30 avril 2012

Dimanche. Un livre, un gâteau, et la musique de Bach.

Les dimanches que j'aime sont toujours de la même couleur. Celle d'un bonheur tranquille que rythment joyeusement les Suites anglaises de Bach sous les doigts de Glenn Gould. Peu importe le temps qu'il fait au dehors, dans la maison le soleil brille de tous ses feux. Le chat ronronne de plaisir, la table pour le thé réunit toute la famille. Scones dorés, thé fumant et parfois, un de ces gâteaux qui réveillent en nous mille souvenirs d'enfance. Hier, c'était un Fondant à l'orange. Constance qui s'est prise de passion pour ces petits bracelets de ruban qu'on garnit de breloques retrouvées dans les tiroirs et les vieux coffrets de sa Bonne-maman (comme la recette du délicieux Fondant), s'affaire près de la fenêtre. Tout autour d'elle, fils et tissus dans un joyeux désordre, illuminent de couleurs acidulées le gris du ciel. 

La sarabande de la Deuxième Suite se glissent dans toute la maisonnée. Dehors, la pluie continue sans arrêt depuis plusieurs jours. Une accalmie ce matin nous a permis d'aller à la messe sans parapluie. Joie de ce moment de soleil si doux. En rentrant, petit détour par des ruelles silencieuses pour admirer quelques vieilles pierres, rajouts très anciens qu'un architecte habile a utilisé autrefois, nous permettant aujourd'hui d'admirer là une fresque gallo-romaine, ici un arc médiéval. Le temps passe vite quand tout est en harmonie. La panique et l'angoisse de vendredi envolées, le blog retrouve peu à peu l'ensemble de son contenu. Ouf... 

Dix sept heures sonnent au clocher voisin. L'heure sacrée du thé. Les scones, la confiture de poires faite l'été dernier, la gelée de coings, celle de mûres un peu liquide... Le roman découvert par hasard et qu'on ne peut plus quitter. Hier, c'était La liste de mes envies de Grégoire Delacourt (à lire toutes affaires cessantes !). Un petit bijou d'émotion et d'humour aussi. Comme la vie ordinaire. Un passage émouvant sur un père retombant en enfance, des pages sur l'utilité des blogs. Dehors, des enfants rient en pataugeant bruyamment dans les flaques. Leurs rires répondent à la musique du Kantor de Leipzig. Même rythme, même ton. Combien j'aime ces dimanches tranquilles tout remplis d'âme et de paix. 

Le Fondant à l'orange de Bonne-maman : 
Il vous faut : 175 g de bonne farine tamisée, 1/2 sachet de levure, 3 œufs frais, 80 g de beurre frais, 175 g de cassonade, 125 g de sucre glace, 3 oranges à jus, une pincée de sel, 1/2 cuillère à soupe de rhum ou de Cointreau. 

Commencez par mélanger le beurre ramolli avec le sucre jusqu'à obtenir un mélange bien crémeux. Ajoutez le zeste d'une orange, puis les œufs en remuant vigoureusement, puis la farine, la levure et le sel, quand l'appareil est homogène, versez-y le jus d'une orange. Bien mélanger. Versez la pâte ainsi obtenue dans un moule à manqué beurré et fariné. Cuire à feu doux (th 4, 150°) pendant environ 40 minutes (jusqu'à ce que le dessus soit joliment doré et qu'une pointe de couteau ressorte sèche du gâteau (tout le monde sait ça, pourquoi me sentir obligé de l'écrire une fois encore ?). Pendant la cuisson, faire un sirop avec le jus des trois autres oranges et le sucre. Laisser bouillir plusieurs fois et maintenir au chaud. le sirop est prêt quand le sucre a entièrement fondu. Inutile d'écumer, après cuisson le sirop va s'éclaircir et la mousse disparaître. Quand le gâteau est cuit, le démouler aussitôt et le renverser sur une grille que vous poserez sur un plat. Imbibez-le avec le sirop de façon à ce que toute la surface et les côtés soient mouillés, recommencez tant qu'il y a du sirop dans le plat. Servir tiède ou froid. Les deux manières ont leurs partisans. Personnellement, je le préfère tiède. Servi avec une crème anglaise peu sucrée (la vraie), c'est absolument à se damner ! 

Le soleil est revenu faire un petit tour, jouant avec les miettes sur la nappe sous le regard ravi du chat qui n'aime pas toute cette humidité. Des images iconoclastes qui nous parviennent de Venise n'entameront pas notre bonne humeur. Pourtant il y a de quoi enrager. Ces horribles grandi navi qui se font chaque jour plus nombreux et dont personne ne veut dans le centro storico et ces (superbes) vieux modèles d'automobiles qui ont envahi le parvis de San Giorgio, à l'occasion de l'arrivée d'un rallye parti de Monaco et dont les prix étaient remis en grande pompe lors d'une soirée de gala, dans les salons de la Fondation Cini. C'était la maison Vuitton qui était l'instigateur). Voir des voitures à Venise qui a su lutter depuis toujours contre ce qui enlaidit les autres villes du monde, à de quoi faire hurler. Exactement comme la vitrine Ferrari qui faisait tâche (rouge) sur la Piazza ! heureusement, Buonaparte n'a pas eu le temps de mettre ses menaces à exécution, et le petit Attila corse est parti vers Sainte-Hélène avant que de transformer le grand canal en boulevard carrossable !

