30 avril 2012

Dimanche. Un livre, un gâteau, et la musique de Bach.

,,Les dimanches que j'aime sont toujours de la même couleur. Celle d'un bonheur tranquille que rythment joyeusement les Suites anglaises de Bach sous les doigts de Glenn Gould. Peu importe le temps qu'il fait au dehors, dans la maison le soleil brille de tous ses feux. Le chat ronronne de plaisir, la table pour le thé réunit toute la famille. Scones dorés, thé fumant et parfois, un de ces gâteaux qui réveillent en nous mille souvenirs d'enfance. Hier, c'était un Fondant à l'orange. Constance qui s'est prise de passion pour ces petits bracelets de ruban qu'on garnit de breloques retrouvées dans les tiroirs et les vieux coffrets de sa Bonne-maman (comme la recette du délicieux Fondant), s'affaire près de la fenêtre. Tout autour d'elle, fils et tissus dans un joyeux désordre, illuminent de couleurs acidulées le gris du ciel. 

,,La sarabande de la Deuxième Suite se glissent dans toute la maisonnée. Dehors, la pluie continue sans arrêt depuis plusieurs jours. Une accalmie ce matin nous a permis d'aller à la messe sans parapluie. Joie de ce moment de soleil si doux. En rentrant, petit détour par des ruelles silencieuses pour admirer quelques vieilles pierres, rajouts très anciens qu'un architecte habile a utilisé autrefois, nous permettant aujourd'hui d'admirer là une fresque gallo-romaine, ici un arc médiéval. Le temps passe vite quand tout est en harmonie. La panique et l'angoisse de vendredi envolées, le blog retrouve peu à peu l'ensemble de son contenu. Ouf... 

..Dix sept heures sonnent au clocher voisin. L'heure sacrée du thé. Les scones, la confiture de poires faite l'été dernier, la gelée de coings, celle de mûres un peu liquide. Le roman découvert par hasard et qu'on ne peut plus quitter. Hier, c'était La liste de mes envies de Grégoire Delacourt (à lire toutes affaires cessantes !). Un petit bijou d'émotion et d'humour aussi. Comme la vie ordinaire. Un passage émouvant sur un père retombant en enfance, des pages sur l'utilité des blogs. Dehors, des enfants rient en pataugeant bruyamment dans les flaques. Leurs rires répondent à la musique du Kantor de Leipzig. Même rythme, même ton. Combien j'aime ces dimanches tranquilles tout remplis d'âme et de paix. 

Le Fondant à l'orange de Bonne-maman : 
Il vous faut : 175 g de bonne farine tamisée, 1/2 sachet de levure, 3 œufs frais, 80 g de beurre frais, 175 g de cassonade, 125 g de sucre glace, 3 oranges à jus, une pincée de sel, 1/2 cuillère à soupe de rhum ou de Cointreau. 

..Commencez par mélanger le beurre ramolli avec le sucre jusqu'à obtenir un mélange bien crémeux. Ajoutez le zeste d'une orange, puis les œufs en remuant vigoureusement, puis la farine, la levure et le sel, quand l'appareil est homogène, versez-y le jus d'une orange. Bien mélanger. Versez la pâte ainsi obtenue dans un moule à manqué beurré et fariné. Cuire à feu doux (th 4, 150°) pendant environ 40 minutes (jusqu'à ce que le dessus soit joliment doré et qu'une pointe de couteau ressorte sèche du gâteau (tout le monde sait ça, pourquoi me sentir obligé de l'écrire une fois encore ?). Pendant la cuisson, faire un sirop avec le jus des trois autres oranges et le sucre. Laisser bouillir plusieurs fois et maintenir au chaud. le sirop est prêt quand le sucre a entièrement fondu. Inutile d'écumer, après cuisson le sirop va s'éclaircir et la mousse disparaître. Quand le gâteau est cuit, le démouler aussitôt et le renverser sur une grille que vous poserez sur un plat. Imbibez-le avec le sirop de façon à ce que toute la surface et les côtés soient mouillés, recommencez tant qu'il y a du sirop dans le plat. Servir tiède ou froid. Les deux manières ont leurs partisans. Personnellement, je le préfère tiède. Servi avec une crème anglaise peu sucrée (la vraie), c'est absolument à se damner ! 

