04 juin 2007

TraMezziniMag Galerie : Masques de Venise par Fabien Chalon

Pour changer de ces masques trop souvent fabriqués en Asie que le touriste de base trouve sur les stands des vendeurs ambulants, j'avais envie de vous présenter des extraits d'un petit livre devenu presque introuvable.
Publié chez l'éditeur Jacques Damase, en 1994 et que certains d'entre vous connaissent. Il s'agit d'un petit recueil de photographies de Fabien Chalon, illustrées oserai-je dire par un texte de Michel Butor. En fait Fabien Chalon est aussi un poète. Sculpteur, photographe, il est le mari de Zabou Breitman, ex-actrice, ex-animatrice de télévision, aujourd'hui réalisatrice et productrice. Il avait adressé à l'écrivain, auteur de "san Marco" ses clichés que je vous présente ici. Il reçut en retour un poème intitulé "Lutins de lagune". Cette chanson comme la nommait Michel Butor est bien l'enluminure des photographies de Fabien Chalon

De San Giorgio à la Piazza
gardiens du seuil
il suffit de leur effleurer
un oeil pour qu'un frémissement
d'appel et d'alarme
retentisse jusqu'au fond
des appartements obscurs
.
De la Giudecca aux Giardini
nourris par le postier
ils ruminent les nouvelles
avant de les régurgiter
à ceux qui les transporteront
au long des escaliers corridors et salons
jusqu'à la lecture sous la lampe
.
De la Salute à l'Arsenal
clignant au passage des belles
sous les averses du printemps
qui transforment le soir
les murs les plus lépreux
en mosaïque sur fond d'or
dans la vapeur des canaux
.
De Strawinsky à Tiepolo
fantômes de Pulcinella
se renversant dans les ruelles
ou dégringolant des façades
briques marbres vitres et grilles
entre palais et carillons
entre carnaval et ténèbres
.
Du cimetière à la Fenice
fanaux luisants sur les gondoles
feux Saint-Elme phosphorescences
rais de lumière sous les portes
une salamandre se glisse
entre les paupières et lèvres
pour battre le rappel des fées
.
Michel Butor

le 4 juin 1798, à Dux

Retiré du monde, loin des femmes et du jeu, Giacomo Casanova mourut le 4 juin 1798, après avoir passé les dernières années de sa vie dans la bibliothèque de son dernier protecteur et ami, le comte de Waldstein, qu'il était chargé de classer et d'entretenir. C'est dans ce château agréable qu'il rédigea en français ses fameuses mémoires qu'un éditeur de Leipzig édita, grâce à son neveu et héritier. L'ouvrage fit le tour des cours d'Europe et le Paris de la Révolution fit un succès au livre. Cette gloire posthume aurait comblé d'aise l'aventurier vénitien. Né en 1725, dans une famille de comédiens, il était destiné à devenir prêtre, mais la vocation tardant à venir, il fit de nombreux métiers, errant à travers l'Europe. Inventeur, brillant causeur, jouer invétéré, un peu escroc, grand coureur de jupons, franc-maçon, magicien, charlatan, il ne laissait jamais indifférent. A Venise, il eut de nombreux riches protecteurs. ce fut le cas aussi à Dresde, à Paris, à Madrid. Ami de têtes couronnées, d'ecclésiastiques influents, de savants, d'artistes de renom (comme Goethe ou Mozart), c'était un homme curieux, brillant et très cultivé. Pas seulement un séducteur sans vergogne...
.
Rentré dans la mythologie populaire universelle comme un libertin frondeur et téméraire, il serait surpris mais fier de voir son patronyme devenu un nom commun. Une messe est dite à Venise , chaque année depuis 1798, pour la paix de son âme.

A Dux, aujourd'hui Duchkov, en Bohème, on peut voir dans le château des Waldstein, la chambre du vénitien, le fauteuil sur lequel il était assis quand il mourut.

En revanche sa tombe a disparu dans les années 50, à l'époque maudite de la dictature communiste. Elle était à 14 pas sur la droite en partant du fronton de l'église paroissiale Santa Barbara. Un pas par année passée à Dux. Son protecteur y avait fait installer une énorme croix qui s'endommagea avec le temps et les communistes achevèrent le travail du temps en rasant le cimetière.
.
On raconte que les femmes se rendant à la messe ne pouvaient pas passer devant son tombeau sans que leur robe ne s'accroche aux reliefs usés de la pierre tombale. Ce qui faisait dire dans la petite communauté, que même mort Casanova ne laissait jamais les femmes en paix ! L'intérieur de l'église a brûlé pendant la seconde guerre mondiale. on ne voit plus que l'emplacement de la loge vitrée près du Maître-Autel où la famille Waldstein se tenait avec les plus importants de leurs gens. Casanova avait l'autorisation de s'y tenir pour écouter la messe quand le comte n'était pas à Dux. Il en parle dans les mémoires.
.
Le manuscrit de celles-ci est revenu sur les lieux de sa création en 1998, à l'occasion du bicentenaire de la mort de l'écrivain. On peut les consulter au musée de Dux, à quelques centaines de mètres du château.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...