Crédits photographiques © OliaiKlod

29 avril 2012

La pluie, encore et toujours...



Bordeaux et une partie du pays sont noyés sous des trombes d'eau. Pendant ce temps, Venise ce temps voit la température monter et le ciel se dégager... Ce printemps est bien surprenant

5 commentaires:

anita a dit…
Ouf !!!!!!
En effet mon séjour à Venise ( 09/19/04 ) fut "mouillé" mais réjouissant quand même ! bon dimanche!
anita

VenetiaMicio a dit…
Les jeunes ont l'air heureux quand même !
Espérons que le soleil sera au rendez-vous en mai, la dernière fois que je m'y suis trouvée à cette période là, le temps avait été mitigé.
Je croise les doigts !
Bon dimanche
Danielle


Anne a dit…
En Limousin il pleut aussi. Heureusement, le jaune de la barque vénitienne et les rires des jeunes gens sous leurs parapluies ensoleilleront cette journée, que je vous souhaite joyeuse, Lorenzo.
Anne

Géraldine a dit…
...je suis restée plusieurs jours sans venir vous lire et j'apprends aujourd'hui la fin de ce blog - et sa résurrection! OUF! Je ne commente jamais (peut-être une fois ou deux, depuis deux ou trois ans que je vous lis...) mais je vous lis assidûment et avec bonheur... Surtout, continuez, et merci pour tout!
Bonne journée (à Lyon, le ciel est bleu, le soleil brille...pour le moment!)
G

Anonyme a dit…
Sur le site de blogspot
ici>>>http://www.blogger.com/template-editor.g?blogID=4010125631613458355
Il serait préférable de choisir le mode simple et aussi ajuster l'écran. Moi je ne vois rien dans la zone supérieure noire.
Fredéric

Plus de peur que de mal !

Que mes lecteurs me pardonnent. J'ai cédé bien vite à la panique et au découragement. Vos messages ont dû agir comme une prière puisque - avec le conseil d'autres blogueurs - je suis aprvenu à retrouver ce qui semblait engouti à tout jamais dans les méandres de la galaxie informatique. 
Il m'a fallu bien sûr, sacrifier sur l'autel de la modernité et de l'innovation effrénée l'ancien modèle du blog qui rendait de bons et loyaux services depuis le printemps 2005, et le résultat ne me convient pas encore tout à fait, mais l'essentiel est de n'avoir rien perdu des données figurant sur la colonne extérieure que vous aviez l'habitude de consulter. Ce sera l'occasion dans les prochaines semaines d'améliorer ce site et, pourquoi pas, d'innover aussi. Question de se mettre au goût du jour. Je ne voulais pas désorienter les fidèles de Tramezzinimag. Oublions l'incident. Pour fêter la bonne nouvelle, nous nous sommes régalés d'un risi bisi somptueux arrosé d'un Bardolino hors pair. Hauts les coeurs, reprenons notre route... Evviva Venezia !
P.S. : furieux de cette mésaventure, je songe sérieusement à faire migrer Tramezzinimag vers WordPress, plus dynamique et plus fiable ! Qu'en pensez-vous ?

9 commentaires:

bb84 a dit…
ouf, me voilà rassurée, je n'arrivais même pas à laisser un commentaire!
Robert M a dit…
Il suffit de ne pas trembler devant l' hydre informatique Bravo pour la nouvelle présentation , une petite réticence pour les bandes noires, Venise est trop vivante pour y avoir droit ! Avis très personnel et même si elles perdurent je serai fidèle.
VenetiaMicio a dit…
Voilà une bonne chose ! Comme je vous l'avez dit hier, il suffit de prendre un peu de temps, après les jours qui suivent sont là pour améliorer le nouveau look afin de revenir à celui qu'on aimait précédemment. J'ai joué avec les fonds, avec les encadrements, les écritures etc...
Dommage ce film foncé sur votre bannière, on ne peut plus lire votre texte et il semble apparaître une image magnifique derrière ?
Mais c'est juste mon appréciation personnelle.
A très bientôt
Danielle

Anne a dit…
Je suis ravie de vous retrouver, Lorenzo, et je vous félicite pour le nouveau fond de votre blog. Mais l'essentiel, ce sont vos articles, que j'ai toujours du plaisir à lire, même si je ne laisse pas de commentaire. Passez un bon weekend!
Anne
Maïté a dit…
Tout est bien qui finit bien !
Bon dimanche Lorenzo, a presto !
J@M a dit…
Je n'ai pas eu le temps de m'en inquiéter et je découvre aujourd'hui cette nouvelle présentation qui m'a surpris, je dois le dire, avant d'en lire l'explication.
Je suis sûr qu'un peu de peaufinage la rendra aussi bien (et même mieux) que la précédente. Et puis, en effet, l'important n'est il pas ce qui est dans la boite ?...
Nathalie a dit…
Ouf! J'ai eu un moment d'angoisse hier soir en rentrant de vacances: je tombais sur de petits encadrés dans tous les sens à la place de votre cher blog. Cette présentation est un peu moins plaisante mais vous allez nous l'arranger. L'essentiel est que rien ne soit perdu ! Quant aux vacances, j'y ai souvent pensé à Venise et à ce qu'elle pourrait devenir; j'étais à Dubrovnik, un petit bijou qui s'est totalement vidé de ses habitants et où l'essentiel des logements est voué au tourisme. Trois malheureuses épiceries pour y faire des courses de base et des boutiques de souvenirs en veux-tu en voilà. Puissent les vénitiens réagir à temps avant d'en arriver là...