..Le soleil est revenu faire un petit tour, jouant avec les miettes sur la nappe sous le regard ravi du chat qui n'aime pas toute cette humidité. Des images iconoclastes qui nous parviennent de Venise n'entameront pas notre bonne humeur. Pourtant il y a de quoi enrager. Ces horribles grandi navi qui se font chaque jour plus nombreux et dont personne ne veut dans le centro storico et ces (superbes) vieux modèles d'automobiles qui ont envahi le parvis de San Giorgio, à l'occasion de l'arrivée d'un rallye parti de Monaco et dont les prix étaient remis en grande pompe lors d'une soirée de gala, dans les salons de la Fondation Cini. C'était la maison Vuitton qui était l'instigateur). Voir des voitures à Venise qui a su lutter depuis toujours contre ce qui enlaidit les autres villes du monde, à de quoi faire hurler. Exactement comme la vitrine Ferrari qui faisait tâche (rouge) sur la Piazza ! heureusement, Buonaparte n'a pas eu le temps de mettre ses menaces à exécution, et le petit Attila corse est parti vers Sainte-Hélène avant que de transformer le grand canal en boulevard carrossable !

Crédits photographiques © OliaiKlod




 4 commentaires

29 avril 2012

La pluie, encore et toujours...

29 avril 2012


Bordeaux et une partie du pays sont noyés sous des trombes d'eau. pendant ce temps, Venise pendant ce temps voit la température monter et le ciel se dégager. Ce printemps est bien surprenant.


________

5 commentaires lors de la publication d'origine : non archivés par Google

La pluie, encore et toujours...


Bordeaux et une partie du pays sont noyés sous des trombes d'eau. pendant ce temps, Venise pendant ce temps voit la température monter et le ciel se dégager. Ce printemps est bien surprenant.

25 avril 2012

COUPS DE COEUR (HORS SERIE 28) : "Autant la mer" de François Matton

Découvert par hasard ce très bel album-livre comme je les aime, où l'histoire mêle les mots et le dessin. Un trait acéré et plein de poésie, sans fioritures ni concessions. c'est moderne et très classique en même temps. L'histoire est belle et parlera certainement à beaucoup. Une parenté indirecte avec Venise qui parlera aux lecteurs de TraMeZziniMag. Voici ce que l'auteur a écrit sur cet opus dans son blog :
"Vouloir partir vivre sur l'eau est un rêve d'enfant qui ne s'encombre pas du réel. C'était le rêve de mon frère Benoît, tel que je le raconte dans Autant la mer. Partir vivre sur l'eau, loin de l'agitation des villes, loin des habitudes bourgeoises, loin de ce qui se répète sans qu'on le remette en question, loin des moules dans lesquels, après quelques fanfaronnades, on se coule si vite (c'est tellement pratique), loin des responsabilités compliquées, loin des enjeux d'argent, loin de la nécessité de se battre pour travailler, loin de la nécessité de jouer des coudes pour être, sinon le premier, celui qui sait passer sans scrupules au-dessus des autres (tous les coups bas sont bons), loin des stratégies honteuses nécessaires pour se faire passer pour celui sur qui compter, loin de tout les arrangements véreux - sans parler de la vie de couple, de la sexualité arrangée, cadrée, fichée, tristement réglée. Partir loin de tout ça qu'il est répugnant d'endosser à son tour : le monde bavard des hommes qui produisent, réclament, vendent, mentent, se réjouissent de réussir un coup, se désolent outre mesure d'en avoir raté un autre. Cette misère que mon frère, encore très jeune, n'avait pas connue directement mais qu'il devinait facilement par l'observation des autres (The Others), il voulait la fuir au plus vite, et je le comprends." 
 Autant la mer 
François Matton 
Éditions P.O.L. - 2009 
128 pages, 17 €

16 avril 2012

Statistiques


..Entre 1951 et aujourd'hui, le centre historique a perdu plus de 65% de sa population et la répartition des habitants entre Venise, les îles et la Terraferma s'est inversée : en 1951 55% des vénitiens habitaient la ville historique et seulement 21% la Terraferma. Aujourd’hui, c'est le contraire avec 66% pour la Terraferma et seulement 23% dans le centre historique. 

