16 octobre 2007

C'est pure folie mais jolie tradition...

Il faisait si chaud l'été dernier. Un caldo africano. La tentation était grande pour ces enfants. Plonger du pont des Capuzzine et se rafraîchir dans l'eau du rio de San Girolamo, devant chez eux. Récemment nettoyé, débarrassé de sa vase et de sa puanteur, il semblait bien attirant. Autrefois (et jusque dans les années 80), les enfants avaient l'habitude de plonger ainsi des ponts de Venise et de nager sans l'au des canaux. C'était toujours un joli spectacle de voir ces petits barboter et sauter en craint, riant, sous le regard amusé des anciens qui eux aussi, au même âge, s'étaient adonnés aux mêmes loisirs.

Cependant, et sans vouloir jouer le rabat-joie de service, les analyses faites récemment des eaux de Venise, même dans les canaux curetés et restaurés montrent leur haut degré de pollution : plomb, zinc, hydrocarbures, mercure, arsenic et pesticides en tous genres... Un vrai bouillon de culture explosif !
 
Et les usines polluantes de Marghera, finalement ne semblent pas être seules en cause : le nombre croissant de bateaux à moteurs, les huiles et les carburants qui sont rejetés chaque jour, les eaux sales des maisons pleines de résidus de phosphate et de graisse, les eaux ruisselantes qui drainent les résidus de ferraille des toitures, la corrosion des marbres et des métaux des immeubles sont responsables de cette pollution. Sans compter les déchets des hôpitaux, des imprimeries... La présence quotidienne de 130.000 personnes, résidents et visiteurs a transformé cette eau en élixir empoisonné. Espérons que ces enfants ont pris de bonnes douches en rentrant chez eux !

Et voici comment sera le réseau des vaporetti à compter du 21 janvier prochain

La ligne réservée aux résidents (titulaires de la CartaVenezia ou d'un abonnement résidentiel Imob) est la principale nouveauté de la fameuse "révolution" des transports en commun concoctée par l'ACTV et annoncée officiellement à la Ca'Farsetti vendredi dernier devant les journalistes. Voilà comment sont réorganisées les lignes :
..
LINEA 1
Même parcours (Piazzale Roma - Lido), avec un passage toutes les 10 minutes et ouverte aux résidents comme aux touristes. Seuls les appontements de S.Chiara (Piazzale Roma), des Scalzi (Ferrovia) et Banca d'Italia (Rialto) seront modifiés. C'est la préférée des touristes et la plus redoutée des vénitiens, surtout en été.
.
.
LINEA 2
Elle remplacera l'actuelle 82 et la 3/4. Elle aussi pour tous résidents et touristes, elle demeure la ligne rapide. Le trajet S.Zaccaria - Gidecca - piazzale Roma ne change pas mais après ce dernier arrêt s'ajouteront en permanence les arrêts suivants : Ferrovia, S.Marcuola, Rialto (Banca d'Italia), San Tomà, San Samuele, Accademia, San Marco (Vallaresso). En été, toutes les 20 minutes, un bateau poursuivra jusqu'au Lido.
.....
LINEA 3
Réservée aux seuls résidents, elle effectuera les arrêts suivants : piazzale Roma (Parisi), Ferrovia (S.Lucia), Riva de Biasio, San Marcuola, San Stae, Ca'd'Oro, Rialto Mercato, Rialto (Riva Carbon), San Silvestro, Sant'Angelo, San Tomà, Ca'Rezzonico, accademia, S.Maria del Giglio, Salute, San Marco (giardinetti). Un bateau toutes les 20 minutes en hiver et toutes les 10 minutes en été.
....
AUTRES LIGNES
Pour faciliter le transport des résidents qui travaillent à Venise mais vivent au Lido, une liaison Lido-San Zaccaria en vaporetto sera mise en place toute l'année de 7 heures à 9 heures et de 16h15 à 19h45, toutes les 15 minutes en hiver. Et pour ceux qui viennent de la Terra-Ferma, la ligne de motoscafi numéro 41-42 continuera de relier la piazzale Roma à San Zaccaria, de 6h30 à 9 heures et de 16h35 à 19h30, toutes les 20 minutes du printemps à l'automne. Ces deux navettes seront apparemment utilisables aussi par les touristes.

Ca y est , tout change à l'ACTV !

Je vous en avais parlé, l'ACTV l'a fait et dès le 31 janvier ce sera en place : le nouveau réseau des transports maritimes du centre historique a été présenté et tout le monde en parle à Venise, au marché, dans les rues et les messages qui parviennent aux journaux et sur les sites internet tournent tous autour de cette révolution.
Il fallait modifier les choses et chercher des solutions aux nombreux problèmes posés par la croissance du trafic, les dégâts du moto ondoso, les difficultés rencontrées par les vénitiens face à la montée du tourisme, la nécessaire modernisation des bateaux et des abris. A ce sujet, la polémique - parvenue jusque dans les commentaires de TraMeZziniMag - fait rage à Venise : Comment imposer aux vénitiens de passer par l'entrée qui leur sera réservée plutôt que par celle des touristes ? De toute façon, ils passent toujours par la sortie, ce qui est formellement interdit en principe... Comment les décider à attendre la ligne 3 qui sera pour eux uniquement s'ils sont pressés et que passe justement devant eux la ligne 1 ou 2 qu'ils partageront avec les masses de touristes. 

Comment contrôler l'accès aux bateaux qui sera automatisé dans quelques mois ? Un concours a été lancé pour dessiner les nouvelles "fermate". Très modernes, elles seront doubles à Piazzale Roma, à la gare, au Rialto et à San Marco pour que soit effective - sinon efficace - la division entre les résidents et les touristes et simplement aménagées pour permettre ce tri humain... Côté protection du site historique, la polémique là-aussi est engagée : La Ca'd'Oro souffrirait de plus en plus des vibrations provoquées plusieurs dizaines de fois par jour par l'accostage des vaporetti. Les fondations bougent provoquant des milliers de micro-fissures dans les joints des marbres de la façade et certains craignent des éboulements. Les riverains ne souhaitent pas que l'arrêt soit déplacé... 

Sur la Fondamenta delle Guglie, on installe à grand frais (90.000 euros) un nouvel arrêt au moment même où des travaux d'excavation des vieilles canalisations est en cours. Depuis des années des associations alertent la municipalité devant l'état incroyable de vétusté des quais. N'aurait-il pas été judicieux de commencer par la restauration de cette fondamenta comme on l'a fait pour les Zattere plutôt que de dépenser de l'argent pour un nouveau ponton ? 

Une société privée vient de proposer la mise en place d'un réseau de bateaux-mouches, de la taille des vaporetti, dotés de moteurs dont les turbines spéciales diminueraient de 60% les remous responsables de l'effritement des rives et des fondations, qui arpenteraient le Grand Canal pour 16 ou 18 euros, permettant de désengorger le trafic de l'ACTV. Mais cette idée n'a pas plu. "Le Canalazzo n'est pas la Seine" dit-on ici... Pourtant cela pourrait réduire le trafic. D'autres proposent de limiter les livraisons à des heures spécifiques (on attend toujours le fameux terminal de fret qui permettrait de déposer les marchandises acheminées ensuite par de petites embarcations à travers les canaux secondaires et à pied). Ce n'est pas simple et là encore l'unanimité ne semble pas prévaloir entre les différentes parties. A suivre donc.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...