Lorenzo a dit…
Merci à tous, j'ai pris note de vos avis et je vais continuer à peaufiner ce nouveau Tramezzinimag ! Votre soutien et votre fidélité me sont une grande joie !
oliaiklod a dit…
Bravo GRANDE Lorenzo !
WordPress a ses avantages, mais aussi ses contraintes...

27 avril 2012

Fin (contrainte et forcée)

Devant l'inanité et l'imbécilité (pour rester poli) des responsables de blogger qui décident sans nous demander notre avis des modifications qu'ils imposent à la présentation de nos blogs et devant l'impossibilité à l'heure où j'écris ce billet de trouver comment reprendre l'ancienne présentation peaufinée depuis sept ans, j'ai le regret de vous annoncer que je cesse, à regret, jusqu'à nouvel ordre toute parution sur Tramezzinimag. Tous les éléments qui composaient les colonnes permanentes de votre magazine en ligne ont été supprimées sans que je fasse une seule fausse manœuvre et personne chez Blogger n'a encore daigné prendre la peine de répondre à mon appel au secours. Fatigué de cette course permanente au toujours plus et à l'innovation permanente, je préfère arrêter tant qu'on ne m'aura pas redonné mon ancien Tramezzinimag ! Cette grève durera et merci d'avance pour votre soutien à tous. Et si Tramezzinimag ne pouvait pas reprendre comme il était et ne devait pas revenir, un grand merci à mes nombreux lecteurs pour leur fidélité.

12 commentaires:



Jean-Claude a dit…
Quand vous êtes dans le mode "Conception", il y a une roue dentée complètement à droite avec une option "Ancienne interface Blogger". Mais probablement l'avez-vous essayé. Sinon, a bientôt de vous relire comme nous l'espérons tous. 
JCC
anita a dit…
...pendant quelques années vous avez été le seul blog sur Venise que je me hâtais de consulter avant de me lancer dans ma "vraie" vie ... merci pour ces moments-là et à très bientôt ! ...forcément ! Anita
Veneziamia a dit…
Bonjour Lorenzo, j'espère vivement que nous pourrons à nouveau vous lire. C'est avec un grand intérêt que j'ouvrais chaque jour votre page car vous êtes une mine précieuse pour tous ceux qui aiment Venise, et nous sommes nombreux. On peut sans doute vous joindre par courriel, heureusement. 
A presto... 
Françoise
Agnès a dit…
Vous ne pouvez pas nous abandonner ! Essayez ce que dis Jean-Claude. Au plaisir de vous revoir bien vite Agnès

Anne a dit…
Gardez courage, Lorenzo! Parfois Internet bloque sans raison apparente, mais tout revient à la normale au bout de quelques jours. Je suis certaine qu'avec un peu de patience vous retrouverez le plaisir de publier et nous, celui de vous lire. A presto! Anne
VenetiaMicio a dit…
Cher Lorenzo, je me suis trouvée devant le même problème que vous-même, il y a quelques jours maintenant. Malencontreusement me trouvant devant le fait accompli, j'ai appuyé sur la touche dynamique et la page présentée n'était plus du tout dans le ton que je lui avais donné, des photos occupant toutes la page. N'ayant pas trop de temps, j'étais prête à m'arrêter également. Après réflexion, je ne suis pas une experte mais tenace, j'ai cherché à reconstituer un peu le VenetiaMicio que j'avais avant, je crois que j'ai récupéré l'ensemble, sauf le titre ... 
Ne vous découragez pas et ne nous privez surtout pas de Tramezzinimag qui fait partie de mon quotidien depuis très longtemps maintenant. 
A presto 
Bien à vous Danielle
Enitram a dit…
È triste per noi e per voi ! A bientôt !
Anonyme a dit…
Dans Googel http://www.google.fr/search?hl=fr&q=tramezzinimag&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_qf.,cf.osb&biw=821&bih=448&wrapid=tlif133562242847010&um=1&ie=UTF-8&tbm=isch&source=og&sa=N&tab=wi&ei=NPubT8D6G8vS4QSJ9tGpDg#q=tramezzinimag&um=1&hl=fr&sa=N&tbm=isch&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_qf.,cf.osb&fp=1&biw=1067&bih=522 Tout est conservé. Où est le problème ? Blogspot propose une alternative il suffit de la suivre. Maintenant je propose aussi d'exploiter les énormes ressources de Facebook : on peut poster des messages et des belles photos, mieux que dans blogspot. 
Réactivez votre facebook.
 Voilà la bonne solution. 
Fredéric.
Lorenzo a dit…
Merci pour vos encouragements et vos conseils. Le travail est assez lourd, mais je vais essayer de recréer tout ce qui a disparu. heureusement les messages sont toujours là ! Si par hasard un lecteur avait eu l'idée d'enregistrer le blog. j'avais bien une sauvegarde mais le disque sur lequel elle se trouvait a rendu l'âme ! Quand le sort s'en mêle !
oliaiklod a dit…
Quand j'ai lu ton annonce sur FB j'ai craint le pire ! Mais le contenu extraordinaire est toujours là... OUF ! Il ne faut pas croire, mais ailleurs ce n'est pas mieux. Notre ancien blog nous a redirigé d'autorité sur WordPress, c'était à prendre ou a tout perdre... finalement, nous n'avons pas perdu au change, mais là aussi, ils ont la fâcheuse manie de changer des choses "pour améliorer", sauf que avant que tout fonctionne bien, les "améliorations" prennent bien la tête. Nous restons persuadés que tu retrouvera tes marques après les changements et que nous retrouverons tes billets savoureux qui, parfois nous donnent idée d'aller voir tel ou tel endroit, parfois nous donnent envie d'écrire nous aussi, ou parfois au contraire... nous décident à mettre un lien vers ton blog (quand le travail est bien fait, à quoi bon le refaire ?)... Courage, ne désespères pas et à bientôt (pour nous) la joie de te lire à nouveau...
Anonyme a dit…
"Rien ne se perd, tout se transforme..." c'est comme re-découvrir Venise à chaque visite. C'est tout ce qui bouge qui fait avancer, donc... avançons encore ensemble, per favore, Lorenzo ! 
Veneziamente 
Gabriella
Lorenzo a dit…
Voilà, c'est reparti ! Merci à tous et désolé pour la perte de sang-froid ! Bon dimanche à tous !