..Des données démographiques très précises permettent de comparer les chiffres à travers l'histoire : 
.
,.,1422 : 199.000 habitants. 
..1509 : 115.000 (dont11.164 courtisanes !) 
..1797 (année de la chute de la République) : 141.000 
..1931 :  163.559 
..1960 : 145.402 
..1970 : 111.550 
..1980 :  95.222 
..1990 :  78.165 
..2000 : 66.386 

..Le compteur de la Pharmacie Morelli, campo San Bartolomeo au Rialto, installé presque comme une boutade par Venessia.com, indique aujourd'hui à peine un peu plus de 58.000 habitants. Du jamais vu dans l'histoire de la Sérénissime même au temps des grandes épidémies !
______
13 commentaires (non archivés par Google)

Venise, belle et triste vitrine, par Aldo Cazzulo

Un fidèle lecteur nous a signalé cet article d'Aldo Cazzulo paru dans le Corriere della Sera et publié par Courrier International, le 12 avril dernier. Point de vue réaliste certes mais assez pessimiste traduisant bien la situation actuelle de la Sérénissime, réalisé à partir d'un entretien avec l'ancien maire, le philosophe Massimo Cacciari, adepte du pragmatisme dont l'administration est aujourd'hui très controversée. Sa vision en tout cas s'avère juste et la réflexion de l'auteur, une bonne base pour les dbats actuels sur l'avenir de la Sérénissime. Boutique de souvenirs à Venise. 

