Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2008

Bonne vacances !

Posted by Picasa  _______ 

6 commentaires (non archivés par Google).

A Venise aussi, voici les soldes

Les affichettes de chez Coin,  LE grand magasin de Venise, annonçant les soldes d'été. _______
3 commentaires (non archivés par Google).

La forme d’une ville

Dans son livre consacré à la ville de Nantes, "La forme d’une ville", le grand écrivain que fut Julien Gracq parle de Venise. Ce qu’il en dit mérite une place d’honneur dans les citations de TraMezziniMag, tant la perception que cet écrivain magistral a pu avoir de la Sérénissime est fine et profonde. Comme tout ce sur quoi il se penchait, Julien Gracq nous donne en quelques mots la manière idéale pour connaître et pénétrer une ville. Avec son âme. "Qui revoit dans sa mémoire une ville qu’il a visitée, que ce soit en touriste ou en pèlerin d’art, il s’attache d’habitude à quelques repères, aussi nettement distincts de la masse bâtie que le sont pour un marin les amers sur lesquels il se guide en approchant d’un port, et ces repères sont presque tous des monuments. Il est singulier qu’on concentre ainsi – par un mouvement moins naturel qu’il n’y paraît – le caractère et presque l’essence même d’une cité dans quelques constructions, tenues généralement pour emblématiques, …

Cupio dissolvi...

Extrait de mon journal. Juin 2001 :  "[...] Être hors du monde (1) [...] Est ce l'âge qui vient, la lassitude d'une vie ordinaire ? Non pas tant comme l'Apôtre Paul, l'envie de disparaître de cette terre où le chemin même pénible et rocailleux me parait toujours et me paraîtra certainement jusqu'à mon dernier souffle passionnant et joyeux, in spite of. Plutôt le désir profond de vivre autre chose. Pouvoir me consacrer entièrement à l'écriture, à la réflexion. Au silence. Cette envie omniprésente de prendre le temps. Enfin. Ne plus courir, ne plus m'éparpiller. Chercher vainement à satisfaire mille personnes, mettre en branle mille idées pour finalement n'aller jamais jusqu'au bout d'aucune [...] Venise représente depuis toujours pour moi, vous l’aurez compris, cet appel du silence et de la paix. Un temple où mon âme s’épanouit vraiment, ma pensée s’y reconstruit et mon esprit parfait sa connaissance. Car je sais bien aujourd'hui que je n…

Le concert d'Enrico Gatti : joie, joie, pleurs de joie...

Au risque de paraître trop sensible aux yeux de mes lecteurs en paraphrasant ce cher Blaise Pascal, je voudrais vous parler de la larme (presque) versée hier soir, à la fin du merveilleux concert donné par Enrico Gatti, Guillaume Rebinguet-Sudre et Aurélien Delage. Une larme, une vraie. Pas de tristesse ou de regret. Une larme de joie. "Que du bonheur" comme on dit trivialement. Cela vous fait déjà sourire. Pourtant je ne suis pas accoutumé à des débauches de sentimentalisme à la guimauve. Ce qui a motivé cette larme, je vais vous l'expliquer. 
La journée avait été longue, pénible. Il avait fallu courir pour éditer à temps les programmes, s'occuper des enfants, satisfaire quelques clients impatients, passer à la banque, aller à deux rendez-vous ennuyeux, ranger un peu, se laver, se changer et arriver sans trop avoir l'air défait sur le parvis de l'abbatiale Sainte-Croix. Ce n'était pas la foule des grands jours, mais peu à peu l'église se remplissait. …

Venise Moleskine Project

Un jardin

C’était le jardin clos d’un palais oublié 
Près d’un petit canal, au fond d’une ruelle 
Où les enfants venaient jouer à la marelle 
Dans l’ombre tranquille et muette des figuiers 

Personne jamais n’ouvrait la grille rouillée 
Où deux têtes de lion restaient en sentinelles 
N’entraient que les oiseaux, et quelques chats fidèles 
Du pas nonchalant des fantômes familiers 

Quel était le mystère des allées secrètes 
Quelle statue blanche gardait le puits mousseux 
Où gisait ignoré un espoir malheureux 

Un jour ont disparu le palais, son jardin 
Et même les enfants qui avaient tant d’entrain 
Sont morts, ou sont passés derrière la murette 
Poésie de Line Gingras, Maître-blogueur avec "Le chou de Siam" photo de Jas, extraite de l'excellent reportage du Campiello sur les jardins secrets de Venise 
_______
1 Commentaire (non archivé par Google)

Dans Venise la rouge, pas un bateau ne bouge...

Chat à Venise

Être chat à Venise n'est pas une mince affaire. Presque un devoir. Une situation. "Un état" dirait Monsieur Goldoni... I gatti veneziani eux aussi sont moins nombreux qu'autrefois. Toujours aussi paresseux et rêveurs, il semblerait que la nostalgie soit courante chez la gent féline autochtone. Il serait temps de repeupler cette colonie et de leur montrer à ces humains ce que c'est qu'être chat à venise ! 

_______ 2 commentaires (non archivés par Google) 


Chronique bordelaise

Il y a dans l'existence de ces petits moments de bonheur qui réconcilient avec la vie. Je viens d'en vivre un, sans préméditation. Il pleuvait des cordes ce matin sur Bordeaux. un de ces matins à faire broyer du noir aux âmes les plus optimistes. Une kyrielle de rendez-vous, des appels téléphoniques se succédant les uns aux autres et plein d'impondérables. Bref de quoi ruminer pendant des heures et rêver d'un retour immédiat au fond de son lit. 
J'avais cependant rendez-vous à treize heures dans un sympathique restaurant presque privé que j'allais découvrir, à l'invitation de Stéphane Felici, notre charmante et simpaticissima consul d'Italie à Bordeaux. Elle nous traitait, mes compagnons et moi, dans cet endroit drôlement agréable en l'honneur d'Enrico Gatti, le célèbre violoniste fondateur de l'Ensemble Aurora, qui arrivait de Bruxelles et donnera un concert demain, en compagnie de Guillaume Rebinguet et Aurélien Delage, (Mardi 17 juin, à 20…

Du côté de San Alvise

Un quartier peu fréquenté par les touristes où il fait bon vivre quand la douceur du printemps succède à la pluie. Déambuler dans les ruelles de cette partie un peu excentrée de Cannaregio est toujours un plaisir, tellement y est encore présente la vraie vie vénitienne.

____________
2 commentaires (non archivés par Google)