25 avril 2012

COUPS DE CŒUR (HORS SERIE 28) : "Autant la mer" de François Matton

Découvert par hasard ce très bel album-livre comme je les aime, où l'histoire mêle les mots et le dessin. Un trait acéré et plein de poésie, sans fioritures ni concessions. c'est moderne et très classique en même temps. L'histoire est belle et parlera certainement à beaucoup. Une parenté indirecte avec Venise qui parlera aux lecteurs de TraMeZziniMag. Voici ce que l'auteur a écrit sur cet opus dans son blog :
"Vouloir partir vivre sur l'eau est un rêve d'enfant qui ne s'encombre pas du réel. C'était le rêve de mon frère Benoît, tel que je le raconte dans Autant la mer. Partir vivre sur l'eau, loin de l'agitation des villes, loin des habitudes bourgeoises, loin de ce qui se répète sans qu'on le remette en question, loin des moules dans lesquels, après quelques fanfaronnades, on se coule si vite (c'est tellement pratique), loin des responsabilités compliquées, loin des enjeux d'argent, loin de la nécessité de se battre pour travailler, loin de la nécessité de jouer des coudes pour être, sinon le premier, celui qui sait passer sans scrupules au-dessus des autres (tous les coups bas sont bons), loin des stratégies honteuses nécessaires pour se faire passer pour celui sur qui compter, loin de tout les arrangements véreux - sans parler de la vie de couple, de la sexualité arrangée, cadrée, fichée, tristement réglée. Partir loin de tout ça qu'il est répugnant d'endosser à son tour : le monde bavard des hommes qui produisent, réclament, vendent, mentent, se réjouissent de réussir un coup, se désolent outre mesure d'en avoir raté un autre. Cette misère que mon frère, encore très jeune, n'avait pas connue directement mais qu'il devinait facilement par l'observation des autres (The Others), il voulait la fuir au plus vite, et je le comprends." 
 Autant la mer 
François Matton 
Éditions P.O.L. - 2009 
128 pages, 17 €

Evviva San Marco !

C'est aujourd'hui le 25 avril, journée sacrée entre toutes pour les vénitiens : la fête de Saint-Marc. Symbole de la Sérénissime République resté très cher au cœur des habitants, cette solennité se traduisait avant 1797 par une grande procession dont le doge prenait la tête et qui rassemblait toute la population, du plus humble au plus noble.
.
C'est aussi le jour où les hommes offrent à leur belle, leur fille, leur mère, un bouton de rose rouge, le bòcolo. Tramezzinimag a publié à plusieurs reprises la légende qui entoure cette sympathique tradition. Les opinions divergent sur l'origine de cette coutume, toutes sont poétiques et romancées. Le 25 avril correspond aussi, hasard de l'histoire, à la fête nationale de l'Italie qui fête en ce jour sa libération du joug fasciste en 1945.

Buona festa di San Marco a tutti ! 

24 avril 2012

Des salopards

"Bastardi, deliquenti, barbari !" criait une vieille dame devant le spectacle. Aucune traduction ne semble nécessaire pour qualifier les auteurs, de plus en plus nombreux qui ne trouvent rien d'autre à offrir au monde que la laideur de leurs déprédations qu'ils considèrent comme de l'art. Un exemple du niveau où notre civilisation est tombée. Bien bien bas. 

Il y a les hordes de touristes qui envahissent la ville, les Grandi Navi qui encombrent de plus en plus les eaux de la lagune et font courir à la ville le risque d'une catastrophe sans précédent, l'érosion produite par les émanations chimiques et les remous provoqués par les hors-bords circulant à grande vitesse ; il y avait les pigeons, grands pollueurs et destructeurs de monuments qu'on a réussi à circonvenir. Hélas, il y a aussi, encore, toujours et de plus en plus, ces débiles qui doivent penser que la Sérénissime n'est pas assez belle et ont entrepris depuis quelques années de transformer les murs de la ville en lieux d'exposition en plein-air pour montrer au monde ce qu'ils pensent certainement être de talentueux chefs-d’œuvre. 