Boutique de souvenirs à Venise.  
Crédits photographiques © spirosk. 
 Chaque année, des centaines d’habitants fuient la lagune, l’abandonnant aux multinationales et aux spéculateurs de l’art et la transformant en ville fantôme. Les tentatives pour raviver son économie se heurtent au manque de fonds publics et au fatalisme de ceux qui sont restés. 
Pour Massimo Cacciari, son ancien maire, Venise est sous l’emprise de deux malédictions : les comtesses qui s’agitent pour la sauver; et le caractère de ses habitants. “Venise se meurt !” déplorent les aristocrates et les Vénitiens. 
En réalité, Venise est déjà morte. Elle a ressuscité, et est devenue une vitrine. Le jour, Venise n’a rien de triste, ni même de mélancolique. Au contraire, elle n’a jamais été aussi belle, aussi vivante. Jamais autant d’argent n’a conflué vers elle, du Nord-Est, de Milan, de l'Europe, de l'Amérique. Mais c’est de l’argent privé. Celui des marchands, et pas celui des mécènes. Partout fleurissent les restaurations et les fondations. 
L’exemple le plus éclatant est celui de Pinault, qui a acheté un morceau de Venise - la merveilleuse Punta della Dogana, face à la place Saint-Marc, pour y exposer les artistes de sa collection qu’ensuite il vendra dans sa maison d’enchères. 
Des rats qui courent dans tous les sens 
Aujourd’hui, la polémique enfle à propos du Fontego dei Tedeschi, acheté par les Benetton sur lequel Rem Koolhaas, la grande star hollandaise de l’architecture, a dessiné une terrasse controversée avec vue sur le Pont du Rialto. Il est vrai aussi que personne n’avait plus mis les pieds dans la Punta della Dogana depuis des décennies. 
La nuit, Venise redevient elle-même : une ville dépeuplée, comme d’autres centres historiques. Mais ici, entouré par la beauté, le spectacle de volets fermés et des boutiques closes, des lumières éteintes, du silence, est plus triste, tandis que le flux des Vénitiens “de l’extérieur” et des touristes désargentés se déplace vers la terre ferme. 
Seuls restent animés les endroits où se retrouvent les étudiants : le Campo santa Margherita, San Giacomo dell'Orio, le marché du Rialto. Mais les résidents se sont plaints et la municipalité a imposé le couvre-feu à minuit. 
Massimo Cacciari raconte : "Vous n’avez pas idée de ce que j’ai trouvé à l’intérieur de la Punta della Dogana ! Des rats qui couraient dans tous les sens, des employés reclus dans leurs petits bureaux. Dans la tour qui fait face à San Marco, peut-être le plus bel endroit du monde, quelqu’un s’était même discrètement taillé un appartement. Le jour où les travaux devaient commencer, on a trouvé dans les remises un dépôt de vieilles planches. J'ai dit : enlevez-les. On m'a répondu que ce n’était pas possible, que c’était du ressort de la Surintendance [équivalent de la Direction du Patrimoine]. J’ai alors appelé la Surintendance pour qu'elle vienne les reprendre. On m'a répondu que ce n’était pas possible car il s'agissait des restes d’un ancien plancher. A ce moment là, je me suis mis à hurler. Une scène hystérique. Je suis devenu fou”. 
La même chose s’est produite pour le piazzale Roma, où se dressera le nouveau palais de Justice, dont le prix a triplé depuis le devis initial. "Des terrains contaminés. Des chantiers retardés. Et des obstacles de toutes sortes, dont celui-ci : les travaux sont sur le point de commencer quand on m’annonce une découverte sensationnelle. Des caisses pleines d’os d’animaux. J'explique alors que la chose est pourtant bien connue : jusqu’au XIXe siècle c‘était là qu’étaient installés les abattoirs. On me répond que l’affaire est de la plus haute importance puisqu'on va pouvoir reconstituer toute la chaîne alimentaire de Venise au XVIIIe siècle. J’y vais et on me montre un os de chèvre, de veau, de bœuf… Cette fois encore, je me suis mis à crier. Une autre scène d’hystérie. A nouveau, je suis devenu fou : "Si les travaux ne commencent pas tout de suite, je prends un marteau et je détruit tous ces os, un par un !”. 
Les écoeurantes pleurnicheries sur Venise 
Massimo Cacciari explique qu’il ne supporte plus les "écoeurantes pleurnicheries” sur Venise, les jérémiades que répandent "ces maudits snobs” et un peuple qui aime tant se plaindre. Il rappelle ce qui a été fait ces vingt dernière années : le nouvel Arsenal avec le centre de recherches Thetis ; la reconstruction du théâtre la Fenice - en dépit de toutes les péripéties ; la restauration de Ca' Giustinian, siège de la Biennale d’art. Le problème, c’est que la municipalité n’a plus un sou. Les deux sources historiques qui l’alimentaient se sont taries : la loi spéciale et les casinos. L’Etat a diminué sa subvention et tout l’argent part dans le projet Mose : la plus grande réalisation d’ingénierie hydraulique au monde, censée protéger Venise de la montée des eaux de la lagune. Cinq milliards d’euros y ont déjà été engloutis et il reste encore deux années de travaux. L'autre coffre-fort, c’est le casino. Autrefois les smoking blancs des joueurs de chemin de fer accourraient au Lido, aujourd’hui ce sont les Chinois qui, a Ca'Noghera, sur la terre ferme, se pressent autour des machines à sous. Entre la crise et la concurrence de l’Etat avec les jeux d’argent en ligne, cette manne qui était de 200 millions d’euros par an n’est plus, ces dernières années, que de 145, dont il faut soustraire 100 millions de coûts fixes. Les revenus de la ville se sont écroulés.
La longue hémorragie
Aujourd’hui, Venise doit faire face à deux grands défis : le dépeuplement du centre historique et le destin de la plus grande zone industrielle d’Europe, Marghera. Le compteur numérique de la pharmacie Morelli sur le campo San Bartolomeo, rappelle aux passants la longue hémorragie de Venise qui ne compte plus aujourd’hui que 58 855 résidents. 
Le problème, c’est que les Vénitiens ne veulent plus vivre à Venise, non seulement parce que les appartements dans les étages élevés sont extrêmement chers, et que personne ne veut de ceux qui sont au niveau de l’eau, trop humides, ni de ceux qui sont sous les toits, surchauffés en été. 
Les Vénitiens veulent comme nous tous : avoir leur voiture en bas de chez eux [et non pas dans les immenses parking du Piazzale Roma]. La mairie possède 6 000 appartements, pour la plupart loués aux Vénitiens modestes. C’est la classe moyenne qui fait défaut, les bourgeois qui habitaient entre l’étage noble et les mansardes. 
Les Vénitiens partent vivre sur le continent, à Mestre, la ville la plus laide d’Italie, du moins jusqu’à ces dernières années. On a récemment transformé la piazza Ferretto en espace piéton, planté des bois aux abords de la ville, transformé en parc paysager la décharge de San Giuliano, doté l’agglomération de l’Internet à haut débit et bientôt s’ouvrira le chantier du futur pôle culturel de Mestre, le M9. 
Pierre Cardin, qui en réalité s’appelle Pietro Cardin est né à Sant'Andrea di Barbarana (près de Trévise), voudrait avant de mourir ériger à Marghera, la "Tour Lumière", un bâtiment d‘un milliard et demi d’euros, de 240 mètres de haut et de soixante étages qui abritera l'université de la mode. La mairie ne s’y oppose pas. 
Certes Venise demeure une destination privilégiée pour les voyages de noces, et pour beaucoup la basilique Saint-Marc est le plus bel édifice du monde. Il suffit, pour s’en convaincre, d’admirer la coupole de la Création, la Genèse des analphabètes où Dieu pose la main d’Adam sur la tête du lion pour signifier la primauté de l’homme sur les animaux ; le même lion qui, sur la mosaïque voisine sort de l’arche de Noé et, après des mois d’inertie, étire ses pattes avant de se mettre à courir. 
C’est cela que Venise devrait faire, se remettre dans la course, malgré le poids d’un tâche immense : préserver toute cette beauté et faire renaître une ville autour d’elle.
Aldo Cazzulo
Traduction : Françoise Liffran 

