Accéder au contenu principal

COUPS DE CŒUR (HORS SERIE 27) : Connaissez-vous André Hambourg ?


Ils sont nombreux les peintres que la lumière de Venise a su captiver. André Hambourg est de ceux-là. Né et mort avec le siècle (il naquit en 1909 et s'est éteint en 1999), ancien élève des Beaux-Arts de Paris, il fut peintre officiel de la Marine et correspondant de guerre. Il vécut à Honfleur, connu pour la beauté de sa lumière si changeante qui attira tant de peintres. Son expérience professionnelle l'amena à publier plusieurs ouvrages consacrés à son vécu à la fin de la guerre. Il fut l'un des premiers français à pénétrer dans le fameux nid d'aigle de Hitler à Berchtesgaden en 1947. 
A la peinture et à l'écriture, s'ajoutaient des talents d'illustrateur et de graveur. Je l'ai découvert dans les années 80 en farfouillant dans la bibliothèque de mes parents. Ils possédaient une édition de l'Altana ou la Vie Vénitienne d'Henri de Régnier (Éditions Rombaldi, 1959) magnifiquement illustrée par André Hambourg. Quelques années plus tard, une exposition à Granville m'a permis de me rendre compte de visu combien sa palette était riche de poésie et de profondeur. 
Certains le rangent avec une certaine condescendance dans la catégorie des peintres mineurs qui n'ont pas révolutionné la peinture et quand bien même. Ses tableaux sont pleins de charme, joyeux, ensoleillés. Il émane de sa vision picturale de Venise une grande sensibilité. Dans ses premiers séjours au tout début des années 60, il a pu s'immerger dans une Venise pleine de vie qui renaissait, se relevant, comme tout le reste de l'Europe, des rigueurs de la guerre. Il y avait peu de touristes encore, et beaucoup de vénitiens, jeunes et vifs. Toute cette atmosphère se retrouve dans ses peintures.
Ses héritiers ont édité récemment un catalogue raisonné de son œuvre. Je ne l'ai pas encore feuilleté (voir le lien ICI). Je me demande si cet homme au sens de l'observation tellement aiguisé (l'expérience de ses années de correspondant de guerre et de peintre de la Royale) l'avaient amené à dessiner des croquis de ce qu'il voyait avant que d'en faire la traduction sur ses toiles. Les lecteurs de TraMeZziniMag connaissent mon goût pour les carnets d'artiste, les croquis au fil du crayon ou de la plume, toujours très vifs, très purs et authentiques. C'est une question que je souhaiterai poser à ceux qui connaissent bien son travail. Le site qui lui est consacré parle d'un carnet vénitien justement. 
Venise l'avait tellement impressionné, qu'il fut comme figé par sa beauté : "J'ai voulu travailler immédiatement, mais je n'y suis pas parvenu. C'était comme si je m'étais trouvé devant une femme trop belle, trop désirée et qui se serait refusée. J'étais paralysé. J'ai laissé tomber mes bras et mes pinceaux..."
Mon ami Antoine, dans sa dernière lettre avait choisi d'illustrer un poème de Jean de la Ville de Mirmont (écrit en 1910 et extrait de "Retours", paru dans l'Horizon Chimérique), par une vue du Bacino di San Marco, intitulée "Printemps à Venise". Une foule d'embarcations occupent le premier plan, avec au fond, nimbé d'une brume estivale, la basilique de San Giorgio. Ceux qui connaissent Venise retrouveront toute l’atmosphère d'un jour d'été. Ils seront aussi d'accord avec moi quand je dis qu'il y a une parenté avec le travail vénitien d'Albert Marquet.
" Mais que m'importe la tristesse des retours 
Et l'éternelle ressemblance de mes jours ! 
Ce que je cherche et ce que j'attends n'est pas en eux 
Ni dans tout ce que l'on voit et puis que l'on oublie. 
Le bonheur désiré sera si lumineux Que le reste paraîtra l'ombre de ma vie."

Commentaires