Mis à part quelques pochoirs ou collages vraiment réussis, qui se fondent avec grâce et humour dans le paysage et sont réellement du street-art et ne sont donc qu’œuvres éphémères, les ignobles graffitis, les tags qui surgissent comme des champignons vénéneux sont d'ignobles dégradations,d'immondes saloperies qui dégradent Venise. Ailleurs dans le monde ils apparaissent dans les ruines de certains quartiers, dans les friches industrielles, les quartiers en cours de démolition, les hangars éloignés, le long des voies ferrées. A Venise, il y en a partout. Celui sur la photo d'Alberto Alberti que nous publions est d'autant plus insupportable qu'il vient d'apparaître sur la façade toute neuve de l'église San Simeone Piccolo,en face de la gare. Cachée aux regards pendant de nombreuses années pour être restaurée. restauration qui a coûté fort cher et a été très longue, rendant à ce magnifique monument sa splendeur d'origine. Jusqu'à ce matin où un petit imbécile, un barbare, ignare et prétentieux (il s'agit d'une signature) surgisse pour marquer son territoire comme le font les chiens avec leur urine. 

Comme l'a proposé un ami gondolier - certes un peu extrémiste dans ses propos, mais l'amour ne connait pas la raison après tout - "attrapons-les et après les avoir badigeonné avec leurs bombes de peinture, faisons-leur bouffer ces bombes !"... Propos violents et grossiers, mais l'idée est réjouissante et puis aux grands mots les grands remèdes (second degré). Un des commentaires sur Facebook rappelait qu'on a mis Ezra Pound en prison pour ce qu'il avait écrit pendant la guerre et que ces jeunes délinquants poursuivent leur travail de destruction et d'enlaidissement en toute impunité. "Il y a quelque chose qui cloche dans ce monde, quand parmi les jeunes se répandent des iconoclastes psychotiques qui traquent et démultiplient la laideur et l'horreur. Je veux bien croire que notre société est responsable de leur désespoir, mais ce n'est ni vous ni moi qui armons ces soldats du diable de peinture et d'irrespect. Pas de pitié pour les salopards. Prison ferme et travaux d'intérêt général". La colère du commentateur produit des propos outrés mais, ma foi, leur permettre de prouver leur bonne foi et après quelques mois au service des autres, les obliger à suivre des cours d'art plastique et d'histoire de l'art vénitien... *

************************
12 commentaires postés à la suite de ce billet complétaient ces propos et signifiaient l'agacement et la colère des lecteurs devant ces horribles tags et graffitis qui dénaturent Venise comme ils le font pour la plupart des espaces urbains du monde depuis quelques années. Le robot Google en faisant se volatiliser le premier TraMeZziniMag en juillet 2016 n'a pas permis qu'ils soient conservés. 

21 avril 2012

COUPS DE CŒUR (HORS SERIE 27) : Connaissez-vous André Hambourg ?


Ils sont nombreux les peintres que la lumière de Venise a su captiver. André Hambourg est de ceux-là. Né et mort avec le siècle (il naquit en 1909 et s'est éteint en 1999), ancien élève des Beaux-Arts de Paris, il fut peintre officiel de la Marine et correspondant de guerre. Il vécut à Honfleur, connu pour la beauté de sa lumière si changeante qui attira tant de peintres. Son expérience professionnelle l'amena à publier plusieurs ouvrages consacrés à son vécu à la fin de la guerre. Il fut l'un des premiers français à pénétrer dans le fameux nid d'aigle de Hitler à Berchtesgaden en 1947. 
A la peinture et à l'écriture, s'ajoutaient des talents d'illustrateur et de graveur. Je l'ai découvert dans les années 80 en farfouillant dans la bibliothèque de mes parents. Ils possédaient une édition de l'Altana ou la Vie Vénitienne d'Henri de Régnier (Éditions Rombaldi, 1959) magnifiquement illustrée par André Hambourg. Quelques années plus tard, une exposition à Granville m'a permis de me rendre compte de visu combien sa palette était riche de poésie et de profondeur. 
Certains le rangent avec une certaine condescendance dans la catégorie des peintres mineurs qui n'ont pas révolutionné la peinture et quand bien même. Ses tableaux sont pleins de charme, joyeux, ensoleillés. Il émane de sa vision picturale de Venise une grande sensibilité. Dans ses premiers séjours au tout début des années 60, il a pu s'immerger dans une Venise pleine de vie qui renaissait, se relevant, comme tout le reste de l'Europe, des rigueurs de la guerre. Il y avait peu de touristes encore, et beaucoup de vénitiens, jeunes et vifs. Toute cette atmosphère se retrouve dans ses peintures.
Ses héritiers ont édité récemment un catalogue raisonné de son œuvre. Je ne l'ai pas encore feuilleté (voir le lien ICI). Je me demande si cet homme au sens de l'observation tellement aiguisé (l'expérience de ses années de correspondant de guerre et de peintre de la Royale) l'avaient amené à dessiner des croquis de ce qu'il voyait avant que d'en faire la traduction sur ses toiles. Les lecteurs de TraMeZziniMag connaissent mon goût pour les carnets d'artiste, les croquis au fil du crayon ou de la plume, toujours très vifs, très purs et authentiques. C'est une question que je souhaiterai poser à ceux qui connaissent bien son travail. Le site qui lui est consacré parle d'un carnet vénitien justement. 
Venise l'avait tellement impressionné, qu'il fut comme figé par sa beauté : "J'ai voulu travailler immédiatement, mais je n'y suis pas parvenu. C'était comme si je m'étais trouvé devant une femme trop belle, trop désirée et qui se serait refusée. J'étais paralysé. J'ai laissé tomber mes bras et mes pinceaux..."
Mon ami Antoine, dans sa dernière lettre avait choisi d'illustrer un poème de Jean de la Ville de Mirmont (écrit en 1910 et extrait de "Retours", paru dans l'Horizon Chimérique), par une vue du Bacino di San Marco, intitulée "Printemps à Venise". Une foule d'embarcations occupent le premier plan, avec au fond, nimbé d'une brume estivale, la basilique de San Giorgio. Ceux qui connaissent Venise retrouveront toute l’atmosphère d'un jour d'été. Ils seront aussi d'accord avec moi quand je dis qu'il y a une parenté avec le travail vénitien d'Albert Marquet.
" Mais que m'importe la tristesse des retours 
Et l'éternelle ressemblance de mes jours ! 
Ce que je cherche et ce que j'attends n'est pas en eux 
Ni dans tout ce que l'on voit et puis que l'on oublie. 
Le bonheur désiré sera si lumineux Que le reste paraîtra l'ombre de ma vie."