13 avril 2012

COUPS DE COEUR N°43

Gabrielli, Jacchini, Vitali
La Nascita del Violoncello
Les Basses Réunies,
sous la direction de Bruno Cocset
Livre-CD - 136 pages.
Label Agogique - 2011 - AGO001
Découvert il y a seulement quelques jours, ce premier livre-disque d'un nouveau label est une superbe réussite que TramezziniMag recommande à 100% : belle réalisation éditoriale, iconographie somptueuse et une prise de son magnifique pour retracer la naissance du violoncelle."Avant que de connaître sa forme définitive au cours du XVIIIe siècle, ses origines multiples se déclinent à travers les instruments hybrides des siècles antérieurs. Au programme figurent des œuvres rattachées à l’école de Bologne de Domenico Gabrieli, Giuseppe Jacchini et Giovanni Battista Vitali, destinées à mettre en valeur une écurie de sept instruments différents, choisis et accordés en fonction des pièces. La facture robuste et primitive du violoncelle Gasparo da Salo convient à merveille aux passacailles et autres ricercare à l’écriture virtuose. Bruno Cocset varie les registrations et révèle leur polyphonie latente." peut-on lire dans la critique de Jérémie Bigorie parue dans Classica. Basse de violon alla bastarda caractérisée par une tessiture très étendue, cousine des violes, violoncelle "Bel Canto", puissamment lyrique, enjôleur et voluptueux. Pour réaliser ce projet, Bruno Cocset est entouré de musiciens de talent, inaugurant d'une manière triomphale et somptueuse ce nouveau label. Un grand grand disque.
...
Dix hivers à Venise
réalisé par Valerio Mieli
avec Isabella Ragonese, Michele Riondino
Sorti en salle en février 2012.
C'est l’histoire de deux jeunes qui, n’arrivant pas à s’aimer tout de suite, doivent apprendre à le faire, tout en essayant de se frayer un chemin dans le monde des adultes... Cela se passe à Venise, personnage du film à part entière comme souvent ; une Venise poétique et silencieuse, quotidienne. Les protagonistes côtoient les habitants, au marché, sur le vaporetto ou dans les bàcari. Réalisme et légèreté”, deux caractéristiques dont le jeune réalisateur a imprégné son film. Dieci Inverni était au départ un projet universitaire pour le diplôme de son auteur au Centro Sperimentale, l'école de cinéma de Rome. Tourné en huit semaines entre la lagune vénitienne et la Russie, il raconte l'histoire de Camilla et Silvestro, deux jeunes personnes à l'aube de leur vie d'adulte, qui font connaissance par hasard sur un vaporetto. Ce sont les premières images du film. Elle est timide, il est effronté, mais quelque chose passe entre eux. Le garçon va la suivre dans les ruelles embrumées... Ainsi débute une aventure qui pendant dix ans les mènera de Venise à Moscou. Les deux héros vont s’aimer de plus en plus fort sans jamais parvenir à se le dire. N'en disons pas davantage. Soulignons simplement l'intérêt du public et de la critique : Prix du Meilleur Réalisateur Émergent au David Di Donatello, Nastro d’argent et une sélection à La Mostra de Venise.
...
Venise, Trésor d'îles
Documentaire de Pierre Brouwers
Coll. DVD Guides, EditionsTF1 Vidéo. 2012.
Un film et un guide pour découvrir ou redécouvrir la Sérénissime dans son quotidien, avec ses marchés, ses canaux, ses gondoles et ses vaporetti. Le documentaire permet également de voyager à travers toutes les richesses artistiques culturelles et artistiques que recèle la cité des Doges. Tout y passe, monuments, œuvres d'art, les îles, les souffleurs de verre. Le journaliste Pierre Brouwers, qui est aussi photographe se présente volontiers comme globe-trotter. Il est le créateur de la collection de documentaires Découvrir le monde et Le monde vu du ciel. "Pour moi, Venise est la plus belle ville du monde. A chaque pas, la beauté et la richesse culturelle sautent aux yeux. Filmer le carnaval, avec ses costumes délirants et ses masques sophistiqués, a été un des plus grands moments dans mon métier de cinéaste." Ses films sont diffusés sur les chaînes Voyage et France 5.
...
Il Caffé dei Cioppi
159 rue du Faubourg Saint-Antoine
75011 Paris
01 43 461 014
Ouvert du mardi au vendredi.
