartement acquis pour un prix vingt fois plus bas que les tarifs en vigueur. Elle va mettre à disposition d'une famille vénitienne qui n'aurait pas eu les moyens d'être aussi bien logée en passant par des agences immobilières.
.
Détail curieux : le jour même de la vente, l'appartement à peine acquis par Guido Sussi était déjà revendu à Olvrado Girardello, secrétaire communal d'un parti politique centriste et conseiller administratif de l'ATER, un organisme (officiel) chargé des programmes de constructions résidentielles... Mais ne vous y trompez pas, il n'y a pas de maffia à Venise, juste des gens très bien informés qui comme malheureusement partout ailleurs, aiment l'argent plus que tout et mettent leur intérêt personnel bien avant (à la place ?) celui de la communauté...
posted by lorenzo at 07:16
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...