17 avril 2012

Quel avenir pour Venise ?

C'est la question que se pose un de mes amis vénitiens, membre du groupe 40xVenezia et que j'ai trouvé important de relayer sur Tramezzinimag. D'une part pour ceux qui pourraient avoir des idées constructives et intéressantes, mais aussi pour rappeler à tous les Fous de Venise que nous sommes, que notre amour pour elle suppose aussi des devoirs. Venise a beau être un lieu – et un concept - unique au monde, c’est aussi une ville comme les autres avec des problèmes et des besoins semblables à ceux de toutes les villes du monde.

.

A ceci près que le tourisme, loin d'aider la population à s'épanouir et à bien vivre, l'étouffe et l'encercle comme une dangereuse maladie. Cette pollution devient une lèpre contre laquelle il faut lutter. Certes, ce ne sont pas les touristes en eux-mêmes qui portent la responsabilité de cette asphyxie, mais les pouvoirs publics et l’ensemble des protagonistes. de ce tourisme de masse. Depuis quelques années, des associations très déterminées tentent de prendre en main la destinée des citadins vénitiens. Un de leurs membres, Matteo Savini pose la question clairement : "Quale futuro per Venezia ?" Et pour tenter d'y répondre efficacement, il propose de lancer un concours d'idées. Modestement, TrameziniMag propose à ses lecteurs de réfléchir aussi à la problématique - je n'aime pas trop de mot - que soulève cette question. Les réponses reçues (vous pouvez utiliser les commentaires mais un courriel serait préférable) feraient l'objet d'une analyse publiée dans un prochain billet et adressée au mouvement 40xVenezia. 

."Quel avenir pour Venise ?" Se demande Matteo. La question est souvent posée dans les forums, sur les blogs, dans les journaux. Mais pourquoi chercher avec autant de ténacité à donner un avenir à Venise ? Mon ami s’est posé la question et y a souvent réfléchi. Sa réponse est limpide : "avant tout par amour. Simplement. Quelle pourrait être l’autre raison qui nous pousse à vouloir que survive cette hérésie de la nature, cette offense à la modernité, avec son rythme totalement anachronique et son silence dérangeant qui nous met face à nous-même à chaque coin de rue, qui ravive sans cesse en nous ces questions éternelles comme le pourquoi de notre existence, notre raison d’être ? Oui, par amour. Cet amour qui se lit entre les lignes de la nostalgie, chez ceux qui veulent retrouver des images familières : celle des chats qui dorment sur les margelles des puits ou patrouillent dans les ruelles, des vieux lampadaires de bronze, des vieilles dames en bigoudis qui prennent l’air du soir sur les bancs des campi, cet amour de qui cherchent l’appui des techniques les plus modernes, de ceux qui aiment à imaginer un avenir de modernité pour un lieu unique qui n’a rien de moderne, parangon de l’altérité face au reste du monde. Cet amour qui pousse à partager notre appartenance à un prodige, nous qui sommes faits comme la cité elle-même, de sel et de marbre et des fréquents brouillards, nous qui cultivons au fond de nos cœurs le bruit d’une rame qui sort de l’eau d’un sombre canal, dans l’aube de la lagune… Puissions-nous faire éprouver à nos enfants et aux enfants de leurs enfants, l’émerveillement chaque jour renouvelé que nous éprouvons quand nous sortons de chez nous, leur faire ressentir cette émotion profonde de savoir que Venise est en nous, un état d’âme avant même que d’être une ville." 

Matteo appelle ainsi ceux qui ont le désir d’un partage émotionnel - en apparence inutile pour les esprits efficaces et distraits, mais fondamentalement utile si on veut pouvoir inventer à la ville un avenir durable, un futur soutenable pour parler le jargon à la mode - à une réflexion profonde, philosophique plus que scientifique. Même si cela peut paraître inutile. Mais après tout, "ne doit-on jamais faire que des choses utiles ?"
..

Venise n’est-elle pas, intrinsèquement, la seule véritable expression de la Poétique de la ville pour reprendre le titre de Pierre Sansot (paru chez Payot) ? N’est-elle pas la seule authentique construction humaine,
née de contingences vitales, inventée dans la violence extrême, défi à la nature, ayant su perdurer à travers les siècles et les civilisations, et par-là même l’unique et la plus aboutie des créations humaines encore debout, temple de l’esprit et expression absolue de la nature non pas asservie par l’homme mais associée à ses besoins ? Les solutions pour l’avenir de Venise ne seront jamais celles qu’on envisage pour l’avenir des autres métropoles. 