Une fois n'est pas coutume,TramezziniMag tenait à présenter dans ses coups de cœur un établissement parisien. Ou plutôt une véritable enclave italienne dans Paris. Pour se remettre doucement d'un retour d'Italie ou pour patienter avant d'y retourner, rien de mieux que cette adresse découverte par hasard dans le très authentique quartier du Faubourg Saint-Antoine Lalanne-Desmet. Contrairement à son nom, ce n'est pas un simple café, mais un délicieux petit restaurant à l'ambiance milanaise (là, ce n'est pas péjoratif pour une fois). Quand on fait l'expérience d'un déjeuner gourmand installé à la terrasse de l'établissement inventé et animé par un jeune couple drôlement sympathique, Fabrizio Ferrara (sicilien) et Federica Mancioppi (milanaise). Caché dans le Passage Saint-Bernard, une des nombreuses petites ruelles du quartier, le restaurant, grand comme un mouchoir de poche, ne propose que seize couverts seulement, avec une carte assez réduite parce qu'elle change tous les jours et dont chacune des quatorze lignes met littéralement l'eau à la bouche. Une adresse qu'on voudrait garder pour soi mais quand on voit l'affluence, on se dit que les initiés sont déjà nombreux. L'endroit respire la bonne humeur et la simplicité. Le vrai chic. C'est bon, ce n'est pas cher. Pas une seule faute de goût. Une perle ! Les maîtres de maison qui opèrent devant vous, font ce qu'ils aiment, cela se voit et se retrouve dans les assiettes ! Charcuterie italienne (coppa et jambon délicieux, et le speck sublime), assiette de burrata aux asperges, soupe de courgettes à la menthe, un vitello tonnato qui touche à la perfection, risotto à l'encre de seiche (génial), Penne à la saucisse et aux oignons nouveaux, linguine aux palourdes et des polpette comme chez ma grand-mère... De très bons desserts aussi, dont la spécialité des lieux, la fameuse sbrisolana mantovana (voir la recette ci-dessous), sorte de tarte croquante aux amandes, servie avec une crème au mascarpone légère comme le souvenir d'un premier baiser. La carte des vins présente une bonne sélection (très bon prosecco) peut-être un peu chère par rapport au reste mais au diable le porte-monnaie, manger au Caffé dei Cioppi (pratiquement impossible sans réserver) en vaut bien la peine et ne ruine pas. Comptez 40 € par personne. On peut aussi commander des plats à emporter. Comme c'est à Paris, et que tout y va très vite, n'attendez-pas pour découvrir ce merveilleux petit morceau d'Italie.
...
Recette : Sbrisolana mantovana
C'est vraiment délicieux et assez simple à réaliser, un peu comme un crumble. Son nom provient du dialecte mantouan et signifie "brisée". Chacun à sa recette, voici celle de ma famille. Le goût diffère un peu de celle du Caffé dei Cioppi mais c'est un régal aussi. Les ingrédients :
150 gr. de farine de blé, 150 gr. de fioretto (farine de maïs ultra fine), 150 gr. de beurre ramolli, 2 jaunes d’œuf, 150 gr. de cassonade, 150 gr. d'amandes fraîches pelées ou non selon votre goût, le zeste d'un citron, 1 petit verre de Liqueur Strega, 1/2 cuillerée d'extrait de vanille, 1 pincée de sel fin.
Hacher 3/4 des amandes et laisser le reste entier. Pétrir à la main tous les ingrédients jusqu'à l'obtention d'une pâte homogène mais ne pas chercher à la rendre lisse. Laisser reposer quelques minutes. L'émietter ensuite et en former des morceaux comme pour le crumble, que l'on dispose dans un moule. L'appareil ne doit pas faire plus de 2 centimètres de haut. Égaliser en tassant la pâte légèrement (trop compacte, elle sera trop dure après cuisson). Cuire à four chaud (180°) pendant 45 minutes. Vérifier la cuisson avec la lame d'un couteau. La sbrisolana ne doit pas coller au couteau. Elle est cuite quand elle prend une jolie couleur dorée. Relativement molle au sortir du four, elle va durcir en refroidissant, donnant ce croquant dont mes enfants raffolent. Si on veut le servir entier comme une tarte, ne démouler le gâteau que lorsqu'il est refroidi sinon il se brise. Je le sers tiède (donc souvent brisé) avec une crème légère meringuée (en utilisant les blancs montés en neige) ou mieux - et plus léger - une coupe contenant pour moitié de la compote de pommes et du yaourt turc (bien ferme, peu gras et sans gélatine) qui est un de mes ingrédients fétiches.