En revanche, les solutions que Venise inventera seront autant d’expériences qui serviront à la sauvegarde et au développement des villes de demain. Il en fut ainsi dès sa création. Ce sera encore le cas demain si les vénitiens parviennent à résister à l’emprise des grands prédateurs financiers et industriels, si la communauté des vénitiens, d’origine et d’adoption, reste soudée dans son amour pour cette idée unique, cette cité idéale. Si tous refusent d’envisager les problèmes techniques selon les critères imposés par la modernité qu'on essaie de nous vendre avec toutes les arrières-pensées qu'elle cache. Venise sera alors le modèle de l'urbis de demain et nous l’aurons sauvée, lui chantant comme un hymne triomphant le "Rien n'a pu t'ébranler" de Cicéron à Catalina !

 

16 avril 2012

Statistiques


..Entre 1951 et aujourd'hui, le centre historique a perdu plus de 65% de sa population et la répartition des habitants entre Venise, les îles et la Terraferma s'est inversée : en 1951 55% des vénitiens habitaient la ville historique et seulement 21% la Terraferma. Aujourd’hui, c'est le contraire avec 66% pour la Terraferma et seulement 23% dans le centre historique. 

..Des données démographiques très précises permettent de comparer les chiffres à travers l'histoire : 
.
,.,1422 : 199.000 habitants. 
..1509 : 115.000 (dont11.164 courtisanes !) 
..1797 (année de la chute de la République) : 141.000 
..1931 :  163.559 
..1960 : 145.402 
..1970 : 111.550 
..1980 :  95.222 
..1990 :  78.165 
..2000 : 66.386 

..Le compteur de la Pharmacie Morelli, campo San Bartolomeo au Rialto, installé presque comme une boutade par Venessia.com, indique aujourd'hui à peine un peu plus de 58.000 habitants. Du jamais vu dans l'histoire de la Sérénissime même au temps des grandes épidémies !
______
13 commentaires (non archivés par Google)

Venise, belle et triste vitrine, par Aldo Cazzulo

Un fidèle lecteur nous a signalé cet article d'Aldo Cazzulo paru dans le Corriere della Sera publié par Courrier International, le 12 avril dernier. Point de vue réaliste certes mais assez pessimiste traduisant bien la situation actuelle de la Sérénissime, réalisé à partir d'un entretien avec l'ancien maire, le philosophe Massimo Cacciari, adepte du pragmatisme dont l'administration est aujourd'hui très controversée. Sa vision en tout cas s'avère juste et la réflexion de l'auteur, une bonne base pour les dbats actuels sur l'avenir de la Sérénissime.
 
Boutique de souvenirs à Venise.
Boutique de souvenirs à Venise. © spirosk.

Chaque année, des centaines d’habitants fuient la lagune, l’abandonnant aux multinationales et aux spéculateurs de l’art et la transformant en ville fantôme. Les tentatives pour raviver son économie se heurtent au manque de fonds publics et au fatalisme de ceux qui sont restés. 

Pour Massimo Cacciari, son ancien maire, Venise est sous l’emprise de deux malédictions : les comtesses qui s’agitent pour la sauver; et le caractère de ses habitants. “Venise se meurt !” déplorent les aristocrates et les Vénitiens.

En réalité, Venise est déjà morte. Elle a ressuscité, et est devenue une vitrine. Le jour, Venise n’a rien de triste, ni même de mélancolique. Au contraire, elle n’a jamais été aussi belle, aussi vivante. Jamais autant d’argent n’a conflué vers elle, du Nord-Est, de Milan, de l'Europe, de l'Amérique. Mais c’est de l’argent privé. Celui des marchands, et pas celui des mécènes . Partout fleurissent les restaurations et les fondations.

L’exemple le plus éclatant est celui de Pinault, qui a acheté un morceau de Venise – la merveilleuse Punta della Dogana, face à la place Saint-Marc, pour y exposer les artistes de sa collection qu’ensuite il vendra dans sa maison d’enchères.

Des rats qui courent dans tous les sens

Aujourd’hui, la polémique enfle à propos du Fontego dei Tedeschi, acheté par les Benetton sur lequel Rem Koolhaas, la grande star hollandaise de l’architecture, a dessiné une terrasse controversée avec vue sur le Pont du Rialto. Il est vrai aussi que personne n’avait plus mis les pieds dans la Punta della Dogana depuis des décennies. 

La nuit, Venise redevient elle-même : une ville dépeuplée, comme d’autres centres historiques. Mais ici, entouré par la beauté, le spectacle de volets fermés et des boutiques closes, des lumières éteintes, du silence, est plus triste, tandis que le flux des Vénitiens “de l’extérieur” et des touristes désargentés se déplace vers la terre ferme. Seuls restent animés les endroits où se retrouvent les étudiants : le Campo santa Margherita, San Giacomo dell'Orio, le marché du Rialto. Mais les résidents se sont plaints et la municipalité a imposé le couvre-feu à minuit.

Massimo Cacciari raconte : "Vous n’avez pas idée de ce que j’ai trouvé à l’intérieur de la Punta della Dogana ! Des rats qui couraient dans tous les sens, des employés reclus dans leurs petits bureaux. Dans la tour qui fait face à San Marco, peut-être le plus bel endroit du monde, quelqu’un s’était même discrètement taillé un appartement. Le jour où les travaux devaient commencer, on a trouvé dans les remises un dépôt de vieilles planches. J'ai dit : enlevez-les. On m'a répondu que ce n’était pas possible, que c’était du ressort de la Surintendance [équivalent de la Direction du Patrimoine]. J’ai alors appelé la Surintendance pour qu'elle vienne les reprendre. On m'a répondu que ce n’était pas possible car il s'agissait des restes d’un ancien plancher. A ce moment là, je me suis mis à hurler. Une scène hystérique. Je suis devenu fou”. 