10 commentaires:

Anonyme a dit…
C'est toujours un plaisir, Lorenzo, de découvrir vos "coups de cœur" si variés ! Tout est noté dans mon petit carnet "spécial tramezzini".
Bon week-end
Gabriella
Lorenzo a dit…
Merci pour ce petit coup de pouce encourageant. La tâche reste ingrate : l'impression souvent renouvelée d'une bouteille qu'on jette à la mer et dont on ne sait jamais si elle parviendra à quelqu'un...
Maïté a dit…
C'est sûr, je vais faire la recette. Quant à vos billets, pas d'inquiétude, ils sont lus par nombre de personnes même s'il n'y a pas toujours des commentaires (Imaginez une centaine de commentaires par jour, vous seriez bien embarrassé....). Buona giornata, a presto !
(et ce séjour vénitien en mai ?)
Lorenzo a dit…
Effectivement, je n'avais pas vu les choses sous cet angle ! Merci Maïté de ce rappel salutaire ! Bonne dégustation.
Veneziamia a dit…
Vous êtes lu, Lorenzo, et apprécié. Je peux tout à fait comprendre votre sentiment "de bouteille à la mer". Cependant, je rejoins le point de vue de Maïté car trop de commentaires peut aussi tuer le commentaire. Je suis en train de terminer votre livre et vous en reparlerai prochainement ! Bonne fin de semaine à vous et à vos proches. Françoise
Gerard Duchemin a dit…
Trés bonne idée Lorenzo de nous fournir cette adresse du restaurant a Paris , je consulte très souvent soit par l'intermédiaire de Facebook ou de votre site toutes vos nouvelles et croyez bien que personnellement j'apprécie vos efforts. Etre membre représente déjà une marque de confiance. Amitiés. Gerard
Lorenzo a dit…
C'est très gentil à vous. Bon week end à tous.
Anonyme a dit…
Tous les jours 'je prends ' une petite dose de nostalgie et de beauté pour commencer ma journée ... je n'ai laissé que deux commentaires mais soyez sûr que je parcours les ruelles de mon rêve chaque jour et que les lumières de Venise me parviennent grâce à vous !
merci et bonne journée !
Estelle
Maïté a dit…
Quelle belle expression Estelle : "les ruelles de mon rêve" ; ça me laisse rêveuse...Bonne journée !
Lorenzo a dit…
Très belle image effectivement. Merci fidèle Estelle. N'hésitez-pas à vous inscrire !

09 avril 2012

Repas dominical, repas pascal

Notre repas de famille est un moment important, surtout depuis 2005, Annus Horribilis qui vit l'éclatement de la famille, le départ de la "grande maison dans les arbres" comme nous l'appelions, et mille autres catastrophes domestiques très lourdes à vivre. Heureusement la Providence dès les débuts de ce cataclysme nous a toujours réservé de belles éclaircies : la découverte de Venise par Constance, alors seulement âgée de 9 ans, l'arrivée inopinée dans nos vies de Mitsou le roi des chats, et mille petits riens qui nous ont aidé à poursuivre ce chemin. Ne serait l'absence de ma fille aînée, partie dans les neiges du Québec, nos repas dominicaux (une fois par mois seulement hélas), ces moments privilégiés, sont toujours une pause, paisible et joyeuse à la fois. J'essaie à chaque fois de faire en sorte que le repas soit bon et original, que la table soit belle. Lors de notre dernière rencontre au sommet, pour Pâques, l'agneau bien évidemment était à l'honneur.

Polpette de Pâques
Pour changer du gigot pascal, j'ai réalisé cette année un plat de polpette maison, mélange d'agneau et de bœuf haché à la turque, traditions familiales obligent. Servi avec de la polenta en purée (cuite non pas à l'eau pure, mais dans un fonds de champignon) et des petits légumes en fondue, ce fut un vrai régal. La recette est en dessous.

Ingrédients : 800 g d'agneau de lait, 800 g de bœuf, 2 œufs, trois ou quatre petits poireaux nouveaux, deux grosses carottes, deux courgettes, 500 g de champignons frais, 1 gousse d'ail, 1 petit oignon, du cumin, de la coriandre fraîche, du persil, de la menthe fraîche, une pincée de piment de Cayenne, sel et poivre, Worcester sauce, chapelure, huile d'olive.

Dans un fonds de viande, faire cuire des champignons de Paris tranchés, avec ail, sel et poivre. Quand les champignons sont cuits les égoutter et les mettre de côté. Faire chauffer du beurre dans une sauteuse avec une cuillère à soupe d'huile d'olive. Y mettre les légumes coupés en petits morceaux (j'ai utilisé des courgettes, des carottes, des poireaux, puis les champignons). Laisser fondre et caraméliser sans brûler. Ajouter du bouillon pour éviter que le mélange n'accroche. Quand les légumes sont cuits, saler et poivrer modérément. Ajouter un hachis d'ail, coriandre et persil. Laisser au chaud.

Mélanger la viande, l'oignon, l'ail et les herbes finement hachées dans un saladier, ajouter les œufs un à un, la chapelure, mettre quelques gouttes de Worcester sauce, assaisonner. Quand le mélange est terminé, faire de petites boulettes rondes à l'aide d'une cuillère et les déposer sur un plat huilé. Mettre à cuire à four moyen pendant une vingtaine de minutes (ou plus selon les préférences pour la viande rosée ou très cuite).

Pendant la cuisson de la viande, préparer la purée de polenta en mettant 1/3 de lait pour 2/3 du bouillon de viande dans lequel on a cuit les champignons et une gousse d'ail. Quand la polenta se détache des parois de la casserole, ajouter de l'huile d'olive et une noix de beurre. remuer pour éviter que la purée de se dessèche.

Dresser la purée dans un plat, disposer tout autour les polpette et les légumes mélangés. napper du jus de viande déglacé avec un peu de vin blanc et une ou deux cuillerées à soupe de yaourt turc (sans gélatine) ou de crème fraîche. Vérifiez l'assaisonnement et servir aussitôt.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...