La même chose s’est produite pour le piazzale Roma, où se dressera le nouveau palais de Justice, dont le prix a triplé depuis le devis initial. "Des terrains contaminés. Des chantiers retardés. Et des obstacles de toutes sortes, dont celui-ci : les travaux sont sur le point de commencer quand on m’annonce une découverte sensationnelle. Des caisses pleines d’os d’animaux. J'explique alors que la chose est pourtant bien connue : jusqu’au XIXe siècle c‘était là qu’étaient installés les abattoirs. On me répond que l’affaire est de la plus haute importance puisqu'on va pouvoir reconstituer toute la chaîne alimentaire de Venise au XVIIIe siècle. J’y vais et on me montre un os de chèvre, de veau, de bœuf… Cette fois encore, je me suis mis à crier. Une autre scène d’hystérie. A nouveau, je suis devenu fou : "Si les travaux ne commencent pas tout de suite, je prends un marteau et je détruit tous ces os, un par un !”.

Les écœurantes pleurnicheries sur Venise

Massimo Cacciari explique qu’il ne supporte plus les "écoeurantes pleurnicheries” sur Venise, les jérémiades que répandent "ces maudits snobs” et un peuple qui aime tant se plaindre. Il rappelle ce qui a été fait ces vingt dernière années : le nouvel Arsenal avec le centre de recherches Thetis ; la reconstruction du théâtre la Fenice – en dépit de toutes les péripéties ; la restauration de Ca' Giustinian, siège de la Biennale d’art. 

Le problème, c’est que la municipalité n’a plus un sou. Les deux sources historiques qui l’alimentaient se sont taries : la loi spéciale et les casinos. L’Etat a diminué sa subvention et tout l’argent part dans le projet Mose : la plus grande réalisation d’ingénierie hydraulique au monde, censée protéger Venise de la montée des eaux de la lagune. Cinq milliards d’euros y ont déjà été engloutis et il reste encore deux années de travaux.

L'autre coffre-fort, c’est le casino. Autrefois les smoking blancs des joueurs de chemin de fer accourraient au Lido, aujourd’hui ce sont les Chinois qui, a Ca'Noghera, sur la terre ferme, se pressent autour des machines à sous. Entre la crise et la concurrence de l’Etat avec les jeux d’argent en ligne, cette manne qui était de 200 millions d’euros par an n’est plus, ces dernières années, que de 145, dont il faut soustraire 100 millions de coûts fixes. Les revenus de la ville se sont écroulés.

La longue hémorragie

Aujourd’hui, Venise doit faire face à deux grands défis : le dépeuplement du centre historique et le destin de la plus grande zone industrielle d’Europe, Marghera. Le compteur numérique de la pharmacie Morelli sur le campo San Bartolomeo, rappelle aux passants la longue hémorragie de Venise qui ne compte plus aujourd’hui que 58 855 résidents.
Le problème, c’est que les Vénitiens ne veulent plus vivre à Venise, non seulement parce que les appartements dans les étages élevés sont extrêmement chers, et que personne ne veut de ceux qui sont au niveau de l’eau, trop humides, ni de ceux qui sont sous les toits, surchauffés en été.

Les Vénitiens veulent comme nous tous : avoir leur voiture en bas de chez eux [et non pas dans les immenses parking du Piazzale Roma]. La mairie possède 6 000 appartements, pour la plupart loués aux Vénitiens modestes. C’est la classe moyenne qui fait défaut, les bourgeois qui habitaient entre l’étage noble et les mansardes.

Les Vénitiens partent vivre sur le continent, à Mestre, la ville la plus laide d’Italie, du moins jusqu’à ces dernières années. On a récemment transformé la piazza Ferretto en espace piéton, planté des bois aux abords de la ville, transformé en parc paysager la décharge de San Giuliano, doté l’agglomération de l’Internet à haut débit et bientôt s’ouvrira le chantier du futur pôle culturel de Mestre, le M9. 

Pierre Cardin, qui en réalité s’appelle Pietro Cardin est né à Sant'Andrea di Barbarana (près de Trévise), voudrait avant de mourir ériger à Marghera, la "Tour Lumière", un bâtiment d‘un milliard et demi d’euros, de 240 mètres de haut et de soixante étages qui abritera l'université de la mode. La mairie ne s’y oppose pas.

Certes Venise demeure une destination privilégiée pour les voyages de noces, et pour beaucoup la basilique Saint-Marc est le plus bel édifice du monde. Il suffit, pour s’en convaincre, d’admirer la coupole de la Création, la Genèse des analphabètes où Dieu pose la main d’Adam sur la tête du lion pour signifier la primauté de l’homme sur les animaux ; le même lion qui, sur la mosaïque voisine sort de l’arche de Noé et, après des mois d’inertie, étire ses pattes avant de se mettre à courir. 

C’est cela que Venise devrait faire, se remettre dans la course, malgré le poids d’un tâche immense : préserver toute cette beauté et faire renaître une ville autour d’elle.

Aldo Cazzulo
Traduction : Françoise Liffran
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...